L’ancien Premier ministre britannique, Gordon Brown, plaide pour un gouvernement mondial afin de lutter contre le coronavirus

Comme l’écrit Francesca de Villasmundo dans Média-Presse : « Pour l’économiste et mentor de Macron, Jacques Attali, en bon messianiste aspirant à l’événement d’un Nouvel Ordre Mondial synonyme de bonheur sur terre pour une nouvelle humanité fraternelle, les pandémies, toutes horribles qu’elles soient, ont la grande qualité de favoriser l’émergence d’un “véritable gouvernement mondial” apte à promouvoir un “altruisme désintéressé”, nouveau paradigme d’une humanité régénérée. Un dessein politico-économique que certains, et non des moindres dirigeants mondiaux, voient se profiler à l’horizon de l’épidémie de coronavirus. » [1]

Jacques Attali écrivait en 2009, dans l’Express [2] : « L’Histoire nous apprend que l’humanité n’évolue significativement que quand elle a vraiment peur : elle met alors d’abord en place des mécanismes de défense ; parfois intolérables (des boucs émissaires et des totalitarismes) ; parfois futiles (de la distraction) ; parfois efficaces (des thérapeutiques, écartant si nécessaires tous les principes moraux antérieurs). Puis, une fois la crise passée, elle transforme ces mécanismes pour les rendre compatibles avec la liberté individuelle, et les inscrire dans une politique de santé démocratique. La pandémie qui commence pourrait déclencher une de ces peurs structurantes. » Il poursuit plus loin : « On en viendra alors, beaucoup plus vite que ne l’aurait permis la seule raison économique, à mettre en place les bases d’un véritable gouvernement mondial. »

Le 26 mars dernier l’ex-Premier ministre britannique, Gordon Brown, a exhorté les dirigeants mondiaux à créer une forme temporaire de gouvernement mondial pour lutter contre la double crise médicale et économique causée par la pandémie de Covid-19. L’ancien Premier ministre travailliste, qui était au centre des efforts internationaux pour lutter contre l’impact de la quasi-effondrement des banques en 2008, a déclaré qu’il était nécessaire de mettre en place un groupe de travail réunissant des dirigeants mondiaux, des experts de la santé et les chefs de la communauté internationale. organisations qui auraient des pouvoirs exécutifs pour coordonner la réponse.

Évidemment, celui-ci est membre du Parti travailliste socialiste (Labour Party) et donc — par ricochet — de la Société fabienne communiste, d’esprit totalitaire. D’ailleurs, il participa à plusieurs conférences organisées par cette Société de comploteurs, dont celle qui eut lieu le 25 juin 2019 à la Maison du clergé de la cathédrale de Westminster, et durant laquelle Brown a appelé à l’unité et a mis en garde contre les dangers du « nationalisme étroit ». [3] Deux mois auparavant, il rejoignait le Mouvement ouvrier juif (JLM), [4] connu sous le nom de Poale Zion (Grande-Bretagne). [5] Il a aussi écrit la préface du livre “The Change We Need. What Britain can learn from Obama’s victory” publié en 2009 par la Société fabienne. [6] Élu le 24 juin 2007, au poste de chef du Parti travailliste, Gordon Brown est nommé Premier ministre trois jours plus tard, remplaçant Tony Blair.

Peter Taaffe écrit dans le magazine Socialism Today : « Le départ de Tony Blair après dix ans au pouvoir est un tournant important dans l’évolution politique en Grande-Bretagne. Son remplaçant, Gordon Brown, représente une continuation de « l’ancien régime », la substitution du « New Labour » par le « New, New Labour » ! Mais cela représente également une rupture psychologique dans une situation britannique et mondiale changée. Malcolm de Shakespeare a déclaré du Thane de Cawdor [7] à Macbeth : « Il n’y a rien eu dans sa vie d’aussi honorable que la manière dont il l’a quittée ». » [8]


« Les justifications “bienveillantes” pour l’instauration du gouvernement mondial auquel aspire Attali sont jetées… » — Francesca de Villasmundo

L’ex-Premier ministre britannique, Gordon Brown, lors d’une intervention co-organisée par la Société fabienne et le groupe de défense Hope not Hate, à la Maison du clergé de la cathédrale de Westminster le 25 juin 2019.

Une réunion virtuelle du groupe des pays développés et en développement du G20, présidée par l’Arabie saoudite, eut lieu jeudi le 26 mars 2020, mais Brown a déclaré qu’il aurait été préférable d’inclure également le Conseil de sécurité de l’ONU. « Ce n’est pas quelque chose qui peut être traité dans un seul pays », a-t-il déclaré. « Il doit y avoir une réponse mondiale coordonnée. »

Brown a déclaré que la crise actuelle était différente de celle dans laquelle il était impliqué. « C’était un problème économique qui avait des causes économiques et avait une solution économique [la crise financière de 2008]. Il s’agit avant tout d’une urgence médicale et il doit y avoir une action commune pour y faire face. Mais plus vous intervenez pour faire face à l’urgence médicale, plus vous mettez les économies en danger. » Pendant la crise financière, Brown a convaincu d’autres dirigeants mondiaux de la nécessité de renflouer les banques, puis a organisé une réunion du G20 à Londres, qui a proposé un plan de sauvetage de 1,1 milliard de dollars.

Malgré la politique de Donald Trump « l’Amérique d’abord », il a déclaré qu’il était toujours possible d’obtenir le soutien d’un organisme d’urgence doté de pouvoirs exécutifs. Brown a déclaré que son groupe de travail mondial proposé lutterait contre la crise sur deux fronts. Il faudrait un effort coordonné pour trouver un vaccin, organiser la production, acheter et empêcher les profits.

De nombreux pays ont annoncé des paquets économiques au cours des deux dernières semaines, mais Brown a déclaré qu’un groupe de travail pourrait : s’assurer que les efforts des banques centrales étaient coordonnés; prendre des mesures pour empêcher la fuite record de capitaux des économies de marché émergentes; et convenir d’une approche commune de l’utilisation des dépenses publiques pour stimuler la croissance.

Brown a déclaré qu’il y avait eu une résistance en 2008 à utiliser le G20 comme un moyen de lutter contre la crise financière, mais qu’il devrait être clair pour les dirigeants mondiaux qu’il n’y a aucune possibilité qu’une approche autonome fonctionne. « Nous avons besoin d’une sorte de cadre de travail. Si je recommençais, je ferais du G20 une organisation plus large parce que dans les circonstances actuelles, vous devez écouter les pays les plus touchés, les pays qui font la différence et les pays où il y a un potentiel pour un énorme nombre de personnes touchées, comme celles d’Afrique », a déclaré Brown.

La Banque mondiale et le Fonds monétaire international ont besoin d’une augmentation de leur puissance de feu financière pour faire face à l’impact de la crise sur les pays à revenu faible et intermédiaire, a-t-il déclaré. [9]


« La pandémie qui commence pourrait déclencher une de ces peurs structurantes. On en viendra alors, beaucoup plus vite que ne l’aurait permis la seule raison économique, à mettre en place les bases d’un véritable gouvernement mondial. »

Jacques Attali, le 3 mai 2009

banniereFABIENeBay001

__________________

NOTES ET RÉFÉRENCES :

  1. Francesca de Villasmundo : Coronavirus : l’ex-ministre des finances britannique, Gordon Brown, plaide pour un gouvernement mondial. Média-Presse, 9 avril 2020.
  2. Jacques Attali : Changer, par précaution. L’Express, 3 mai 2009.
  3. Gordon Brown : Fabian Society speech: Gordon Brown speech on combatting the far right. Fabian Society and Hope not Hate, 25 June 2019.
  4. Le mouvement ouvrier juif (Jewish Labour Movement), connu sous le nom de Poale Zion (Grande-Bretagne) de 1903 à 2004, est l’une des plus anciennes sociétés socialistes affiliées au parti travailliste britannique. Depuis 2019, il est membre de la coalition progressiste Avodah / Meretz / Arzenu / Ameinu au sein de l’Organisation sioniste mondiale. C’est un parti frère du Parti travailliste israélien (Havodah) et soutient également Meretz en Israël. Elle est affiliée au Conseil des députés des Juifs britanniques et à la Fédération sioniste de Grande-Bretagne et d’Irlande. Ses objectifs sont de maintenir et de promouvoir le travail ou le sionisme socialiste en tant que mouvement d’autodétermination du peuple juif au sein de l’État d’Israël, et de soutenir, développer et promouvoir des militants politiques qui travaillent pour permettre les objets et les valeurs du mouvement ouvrier juif.
  5. John Johnston : WATCH: Gordon Brown joins Jewish Labour Movement and says party has ‘let Jewish community down’. PoliticsHome, 1 April 2019
  6. Fabian Society : The Change We Need. What Britain can learn from Obama’s victory. Edited by Nick Anstead and Will Straw. First published 2009.
  7. Le titre Thane of Cawdor est un titre dans la pairie d’Écosse. L’actuel 7ème Comte de Cawdor, du Clan Campbell de Cawdor, est le 26ème Thane de Cawdor.
  8. Peter Taaffe : The coronation of Gordon Brown. Socialism Today. Issue No. 110, June 2007.
  9. Larry Elliott (Economics editor) : Gordon Brown calls for global government to tackle coronavirus. The Guardian, 26 Mar 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s