Mon haplogroupe G-M201 chez DNA.Land, le grand projet d’analyse du génome humain

Étant constamment à l’affût de mes racines et de l’histoire de mes ancêtres, j’ai passé une étape supplémentaire en chargeant mes résultats génétiques du chromosome Y sur la plateforme de DNA.Land. Cette nouvelle analyse confirme et accentue les résultats que j’avais déjà sous la main. En effet, comme le démontre clairement la carte ci-dessus, mes ancêtres proviennent à 98% de l‘Eurasie occidentale qui comprend l’Europe, l’Asie de l’Ouest et l’Asie centrale : arabe / égyptien, ashkénaze / levantin, indo-européen central.

Comme je l’écrivais dans mon précédent article, mon haplogroupe G (M201) est plutôt rare dans la plupart des populations de l’ancien monde (généralement entre 1% et 10%) mais on le retrouve plus largement réparti dans plusieurs groupes ethniques de l’ancien monde en Europe (principalement en milieux alpins du centre et du sud), dans le Caucase, en Asie du sud de même qu’en Asie centrale et occidentale et au nord de l’Afrique. Ces informations sont confirmées avec cette nouvelle analyse chez DNA.Land.

Mon haplogroupe G se retrouve donc réparti de la façon suivante :

  • 33% — Europe du sud et centrale, incluant l’Italie (Lombardie, Toscane et une autre région);
  • 29% — Nord-ouest européen, incluant l’Écosse, l’Angleterre, l’Islande, la Norvège et les Orcades (Orkney Islands de la famille Sinclair);
  • 24% — Europe du sud-ouest, incluant le Pays basque, le sud de la France, ainsi que la population basque, espagnole et ibérienne en Espagne;
  • 11% — Finlande, c’est-à-dire le peuple finnois.


À propos de DNA.Land

DNA.Land est le plus vaste projet d’analyse de génomes humains qui ait jamais vu le jour. Son but : étudier les gènes de millions de personnes, afin d’établir comment ils influencent leur santé et leurs caractéristiques physiques.

Le site internet, à but non lucratif, est géré par les laboratoires Erlich et Pickrell, affiliés à l’Université Columbia et au New York Genome Center. DNA.Land a pour but de nous permettre d’en savoir plus sur notre ADN et de nous permettre de partager nos données de manière autonome afin de faciliter d’importantes recherches scientifiques à la pointe des sciences du génome et de la médecine.

Leur objectif est d’aider les membres à interpréter leurs données et à mettre en relation les participants potentiels avec des études de recherche.

DNA.Land travaille en partenariat avec la Coalition nationale contre le cancer du sein (NBCC) afin de mieux comprendre les risques génétiques du cancer du sein. Le NBCC s’est concentré sur l’accès à des soins de qualité, fondés sur des preuves, pour tous, en renforçant l’influence des patientes atteintes du cancer du sein et des activistes dans la prise de décision qui influe sur tous les problèmes liés au cancer du sein et sur la recherche pour en finir une bonne fois pour toutes avec cette maladie.


Enrayer le cancer de façon ludique

Les généticiens ont donc lancé un projet visant à vérifier s’ils peuvent étudier des millions de génomes, sans recueillir eux-mêmes une goutte de sang ou un tube de broche. Tel que mentionné le projet, DNA.Land, a pour objectif d’inciter les personnes dont le génome a déjà été analysé par des sociétés de génétique (MyHeritage DNA, 23andMe, Family Tree DNA) à partager ces données, ce qui permet aux généticiens de DNA.Land d’étudier ces informations.

Bien que certaines entreprises de tests génétiques grand public partagent des données avec des chercheurs, elles ne fournissent que des informations globales sur leurs clients, et non des génomes individuels. Comme les données ne sont pas toujours accompagnées d’informations détaillées sur la santé des patients, elles sont d’une utilité limitée pour établir des liens entre les gènes et la maladie.

« Des millions de personnes ont accès à leurs génomes et de nombreuses autres vont les rejoindre prochainement », explique le généticien en informatique Yaniv Erlich. Il lance DNA.Land avec son collègue généticien Joseph Pickrell au New York Genome Center et à la Columbia University à New York. « Pouvez-vous en arriver au point qu’au lieu de payer chaque étude à partir de rien, nous pouvons utiliser la foule pour collecter et réutiliser ces données? », demande Erlich.

« DNA.Land est un exemple du ′tournant participatif′ dans la recherche sur des sujets humains », déclare Michelle Meyer, bioéthicienne et juriste à la Icahn School of Medicine du Mount Sinai, à New York. « Il s’agit d’un modèle de recherche intelligent, car il permet de limiter les coûts de séquençage et de stockage des données et ne cadre pas avec le patchwork de lois fédérales et régionales régissant les tests génétiques eux-mêmes. »

Erlich espère exploiter les génomes de près de trois millions de clients de sociétés telles que 23andMe, Ancestry.com et Family Tree DNA. Les entreprises permettent aux gens de télécharger un fichier contenant la lecture de leurs résultats génétiques.

En combinant ces données avec d’autres informations sur les participants, telles que celles sur leur santé, Erlich espère rassembler un très grand ensemble de données. Une analyse récente, par exemple, suggèrent que jusqu’à 2 milliards de génomes pourraient être séquencés d’ici 2025. « Le ciel est la limite », dit-il.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s