Les relations qui s’instaurent entre auteurs et éditeurs, par Guy Boulianne

Écrire un article sur les relations qui s’instaurent entre auteurs et éditeurs, est un sujet bien délicat, mais qui mérite d’être abordé de plein front. Oeuvrant dans le milieu de l’édition depuis plusieurs années, il m’est souvent arrivé de devoir affronter les déceptions, et parfois le mépris de certains auteurs. On reconnaît souvent ceux-ci à une amertume face à leurs œuvres. Je parle ici, avant tout, des jeunes auteurs qui, sortant de nulle part, souhaitent ou rêvent de voir leurs créations atteindre des sommets au palmarès des ventes. Souvent déçus, ces mêmes auteurs vont irrémédiablement s’en prendre à l’éditeur, au lieu de faire une introspection sur eux-mêmes.

Il arrive régulièrement que les auteurs qui se plaignent de leur éditeur, sont aussi ceux qui s’investissent le moins dans la promotion de leurs créations littéraires. On ne peut pas partir d’auteur méconnu et devenir un auteur reconnu sans faire le moindre effort. L’auteur ne doit pas s’en remettre qu’à l’éditeur pour promouvoir son travail. Il doit aussi participer à des séances de signature, à des salons du livre, à des lectures publiques. Il doit obtenir des articles dans les journaux régionaux, sinon nationaux. En un mot, il doit faire parler de lui, le plus souvent possible. Cela dit, l’éditeur n’est pas un agent littéraire. Celui-ci ne peut pas se consacrer qu’à un seul auteur, mais il doit au contraire faire connaître l’ensemble de sa maison d’édition et donc, l’ensemble de ses auteurs sans en privilégier aucun.

L’éditrice Chantal Vieuille écrit sur son blogue : « Il arrive souvent d’entendre les auteurs, une fois le livre publié, se plaindre de l’éditeur. « Il ne fait pas son travail ! Mon livre ne se voit pas en librairie ! Il s’enrichit sur mon dos ! Il ne me dit jamais combien d’exemplaires ont été vendus ! » Tous les éditeurs connaissent ce revirement. Certains auteurs, plus haineux que d’autres engagent des procédures judiciaires contre leur éditeur. Rarement les éditeurs sont pris en flagrant délit de ne pas avoir fait véritablement leur travail. »… Elle poursuit : « Combien d’éditeurs ayant accordé intérêt et passion à l’égard d’une oeuvre littéraire inconnue ont-ils accumulé des dettes financières, mis en péril leur propre existence ? Ceux-là n’ont jamais reçu la moindre reconnaissance de la part de leurs auteurs. Ceux-là ont dû fermer la porte de leur entreprise, sans aucun bénéfice, sans amour. » (1)

Il est clair que la relation entre un auteur et son éditeur doit en être une de confiance et de partenariat. Comment un auteur qui a signé un contrat avec un éditeur peut-il par la suite lui planter des clous dans les pieds ? À mes yeux, cela est une chose inconcevable. Il n’y a que dans la collaboration mutuelle que les choses peuvent prendre leur élan et non pas dans la destruction systématique.

Comme l’écrit si bien Coline Lemeunier : « (…) ce n’est pas uniquement le poids des ventes d’un auteur qui change la nature de sa relation avec l’éditeur. C’est lorsque la confiance nécessaire à toute relation humaine est remise en cause que le château s’effondre. Là où il y a de la gêne il n’y a pas de plaisir, dit-on. Une chose est certaine, c’est bel et bien un roman sentimental qui lie l’auteur et son éditeur, une histoire pleine d’espoirs, de bonheurs, mais aussi de déceptions et de séparations. Pour le reste, peut-être n’y a-t-il que des preuves d’amour ? » Pendant le dernier Salon du livre de Paris, lors d’une conférence intitulée « auteur-éditeur, une complicité à toute épreuve », Antoine Gallimard affirmait que la proximité entre l’auteur et son éditeur serait le plus solide rempart face aux déboires et aux bouleversements, notamment avec l’arrivée imminente de l’édition numérique. Il concluait par l’adage de son grand-père, fondateur de la maison : « être éditeur c’est faire du commerce en ayant fait un pacte avec l’esprit ». (2)

Heureusement, les auteurs mécontents sont bien minoritaires. Les autres sont très conscients des différents enjeux à la publication d’un livre. La plupart des auteurs vont s’investir dans la promotion de leurs oeuvres et non pas seulement s’asseoir sur leurs lauriers et se lamenter sur leur sort. Ceux-là sont ceux qui se démarquent le plus des autres.

Au mois de mars dernier, la Société Civile des Auteurs Multimédia a rendu publique une enquête sur l’état des relations entre auteurs et éditeurs. Ainsi, 71 % des auteurs se déclarent satisfaits des relations avec leurs éditeurs alors qu’ils étaient 69 % en 2010. (3)

Pour terminer, je citerai ces cinq auteurs, Paul Fournel, Cécile Guilbert, Hervé Le Tellier, Gérard Mordillat et Gilles Rozier, qui ont signé une tribune dans Le Monde et qui proposent enfin qu’auteurs et éditeurs se serrent les coudes face aux distributeurs : « Dans ce combat qui s’engage entre les Goliath de la distribution et les David de l’édition, je sais de quel côté je veux être. Après son lecteur, le meilleur allié d’un auteur est son éditeur. » (4)

(1) Chantal Vieuille, Le livre à la carte, 15 mai 2010.
(2) Les Nouveaux Talents, 28 mars 2011.
(3) Cette enquête fut réalisée du 1er décembre 2010 au 31 janvier dernier. 600 auteurs y ont répondu dont 96 % avaient signé des contrats d’édition (2 % à compte d’auteur et 2 % avec un contrat de prestation de services). Réf. : Société Civile des Auteurs Multimédia (Scam).
(4) ActuaLitté, 2 décembre 2010.

______________________________
Contribution : Guy Boulianne
Source : Actualitté

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s