Mon article concernant l’Ossétie a été publié sur le site internet russe « La vérité du procureur » (ПРОКУРОРСКАЯ ПРАВДА)


Je suis très heureux de vous annoncer que mon article intitulé « Les Ossètes du Caucase, les légendes arthuriennes et la quête du Saint Graal » a été publié le 25 janvier dernier sur le site internet russe La vérité du procureur (Prokurorska Pravda, ПРОКУРОРСКАЯ ПРАВДА). Si je ne fais pas erreur, l’article est publié en ukrainien.

La vérité du procureur – un projet conçu pour faire la lumière sur ce qui se passe dans les autorités de poursuite de tous les rangs et de toutes les régions.

Le contrôle public des activités des organismes de défense des droits de l’homme est nécessaire pour construire un État civilisé. Par conséquent, la ressource « PP » (ПП) déclare son objectif de devenir un ulcère du corps à métastase ouverte du département. Rendons ensemble le bureau du procureur indépendant de la politique et de l’économie !


Les symboles ancestraux de l’Ossétie

[Extrait de l’article original] — Jusqu’au mois de mars 1992, les armoiries de l’Ossétie du Sud-Alanie étaient une composition héraldique, au centre de laquelle se trouvait un aigle royal aux ailes levées, sur la poitrine duquel se trouvait un bouclier portant un signe solaire blanc-rouge-jaune, et au-dessus de la tête le bol Watsamong. Les auteurs du premier emblème de l’Ossétie du Sud indépendante sont Tamerlan Tskhovrebov, artiste du peuple, et l’ambassadeur de la République d’Ossétie du Sud en Russie, Dmitry Medoev.

Il semble que Dmitry Medoev ait vu cette image dans un rêve ! Ensuite, il l’a expliqué à l’artiste Tskhovrebov et ils ont fabriqué ce blason en sirotant un bon vin dans le sous-sol de l’artiste.

Comme nous le constatons, le peuple ossète perpétue ses traditions ancestrales et les transmet avec fierté aux générations futures à travers les symboles et les institutions contemporaines. Le Graal, le triskell et d’autres symboles solaires de l’État d’Ossétie du Sud-Alanie sont présents sur la bannière des forces armées pour raviver l’énergie et la puissance des anciens Nartes. L’auteur C.X. Janayta écrit dans son livre “Trois larmes de Dieu” : « Les derniers gardiens des Mystère des Ases, prévoyant les événements futurs [le retour de “l’isthme du Caucase”, l’oubli du savoir sacré, l’imposition de religions étrangères et le renouveau de l’idéologie des Ases], conservent la connaissance des symboles des édifices religieux existants, détruits ou à moitié détruits et inaccessibles pour être restaurés et transférés aux survivants ». Un certain Grigory écrivait le 31 janvier 2015 sur le site internet Iratta.com :

Le blason est le symbole le plus important ! Avec le drapeau et l’hymne national, ce sont les mêmes talismans, que ce soit la nation, le peuple, l’État, les noms de famille, etc. Nous avons beaucoup de choses que d’autres nations ont volées aux Ossètes. Avec l’acquisition de nos personnages, elles ont acquis le pouvoir de nos ancêtres. Et maintenant, ce sont ces symboles et ces amulettes qui abattent notre peuple afin que nous ne nous souvenions jamais de notre passé, ce qui signifie que nous n’aurions pas d’avenir. Vous voyez, si un voleur a volé quelque chose, alors il est rentable si celui à qui il l’a volé la mémoire. Il en va de même pour notre peuple. D’autres symboles, d’autres hymnes, d’autres blasons, d’autres religions nous sont imposés. Il nous faut donc vraiment un autre symbole sur le drapeau que le léopard des neiges. — Je ne sais pas de qui dépend l’avenir de notre peuple et la souveraineté du soi-disant État de l’Ossétie du Sud. Mais même cela doit être préservé.

Le conte Nart de Watsamong est une version ossète de la légende de la coupe du Saint Graal et de la « coupe en or » des Scythes, tombée du ciel et devenue la propriété des fils du noble Targit. Le calice, ou en langue ossète — « къус » —, pratiquement parmi tous les peuples, était un symbole de la foi et de la religion. Ce symbole du bol sacré Watsamong — équivalent indo-européen du Saint Graal occidental — se retrouve encore aujourd’hui dans la plus haute distinction d’État de la République d’Ossétie du Sud-Alanie, l’Ordre du « Uatsamonga », fondé en 2007. Trois années plus tard, il fut décidé de créer l’Union des Chevaliers de l’Ordre.

Entrevue avec Eric Boes, anthropologue à l’Inrap, et Iaroslav Lebedynsky, enseignant à l’Inalco, auteur du livre « Sur les traces des Alains et Sarmates en Gaule : du Caucase à la Gaule, IVe-Ve siècle » (France Culture).

Une réflexion au sujet de « Mon article concernant l’Ossétie a été publié sur le site internet russe « La vérité du procureur » (ПРОКУРОРСКАЯ ПРАВДА) »

  1. Bonjour Guy,

    Très intéressant cette incursion historique dans l’histoire du Caucase. Qu’est-ce qui t’en as donné l’idée?

    Cordialement,

    Michèle Clément

    >

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s