Arthur Firstenberg résume : « En bref, la 5G fait partie de l’équation des coronavirus »

Récemment, le réseau {anti}social Facebook a supprimé la page de David Icke pour avoir publié « des informations [soi-disant] erronées sur la santé qui pourraient causer des dommages physiques ». M. Icke a fait plusieurs allégations à propos du coronavirus, suggérant que les réseaux de téléphonie mobile 5G sont liés à la propagation du virus. Facebook a déclaré dans un communiqué : « Nous avons supprimé cette page pour avoir violé à plusieurs reprises nos politiques sur la désinformation nuisible », tandis que YouTube affirme avoir « des politiques claires interdisant tout contenu qui conteste l’existence et la transmission de Covid-19 comme décrit par l’OMS et le National Health Service britannique ». Le 6 mai dernier, Spotify a aussi supprimé un podcast contenant une entrevue de David Icke avec Brian Rose, de London Real. [1]

Jeff Yates écrit sur le site de Radio-Canada : « Issue d’un blogue français n’offrant aucune preuve à l’appui et jadis reléguée aux groupuscules conspirationnistes, l’idée que la 5G a un lien avec la pandémie de COVID-19 se retrouve maintenant au cœur de l’actualité. D’ailleurs, quatre tours de télécommunication ont été incendiées au cours des derniers jours au Québec, et les services policiers étudient un possible lien avec ces idées complotistes. » Il poursuit : « Peu importe si la 5G ne comporte pas de risques pour la santé humaine; peu importe s’il est faux que la ville de Wuhan – berceau de la pandémie en Chine – était la première à disposer d’un réseau 5G. Et même si certains pays qui ont connu d’importantes éclosions, comme l’Iran ou le Japon, n’ont aucune couverture 5G, ces idées ont continué de se répandre. » [2]

Ici, il y a deux possibilités concernant le journaliste Jeff Yates. Soit il fait preuve d’une ignorance inexcusable en tant que professionnel de l’information, soit il ment délibérément en se fiant sur la méconnaissance du public sur des sujets aussi pointus.

Il suffit pourtant de sortir du pays et de nous éloigner des médias profanes pour trouver les informations les plus pertinentes. Par exemple, la plateforme Thailand Medical News [3] nous apprend que de fortes doses de CEM radiofréquences (RF-EMF), provenant entre autres de la technologie 5G, peuvent entraîner une augmentation de la température des tissus exposés, entraînant des brûlures et d’autres dommages. Mais le chauffage provoque également des mutations géniques et des dommages à l’ADN dans les cellules en plus de provoquer d’autres dysfonctionnements cellulaires. [4]

Tel que mentionné dans le ScienceDaily, le groupe de travail du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé les RF-EMF comme « potentiellement cancérigènes pour l’homme (groupe 2B) ». Cette évaluation a été soutenue par une grande majorité des membres du groupe de travail, comme publié dans la revue The Lancelet Oncology (communiqué du CIRC, 31 mai 2011). [5] Donc, lorsque Jeff Yates sous-entend que la 5G ne comporte pas de risques pour la santé humaine, c’est lui qui diffuse de la fausse information (fake news) sans en vérifier toutes les sources possibles.

Yates affirme encore que le Japon n’avait aucune couverture 5G alors que le pays avait d’importantes éclosions de coronavirus. Il transmet encore une fois des informations tronquées à ses lecteurs puisque, au moment où il écrivait son article le 5 mai dernier, le Japon avait déjà introduit la technologie 5G depuis au moins le 25 mars. [6] D’ailleurs, les délais du lancement de la 6G se dessinent déjà au Japon. Selon des experts cités par l’agence d’information économique japonaise Nikkei [7], la sixième génération de standards en matière de téléphonie mobile devrait être déployée au Japon d’ici 2030. [8] Selon Nikkei, le Japon a été déçu par le rythme de mise en œuvre de la 5G, raison de tous ses efforts pour développer cette nouvelle technologie de communication. Le rapport précise que la distribution de la 6G aidera à construire une « nouvelle société » dans laquelle le transfert instantané de données sera prioritaire. [9]

nPerf : Carte de couverture 3G/4G/5G au Japon. Réseau mobile cellulaire NTT DoCoMo.
nPerf : Carte de couverture 3G / 4G / 5G au Japon. Réseau mobile cellulaire NTT DoCoMo.

Le rayonnement RF, le COVID-19 et l’hypoxie

Carcinogenicity of radiofrequency electromagnetic fieldsNe possédant pas les connaissances scientifiques nécessaires, mon objectif dans cet article n’est pas d’alimenter la polémique à savoir si, oui ou non, le Covid-19 est provoqué par le déploiement du réseau 5G, et donc par le rayonnement électromagnétique. Par contre, je conspue tous ceux et celles qui dénigrent publiquement des scientifiques pour faire valoir leurs propres idées. Il s’agit d’une basse manœuvre ne relevant en rien de la grandeur d’âme et de l’honnêteté intellectuelle.

C’est ainsi que Jonathan Jarry, de l’Organisation pour la science et la société de l’Université McGill, dénigre son collègue lorsqu’il affirme : « Il faut faire attention avec les thèses du professeur Héroux.  C’est quelqu’un qui, depuis longtemps, a cette théorie que les rayonnements à basse fréquence ont des effets néfastes sur la santé humaine. Ça va à l’encontre de tous les consensus scientifiques des organisations majeures à ce sujet. C’est une anomalie dans cette sphère d’activité ». Mais de quel consensus scientifiques parle-t-il exactement ?! alors qu’il existe des centaines d’études scientifiques démontrant les effets néfastes des RF-EMF sur la santé. [10]

Plus loin, il dit du Dr Paul Héroux : « Comme tous les professeurs d’université, il a droit à une certaine liberté d’expression, mais la communauté scientifique le critique aussi. Il y a toujours des professeurs qui ont des propos hors normes, ça fait partie de la game. » Le même stratagème de dénigrement est utilisé contre le Pr. Didier Raoult, premier expert mondial en matière de maladies transmissibles selon le classement Expertscape Inc.. Le professeur Héroux quant à lui est un biostatisticien et un épidémiologiste de la Faculté de médecine de l’Université McGill. Il a publié une étude de 246 pages intitulée “Health Effects of Electromagnetism”. [11]

La plateforme Thailand Medical News nous informe encore une fois que les résultats d’une nouvelle étude publiée le 24 avril par des chercheurs chinois, le Dr Wenzhong Liu de l’Université du Sichuan et le Dr Hualan Li de l’Université de Yibin ont révélé que le coronavirus Sars-CoV-2 attaque l’hémoglobine dans les globules rouges par une série d’actions cellulaires, qui finalement rend les globules rouges incapables de transporter l’oxygène. [12] Dans une lettre d’information reçue la veille, Arthur Firstenberg écrit : « Le rayonnement RF et le COVID-19 provoquent tous deux une hypoxie. COVID-19 nuit à l’absorption d’oxygène par le sang et le rayonnement RF nuit à l’oxygène utilisé par les cellules. COVID-19 ne serait pas aussi sévère sans le rayonnement. » [13] Ses opinions, basées sur sa lecture de la littérature scientifique et médicale, du mieux qu’il peut déterminer, sont les suivantes :

  • La 5G a-t-elle causé le coronavirus? Non.
  • La 5G provoque-t-elle une maladie similaire au coronavirus? Oui.
  • La COVID-19 origine-t-elle des chauves-souris? Non.
  • Le virus de la COVID-19 est-il un virus à ARN recombinant, créé en laboratoire, intentionnellement ou non, dans le cadre d’un programme de recherche dont le but était de protéger la population? S’est-il échappé accidentellement d’un laboratoire de virologie à Wuhan, en Chine? Probablement.

Arthur Firstenberg écrit : « J’ai noté certains effets du COVID-19 qui sont similaires aux effets des ondes radio. La liste des effets en commun s’est allongée et comprend les maux de tête, les étourdissements, les nausées, les problèmes digestifs, les douleurs musculaires, la tachycardie, l’hypotension, les arythmies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux et les convulsions. Près des deux tiers des personnes testées positives pour COVID-19 ont perdu leur odorat, souvent sans aucun autre symptôme. Les patients présentent une confusion mentale, sans aucun symptôme respiratoire. Les patients présentent des diarrhées, des vomissements et des douleurs abdominales. Lorsque les patients présentant l’un de ces symptômes sont positifs pour le coronavirus, leurs maladies sont attribuées à ce virus. Mais ce sont tous des symptômes classiques du mal des ondes radio. Lorsque le virus et le rayonnement RF sont présents, la maladie doit être attribuée aux deux. »

Il conclut très justement sa lettre d’information en écrivant : « En bref, la 5G fait partie de l’équation des coronavirus, et tout ce que nous avons fait pour lutter contre la pandémie a plus à voir avec la politique et la peur qu’avec la réalité. Il est temps de rouvrir la société, d’enlever nos masques et d’ouvrir nos yeux sur ce qui se passe réellement dans notre monde. » [14]


Covid et 5G: étude de corrélation

Bartomeu Payeras Cifre
Bartomeu Payeras Cifre

Comme beaucoup d’autres personnes, le biologiste espagnol Bartomeu Payeras i Cifre [15] était au courant de ceux qui affirmaient l’incidence de la technologie 5G dans le développement du coronavirus; certains, venant du monde scientifique, comme lui; d’autres, diffuseurs des revendications. Il manquait quelque chose; aucun n’a fourni une étude capable d’étayer leurs affirmations avec des données objectives. Bartomeu Payerás s’y est mis en publiant une étude intitulée « Estudio sobre la asimétrica distribución de casos de COVID-19 y su relación con la tecnología 5G » (Étude sur la distribution asymétrique des cas de COVID-19 et sa relation avec la technologie 5G). [16]

Il est très clair lorsqu’il déclare que son étude n’a pas l’intention d’établir une relation de cause à effet entre la technologie 5G et le coronavirus. Ce qu’il met sur la table, c’est la relation entre l’index infecté et ledit réseau de télécommunications. Autrement dit, si la proportion de personnes affectées pour 1 000 habitants est plus élevée ou non dans les endroits où des antennes 5G sont installées.

La première chose qu’il a observée est que les 9 pays dans le monde avec la plus forte incidence de cas de coronavirus ont la technologie 5G. Nous parlons des États-Unis, de l’Espagne, de l’Italie, de la France, de l’Allemagne, du Royaume-Uni, de l’Iran, de la Chine et de la Corée du Sud.

Lors de l’analyse de l’indice de probabilité statistique entre 4 pays d’Europe ayant une latitude et des cultures similaires : Portugal, Espagne, Italie et Grèce, il a été constaté que la probabilité de contracter le virus était de 1,02, 2,79, 2,08 et 0,15, respectivement. Quelle est la particularité de l’Espagne et de l’Italie (2,79 et 2,08) par rapport au Portugal et à la Grèce (1,02 et 0,15) ? Les deux premiers ont le réseau 5G déployé et les deux autres non.

En creusant plus profondément dans la péninsule italique, il a découvert un cas très important : Saint-Marin. L’indice de ce petit pays est de 10,56, 4 fois plus que l’Italie et 27 de plus que la Croatie (indice de 0,39). Que se passe-t-il à Saint-Marin ? C’était le premier endroit au monde à mettre en œuvre le réseau 5G. Et que se passe-t-il en Croatie pour avoir un taux aussi bas ? Il n’y a pas de 5G. Cela l’a conduit à la réflexion suivante : étant le premier endroit où fut installé la technologie 5G, en septembre 2018, sa population y fut exposée depuis le plus longtemps.

Les zones examinées en Espagne ont donné, du plus élevé au plus bas, les taux de cas suivants / 1000 habitants : La Rioja: 6,62; Madrid: 5,4; Navarre: 4,5; Pays basque: 3,7; Catalogne: 3,2; Aragon 2.3; Estrémadure: 1,7; Îles Baléares: 1,02; Murcie: 0,8. Quelle est la différence entre les zones avec les taux les plus élevés et les plus bas ? Le réseau 5G.

Bartomeu Payarás a exploré plus en détail les villes spécifiques sur lesquelles il y avait des informations sur les infections par quartier ou district et les a à nouveau comparées avec la couverture du réseau 5G dans ces villes. Les villes choisies étaient : Madrid et Barcelone, en Espagne; New York, à l’étranger. Les résultats ont suivi le même schéma : indice plus élevé dans les zones couvertes de 5G.

L’étude se termine par une analyse des pays frontaliers ou proches des États-Unis et de la Chine. Dans les deux cas, les indices des premiers sont largement inférieurs à ceux des seconds, et le développement de la technologie 5G est une circonstance courante. Les conclusions de l’étude réalisée par l’auteur lui-même peuvent être résumées dans les points suivants :

  1. L’existence d’une corrélation claire entre les cas de coronavirus et l’emplacement des antennes 5G.
  2. Elle n’établit pas une cause d’effet unique entre l’existence du coronavirus et la technologie 5G.
  3. La nécessité de désactiver cette technologie pendant un certain temps dans certains des endroits où il existe des informations à ce jour pour pouvoir déterminer plus précisément l’impact entre avoir une couverture 5G ou ne pas l’avoir.

Bartomeu Payeras rapporte qu’il n’a été possible de communiquer son étude à aucun journaliste. Il demande à ce qu’elle soit divulguée et déclare que si, après en avoir eu connaissance, les autorités politiques ou sanitaires n’ont pris aucune mesure, cela pourrait être considéré comme de la négligence, voire de la tergiversation.

Autant l’autorité compétente veut nous rassurer, peut-être tous, une majorité ou, au moins, beaucoup, nous sentons qu’il y a trop de questions à ce sujet. Des questions qui vont au-delà de l’efficacité de la gestion gouvernementale. Les versions officielles, qu’elles soient chinoises, de tout autre pays, de cercles académiques ou scientifiques proches ou dépendants, et ne parlons pas des médias théoriquement chargés de transmettre des informations véridiques, recherchent en premier lieu leur propre survie, quelle que soit les effets secondaires ou collatéraux qui peuvent tomber sur une communauté politique qui, crédule ou incrédule, est vulnérable et entre les mains de ceux-ci.

Trop de scientifiques qualifiés remettent ouvertement en cause la version de la zoonose et bien d’autres aspects liés au récit officiel de cette épidémie. La technologie 5G pourrait signifier un nouveau saut qualitatif dans les télécommunications avec un effet indésirable sur le corps humain, en particulier sur la force de son système immunitaire. Personne ne dit qu’il n’y a pas de virus, mais qu’une communauté immunologiquement affaiblie sera plus sans défense contre l’apparition de tout agent pathogène. Cela pourrait être l’effet indésirable de la technologie 5G. L’étude de Bertomeu Payarás n’est qu’indicative, mais ce sont des indications rationnelles et non idéologiques. [17]


La vérité transmise par les symboles

Billet de 20 £ en polymère le 20 février 2020 (recto - verso)
Cliquez sur l’image pour voir les détails.

Ce n’est pas un secret que les personnes qui travaillent dans l’ombre utilisent des symboles connus et identifiables afin de camoufler des messages qui doivent être lus et compris par les seuls initiés, ou par celles et ceux qui en découvriront la signification suite à une observation méticuleuse. Ce système de cryptographie est utilisé depuis la nuit des temps, de l’ancienne Babylone à la Grèce antique, en passant par l’Égypte et jusqu’à l’époque moderne où le symbole est toujours utilisé pour définir des codes sociaux.

Le symbole est un concept, une représentation pensée chez un individu en particulier ou un groupe en général; l’association faite par la pensée est déclenchée à partir des sens humains percevant quelque chose.

Le mot « symbole » est issu du grec ancien sumbolon (σύμβολον), qui dérive du verbe συμβάλλεσθαι (sumballesthaï) signifiant « mettre ensemble », « comparer ». Un signe faisant symbole est actif chez l’individu pour soit provoquer une pensée sur un thème (par exemple la sécurité, l’autorité, l’orientation bas/haut…) et un élément (par exemple mer, terre, ciel, visage humain…), soit une sensation (par exemple joie, peur, paix, créativité, respect, etc.).

La 5G et le coronavirus sur le billet de 20 £ en polymère émis le 20 février 2020.La première des fonctions du symbole est la « fonction sémiotique » : il signifie quelque chose, il désigne, comme tout signe. Le symbole est une représentation porteuse de sens. C’est un système signifiant relevant de la connotation, par exemple, le carré peut désigner le nombre quatre. Une deuxième fonction du symbole est la « fonction révélatrice ». Le symbole apparaît ainsi comme la réalité visible (accessible aux cinq sens) qui invite à découvrir des réalités invisibles. Ce qu’un signe ordinaire ne permet pas de dire, le symbole le permet. Le symbole traduit l’intraduisible, éclaire l’obscur. Par exemple: le Soleil, qui éblouit, permet de présenter l’inaccessibilité de Dieu ; l’océan figure l’infini de l’amour. Une autre fonction est la « fonction magique » : le symbole, de façon formelle ou de façon concrète, agit sur les choses, indirectement, analogiquement. Par exemple, un magicien croit – à tort ou à raison – que le nombre treize, par une « vertu occulte » qui échappe à la raison et à la science physique, porte malheur.

Le 20 février 2020, le nouveau billet de 20 £ en polymère avec l’artiste Joseph Mallord William Turner est entré en circulation pour la première fois au Royaume-Uni. Le polymère de 20 £ est le billet de banque de la Banque d’Angleterre le plus sécurisé à ce jour. Il comprend deux fenêtres transparentes et une feuille bicolore qui rendent très difficile la contrefaçon. S’exprimant à la Tate Britain, qui abrite le legs Turner, le gouverneur Mark Carney [18] a déclaré: « Nos billets de banque célèbrent le patrimoine extraordinairement riche et diversifié du Royaume-Uni et soulignent les contributions de ses plus grands citoyens. L’art de Turner a été transformateur. Je suis ravi que le travail de l’artiste britannique le plus influent de tous les temps apparaisse désormais sur 2 milliards d’œuvres d’art supplémentaires – les nouvelles notes de 20 £ que les gens peuvent commencer à utiliser aujourd’hui. » [19]

Pour donner vie au nouveau billet, la Banque a travaillé avec Snapchat pour développer une lentille qui permet au public de voir son argent dans une nouvelle dimension grâce à la réalité augmentée. Selon la description donnée par la Banque d’Angleterre, les caractéristiques du nouveau billet de 20 £ comprennent une grande fenêtre transparente avec une feuille bleue et dorée sur le devant représentant le phare de Margate, le Turner Contemporary [20], ainsi qu’une pastille ronde et violette contenant la lettre «T» inspirée de l’escalier de la Tate Britain (The Rotunda), où est conservée la plus grande partie des œuvres de Turner. [21]


Il faut tout de même admettre que ce qui est censé représenter le phare de Margate, le Turner Contemporary et l’escalier de la Tate Britain — mis ensemble — ressemble étrangement à une tour de téléphonie mobile de 5G surmontée d’une protéine de coronavirus. En général, un phare illustré est toujours représenté avec un faisceau lumineux direct et non pas avec un rayon ondulatoire de type électromagnétique tel qu’il est représenté sur le billet de 20 £ (vous n’avez qu’à visionner les vidéos ci-haut pour vous en rendre compte). Lorsqu’on regarde le billet de plus près, on voit parfaitement les ondes se dégager de la tour. De plus, la pastille ronde et violette pouvant représenter le virus se situe très exactement au verso de la Couronne royale (du latin “corona”). Ce symbole qui paraît évident indiquerait qu’il s’agit bel et bien du coronavirus, c’est-à-dire du virus royal.

Dans une préface écrite pour le livre de Fleur Cowles, “If I Were an Animal” (1987), le Prince Philip d’Édimbourg déclare : « Je dois avouer que je suis tenté de demander à être réincarné en tant que virus particulièrement meurtrier ». Selon le journal The Guardian, il aurait précisé plus tard (1988) : « Au cas où je me réincarnerais, je voudrais revenir en tant que virus mortel, pour contribuer à résoudre le problème de la surpopulation. » (In the event that I am reincarnated, I would like to return as a deadly virus, to contribute something to solving overpopulation). [22] Comme l’écrit Benjamin Fulford « Cela montre à quel point ces gens sont arrogants et comment ils planifient à long terme, alors que le reste d’entre nous doit réagir à ce qui se passe actuellement. » [23]

Évidemment, il y aura toujours des gens comme Norman Lester pour dire que le coronavirus génère une pandémie de désinformation et de théories conspirationnistes. « L’une des plus idiotes à s’être propagées dans le monde et à avoir contaminé le Québec est celle, franchement ridicule et anti-scientifique, suivant laquelle la nouvelle technologie sans fil 5G serait à l’origine de la Covid-19 », écrit-il dans un article du 7 mai dernier. [24] Dans une mise en garde publiée sur son site internet, l’Organisation mondiale de la santé écrit : « Les virus ne circulent pas sur les ondes radio ou par les réseaux mobiles. La COVID-19 se propage dans de nombreux pays qui n’ont pas de réseau mobile 5G. » [25]

Ce n’est pourtant pas ce que les véritables chercheurs affirment. Le scientifique Arthur Firstenberg dit très clairement que la 5G n’a pas causé le coronavirus. Il dit simplement que le « Covid-19 ne serait pas aussi sévère sans le rayonnement. » Pour sa part. le biologiste Bartomeu Payeras i Cifre démontre l’existence d’une corrélation claire entre les cas de coronavirus et l’emplacement des antennes 5G. Il précise : « Personne ne dit qu’il n’y a pas de virus, mais qu’une communauté immunologiquement affaiblie sera plus sans défense contre l’apparition de tout agent pathogène. Cela pourrait être l’effet indésirable de la technologie 5G. » Mais il est tellement plus facile de dénigrer que de débattre. Il s’agit d’un signe de faiblesse et ce n’est rien de moins qu’un raccourci intellectuel.


NOTA BENE : Théoriquement, la pastille ronde et violette contenant la lettre « T » pourrait aussi représenter les « cellules T », une catégorie de leucocytes qui jouent un grand rôle dans la réponse immunitaire secondaire. « T » est l’abréviation de thymus, l’organe dans lequel leur développement s’achève. Lors d’une étude récente (2019) intitulée “Communication sans fil 5G et effets sur la santé – un examen pragmatique basé sur les études disponibles concernant la bande 6 à 100 GHz”, « il a été constaté que les ondes millimétriques modulent les effets du médicament anticancéreux cyclophosamide. En particulier, le système de cellules T du système immunitaire a été activé et divers autres paramètres pertinents du système immunitaire ont été affectés. » [26] Les cellules T sont responsables de l’immunité cellulaire : les cellules infectées par un virus par exemple, ou les cellules cancéreuses reconnues comme étrangères à l’organisme sont détruites par un mécanisme complexe.

Bill Gates, left, NIH director Dr. Francis Collins and NIAID director Dr. Anthony Fauci at a 2017 Gates Foundation global health workshop on topics that included vaccine research.
L’eugéniste Bill Gates, à gauche, le directeur des Instituts américains de la santé (NIH), le Dr Francis Collins et le directeur du NIAID, le Dr Anthony Fauci (conseiller de Donald Trump sur le coronavirus), lors d’un atelier sur la santé mondiale 2017 de la Fondation Gates sur des sujets qui comprenaient la recherche sur les vaccins.

Il suffit de lire mon livre, « La Société fabienne: les maîtres de la subversion démasqués », pour comprendre que les membres de l’organisation nazi Bilderberg se sont préparé de longue date au déploiement du réseau 5G et de l’intelligence artificielle, à l’armement des médias sociaux et au monde « post-vérité » (réunions de 2018 et 2019). Il est indéniable que le nouveau billet de 20 £ qui fut émis par la Banque d’Angleterre le 20 février 2020, correspond à la fois à la propagation de la pandémie de Covid-19 et au déploiement du réseau 5G dans plusieurs pays. On ne peut le nier.

N’est-il pas étrange que l’année 2020 corresponde au projet de vaccination globale de Bill Gates, par l’intermédiaire de l’alliance ID2020 (AccentureGavi, the Vaccine AllianceRockefeller Foundation | Microsoft | IDEO.org), une organisation non gouvernementale qui fournira une identité numérique à tous, un objectif de développement durable défini, incluant 1,5 milliard de personnes vivant sans aucune forme d’identification reconnue. Un capteur sera alors implémenté dans le corps de chaque individu afin de détecter l’activité corporelle de l’utilisateur. Le brevet de ce dispositif a été enregistré le 26 mars dernier par Microsoft sous le numéro WO/2020/060606 (World Order | 2020 | 666). [27] Il ne s’agit pas de science-fiction ou d’une théorie conspirationniste, mais bien d’une information officielle, très bien documentée (j’y reviendrai dans un prochain article).

En lisant mon article, Norman Lester et d’autres personnes de cet acabit chercheront sans doute à m’insulter en me qualifiant de « covidiot ». [28] Je répondrai alors : « L’ignorance est l’apanage de toutes les médisances. »
Bill Gates, Covid-19, Vaccin, ID2020, MK-Ultra : « The new normal » (Nouvel Ordre Mondial)

« Je parle de vérité, où que je la trouve, où qu’elle mène, car notre monde est en jeu et la vie elle-même – physique, mentale, émotionnelle et spirituelle – est en train d’être démantelée. Les complots n’ont pas leur place dans cet effort. La peur non plus. » — Arthur Firstenberg


RÉFÉRENCES :

NOTES ET SOURCES :

  1. Sam Shead : Spotify removes podcast featuring interview with conspiracy theorist David Icke, while Apple stalls. CNBC, May 6 2020.
  2. Jeff Yates : COVID-19 : comment les conspirations à propos de la 5G ont envahi l’actualité. Radio-Canada, 5 mai 2020.
  3. Thailand Medical News a été conçu pour servir de plateforme collaborative à toutes les personnes impliquées dans l’industrie médicale en Thaïlande pour présenter et mettre en valeur la Thaïlande en tant que principal centre médical dans le monde. Il doit également servir de média informatif, en gardant tous les acteurs de l’industrie médicale ainsi que les patients ou les profanes intéressés par la santé avec les derniers développements et nouvelles non seulement de Thaïlande mais aussi du monde entier. La plate-forme a un large éventail de médecins et d’experts qui soutiennent le site via leurs rôles consultatifs gratuits.
  4. News : 5G Consequences On Human Health. Thailand Medical News, September 16, 2019.
  5. 30 international scientists : Carcinogenicity of radiofrequency electromagnetic fields. The Lancelet Oncology, volume 12, issue 7, July 01, 2011, pp 624-626. [PDF]
  6. Actualités : La 5G débarque au Japon à partir du 25 mars. Nippon Communications Foundation, 24 mars 2020.
  7. 日本経済新聞 : 「6G通信」30年実現へ 政府が総合戦略 世界で開発競争. Nikkei, 2020/1/19付 [Nihon Keizai Shimbun : “Communication 6G” à réaliser dans 30 ans. Le gouvernement a une stratégie globale de développement mondial. Nikkei, 19 janvier 2020].
  8. Sci-Tech : Déçu par l’implantation de la 5G, le Japon se lance déjà dans la 6G. Sputnik, 21 janvier 2020.
  9. NTIC : Le Japon boude la 5G et se lance dans la 6G. 7info (Côte d’Ivoire), 22 janvier 2020.
  10. Tristan Péloquin : Incendies criminels: la panique anti-5G atteint le Québec. La Presse, 5 mai 2020.
  11. Paul Héroux, PhD : Health Effects of Electromagnetism (McGill Course OCCH-605). Faculty of Medicine, McGill University, January 2019.
  12. Dr Wenzhong Liu; Dr Hualan Li : COVID-19:Attacks the 1-Beta Chain of Hemoglobin and Captures the Porphyrin to Inhibit Human Heme Metabolism. ChemRxiv, 24.04.2020.
  13. Arthur Firstenberg : Choosing Life. 5gSpaceAppeal, 23 avril 2020. (Maison du 21e siècle)
  14. Arthur Firstenberg est un scientifique et un journaliste. De 1978 à 1982, ce diplômé en mathématiques de l’Université Cornell a fréquenté l’Irvine School of Medicine (Université de la Californie). C’est là qu’une surdose de rayons X a anéanti sa carrière médicale. Depuis 30 ans, il est chercheur, consultant et conférencier sur les effets des CEM sur la santé et l’environnement, ainsi que praticien de plusieurs arts de la guérison. Il est l’auteur du livre The Invisible Rainbow – A History of Electricity and Life. Arthur est aussi webmestre de l’excellent site cellphonetaskforce.org.
  15. Bartomeu Payeras Cifre est un biologiste spécialisé en microbiologie travaillant à l’Université de Barcelone qui a publié plusieurs articles de recherche. Il a travaillé et recherché des bactéries et des virus de la variole dans les laboratoires pharmaceutiques Hubber de Barcelone. Il a créé et travaillé au Département de microbiologie marine du Laboratoire océanographique de Palma de Majorque. Analyse clinique au Centre d’Analisis Clinicos à Palma. Génie génétique: échange épisodique entre Paracolobacter et Citrobacter C-3 avec un bactériophage. Biogramme, méthode d’évaluation de l’activité de la vitamine B12. Etude de la contamination bactérienne marine dans le port de Maon. Professeur de mathématiques, physique, chimie et biologie à l’IEM. Découvreur du code Dali avec lequel le peintre a codé ses messages dans ses peintures.
  16. Bartomeu Payeras i Cifre : Estudio sobre la asimétrica distribución de casos de COVID-19 y su relación con la tecnología 5G (Étude sur la distribution asymétrique des cas de COVID-19 et sa relation avec la technologie 5G) — [étude préliminaire]. 10 mayo 2020. (site officiel – articles)
  17. Marcelino Lastra Muñiz : Covid y 5G: Estudio de correlación. Miciudadreal, 21 abril, 2020.
  18. Mark Joseph Carney est un économiste et banquier canadien. Il est gouverneur de la Banque du Canada de 2008 à 2013, puis de la Banque d’Angleterre de 2013 à 2020. Il est membre du Groupe des Trente, un organisme fondé en 1978 à l’initiative de la fondation Rockefeller. Carney a assisté aux réunions annuelles du groupe Bilderberg en 2011 et 2012. Il possède le titre honorifique de « Freeman of the City of London » (Homme libre de la City de Londres).
  19. Vicky Shaw; Danny Thompson; Will Rider : Thanet: New £20 banknote note featuring JMW Turner enters circulation. Kent Live, 20 February 2020.
  20. Marijke Hall : New £20 note features Turner Contemporary and Margate lighthouse. Kent Online, 10 October 2019.
  21. News release : Turner £20 enters circulation. The new polymer £20 note featuring artist JMW Turner has entered circulation for the first time. Bank of England, 20 February 2020.
  22. Guy Boulianne : Coronavirus : le Pr Didier Raoult, Directeur de l’IHU Méditerranée Infection, expert mondial en matière de maladies transmissibles. Publié le 18 mars 2020.
  23. Benjamin Fulford : Chinese and Western Intelligence Services Hunting Down 5G Telecom Executives. Weekly Geo-Political News and Analysis, April 20, 2020.
  24. Norman Lester : Le complot COVID-19/5G: les covidiots se mobilisent. Journal de Montréal, 7 mai 2020.
  25. Nouveau coronavirus (2019-nCoV) : En finir avec les idées reçues. Conseils au grand public, Organisation mondiale de la santé.
  26. Myrtill Simkó and Mats-Olof Mattsson : 5G Wireless Communication and Health Effects—A Pragmatic Review Based on Available Studies Regarding 6 to 100 GHz. International Journal of Environmental Research and Public Health. 2019 Sep; 16(18): 3406. Published online 2019 Sep 13. doi: 10.3390/ijerph16183406.
  27. Guy Boulianne : Dr Horacio Arruda : « Le plus grand danger d’un scientifique, c’est d’avoir un doute. Quand vous avez la vérité, méfiez-vous. ». Publié le 9 mai 2020.
  28. Norman Lester : L’infodémie 5G/COVID-19: à qui profite le crime?. Journal de Montréal, 10 mai 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s