Évaluer le problème des fausses nouvelles à l’échelle de l’écosystème de l’information

Le 1er avril dernier, une nouvelle étude scientifique a été publiée dans le magazine Science Advances, intitulée “Évaluer le problème des fausses nouvelles à l’échelle de l’écosystème de l’information” (Evaluating the fake news problem at the scale of the information ecosystem). Les scientifiques Jennifer Allen (MIT Sloan School of Management), Baird Howland (Harmony Labs), Markus Mobius (Microsoft Research, New England), David Rothschild (Microsoft Research, New York) et Duncan J. Watts (Université de Pennsylvanie) y réfutent l’idée généralement admise de la prévalence des « fausses nouvelles en ligne » sur les autres médias, comme la télévision. [1]

Ils remettent en question plus largement l’importance des nouvelles en ligne par rapport aux nouvelles télévisées et à d’autres types de consommation des médias : « Dans la mesure où les Américains consomment des informations, ils le font massivement en regardant la télévision. Dans l’ensemble, le rapport entre la télévision et les actualités en ligne, y compris les ordinateurs de bureau et les appareils mobiles, est supérieur à cinq pour un (54 min contre 9,7 min). » Les cinq scientifiques écrivent :

« Les “fausses nouvelles”, définies au sens large comme des informations fausses ou trompeuses déguisées en informations légitimes, sont souvent considérées comme omniprésentes en ligne, avec de graves conséquences pour la démocratie. En utilisant un ensemble de données multimode unique qui comprend un échantillon représentatif à l’échelle nationale de la consommation de mobiles, d’ordinateurs de bureau et de télévision, nous réfutons cette sagesse conventionnelle à trois niveaux. Premièrement, la consommation d’informations de toute sorte est largement contrebalancée par d’autres formes de consommation des médias, qui représentent au plus 14,2% de l’alimentation quotidienne des médias américains. Deuxièmement, dans la mesure où les Américains consomment des informations, c’est en grande partie de la télévision, qui représente environ cinq fois plus que la consommation d’informations en ligne. Troisièmement, les fausses nouvelles ne représentent que 0,15% du régime quotidien des médias américains. Nos résultats suggèrent que les origines de la désinformation publique et de la polarisation sont plus susceptibles de résider dans le contenu des nouvelles ordinaires ou dans l’évitement des nouvelles tout comme dans les fausses déclarations. »

Benjamin Fulford écrit à son tour : « Étant donné que ces réseaux de télévision sont contrôlés à plus de 90% par des familles de la mafia Khazarienne, il faudra les occuper physiquement avec des forces militaires pour faire en sorte que la vérité soit communiquée à la population en général. » [2]


Introduction de l’étude

Evaluating the fake news problem at the scale of the information ecosystemDepuis l’élection présidentielle américaine de 2016, la diffusion délibérée de la désinformation en ligne, en particulier sur les plateformes de médias sociaux tels que Twitter et Facebook, a suscité un intérêt extraordinaire dans plusieurs disciplines. Cet intérêt reflète en grande partie une préoccupation plus profonde que la prévalence des « fausses nouvelles » a accru la polarisation politique, diminué la confiance dans les institutions publiques et sapé la démocratie.

Récemment, une poignée d’articles ont tenté de mesurer la prévalence des fausses nouvelles sur les médias sociaux, constatant que l’exposition est rare par rapport à d’autres types de contenu d’actualités et généralement concentrée parmi les Américains plus âgés et politiquement conservateurs. Malgré ces résultats, de nombreux chercheurs et autres observateurs continuent de plaider pour que la désinformation délibérément conçue diffusée sur les médias sociaux soit suffisamment répandue pour constituer une crise urgente.

Les désaccords sur la prévalence et l’importance de la désinformation sont difficiles à évaluer empiriquement pour trois raisons. Premièrement, les Américains consomment des informations en ligne via des ordinateurs de bureau et, de plus en plus, des appareils mobiles ainsi qu’à la télévision (TV); pourtant, aucune source unique de données ne couvre les trois modes. Par conséquent, les chercheurs sélectionnent des sources de données en fonction de leur disponibilité, qui peut ne correspondre ni à la représentativité ni à l’exhaustivité. Par exemple, de nombreuses études s’appuient exclusivement sur Twitter, dont les utilisateurs sont très peu représentatifs de la population générale, tandis que même des études qui s’appuient sur des panels en ligne représentatifs omettent la consommation de télévision.

Deuxièmement, les analyses des fausses nouvelles ne tiennent souvent pas compte de la quantité qu’elles sont consommées par rapport à d’autres types de nouvelles ou de contenu non lié aux nouvelles. Parce que le volume de contenu en ligne est si vaste, même un très grand numérateur peut ne constituer qu’une infime fraction du total.

Troisièmement, même si sa prévalence est faible par rapport à d’autres types de contenu, les fausses nouvelles peuvent être importantes soit parce qu’elles ont un impact disproportionné, soit parce qu’elles sont concentrées sur de petites sous-populations. Bien que des mesures complètes de la prévalence soient intrinsèquement intéressantes et puissent indiquer l’impact relatif que différents types de contenu devraient avoir à dominer, elles ne peuvent pas à elles seules résoudre les questions d’influence.

Ici, nous abordons les deux premiers des trois défis, laissant le troisième pour de futures recherches. Nous avons assemblé un ensemble de données unique qui s’appuyait sur trois sources différentes pour capturer la consommation à travers les deux principaux modes de production de nouvelles, la télévision et en ligne, où nous intégrons la consommation totale à travers les modes par tranche démographique. Le contenu est défini par le mode sur lequel il est consommé non produit; ainsi, par exemple, la vidéo consommée sur un ordinateur de bureau ou un appareil mobile est classée comme une consommation en ligne même lorsqu’elle est produite par des chaînes de télévision grand public.

Conclusion de l’étude

Pour résumer, nous notons que, selon Google Scholar au moment de la soumission finale, 2 210 publications en anglais avec « fausses nouvelles » dans le titre étaient apparues depuis janvier 2017, contre seulement 73 pour toutes les années précédant et incluant 2016. Non seulement l’intérêt pour les fausses informations a clairement explosé au cours des deux dernières années, mais il a également dépassé de loin l’attention aux informations télévisées : un décompte comparable n’a produit que 329 articles publiés depuis 2017 contenant des « nouvelles télévisées » (television news) ou des « nouvelles TV » (TV news) dans leurs titres, tandis que 708 articles contenant des « actualités en ligne », 394 contenaient « Twitter » ou « Facebook » et « actualités » et 556 contenaient « médias sociaux » et « actualités ».

En se limitant aux études qui relient explicitement la désinformation à une plate-forme particulière, Google Scholar a produit 99 résultats contenant à la fois « désinformation » et l’un des termes « en ligne » ou « médias sociaux » ou « web » dans le titre depuis 2017, mais seulement 1 résultat pour « désinformation » et « télévision » ou « TV » — un article sur les taux de survie irréalistes de la réanimation cardiopulmonaire dans les émissions de télévision.

Cette orientation évidente de la littérature de recherche récente sur les sources en ligne de fausses nouvelles et de désinformation est directionnellement et proportionnellement incompatible avec nos résultats de trois manières. Premièrement, alors que la recherche traite la consommation de nouvelles comme un problème de première importance, nous constatons que la plupart des médias, qu’ils soient en ligne ou à la télévision, ne sont pas liés aux nouvelles. Deuxièmement, alors que la recherche sur les actualités en ligne — et encore plus spécifiquement sur les plateformes de médias sociaux — l’emporte nettement sur la recherche sur les actualités télévisées, nous constatons que la consommation des actualités télévisées domine en ligne par un ratio de 5:1 (où le ratio est encore plus extrême pour les sites de médias sociaux). Troisièmement, alors que le sujet des fausses nouvelles dépasse toutes les autres recherches liées aux nouvelles, nous constatons que les fausses nouvelles elles-mêmes ne représentent que 1% de la consommation globale de nouvelles, beaucoup moins pour Twitter seul. Au lieu de cela, la consommation de nouvelles est largement dominée par les principales sources d’information en ligne et à la télévision.

Nous soulignons que nos résultats n’impliquent pas que les fausses nouvelles ne sont pas un problème digne d’attention. On peut soutenir que la diffusion délibérée de fausses informations dans le but de créer de la confusion et de la discorde est en principe intolérable et devrait être combattue à toute prévalence supérieure à zéro. De plus, il est possible que les informations consommées en ligne aient plus d’impact par minute d’exposition que les informations consommées à la télévision, ou que les fausses informations aient un impact démesuré par rapport aux informations régulières, ou qu’elles puissent avoir des impacts importants sur certaines sous-populations.

Enfin, nous notons que nos définitions des nouvelles et des fausses nouvelles dépendent, à l’exception de YouTube, des classifications au niveau du site ou du programme. Les contenus pertinents aux actualités sur les réseaux sociaux qui ne sont pas liés à une URL particulière, ou les informations fausses ou trompeuses diffusées par des sources d’informations généralement fiables, seraient donc mal classés par notre système. Nous espérons que les travaux futurs porteront sur tous ces domaines d’incertitude.

Nous notons, cependant, que notre méthodologie a été conçue pour être cohérente avec les travaux antérieurs, qui ont également utilisé une classification basée sur une liste et se sont appuyés sur la prévalence (c’est-à-dire, pas sur l’impact) pour évaluer l’importance. Dans ces conditions, notre constatation selon laquelle les fausses nouvelles sont extrêmement rares, ne représentant qu’environ un dixième de 1% du régime quotidien des médias américains, suggère que les préoccupations concernant les menaces possibles pour la démocratie devraient être d’une portée beaucoup plus large que les faussetés délibérément conçues circulant sur des médias sociaux. En particulier, l’ignorance ou l’incompréhension du public sur des questions politiques importantes pourraient également résulter d’une combinaison de préjugés ordinaires et de définition de l’agenda dans les médias grand public et de la faible exposition générale de nombreux Américains au contenu des informations en général, en particulier par écrit.

Nous concluons que les futurs travaux sur la désinformation et ses effets potentiellement corrosifs sur la démocratie devraient tenir compte de toutes les sources potentielles de contenu problématique, ainsi que de l’absence de contenu pertinent, et pas seulement du type le plus facilement identifiable et le moins associé aux intérêts des médias conventionnels.

__________

RÉFÉRENCES :

  1. Jennifer Allen; Baird Howland; Markus Mobius; David Rothschild; Duncan J. Watts : Evaluating the fake news problem at the scale of the information ecosystem. Science Advances. Vol 6, No. 14, 1 April 2020. [PDF]
  2. Benjamin Fulford : Khazarian Mafia’s COVID-19 Power Grab Fails, Bill Gates Now a Dead Man Walking. Weekly Geo-Political News and Analysis, May 25, 2020.

Une réflexion au sujet de « Évaluer le problème des fausses nouvelles à l’échelle de l’écosystème de l’information »

  1. Si les fake news n’étaient pas si importantes, elles ne feraient pas l’objet de tant d’études. Il faut aussi être très prudent en ce qui concerne les études, car aujourd’hui de nombreuses revues soi-disant scientifiques sont fausses ou fortement biaisées. C’est rendu pas mal chaotique dans ce domaine et on ne sait plus littéralement à quels news se fier. C’est la fameuse stratégie de la tension à l’œuvre.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s