John W. Whitehead : Ce n’est pas une révolution. C’est un plan pour verrouiller la nation

« Quand il s’agit de recourir à la violence, vous jouez au jeu du système. L’établissement vous irrite – tirez votre barbe, effleurez votre visage – pour vous faire violence à vous-même. Parce qu’une fois qu’ils vous ont rendu violent, ils savent comment vous gérer. » — John Lennon

[Par John W. Whitehead] — Il y a quelque chose qui est concocté dans les tanières du pouvoir, bien au-delà des yeux du public, et cela n’augure rien de bon pour l’avenir de ce pays. Chaque fois que vous avez une nation entière si fascinée par le théâtre politique et le spectacle public qu’elle est inconsciente de tout le reste, vous feriez mieux de vous méfier. Chaque fois que vous avez un gouvernement qui opère dans l’ombre, parle dans un langage de force, et régit par la loi, vous feriez mieux de vous méfier. Et chaque fois que vous avez un gouvernement si éloigné de son peuple qu’il garantit qu’il ne sera jamais vu ou entendu par les élus pour le représenter, vous feriez mieux de vous méfier.

Ce qui se déroule devant nous n’est pas une révolution. Le pillage, l’incendie, les émeutes, la violence: c’est une anti-révolution. Les manifestants jouent directement entre les mains du gouvernement, car les pouvoirs en place le veulent. Ils veulent une excuse pour verrouiller la nation et passer à la loi martiale tous azimuts. Ils veulent une raison de renforcer l’État policier. Cela se produit plus rapidement que nous ne pouvons suivre.

Le ministère de la Justice déploie des équipes anti-émeute des prisons fédérales dans différentes villes. Plus de la moitié des gouverneurs du pays appellent la Garde nationale à réprimer les troubles civils. Un nombre croissant de villes, à peine sorties d’un blocage du coronavirus, sont à nouveau bloquées, cette fois en réponse au bouleversement croissant. C’est ainsi que ça commence.

C’est à nouveau cette vidéo de formation dystopique du Pentagone 2030, qui anticipe la nécessité pour le gouvernement d’instituer la loi martiale (utiliser les forces armées pour résoudre les problèmes politiques et sociaux nationaux) afin de naviguer dans un monde troublé par des « réseaux criminels », « des infrastructures de qualité inférieure », « Tensions religieuses et ethniques », « appauvrissement, bidonvilles », « décharges ouvertes, égouts surchargés », « masse croissante de chômeurs » et paysage urbain dans lequel l’élite économique prospère doit être protégée de l’appauvrissement des démunis.

Nous sommes en avance sur le calendrier. Les architectes de l’Etat policier nous ont exactement là où ils nous veulent : sous leur botte de frappe, à bout de souffle, désespérés de liberté, aux prises avec un semblant d’avenir qui ne ressemble pas à la prison totalitaire qui se dresse autour de nous. De cette façon réside une certaine tyrannie.

Pendant un instant seulement, « nous, le peuple », nous avons semblé unis dans notre indignation face à ce dernier meurtre d’un homme non armé par un flic surexcité de sa propre autorité et du pouvoir de son uniforme. Cette unité n’a pas duré.

En effet, il ne nous a pas fallu longtemps – pas de surprise là-bas – pour que nous devenions rapidement à nouveau divisés, polarisés par la fureur malavisée et la violence insensée des foules descendant dans les rues, empreintes de folie et de chaos. Délibérément ou non, les émeutiers ont détourné notre attention des crimes du gouvernement et se sont tournés vers eux-mêmes. C’est une distraction. Ne vous laissez pas distraire autant. Ne perdons pas de vue ce qui a tout déclenché : le gouvernement américain.

Plus que le terrorisme, plus que l’extrémisme domestique, plus que la violence armée et le crime organisé, la violence systémique perpétrée par des agents du gouvernement constitue une plus grande menace pour la vie, la liberté et les biens de ses citoyens que n’importe lequel des soi-disant dangers desquels le gouvernement prétend nous protéger.

Exemple: George Floyd est décédé aux mains de l’État policier américain. Le meurtre impitoyable et de sang-froid de l’homme noir non armé de 46 ans par la police n’a rien de nouveau : pendant 8 minutes et 46 secondes, la police s’est agenouillée sur le cou de Floyd tandis que l’homme a plaidé pour sa vie, a lutté pour respirer, a crié pour sa mère décédée, et finalement s’évanouit et mourut. Floyd est encore une autre victime d’un système de police brisé qui a mis « nous le peuple » à la merci de flics militarisés qui ont une discrétion presque absolue pour décider qui est une menace, ce qui constitue une résistance et à quel point ils peuvent traiter avec les citoyens. Ils ont été nommés pour « servir et protéger ».

Tous les jours, les Américains sont abattus, dépouillés, fouillés, étouffés, battus et électrocutés au pistolet par la police pour n’oser que froncer les sourcils, sourire, interroger, contester un ordre ou simplement exister. Je parle du nombre croissant de personnes non armées qui sont tuées par balle pour se tenir juste d’une certaine manière, ou se déplacer d’une certaine manière, ou tenir quelque chose – n’importe quoi – que la police pourrait interpréter à tort comme une arme à feu, ou allumer un déclencheur … une peur centrée dans l’esprit d’un policier qui n’a rien à voir avec une menace réelle pour sa sécurité.

Tué par la police pour avoir été dans une « position de tir ». Tué pour avoir tenu un téléphone portable. Tué pour avoir tenu une batte de baseball. Tué pour avoir ouvert la porte d’entrée. Tué pour être enfant dans une voiture poursuivie par la police. Tué pour avoir approché la police tout en tenant une cuillère en métal. Tué pour avoir couru de manière agressive tout en tenant une branche d’arbre. Tué pour avoir rampé nu. Tué pour s’être penché dans une posture défensive. Tué parce qu’un policier a accidentellement tiré avec son pistolet au lieu de son pistolet Taser. Tué pour avoir porté un pantalon sombre et un maillot de basket. Tué pour atteindre sa licence et son enregistrement lors d’un arrêt de la circulation. Tué pour conduite en étant sourd. Tué pour être sans abri. Tué pour avoir brandi un chausse-pied. Tué pour avoir fait pipi à l’extérieur. Tué pour avoir fait tomber sa voiture en panne sur la route. Tué pour avoir tenu un tuyau d’arrosage.

Maintenant, vous pouvez trouver toutes sortes d’excuses pour justifier ces tirs, et en fait, c’est exactement ce que vous entendrez des politiciens, des syndicats de police, des responsables de l’application des lois et des particuliers qui sont plus qu’heureux de marcher en étroite collaboration avec la police. Cependant, comme ces incidents le montrent clairement, le seul citoyen vraiment conforme, soumis et obéissant dans un État policier est un citoyen mort.

Triste, n’est-ce pas, à quelle vitesse nous sommes passés d’une nation de lois – où les moins parmi nous avaient tout autant le droit d’être traités avec dignité et respect que la prochaine personne (en principe, au moins) – à une nation des forces de l’ordre (collecteurs de revenus avec des armes) qui nous traitent tous comme des suspects et des criminels ?

    • Ce n’est pas ainsi que vous gardez la paix.

    • Ce n’est pas de la justice. Ce n’est même pas la loi et l’ordre.

    • Ce n’est certainement pas la liberté. C’est l’illusion de la liberté.


Malheureusement, nous sommes maintenant dirigés par un gouvernement de psychopathes, de scélérats, d’espions, de voyous, de voleurs, de gangsters, de violeurs, d’extorsionnistes, de chasseurs de primes, de guerriers prêts au combat et de tueurs à sang froid qui communiquent en utilisant un langage de force et d’oppression. Les faits parlent d’eux mêmes.

Nous sommes ravagés par un gouvernement de voyous, de violeurs et de tueurs. Ce ne sont pas seulement les coups de feu tirés par la police contre des citoyens non armés qui sont inquiétants. Ce sont les raids de l’équipe SWAT qui ont mal tourné qui font des citoyens innocents blessés, des enfants terrorisés et des animaux domestiques tués. Il s’agit des fouilles à nu sur la route – dans certains cas, des fouilles dans les cavités d’hommes et de femmes effectuées à la vue du public – à la recherche de drogues qui ne sont jamais trouvées. Il s’agit de l’utilisation potentiellement mortelle – et injustifiée – d’armes dites « non létales » telles que des pistolets Taser sur des enfants pour « parler à un policier». Pour avoir tenté de fuir le bureau du directeur. Car, à l’âge de 12 ans, entrer dans un combat avec une autre fille.

Nous sommes détenus sous la menace d’un pistolet par un gouvernement de soldats – une armée permanente. Alors que les Américains sont obligés de sauter à travers un nombre croissant de cerceaux afin d’exercer leur droit au deuxième amendement de posséder une arme à feu, le gouvernement arme ses propres employés civils jusqu’à la garde avec des fusils, des munitions et du matériel de style militaire, les autorisant à procéder à des arrestations et les entraînant à des tactiques militaires. Le Smithsonian, le U.S. Mint, le Health and Human Services, l’IRS, le FDA, le Small Business Administration, le Social Security Administration, le National Oceanic and Atmospheric Administration, l’Education Department, l’Energy Department, le Bureau of Engraving and Printing et un assortiment d’universités publiques. Il y aurait maintenant plus de civils gouvernementaux (non militaires) bureaucratiques possédant des armes de haute technologie et mortelles que les Marines américains. Cela ne commence même pas à toucher à l’arsenal du gouvernement, à la transformation de la police locale en extensions de l’armée, et la vitesse à laquelle la nation pourrait être enfermée sous la loi martiale selon les circonstances. De toute évidence, le gouvernement se prépare à la guerre – et à une guerre civile, à cela – et « nous, le peuple », sommes l’ennemi perçu.

Nous sommes mis à profit par un gouvernement de scélérats, d’idiots et de lâches. Le satiriste américain HL Mencken a calculé que « le Congrès se compose d’un tiers, plus ou moins, de scélérats; les deux tiers, plus ou moins, des idiots; et les trois tiers, plus ou moins, des poltrons. » Dans l’ensemble, les Américains semblent d’accord. Lorsque vous avez des représentants du gouvernement qui passent une grande partie de leurs heures de travail à collecter des fonds, à être fêtés par des lobbyistes, à passer par une porte tournante lucrative entre la fonction publique et le lobbying, et à se mettre à la disposition de toute personne disposant de suffisamment d’argent pour garantir l’accès à un bureau au congrès, vous êtes dans les griffes d’une oligarchie corrompue. Attention, ces mêmes élus lisent rarement les lois qu’ils promulguent, et ils ne semblent pas non plus capables de promulguer beaucoup de lois qui aident plutôt qu’elles ne gênent le sort du citoyen américain.

Nous sommes enfermés par un gouvernement de geôliers cupides. Nous sommes devenus un État carcéral, dépensant trois fois plus dans nos prisons que dans nos écoles et emprisonnant près d’un quart des prisonniers dans le monde, malgré le fait que la criminalité est à son plus bas niveau et que les États-Unis ne représentent que 5% des la population mondiale. L’augmentation de la criminalisation excessive et des prisons privées à but lucratif incite encore plus à enfermer les citoyens américains pour des « crimes » non violents comme avoir une pelouse envahie. Comme le souligne le Boston Review, « le système américain contemporain de maintien de l’ordre, de tribunaux, d’emprisonnement et de libération conditionnelle… fait de l’argent par la confiscation d’avoirs, des contrats publics lucratifs auprès de prestataires de services privés et en extrayant directement les revenus et la main-d’œuvre non rémunérée des populations de couleur et des pauvres. Dans les États et les municipalités de tout le pays, le système de justice pénale prend à sa charge les frais en obligeant les détenus et leurs familles à payer des sanctions. Il permet également aux fournisseurs de services privés de facturer des frais scandaleux pour les besoins quotidiens tels que les appels téléphoniques. En conséquence, les personnes faisant face à des accusations criminelles, même mineures, peuvent facilement se retrouver piégées dans un cycle auto-entretenu de dette, de criminalisation et d’incarcération. »

Nous sommes espionnés par un gouvernement de Peeping Toms. Le gouvernement, aidé par ses alliés, surveille tout ce que vous faites, lit tout ce que vous écrivez, écoute tout ce que vous dites et surveille tout ce que vous dépensez. La surveillance omniprésente ouvre la voie à des programmes gouvernementaux qui dressent le profil des citoyens, documentent leur comportement et tentent de prédire ce qu’ils pourraient faire à l’avenir, que ce soit ce qu’ils pourraient acheter, quel politicien ils pourraient soutenir ou quels types de crimes qu’ils pourraient commettre. Selon Psychology Today, l’impact de cette surveillance de grande envergure est « une confiance réduite, une conformité accrue et même une participation civique réduite ». Comme le conclut l’analyste technologique Jillian C. York, « La surveillance de masse sans procédure régulière – qu’elle soit entreprise par le gouvernement de Bahreïn, de Russie, des États-Unis ou ailleurs – menace d’étouffer cette dissidence, laissant dans son sillage une population intimidée par la peur ».

Nous sommes contraints de céder nos libertés – et celles de nos enfants – à un gouvernement d’extorsionnistes, de blanchisseurs d’argent et de pirates professionnels. Le peuple américain a été vendu à plusieurs reprises, une facture de marchandises sur la façon dont le gouvernement a besoin de plus d’argent, de pouvoirs plus étendus et de plus de secret (tribunaux secrets, budgets secrets, campagnes militaires secrètes, surveillance secrète) afin de nous garder en sécurité. Sous prétexte de combattre ses guerres contre le terrorisme, la drogue, l’extrémisme domestique, les pandémies et les troubles civils, le gouvernement a dépensé des milliards de dollars des contribuables pour des guerres sans fin qui ont semé des représailles, des programmes de surveillance qui ont soumis tous les Américains à une société de surveillance et la police militarisée qui a transformé les communautés en zones de guerre.

Nous sommes volés à l’aveugle par un gouvernement de voleurs. Les Américains ne bénéficient plus d’une réelle protection contre les agents du gouvernement habilités à saisir à volonté les propriétés privées. Par exemple, les services de police, sous le couvert de lois sur la confiscation d’avoirs, prennent des biens sur la base d’un soupçon d’activités criminelles.

Et nous sommes contraints de vivre dans un état d’urgence perpétuel. Du 11 septembre aux fermetures de COVID-19 et maintenant à la menace de la loi martiale face aux troubles civils croissants, nous avons assisté à la montée d’un « état d’urgence » qui justifie toutes sortes de tyrannie gouvernementale et de prises de pouvoir dans le monde appelé nom de la sécurité nationale.

Quoi qu’il en soit – un danger, une menace – le gouvernement américain ne cherche certainement pas à défendre nos intérêts, ni n’est en aucun cas un ami de la liberté.

Lorsque le gouvernement se considère comme supérieur aux citoyens, lorsqu’il ne fonctionne plus au profit du peuple, lorsque le peuple n’est plus en mesure de réformer pacifiquement son gouvernement, lorsque les fonctionnaires cessent d’agir comme des fonctionnaires, lorsque les élus ne représentent plus la volonté du peuple, lorsque le gouvernement viole régulièrement les droits du peuple et commet plus de violence contre les citoyens que la classe criminelle, lorsque les dépenses du gouvernement sont inexplicables et inexpliquées, lorsque le pouvoir judiciaire agit comme des cours d’ordre plutôt que de justice, et lorsque le gouvernement n’est plus lié par les lois de la Constitution, alors vous n’avez plus de gouvernement « du peuple, par le peuple et pour le peuple ».

Ce que nous avons, c’est un gouvernement de loups.
Nos dos sont contre le mur proverbial.

Le gouvernement et ses cohortes ont conspiré pour faire en sorte que le seul véritable recours dont dispose le peuple américain pour exprimer son mécontentement à l’égard du gouvernement soit le vote, ce qui n’est pas un véritable recours.

Les sanctions pour désobéissance civile, dénonciation et rébellion sont sévères. Si vous refusez de payer des impôts pour des programmes gouvernementaux que vous croyez immoraux ou illégaux, vous irez en prison. Si vous tentez de renverser le gouvernement – ou l’une de ses agences – parce que vous pensez qu’il a outrepassé sa portée, vous irez en prison. Si vous essayez de dénoncer l’inconduite du gouvernement, il y a de fortes chances que vous iriez en prison.

Pendant trop longtemps, le peuple américain a obéi aux diktats du gouvernement, aussi extrêmes soient-ils. Nous avons payé ses impôts, pénalités et amendes, aussi scandaleux soient-ils. Nous avons toléré ses indignités, ses insultes et ses abus, aussi flagrants soient-ils. Nous avons fermé les yeux sur ses indiscrétions et son incompétence, aussi imprudentes soient-elles. Nous avons gardé notre silence face à son illégalité, sa licence et sa corruption, aussi illicites soient-elles.

Nous avons souffert. Combien de temps nous continuerons à souffrir dépend de combien nous sommes prêts à abandonner pour la liberté.

Les fondateurs américains nous ont fourni une explication très précise sur le but du gouvernement et une feuille de route sur ce qu’il faut faire lorsque le gouvernement abuse de son autorité, ignore nos objections et s’établit comme un tyran. Nous devons choisir entre l’esclavage pacifique (en d’autres termes, le maintien du statu quo dans la servitude envers l’État policier) et la liberté dangereuse. Cela signifiera tracer une voie dans laquelle nous commencerons à nous approprier notre gouvernement, en commençant au niveau local, en remettant en cause le statu quo et en levant l’enfer – non violemment – chaque fois qu’un fonctionnaire du gouvernement sort de la ligne.

Nous ne pouvons plus maintenir l’illusion de la liberté.

Comme je le dis clairement dans mon livre “Battlefield America: The War on the American People”, nous sommes actuellement les plus vulnérables.


À PROPOS DE JOHN W. WHITEHEAD : L’avocat constitutionnel et auteur John W. Whitehead est fondateur et président du Rutherford Institute. Son nouveau livre “Battlefield America: The War on the American People” est disponible sur www.amazon.com. Whitehead peut être contacté à staff@rutherford.org.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s