Le président des États-Unis, Donald Trump, n’est désormais plus le président en exercice — Les pouvoirs exécutifs ont été remis à la FEMA


CRISE MONDIALE MAJEURE — Le président des États-Unis, Donald Trump, n’est désormais plus le président en exercice et tous les pouvoirs exécutifs ont été remis à l’Agence fédérale des situations d’urgence (FEMA).

Le sceau du président des États-Unis

En effet, la mise en œuvre du plan de « continuité du gouvernement » (COG) a été enclenchée. Ce plan prévoit que le gouvernement continue d’exercer des fonctions essentielles en toutes circonstances, même si c’est avec la deuxième chaîne décentralisée ou sous commandement militaire temporaire.

Une des “fonctions essentielles nationales”, selon la directive fédérale sur la continuité, est que le gouvernement « assure un leadership visible à la nation et au monde… tout en maintenant la confiance du peuple américain ».

Pour la première fois dans l’histoire moderne des États-Unis, le Pentagone a reçu des ordres secrets de se préparer à assumer la « continuité du gouvernement », si la crise du coronavirus engendre des situations qui empêchent les autorités civiles d’exercer leurs responsabilités et d’assurer la sécurité intérieure. Selon Newsweek, le secrétaire à la Défense, Mark Esper, a signé, le 1er février, des directives secrètes ordonnant au US Northern Command (NORTHCOM) de « se préparer à se déployer » à l’appui de « missions extraordinaires potentielles » que pourrait provoquer la pandémie. Elles incluent « la possibilité d’une certaine forme de loi martiale », où des commandants militaires se verraient confier des pouvoirs exécutifs à travers les États-Unis. {1}


À la suite d’une urgence nationale catastrophique, le président ou son successeur peut autoriser la création d’un « GOUVERNEMENT FANTÔME » temporaire pour maintenir le contrôle des fonctions essentielles du gouvernement fédéral. Le président Bush a activé le gouvernement fantôme le 11 septembre 2001 peu après la deuxième attaque contre le World Trade Center. Chaque agence fédérale a désigné des personnes clés pour faire partie d’un « groupe de relocalisation d’urgence ». Ces GRU sont affectés à un autre emplacement sécurisé sur une base rotative et sont prêts à prendre en charge le soutien des fonctions essentielles nationales de cette nation en cas d’urgence. (White House Info)

Le Pentagone a déjà mis en place 11 camps FEMA de quarantaine sur des bases militaires près des principaux aéroports des États-Unis en prévision d’un afflux de citoyens américains revenant de Chine qui ont besoin de surveiller le coronavirus mortel qui s’appelle maintenant COVID-19. En effet, le ministère de la Défense a approuvé une demande du ministère de la Santé et des Services sociaux au début du mois de février pour l’utilisation possible des installations militaires pour accueillir 1 000 personnes qui pourraient devoir être mises en quarantaine à leur arrivée de l’étranger. {2}

Au Canada, le chef d’état-major de la Défense, le général Jonathan Vance, a maintenant activé la phase 3 de l’opération LASER 20-01, la réponse des Forces armées canadiennes à une situation de pandémie mondiale. L’opération LASER 20-01 est l’activation du plan d’urgence (CONPLAN) LASER en réponse à une maladie pandémique de type grippal et pour être prêt à soutenir les autres ministères et la population. {3}

L'armée américaine approuve 11 camps FEMA de quarantaine de coronavirus à côté des principaux aéroports américains. (Daily Mail)
L’armée américaine a approuvé 11 camps FEMA de quarantaine à côté des principaux aéroports américains. (Daily Mail)

Il existe déjà des plans d’urgence au-dessus du secret pour ce que l’armée est censée faire si tous les successeurs constitutionnels sont frappés d’incapacité. Il y a plus de trois semaines, des ordonnances de mise en attente ont été émises pour préparer ces plans, non seulement pour protéger Washington, mais aussi pour préparer l’éventualité d’une forme de loi martiale.

Selon de nouveaux documents et des entretiens avec des experts militaires, les différents plans – Octogone, Freejack et Zodiac – sont les lois souterraines pour assurer la continuité du gouvernement. Ils sont si secrets que dans le cadre de ces plans extraordinaires, la « dévolution » pourrait contourner les dispositions constitutionnelles normales pour la succession du gouvernement, et les commandants militaires pourraient être placés sous contrôle dans toute l’Amérique. {4}

En reconnaissance de la vulnérabilité égale des forces militaires, le Pentagone a institué des restrictions sans précédent sur les déplacements hors base. Mercredi dernier, il a limité la plupart des voyages à l’étranger pendant 60 jours, puis vendredi a publié des directives nationales supplémentaires qui gardent essentiellement tout le personnel en uniforme sur ou près des bases militaires. Il y a des exceptions, y compris les voyages qui sont « essentiels à la mission », selon le Pentagone.

La mission essentielle à cet égard s’applique au labyrinthe de plus d’une douzaine de missions secrètes différentes, la plupart d’entre elles relevant de trois plans d’urgence plus vastes :

  • CONPLAN 3400, ou le plan militaire de « défense de la patrie », si l’Amérique elle-même est un champ de bataille.
  • CONPLAN 3500, « le soutien de la défense des autorités civiles », où les militaires apportent leur aide lors d’une urgence à court d’une attaque armée contre la nation.
  • CONPLAN 3600, opérations militaires dans la région de la capitale nationale et maintien du gouvernement, dans le cadre duquel les plans les plus secrets pour soutenir la continuité sont imbriqués.

Tous ces plans relèvent de la responsabilité du US Northern Command (ou NORTHCOM), l’autorité militaire de défense du territoire créée après le 11 septembre 2001. Le général O’Shaughnessy de l’Air Force est le commandant de NORTHCOM basé à Colorado Springs.

Le 1er février, le secrétaire à la Défense, Mark T. Esper, a signé des ordres ordonnant au NORTHCOM d’exécuter des plans nationaux de lutte contre la pandémie. En secret, il a signé des ordres d’avertissement (le WARNORD comme on l’appelle) alertant le NORTHCOM et une foule d’unités de la côte est de « se préparer à se déployer » à l’appui de missions extraordinaires potentielles. La plupart de ces plans ont été discrètement activés lors des inaugurations présidentielles et des discours sur l’état de l’Union, la centralité du scénario des armes de destruction massive vu dans l’exercice annuel Capital Shield à Washington. {5}

Donald Trump a annoncé l’état d’urgence nationale

FEMALe 13 mars dernier, le président des États-Unis, Donald Trump, a annoncé l’état d’urgence nationale pour tenter d’enrayer la progression de la COVID-19 aux États-Unis. Le secrétaire à la Santé et aux Services sociaux disposera de pouvoirs étendus « pour offrir davantage de flexibilité et de moyens pour lutter contre le virus », a dit le président. La déclaration de l’état d’urgence permet aussi de débloquer des fonds d’environ 50 milliards de dollars américains pour faciliter la lutte contre la maladie.

Trump a déclaré l’urgence à la fois en vertu de la loi Stafford et de la loi nationale sur les urgences nationales, encore plus grande, pour débloquer un pouvoir exécutif radical en réponse à une crise nationale. Il avait indiqué aux journalistes du bureau ovale qu’il envisageait d’adopter la loi Stafford, une loi qui permet à un président de débloquer les pouvoirs de l’Agence fédérale des situations d’urgence ou FEMA pour aider les États et les municipalités en temps de crise. {6}

Promulguée en 1976, la loi sur les urgences nationales autorise le président à déclarer une « urgence nationale » chaque fois qu’il le juge approprié. Il n’offre aucune définition spécifique de « urgence », donc c’est entièrement à la discrétion du président. Une fois déclaré, le président se prévaut de dizaines de lois spécialisées – dont certaines ont accès à des fonds que le président n’aurait pas pu utiliser autrement. Essentiellement, le président est autorisé à contourner le Congrès et à reprogrammer le financement déjà alloué par les législateurs vers les domaines que le chef de l’exécutif juge appropriés.

En vertu de la loi actuelle, les pouvoirs d’urgence expirent dans un délai d’un an à moins que le président ne les renouvelle. Une urgence nationale peut être à nouveau déclarée indéfiniment et cela a été fait fréquemment dans la pratique.

Promulguée en 1988, la Robert T. Stafford Disaster Relief and Emergency Assistance Act ou Stafford Act autorise la FEMA à aider directement les gouvernements des États et les collectivités locales lors de « catastrophes naturelles » et à coordonner la réponse unifiée du pays. La loi Stafford déclenche essentiellement l’aide financière et physique de la FEMA afin que plus de 50 milliards de dollars de fonds fédéraux mis de côté par le Congrès puissent être utilisés pour répondre à une crise, telle qu’une catastrophe naturelle ou une pandémie comme COVID-19. Le financement peut être utilisé sur tout, du paiement des heures supplémentaires des premiers intervenants à la construction de nouvelles installations médicales, entre autres mesures, afin que les États et les municipalités puissent se mobiliser plus rapidement. {7}

Le Lieutenant-colonel Oliver North est questionné le projet de suspension de la Constitution américaine.

Projet Rex 84 — La FEMA et la continuité du gouvernement

Projet REX-84, les projets de camps de concentration en Amérique du NordRex 84, diminutif de Readiness Exercise 1984 est un plan du gouvernement des États-Unis visant à suspendre la Constitution, les libertés et emprisonner les citoyens américains sans réelles raisons apparentes sous ordre arbitraire de la part du Président américain.

Selon l’universitaire Diana Reynolds : « Le plan Rex-84 Alpha Explan (Readiness Exercise 1984, Exercise Plan ; aussi connu comme une continuité du plan gouvernemental), indique que la FEMA en association avec 34 départements et agences fédérales, ainsi que d’autres nations de l’OTAN, ont mené un exercice civil de préparation entre le 5 et le 13 avril 1984. Celui-ci a été conduit en coordination et simultanément à un exercice entre état-majors (Joint Chiefs exercise), Night Train 84, un exercice militaire mondial de commandement (incluant les forces continentales des États-Unis ou « CONUS ») basé sur des scénarios d’urgences multiples en opérant tant sur le territoire qu’à l’étranger. Dans cet exercice combiné, le projet Rex-84 Bravo, la FEMA et la DOD ont dirigé les autres agences fédérales et les départements incluant la Central Intelligence Agency, le Secret Service, le département du Trésor, le Federal Bureau of Investigation, et le département des Anciens combattants des États-Unis à travers des simulations conçues pour tester l’assistance militaire de la défense civile. » {8}

Le Lieutenant-colonel Oliver North, un personnage clé dans l’affaire qui nous intéresse puisqu’il était l’architecte du plan militaire de défense civile, le plan Rex 84, commandé par nul autre que le directeur de la FEMA, Louis Giuffrida. Le projet Rex 84 a été mentionné dans les audiences de l’affaire Iran-Contra en 1987. Alfonzo Chardy du Miami Herald, écrit à cette occasion, le 5 juillet 1987 : « Le lieutenant-colonel Oliver North et l’Agence fédérale des situations d’urgence (FEMA) […] ont élaboré un plan d’urgence prévoyant la suspension de la Constitution, imposant la loi martiale et autorisant les commandements militaires à prendre la tête de l’État et des gouvernements locaux et à détenir les dissidents et les réfugiés centre-américains lors d’une crise nationale. »

Dans les derniers mois de la présidence de Reagan, l’objectif de la planification du COG (continuité du gouvernement) avait officiellement changé : ce n’était plus pour des arrangements « après une guerre nucléaire », mais pour une « urgence de sécurité nationale ». Cela a été défini dans le décret exécutif 12656 du 18 novembre 1988 comme suit : « tout événement, y compris une catastrophe naturelle, une attaque militaire, une urgence technologique ou toute autre urgence, qui dégrade ou menace gravement la sécurité nationale des États-Unis ». De cette façon, un programme totalement légitime remontant à Eisenhower, consistant à planifier des mesures d’urgence extraordinaires pour une Amérique dévastée par une attaque nucléaire, a maintenant été converti pour conférer des pouvoirs secrets équivalents à la Maison Blanche, pour tout ce qu’elle considérait comme une urgence.

Cette application élargie du COG était apparemment envisagée dès 1984, lorsque, selon le journaliste du Boston Globe Ross Gelbspan {9} :

« Le lieutenant-colonel Oliver North travaillait avec des fonctionnaires de l’Agence fédérale de gestion des urgences. . . élaborer un plan d’urgence secret pour surveiller les dissidents politiques et organiser la détention de centaines de milliers d’étrangers sans papiers en cas d’urgence nationale non précisée. Le plan, dont une partie portait le nom de code Rex 84, prévoyait la suspension de la Constitution dans un certain nombre de scénarios, y compris une invasion américaine du Nicaragua. »

Rex 84 était une initiative conjointe de la FEMA et du Département de la défense qui mettait en scène une agitation civile conduisant à une situation d’urgence nationale. Ces lois fournissent tous les ingrédients à la mise en place d’une dictature : suspension de la Constitution, augmentation de la surveillance des citoyens et limitation de leur liberté de mouvement, enregistrement de tout homme, femme et enfant, saisie des propriétés individuelles, organisation et contrôle des moyens de production et des flux financiers, rappel des forces militaires détachées, saisie et contrôle de tous les moyens de transport, régulation des entreprises privées et limitation des voyages. A ces éléments s’ajoute une autre loi stipulant cette fois qu’en cas d’urgence nationale, le Congrès ne peut intervenir sur les affaires d’Etat durant les 6 premiers mois.

La consolidation des pouvoirs de la FEMA culmina en 2003, lorsqu’elle se joignit à 22 autres agences fédérales, programmes et bureaux pour former le Département de Sécurité Intérieure (Department of Homeland Security), un nouveau département créé à la suite des attentats du 11 septembre par l’administration Bush. L’approche gouvernementale en matière d’urgence est dorénavant parfaitement intégrée, centralisée et concentrée.

En 2003, le Président Bush présentait un projet de vaccination de masse : le Model State Emergency Health Powers Act, ou Model Act en abrégé, actuellement adopté par 34 états. Ce dernier rappelle étrangement le Plan Rex 84. En effet, il octroie aux gouverneurs, d’une part, les pouvoirs nécessaires à la détection de virus pandémiques et, d’autre part, les outils nécessaires à la protection des civils contre la contamination.

« Trump n’est pas aux commandes, alors qui diable est-il? En l’absence d’une réponse fédérale sérieuse, il appartient aux 50 gouverneurs des États et à de nombreuses localités de le découvrir par eux-mêmes. »

Elie Mystal, 17 mars 2020

banniereFABIENeBay001

___________

RÉFÉRENCES :

NOTES :

  1. Normand Lester : COVID-19: les plans secrets du Pentagone et le Canada. Le Journal de Montréal, 20 mars 2020.
  2. Natalie Rahhal (Acting US Health Editor); Megan Sheets : US military approves 11 coronavirus quarantine camps next to major US airports which can treat ‘up to 1,000 people’ as the 13th American case is confirmed in California. Daily Mail, 11 février 2020 (mis à jour le 12 mars 2020).
  3. La rédaction : COVID 19: les Forces canadiennes ont activé la phase 3 de l’opération LASER 20-01. 45eNord, 18 mars 2020.
  4. GimpyOlNorman : « What Trump Knew When (about the pandemic) and What He Told Us… ». Faily Kos, March 20, 2020.
  5. William M. Arkin : Exclusive: Inside the Military’s Top Secret plans if Coronavirus cripples the Government. Newsweek, 18 mars 2020.
  6. FEMA : President Donald J. Trump Directs FEMA Support Under Emergency Declaration for COVID-19. March 13, 2020. Release Number: HQ-20-017.
  7. Libby Cathey : Trump declares national emergency responding to coronavirus: Here’s what that means. ABC News, 13 March 2020.
  8. Diana Reynolds : « The Rise of the National Security State: FEMA and the NSC ». Political Research Associates.
  9. Ross Gelbspan : Break-Ins, Death Threats and the FBI : The Covert War Against the Central America Movement. South End Press, 1991, p. 184.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s