Expériences biologiques chinoises avec un coronavirus pour infecter les humains exposés en 2015 par les médias d’État italiens

Il y a cinq ans, la société de médias d’État italienne Rai – Radiotelevisione Italiana a dénoncé les sombres efforts de la Chine sur les virus. La vidéo, qui a été diffusée en novembre 2015, a montré comment des scientifiques chinois faisaient des expériences biologiques sur un virus lié au SRAS soupçonné d’être un coronavirus, dérivé de chauves-souris et de souris, demandant si cela valait le risque afin de pouvoir modifier le virus pour la compatibilité avec les organismes humains.

Le reportage porte sur une expérience menée sur le virus du Sras, qui a sévi en 2003 et qui fait partie de la famille des coronavirus, comme le Covid-19. « C’est juste une expérience, mais elle suscite de nombreuses inquiétudes », lance le présentateur de Leonardo, une émission consacrée à la science et diffusée sur la RAI, l’audiovisuel public italien. « Un groupe de chercheurs chinois a greffé une protéine provenant de chauves-souris sur le virus du Sars – la pneumonie aiguë – prélevé sur des souris. En résulte un super virus qui pourrait frapper l’homme. » Le présentateur ajoute immédiatement que le virus « est confiné dans un laboratoire ».

Le reportage de la RAI faisait allusion à une étude publiée en 2015 dans la revue Nature Medicine. Réalisée par des chercheurs de l’université de Caroline du Nord, de l’école de médecine d’Harvard et de l’Institut de virologie de Wuhan, l’étude se penchait bien sur un virus créé à partir de la méthode décrite dans le reportage. Celui-ci a été relayé par Matteo Salvini, ancien ministre de l’Intérieur et membre de la Ligue, le 25 mars dernier. Ci-dessous, une transcription de l’émission italienne traduite en français.


Expériences biologiques chinoises

Expériences biologiques chinoises« Les scientifiques chinois ont créé un supervirus pulmonaire à partir de chauves-souris et de souris uniquement pour des raisons d’étude, mais cela comporte de nombreux aspects discutables. Est-ce que ça en vaut la peine ? C’est une expérience, bien sûr, mais c’est inquiétant. Cela inquiète de nombreux scientifiques : c’est un groupe de chercheurs chinois qui attache une protéine provenant de chauves-souris au virus du SRAS, la pneumonie aiguë, dérivée de souris. Le résultat est un super coronavirus qui pourrait affecter l’homme. Il reste fermé dans les laboratoires et ce n’est qu’à des fins d’étude, mais vaut-il le risque – créant une si grande menace uniquement à des fins d’examen ?

« Le débat sur les risques de la recherche est aussi ancien que la science elle-même. Comme le mythe d’Icare, qui a plongé du ciel et a péri dans la mer, étant allé trop près du soleil avec les ailes de cire conçues par son père !

« Voici une expérience en Chine, dans laquelle un groupe de scientifiques a réussi à développer une chimère – un organisme modifié en attachant la protéine de surface d’un coronavirus trouvé dans les chauves-souris de l’espèce commune appelée la grande chauve-souris à cheval, à un virus qui cause le SRAS chez la souris, bien que sous une forme non mortelle. Il a été soupçonné que la protéine pourrait rendre l’organisme hybride chimérique approprié pour affecter les humains, et l’expérience l’a confirmé.

« C’est précisément cette molécule, appelée SHCO14, qui permet au coronavirus de se fixer à nos cellules respiratoires et de déclencher le syndrome. Selon les chercheurs, les deux organismes, l’original et encore plus celui qui est fabriqué, peuvent infecter les humains directement des chauves-souris, sans passer par une espèce intermédiaire comme la souris, et c’est cette éventualité qui soulève de nombreuses controverses.

« Il y a tout juste un an (cette émission est de 2015), le gouvernement américain a suspendu le financement de la recherche, qui visait à rendre les virus plus contagieux. Le moratoire n’a pas arrêté le travail des Chinois sur le SRAS, qui était déjà à un stade avancé et semblait relativement inoffensif.

« Selon une partie de la communauté scientifique, ce n’est en fait pas dangereux. La probabilité que le virus puisse passer à notre espèce était insignifiante par rapport aux avantages du virus – un argument que de nombreux autres experts ont rejeté. Premièrement, parce que la relation entre le risque et le bénéfice est difficile à évaluer et deuxièmement, parce qu’en particulier en ces temps, il est plus prudent de ne pas mettre en circulation un organisme qui peut s’échapper ou être sous le contrôle des laboratoires. »


Dès que cette émission est devenue virale sur les médias sociaux italiens, les journalistes et les experts ont commencé à l’expliquer en disant que le virus dans la vidéo n’était pas COVID-19. Même la revue britannique Nature, qui a écrit la publication sur laquelle cette émission italienne était basée, a précisé que le virus dont l’émission parlait n’était pas lié au COVID-19 « naturel ».

Cependant, c’est hors de propos. Cela ne veut pas dire que les virus sont littéralement les mêmes. Cela signifie que les informations présentées dans la vidéo sont cohérentes avec les informations selon lesquelles la Chine effectue de nombreuses recherches sur les armes biologiques et que l’impact du virus dans la diffusion a beaucoup en commun avec les informations générales sur les symptômes de COVID-19.

De plus, le magazine Nature lui-même avait fait un article en février 2017 sur le laboratoire BSL-4 de Wuhan, l’Institut de virologie de Wuhan, soulevant des préoccupations et des théories valables et se demandant à haute voix si l’expérimentation de virus mortels était une bonne idée.

« Le BSL-4 est le niveau de confinement biologique le plus élevé : ses critères incluent la filtration de l’air et le traitement de l’eau et des déchets avant qu’ils ne quittent le laboratoire, et stipulant que les chercheurs changent de vêtements et de douche avant et après l’utilisation des installations de laboratoire. Ces laboratoires sont souvent controversés….

« Les plans futurs comprennent l’étude du pathogène responsable du SRAS, qui ne nécessite pas non plus de laboratoire BSL-4, avant de passer à Ebola et au virus Lassa ouest-africain, qui le font … Les inquiétudes entourent le laboratoire chinois … Le virus du SRAS s’est échappé de la haute des installations de confinement à plusieurs niveaux à Pékin à plusieurs reprises… Le projet d’expansion en réseau renforce ces préoccupations. Un laboratoire BSL-4 à Harbin est déjà en attente d’accréditation; les deux prochains devraient être à Pékin et à Kunming. »

En janvier 2020, Nature a ensuite ajouté timidement une note de l’éditeur en haut de l’article, disant qu’il n’y avait en fait « aucune preuve » de ce laboratoire jouant un rôle dans l’épidémie de coronavirus et que les scientifiques pensent que la source est probable « un marché aux animaux ».

Cependant, une enquête scientifique approfondie de GreatGameIndia, sur les origines mystérieuses du Coronavirus – les fichiers COVID-19 – a montré que le « marché animal » n’est pas la source réelle de l’épidémie. Dans notre enquête, nous explorons les sources du nouveau coronavirus dans cinq domaines principaux, y compris l’enquête épidémiologique, la comparaison des gènes viraux, la recherche sur les infections croisées, les « hôtes intermédiaires » clés et les résultats du laboratoire Wuhan P4, pour fournir aux lecteurs une perspective complètement scientifique.

Fait intéressant, les scientifiques italiens de l’Université de Milan étudient si l’épidémie de coronavirus a réellement commencé en Italie au dernier trimestre de 2019. Les villes de Milan et Lodi de la région administrative de Lombardie ont signalé une augmentation « significative » du nombre de personnes hospitalisées pour une pneumonie et une grippe en octobre et décembre 2019. Pendant ce temps, au milieu des critiques mondiales, une poursuite de 20 billions de dollars a été déposée contre la Chine par l’avocat et activiste conservateur américain Larry Klayman, sa société Buzz Photos et son groupe Freedom Watch, pour avoir mené une guerre biologique en utilisant le coronavirus.

Que peut-on retenir de ce reportage ?

De ce reportage, diffusé le 16 novembre 2015 au cours du très sérieux journal télévisé TGR Leonardo (chaîne RAI 3), on peut retenir que :

  1. Il est possible de créer de nouveaux virus en laboratoire;
  2. En partant de virus d’animaux;
  3. Et de créer des chimères pathogènes pour l’homme au travers de virus qui sinon n’attaqueraient pas l’homme;
  4. Que les Coronavirus entrent dans cette catégorie;
  5. Et que les Chinois l’ont fait avec la participation des Américains.


RÉFÉRENCES :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s