Guy Boulianne a signé la Déclaration de paix de la Fondation du Peuple uni (UPF)

Guy Boulianne a adhèré et a signé la Déclaration de paix de la Fondation du Peuple uni (United People Foundation), aux Pays-Bas. La Fondation du Peuple uni (UPF) est une fondation à but non lucratif. Elle développe et fait la promotion des projets, des produits et des services innovants qui servent l’humanité tout entière. En partenariat avec des tiers, la fondation veille à ce que ses projets, produits et services soient pleinement mis en œuvre dans la société.

Déclaration de paix de la Fondation du Peuple uniL’objectif principal de la Fondation du Peuple uni est de contribuer à la réalisation d’une bonne gestion de la vie telle qu’elle est décrite dans la nouvelle déclaration des droits de l’homme (NDHR). Dans cette déclaration, les mots « Peuple uni » ont le sens : « de », « pour » et « par » le peuple.

Une société juste et bienveillante n’apparaîtra pas de nulle part et nécessitera beaucoup d’efforts et de soutien. C’est la raison pour laquelle l’objectif de la fondation est si pertinent. Votre gouvernement veut faire la bonne chose mais ne peut pas. Ils sont pris au piège dans un système financier. Tous les résultats que nous désirons, nous devrons le faire par nous-mêmes. La Fondation du Peuple uni (UPF) s’inspire des éléments suivants :

  • Organiser une économie coopérative;
  • l’Année internationale des coopératives promue par les Nations Unies;
  • La Corporation Mondragon au Pays basque espagnol;
  • Ensemble, comment les coopératives résistent à la crise;
  • L’idée d’organiser une économie circulaire (rien ne va se perdre);
  • Saisir la valeur de l’énergie décentralisée;
  • Un épisode de la série télévisée néerlandaise Tegenlicht intitulé Power to the People;
  • et de nombreuses autres initiatives similaires.

Vous pouvez lire à ce sujet dans les objectifs du mouvement, qui prévoient un nouveau système financier, un nouveau système fiscal, la sécurité sociale et l’intérêt du consommateur. Toutes ces choses peuvent changer quand nous, en tant que société, faisons ce choix. La Fondation du Peuple uni développe, conseille, promeut et met en œuvre; elle émet également des certificats de membre pour ses propres coopératives, telles que la B of Joy.

B of Joy est une banque coopérative pro-vie du commerce équitable en construction qui fournira un rendement. Dans l’optique d’une bonne gestion de la vie, fondée sur la nouvelle déclaration des droits de l’homme (NDHR), cette banque sera gérée comme une banque d’épargne et d’investissement. B of Joy fonctionnera, outre l’euro, avec la devise URA. Cette URA sera utilisée pour stimuler les économies locales.


La nouvelle déclaration des droits de l’homme

Article 1.
United People Foundation (logo)Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont dotés de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de soeur et de fraternité.

Article 2.
Toute personne a droit à tous les droits et libertés énoncés dans cette nouvelle déclaration des droits de l’homme, sans distinction aucune, telle que la race, la couleur, le sexe, la langue, la compréhension du Créateur du ciel et de la terre (Dieu), politique, religieuse ou autre opinion, origine nationale ou sociale, propriété, naissance ou autre statut.

En outre, aucune distinction ne sera faite sur la base du statut politique, juridictionnel ou international du pays ou du territoire auquel une personne appartient, qu’il soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à toute autre limitation de la souveraineté.

Article 3.
Toute personne a droit à une vie dans la dignité, la liberté et la sécurité sans compromis de sa personne. Le droit à la vie et à l’inviolabilité commence dès que l’humain se matérialise dans le ventre de sa mère.

Article 4.
Nul ne peut être tenu en esclavage ni en servitude, y compris les esclaves endettés impliqués dans un contrat d’endettement financier avec charges d’intérêts; l’esclavage et la traite des esclaves sont donc interdits sous toutes leurs formes.

Article 5.
Nul ne peut être soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants; pas même si celles-ci sont effectuées par ordre d’organes gouvernementaux, d’agences secrètes, d’organisations religieuses ou de sociétés puissantes.

Article 6.
Toute personne a le droit d’être reconnue partout comme une personne devant la loi.

Article 7.
Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination violant la présente Déclaration des droits de l’homme et contre toute incitation à une telle discrimination.

Article 8.
Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.

Article 9.
Nul ne peut être soumis à une arrestation, une détention ou un exil arbitraire; pas même si celles-ci sont effectuées par ordre d’organes gouvernementaux, de l’État, d’agences secrètes, d’organisations religieuses, militaires ou de sociétés puissantes.

Article 10.
Toute personne a le droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial qui déterminera ses droits et ses obligations, ainsi que de toute accusation pénale qui lui incombe

Article 11.
Toute personne inculpée d’une infraction pénale a le droit d’être présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité soit établie conformément à la loi dans le cadre d’un procès public au cours duquel il a bénéficié de toutes les garanties nécessaires à sa défense.

Nul ne peut être déclaré coupable d’une infraction pénale du fait d’un acte ou d’une omission qui ne constituait pas une infraction pénale au regard du droit national ou international au moment où il a été commis. Aucune peine plus lourde que celle qui était applicable au moment où l’infraction pénale a été commise ne sera imposée.

Article 12.
Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles attaques.

Article 13.
Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur des frontières de chaque État. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.

Article 14.
Toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile de persécution dans d’autres pays. Ce droit ne peut pas être invoqué dans le cas de poursuites qui découlent véritablement de crimes de droit public ou d’actes contraires aux buts et aux principes du Peuple Uni.

Article 15.
Toute personne a droit à une nationalité. Nul ne peut être privé arbitrairement de sa nationalité ni le droit de changer de nationalité.

Article 16.
Les hommes et les femmes de 18 ans et plus, sans restriction de race, de nationalité ou de compréhension du Créateur du ciel et de la terre (Dieu), de préférence politique ou religieuse, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont droit à l’égalité des droits en matière de mariage, pendant et après la dissolution du mariage.

Le mariage ne peut être conclu qu’avec le libre et plein consentement des futurs époux. La famille est l’unité naturelle et fondamentale de la société et a droit à la protection du Peuple Uni, de la société et de l’État.

Article 17.
Chacun a le droit de posséder des biens seul ou en association avec d’autres. Nul ne peut être arbitrairement privé de ses biens; pas même par les organismes gouvernementaux, l’État, les banques ou les autorités fiscales.

Article 18.
Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience, à la compréhension du Créateur du ciel et de la terre (Dieu) et à la religion; ce droit comprend la liberté de changer sa pensée, sa religion ou ses convictions, et la liberté, seul ou en communauté avec d’autres et en public ou en privé, de manifester sa pensée, sa conscience, sa compréhension du Créateur du ciel et de la terre (Dieu), sa religion ou sa croyance en l’enseignement, la pratique, le culte et l’observance.

Toutes ces formes de pensée, de conscience, de compréhension du Créateur du ciel et de la terre (Dieu) et de la religion doivent être respectées dans la mesure où elles constituent des expressions pacifiques au service de l’humanité et de toutes les autres formes de vie sur terre. Les formulaires qui ne respectent pas intégralement la nouvelle déclaration des droits de l’homme sont interdits avec effet immédiat.

Article 19.
Toute personne a droit à la liberté d’opinion et d’expression; ce droit comprend la liberté de posséder des opinions sans ingérence et de rechercher, recevoir et transmettre des informations et des idées par le biais de tous les médias et quelles que soient les frontières. Toutes les formes de censure sont illégales.

Article 20.
Toute personne a droit à la liberté de réunion et d’association pacifiques. Nul ne peut être contraint d’adhérer à une association.

Article 21.
Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis. Toute personne a droit à un accès égal aux services publics coopératifs de son pays.

La volonté du peuple sera à la base de l’autorité de l’État, du gouvernement ou de tout autre organe directeur désigné par le peuple. Ce testament sera exprimé lors des élections périodiques et authentiques, au suffrage universel égal, et se déroulera au scrutin secret ou selon une procédure de vote libre équivalente.

Article 22.
Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale et a le droit de concrétiser, grâce aux efforts nationaux et à la coopération internationale et conformément à l’organisation et aux ressources de chaque État, les droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité.

Article 23.
Toute personne a le droit de travailler qui, le cas échéant, doit correspondre aux connaissances et aux compétences de la personne concernée; au libre choix de son emploi; à des conditions de travail justes et favorables; et à la protection contre le chômage.

Toute personne a droit à un salaire égal pour un travail égal, sans discrimination aucune. Toute personne qui travaille a droit à une rémunération juste et favorable, assurant à elle-même et à sa famille une existence digne selon les valeurs de la dignité humaine et complétée, si nécessaire, par un autre moyen de protection sociale.

Toute personne a le droit de constituer des syndicats et de s’affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

Article 24.
Toute personne a droit à du repos et à des loisirs, y compris une limitation raisonnable du temps de travail et des congés payés périodiques.

Article 25.
Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, le vêtement, le logement et les soins médicaux ainsi que les services sociaux nécessaires, ainsi que le droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, invalidité, veuvage, vieillesse ou autre manque de moyens de subsistance dans des circonstances indépendantes de sa volonté.

La maternité et l’enfance ont droit à une assistance et à des soins spéciaux. Tous les enfants, qu’ils soient nés dans le mariage ou non, bénéficient de la même protection sociale. En conséquence, il est illégal pour l’État, un organisme gouvernemental ou une autorité locale d’imposer, en vertu de la loi ou de la réglementation, aux parents d’un enfant de le faire vacciner avant ou après la naissance, ou de lui faire administrer la vitamine K à la naissance. Les parents d’un enfant sont tenus de rechercher les conséquences de la vaccination pour l’enfant, y compris à long terme.

Article 26.
Chacun a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins aux stades élémentaire et fondamental. L’éducation élémentaire devrait être obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé et l’enseignement supérieur doit être également accessible à tous sur la base du mérite.

L’éducation doit viser au plein développement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme, y compris de ces nouveaux droits de l’homme, et des libertés fondamentales. Il doit promouvoir la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations, tous les groupes raciaux ou religieux, et doit promouvoir les activités du Peuple Uni en faveur de la paix.

Les parents ont le droit et la responsabilité de choisir le type d’éducation qui sera donné à leurs enfants pour leur permettre d’atteindre leur développement maximal.

Article 27.
Toute personne a le droit de participer librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux avantages qui en résultent.

Toute personne a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l’auteur.

Article 28.
Chacun est responsable de garantir et de pouvoir créer un ordre social et international dans lequel les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration des droits de l’homme peuvent être pleinement réalisés.

Article 29.
Chacun a des devoirs vis-à-vis de la communauté et du peuple uni, dans lesquels seul le libre et plein développement de sa personnalité est possible.

Dans l’exercice de ses droits et libertés, chacun n’est soumis qu’aux restrictions déterminées par la loi sur le collectif coopératif, dans le seul but de faire reconnaître et respecter les droits et libertés d’autrui et de respecter le juste exigences de la moralité, de l’ordre public et du bien-être général de la société.

Ces droits et libertés ne peuvent en aucun cas être exercés contrairement aux buts et aux principes du Peuple Uni. Le principe d’une bonne gestion de toute vie sera décisif dans son interprétation.

Article 30.
Rien dans cette nouvelle déclaration des droits de l’homme ne peut être interprété comme impliquant pour un État, un organisme gouvernemental, une agence secrète, une organisation politique, religieuse ou militaire, une société, un groupe ou une personne puissante, le droit de se livrer à toute activité ou d’accomplir tout acte visant à: la destruction de l’un des droits et libertés énoncés dans le présent document.


À propos de Ronald Bernard

Ronald Bernard 02Le fondateur de la Fondation du Peuple uni (United People Foundation), Ronald Bernard, est un entrepreneur néerlandais et un insider du monde de la finance internationale. Ses références sont l’économie, la psychologie, l’architecture et la théologie. Il a travaillé plus de 25 ans au sein de l’Union européenne dans divers secteurs de l’industrie.

Il a également exercé une fonction d’intermédiaire financier dans le négoce et la gestion d’actifs sur le marché des devises.

Dans un long entretien pour le média en ligne De Vrije, il explique entre autres la dévotion de certains de ses collaborateurs à l’idéologie « luciférienne ». Son témoignage révèle la véritable nature obscure du monde dans lequel nous croyons tous vivre : corruption, fraudes, guerres, manipulation, tromperie, satanisme et pédocriminalité.

Au moment de raconter le pire de ce qu’il a vu et de ce qu’on lui a demandé de faire, sa voix s’étrangle… Pour beaucoup d’éveillés, il ne s’agit de « rien de nouveau », mais cette fois-ci étant directement expliqué par quelqu’un de l’intérieur, c’est plus concret et précis.

Ronald Bernard ne ment pas. Il dit la vérité.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s