Le héros nart, Wastirdzhi, identifié à saint Georges, médiateur entre Dieu et le peuple

Dans le cadre de ma série d’articles au sujet de l’Ossétie du Nord et du Sud-Alanie, je vais maintenant vous parler d’un superbe monument qui se trouve dans les gorges d’Alaguir, en Ossétie. Il s’agit d’une gigantesque statue qui s’appelle « Georges le victorieux saute hors du rocher » (Георгий Победоносец выскакивает из скалы).

Depuis Alaguir (Алагир), la route militaire ossète longe la vaste plaine inondable de la rive gauche du fleuve Ardon, parmi les montagnes de la chaîne boisée. D’une part, les eaux rapides et froides de la rivière font du bruit, d’autre part, les rochers bordés de végétation s’effondrent du ciel. La route tourne en douceur après les méandres de la rivière et, tout à coup, au prochain virage, le voyageur rencontre une immense statue de saint Georges, ou plutôt « Wastirdzhi » (Уастырджи), qui se précipite hors de la falaise comme sur une attaque. Cet endroit est un dzuar – un lieu saint.

Dans l’épopée Nart, Wastirdzhi est décrit comme un être céleste, dépeint comme un formidable guerrier sur un cheval blanc, dans une burka blanche. On pense que Wastirdzhi porte des armes tout le temps. En descendant sur terre, il vérifie si les gens s’entraident dans le besoin et dans le deuil. Parmi le peuple, il apparaît sous la forme d’un mendiant. Les femmes avaient peur de prononcer le nom de Wastirdzhi et parlaient de lui allégoriquement « Lagty dzuar » (лагты дзуар) – « le dieu des hommes ». Elles n’avaient même pas le droit de participer aux festivités organisées en l’honneur de Wastirdzhi.

Wastirdzhi est le saint patron des hommes, des voyageurs et des guerriers. Une divinité dont les fonctions étaient semblables à celle de saint Georges, qui est également vénéré dans le christianisme en tant que saint patron des guerriers, des voyageurs et des hommes. Il convient de noter que l’Ossétie du Nord-Alanie est la seule république du Caucase du Nord dont la majorité de la population professe l’orthodoxie. Saint Georges le Victorieux est le saint patron de l’Ossétie, où se trouvent un grand nombre de sanctuaires, chapelles, églises dédiées à ce saint, lieu où il a accompli ses actes. Comme on dit, les Ossètes ne commencent pas un seul jour sans une prière à saint Georges.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Un monument titanesque

Le monument a été créé par le sculpteur ossète Nikolaï Khodov (Николаем Ходовым). L’argent pour sa construction a été alloué par les autorités de la ville de Vladikavkaz (Владикавказ), mais les habitants qui ont appris l’existence d’une telle sculpture ont également commencé à apporter une aide concrète à sa production. Le monument est fait de métal et a été assemblé à l’usine Elektronschik. De là, il a été transporté par hélicoptère jusqu’au site d’installation.

C’est la plus grande sculpture représentant un cheval, son poids est de 28 tonnes et elle se situe à une altitude d’environ 22 mètres. Elle plane sur le voyageur et émerveille par sa grandeur. Un seul sabot de son cheval mesure 120 cm. La tête mesure 6 mètres. Un homme peut tenir sur une paume de Saint-Georges le Victorieux.

Saint Georges le Victorieux est représenté fièrement au loin, un casque sur la tête, une armure sur le corps, il a confiance en lui et ne doute pas qu’il remportera une autre victoire. Son cheval, comme son maître, est intrépide et courageux, les pattes antérieures pliées, la tête baissée et collée à son corps. La sculpture « George le victorieux saute hors du rocher » est représentée de manière dynamique : le vent développe la cape du héros et la crinière du cheval. Il est fait de bronze fin et peint dans une nuance argentée. Chaque année, ce monument attire l’attention de nombreux touristes et tout le monde essaie de prendre une photo avec lui. Mais les habitants ont un rite spécial : faire un vœu sous la sculpture, qui doit se réaliser au cours de l’année.

Les touristes vont au sanctuaire de Saint-George, que les locaux appellent « Nykhas Wastirdzhi » (Ныхас Уастырджи). Le mot « Nyhas » de l’ossète se traduit littéralement par « conversation », c’est-à-dire l’assemblée de l’Ossétie, un lieu de réunion publique. Le sanctuaire est apparu au milieu du XIXe siècle, mais la statue n’a été installée qu’en 1995.


Le médiateur entre Dieu et le peuple

Wastirdzhi (Уастырджи) est le dzuar le plus important de la religion traditionnelle ossète, et l’un des héros de l’épopée des Narts. Il est le saint patron des hommes, des voyageurs et des guerriers.

Dans l’épopée Nart, Wastirdzhi est décrit comme un être céleste et comme un vieil homme sur un cheval blanc dans une burqa blanche. En descendant au sol, il vérifie si les gens s’entraident dans le besoin et dans le deuil. Il entretient de bonnes relations avec les narts, avec lesquels il participe à leurs campagnes de chasse et à leurs fêtes. Dans les légendes ossètes narta, il agit comme un séducteur de femmes. Il est le père de la célèbre beauté Shatana.

À propos de la mère de Shatana, Dzerasse, l’épopée raconte :

« Quand elle s’est sentie en train de mourir, elle a puni ses fils en leur demandant de garder sa crypte pendant ses trois premières veillées, parce que Wastirdzhi l’a toujours poursuivie avec son harcèlement. Elle a été trompée et, comme elle le pensait, il ne reculerait pas en représailles. se moquer de son cadavre. Pendant les deux premières nuits, la crypte était gardée par le fils aîné Uryzmag. Le fils cadet, Khamyts, qui gardait la crypte la dernière nuit, s’est rendu au mariage qui avait lieu dans le village de nartov. Les craintes de Dzerassa se sont alors matérialisées : Wastirdzhi est entré dans sa crypte. C’est ainsi que Shatana est née. »

Wastirdzhi est un médiateur entre Dieu et le peuple. Parmi les gens, il se présente sous la forme d’un vieil homme pauvre. Pour les femmes, son nom est interdit, on l’appelle figurativement Lagty Dzuar. Wastirdzhi consacra de nombreux sanctuaires situés en Ossétie. Chaque année dans la seconde moitié du mois de novembre en Ossétie, un jour férié consacré à Wastirdzhi est largement célébré. Il est considéré comme l’ennemi des voleurs, des escrocs, des meurtriers, des parjures et le protecteur de gens honnêtes et gentils.

Nous savons que saint Georges — le guerrier céleste, protecteur des soldats de la terre — est vénéré dans toutes les parties du monde chrétien, et en particulier sur l’ancienne terre ossète. La conscience nationale l’a identifié avec Wastirdzhi — le saint le plus vénéré du panthéon traditionnel ossète.


Le dzuar Wastirdzhi identifié à saint Georges

Vasily Ivanovich Abaev

Selon l’étymologie de Vasily Ivanovich Abaev (Василий Иванович Абаев, 15 décembre 1900 – 18 mars 2001), généralement reconnu par la science, Wastirdzhi n’est que la déformation du nom de saint Georges : uas – « saint », styr – « grand », ji – « Gio, George ». Littéralement – « Saint Georges le Grand. » Le dialecte Digor a conservé une forme plus ancienne – Waas Gergi. Comme vous pouvez le constater, l’identité des noms est évidente et ne suscite aucune objection. Cependant, il existe deux opinions contradictoires sur la corrélation des images de saint Georges et de Wastirdzhi parmi la population. Certains, partant de la synonymie des noms, proclament la pleine identité des saints célestes; d’autres, soulignant les incohérences des images réelles, prouvent leur dissemblance absolue, les forçant à modifier l’étymologie. Alors, qui est Wastirdzhi et comment est-il associé à l’image de saint Georges ?

Saint Georges est un véritable personnage historique. Selon la littérature vivante, il était un Cappadocien originaire d’une famille chrétienne riche et distinguée. Ayant mûri, Georges est entré dans le service militaire. Grâce à sa force et à son courage, il devint rapidement célèbre et devint un officier supérieur de l’armée romaine. Ayant appris la nouvelle vague de persécutions de chrétiens organisée par l’empereur Dioclétien, George distribua tous ses biens aux pauvres, libéra les esclaves qui lui appartenaient et se rendit au palais. Là, au Conseil d’État tenu à l’époque en présence de Dioclétien, il a déclaré publiquement sa confession du christianisme. Ils ont saisi le saint, l’ont torturé pendant plusieurs mois et, n’ayant pas réussi à le faire renoncer, l’ont finalement décapité pour sa foi inflexible en Christ.

L’Église a glorifié le saint martyr et, au Moyen Âge, il fut largement vénéré dans toute l’Europe. Ensuite, dans de nombreux endroits, un processus tout à fait naturel s’est déroulé : l’image de saint Georges s’est superposée à l’image de personnages mythiques et épiques, dont des héros-serpents.

Cela est typique de la conscience nationale. Cela rendait compréhensible l’image du saint et permettait, pour ainsi dire, d’adapter son pouvoir gracieux à ses besoins, d’assurer un patronage céleste dans certaines sphères de la vie publique, de prier le saint pour préserver la récolte, donner naissance à des enfants, garder la maison, délivrer de maladies, etc.

Les Alains et les Ossètes ne font pas exception. À l’époque pré-chrétienne, les Alains avaient probablement une image bien définie de l’être céleste, en accord avec saint Georges, particulièrement vénéré par les guerriers. Les créateurs de leur propre culture militaire ont vu en saint Georges l’image d’un guerrier idéal. C’est là que naît une sorte de vénération spécialisée de Wastirdzhi : son patronage était recherché par les guerriers alaniens, dont le style de vie était la bataille. Une situation similaire a été observée dans l’environnement chevaleresque de l’Europe médiévale.

En d’autres termes, Wastirdzhi (Saint-Georges) incarnait les caractéristiques culturelles et historiques de la perception alanienne.

Selon l’opinion officielle de l’éminent ethnologue ossète Vilen Uarziati (Вилена Уарзиати), la vénération de saint Georges – Wastirdzhi / Wasgergi (dialecte Digor) remonte à l’époque du sermon de Nino de Géorgie (IVe siècle). Prêchant les enseignements du Christ chez les Ibères et les Alains, Sainte Nino a également mentionné son parent, le grand martyr Georges, et a introduit la coutume de commémorer les jours de la congrégation du saint. En Géorgie, la fête du Gorgoba (géorgien) est célébrée depuis le IVe siècle. Plus tard, cette fête a été étendue parmi les voisins les plus proches — ibériques, Alains — sous le nom de Jeorgob / Georgoba. Dans ce cas, il y a une fête chrétienne purement caucasienne. Dans les églises grecques et russes, on célèbre le jour de la décapitation de la tête de saint Georges le 23 avril.

Le culte national de saint Georges s’intensifia pendant la période de conversion massive des Alains à l’orthodoxie au début du Xe siècle, lorsque les rois alaniens proclamèrent le christianisme religion d’État. À cette époque, la métropole Alan faisait partie du patriarcat de Constantinople et de ses principaux centres religieux, dont la signification est indiquée par les anciens temples Alan de Nizhny Arkhyz (le territoire actuel de Karachay-Cherkessia).

La destruction de l’État alanien sous l’attaque des Mongols au XIIIe siècle, l’extermination de la plus grande partie de la population, la destruction des centres urbains ont obligé les Alains à se retirer dans les gorges des montagnes. Au cours des quatre siècles suivants, les vestiges des Alains ont été contraints de survivre dans les conditions d’isolement les plus difficiles, préservant autant que possible l’héritage de leurs ancêtres. A cette époque, les croyances religieuses enracinées dans la nation, dépourvues de prêtrise nationale et de nourriture spirituelle, sont un mélange de dogmes, de traditions chrétiennes et de rites folkloriques anciens et nouveaux. Naturellement, au cours de ce processus, les images de nombreux saints, traditions et idées chrétiennes enracinées lors de la christianisation de l’Alanie ont changées. L’image de saint Georges a commencé à se déformer.

C’est alors que Wastirdzhi est devenu révéré à l’image du vieillard à la barbe grise (personnification de la sagesse et d’une grande expérience, sans laquelle il est difficile de survivre dans les conditions des gorges de montagne).