La famille de Bouillane est répertoriée dans les archives de Newspapers.com

Grâce à la plus grande archive de journaux en ligne, Newspapers.com, j’ai pu retracer d’anciens articles de presse faisant mention de quelques-uns des membres de ma famille, c’est-à-dire les Bouillane, les Bouillane de Lacoste et les Boyer de Bouillane. Par exemple, The Guardian (1954) mentionne le recueil de poésie de Arthur Rimbaud, « Une Saison en Enfer », édité par le professeur Henry Adrien de Bouillane de Lacoste, père de l’ambassadeur de France. Le quotidien The Beloit Daily Call (Kansas, 1908), mentionnait pour sa part la découverte par l’explorateur français Henry de Bouillane de Lacoste, d’une ville ensevelie à Seistan, dans l’est de la Perse : « Elle se situe presque à mi-chemin entre Meshed et le golfe Persique, dans un quartier que la Grande-Bretagne et la Russie pourraient mettre un jour en avant. Elle se trouve dans une région désolée, mais montre des preuves d’une haute civilisation. »

Plusieurs quotidiens font mention du magistrat et avocat à la Cour d’Appel de Paris, Paul Boyer de Bouillane (mon arrière-arrière-arrière-grand-cousin au douzième degré), dont The Standard (Londres, 1880), The Freeman’s Journal (Dublin, Irlande, 1899), Chicago Tribune (Illinois, 1901) et The Guardian (Londres, 1907) dans lequel il était annoncé que « l’ambassadeur austro-hongrois avait envoyé à Maître Boyer de Bouillane, représentant Mgr Carlo Montagnini, 26 documents et un coffre contenant les archives de la nonciature papale. »

Le Manitoba Free Press nous apprenait le 14 mars 1890, le décès d’un de ces braves et patriotes qui ont rendu célèbre le nom du Lieutenant-colonel Charles-Michel de Salaberry. Il s’agit de Thomas Bouillane, mon cousin d’un ancêtre à la 5e génération. Il était l’un des Voltigeurs canadiens qui combattit durant la guerre anglo-américaine sous les ordres de Salaberry à Châteauguay. Cette bataille est considérée comme l’un des hauts faits d’armes de l’histoire canadienne. En effet, le 26 octobre 1813, 300 miliciens, Voltigeurs canadiens et Amérindiens appuyés de 1 500 soldats et miliciens sédentaires ont repoussé une force américaine de 3 000 hommes. Lors de son décès, « le héros de guerre Thomas Bouillane avait 100 ans et laissait une veuve de 94 ans. Il avait 77 ans de vie conjugale, 19 enfants, 88 petits-enfants et 106 arrière-petits-enfants, et 123 de cette merveilleuse postérité étaient toujours en vie. »

Le 25 novembre 1911, le quotidien américain, The Sun, nous informait de la mort tragique d’un dénommé Bouillane, un sous-traitant de la Wayagamack Pulp and Paper Company : « Aujourd’hui, nous avons appris la noyade de quatre hommes dans la rivière Flamand, près de Three Rivers, au Canada. Ils étaient des sous-traitants de la Wayagamack Pulp and Paper Company et avaient remonté la rivière Flamand, construit leur camp et rentraient à la rencontre de leurs femmes, qui devaient hiverner avec eux au camp. Le groupe était dans un canot d’écorce et n’était pas allé très loin lorsque leur bateau a chaviré, jetant tous les occupants dans la rivière. Les quatre hommes se sont noyés avant que l’aide ne puisse les atteindre. Les noms des victimes étaient Tremblay, Bouillane et deux frères nommés Gauthier. »

Wayagamack Pulp and Paper Company
La compagnie Wayagamack Pulp and Paper à Trois-Rivières, Québec, dans laquelle Bouillane était un sous-traitant.

Nous apprenions dans le quotidien montréalais The Gazette du 11 juin 1926, qu’un dénommé Maurice Bouillane de Québec (ancien natif de Ville-Marie) avait accompagné Arthur Sauvé, chef du Parti conservateur du Québec, alors que celui-ci faisait une visite du nouveau Québec. Le chef provincial était aussi accompagné de Hervé Roch et de Camillien Houde, député conservateur pour Sainte-Marie, une circonscription ouvrière de Montréal.

L’ambassadeur de France et secrétaire de la mission française aux Nations Unies, Jean-Noël de Bouillane de Lacoste, prenait la parole devant 200 personnes au Moravian College en Pennsylvanie.  C’est ce que rapportait le journal The Morning Call le 8 octobre 1965 :

Le point de vue de la France sur l’histoire est à l’origine d’un concept de relations internationales différent de celui des autres pays occidentaux, a déclaré hier soir le chapitre de la vallée de Lehigh, Foreign Policy Association.

Jean-Noël de Bouillane de Lacoste, secrétaire de la mission française aux Nations Unies, a déclaré : « Les choses en 1965, pour nous, restent très similaires à ce qu’elles étaient il y a 20, 30 ou 100 ans. La nature humaine ne s’est toujours pas améliorée. Il n’y a plus de nations aujourd’hui. » D’autres nations occidentales, a-t-il dit, croient que le monde est aujourd’hui plus petit et plus homogène et a le sentiment d’appartenir à la même communauté. »

Nous pensons que l’existence d’armes nucléaires a créé de plus grands risques », a-t-il déclaré à environ 200 personnes au Moravian College, « ce qui laisse chaque État seul. Si pendant une tension accrue la Russie s’emparait de Berlin et menaçait d’anéantir les grandes villes des États-Unis avec des armes nucléaires, le président réfléchirait à deux fois avant d’agir. »

« Aujourd’hui, un pays n’est pas aussi obligé d’en aider un autre qu’auparavant. Nous pensons que chaque nation doit avoir sa propre force et ne pas compter sur les autres », a-t-il poursuivi. Ce concept d’histoire a également fait travailler la France pour une association occidentale sans « unité impossible » et pour une relation étroite avec les pays socialistes, a expliqué le diplomate des Nations Unies. « Notre gouvernement démocratique est responsable de nos relations extérieures, qui ne déclarent pas un bloc idéologique, a-t-il déclaré.

De Lacoste a déclaré que son pays voit des nations et des intérêts nationaux essayer d’atteindre certains objectifs sans utiliser la doctrine idéologique. Les Néerlandais « veulent des États-Unis d’Europe, c’est donc un conflit fondamental entre les six nations du Marché commun, car la France voit qu’il ne peut y avoir d’Europe unie », a-t-il souligné.

Il n’est plus possible d’unir les forces de plusieurs pays sous la direction d’un seul membre, a-t-il dit, donc l’OTAN doit changer. « Ils doivent reconnaître la force nucléaire française qui, selon nous, nous protège. » Il a ajouté: « En 1964, la France a reconnu la Chine communiste … Nous ne pouvons pas résoudre les problèmes de l’Asie du Sud-Est sans la Chine … ce sera difficile, mais en parlant à la Chine, la France espère aider les relations Est-Ouest dans le futur. »

« Quelles sont nos attentes pour l’avenir ? L’ONU a deux objectifs, préserver l’équilibre entre le Conseil de sécurité et ses membres et rendre sa composition universelle », a-t-il déclaré. « Il doit inclure la Chine, toutes les puissances nucléaires, et peut-être pourrons-nous les traiter de manière plus constructive. »

« Si nous différons avec les États-Unis et le disons ouvertement, ce n’est pas par hostilité … mais parce que nous pensons que de telles politiques sont bonnes pour nous et pour l’ensemble de la communauté occidentale. »

Eugène Bouillane - The Observer (London, Greater London, England) Monday, August 19, 1861 (extrait)
Eugène Bouillane — The Observer (London, Greater London, England) Monday, August 19, 1861 – Page 4.

En 1896, le quotidien The Honolulu Advertiser invitait les lecteurs à investir dans le papier d’aluminium puisque la demande en serait fortement augmentée suite à une découverte de M. Denis Lance, Docteur-es Sciences, et M. de Bouillane, un photographe qualifié, démontrant qu’avec le rayon Roentgen le contenu des lettres scellées peut être photographié, et cela, en quinze minutes. Le journal britannique Sheffield and Rotherham Independent écrivait : « L’un des résultats de la nouvelle découverte photographique du Dr Roentgen est qu’une lettre peut être photographiée à travers son enveloppe et le contenu lu avec autant de facilité que si le sceau avait été brisé. » Le journal hawaïen précisait pour sa part : « Pire que tout, les expériences de Gustave Le Bon prouvent que cela peut se faire avec des rayons de lumière ordinaires. Il n’y a qu’une seule chose qui va le battre, à savoir enfermer nos lettres dans du papier d’aluminium avant de les envelopper. » Ces expériences ont été expliquées à M. Alexandre Hepp, du “Gaulois”, qui s’est exclamé : « Pourquoi, alors, vous pourrez photographier des lettres à travers leurs enveloppes? » « Exactement! » était la réponse, bien qu’à cette époque on ne savait pas si une telle chose était possible.

Plus désolant, le 19 août 1861, The Observer de Londres nous apprenait que Eugène Bouillane, un ancien chirurgien de l’armée française, a été réexaminé et accusé de vol. Il avait fait appel à M. Vanderpant de Maddox Street, dentiste, sous prétexte de consulter pour un ami. Après la visite, une tabatière, une boîte à parfums et d’autres articles étaient manquants, et il s’est avéré que l’accusé les aurait promis à M. Attenborough, prêteur sur gages. « Edwards a déclaré qu’en fouillant le logement du prisonnier sur la rue Maiden Lane à Covent-Garden, il avait trouvé la tabatière et d’autres articles. » Eugène Bouillane a également été accusé d’avoir volé ses logements meublés et sa femme a donné sa propre caution pour comparaître. « M. Vanderpant a dit qu’il pensait que le prisonnier était dans une grande détresse. Le prisonnier a été condamné pour la première accusation et placé en détention provisoire pour la seconde. Il semblerait qu’il avait auparavant été condamné pour vol dans un hôtel. »

À propos de Newspapers.com

Newspapers.comNewspapers.com est la plus grande archive de journaux en ligne appartenant à Ancestry.com, comprenant plus de 568 millions de pages de journaux historiques provenant de plus de 16 400 journaux des États-Unis et d’ailleurs. Les journaux offrent une vision unique du passé et peuvent nous aider à comprendre et à communiquer avec les gens, les événements et les attitudes d’une époque antérieure.

Ancestry.com est une société en ligne privée basée à Lehi, Utah. La plus grande entreprise de généalogie à but lucratif au monde, elle exploite un réseau de sites Web de généalogie, de documents historiques et de généalogie génétique. En novembre 2018, la société prétendait donner accès à environ 10 milliards de documents historiques, avoir 3 millions d’abonnés payants et avoir vendu 14 millions de kits ADN à ses clients.

En 2012, Ancestry a transformé ses composants de journaux en ligne numérisés en un service autonome, Newspapers.com. Avant le lancement de Newspapers.com, Ancestry.com a acquis les composants suivants pour les journaux, notamment les technologies de numérisation et numériques et la publication sur le Web :

♦ iArchives, Inc. (et son service footnote.com) a été acquis en 2010 pour 1,022 million d’actions ordinaires. L’achat a apporté des actifs, notamment des processus de numérisation de documents sur microfilm. La note de bas de page serait renommée Fold3 en 2011.

♦ Archives.com a été acheté pour 100 millions de dollars en 2012. Au 23 juin 2019, les archives affirmaient que son index comprenait des journaux en ligne datant de 1700 dans le monde, couvrant plus de 12100 journaux et un total de plus de 509 millions de pages.

Le principal concurrent du site Web est journalarchive.com qui prétend avoir des journaux en ligne datant de 1607 dans le monde, et son indice en juin 2018 comprend 9829 journaux. Les deux sites Web ont des modèles similaires pour augmenter leurs bases de données : conclure des accords avec des bibliothèques, des éditeurs et des organisations historiques pour numériser gratuitement les publications à inclure dans leur base de données. Certains participants considèrent le processus de numérisation gratuite comme un moyen plus facile, moins cher et plus rapide de mettre leurs publications en ligne que de travailler via le programme national de journaux numériques géré par le gouvernement.

Newspapers.com est parfait pour les historiens, les généalogistes, les historiens de la famille, les chercheurs et les enseignants. Sur Newspapers.com, il est facile et pratique de rechercher ou de parcourir la collection pour trouver des nouvelles, des avis de naissances, de mariages et de décès, des sports, des bandes dessinées et bien plus encore. Les images numériques de haute qualité et la visionneuse puissante offrent le meilleur aperçu de ces documents historiques et facilitent l’impression, l’enregistrement et le partage de ce que vous trouvez.

La collection nécrologique est la plus grande archive numérique jamais consultée de nécrologies consultables contenant 262 millions de nécrologies et annonces de décès dans le monde. Ces nécrologies contiennent près d’un milliard de membres de la famille consultables ! La collection nécrologique utilise des modèles d’apprentissage automatique pour analyser et identifier les nécrologies et les avis de décès sur chaque page des archives de journaux.

Geneanet (logo) 315 x 46

La liste des articles de presse :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s