COVID-19 — Chaque pays, suivant aveuglément les mesures dictatoriales de l’OMS, est devenu une copie certifiée conforme de la Chine.

Voici un texte du biologiste clinique et praticien hospitalier, M. Zelmat, tiré de son étude intitulée « Facing COVID-19 by the Confinement : EBM, ‘MBM’ or ‘SBM’? », actuellement en pré-publication sur SSRN et soumise au British Medical Journal.

Facing COVID-19 by the Confinement - EBM, 'MBM' or 'SBM'Les succès de l’OMS sont incontestables pour sauver des millions de vies grâce aux programmes de vaccination, pour éliminer la variole (par le Programme intensifié d’éradication de la variole) et pour réduire la consommation de tabac (par la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac), mais elle fait l’objet de nombreuses critiques :

Financée dans les années 70 à 80% par les contributions de ses Etats membres et 20% par les entreprises et les bailleurs de fonds privés, nous connaissons aujourd’hui la tendance inverse : l’OMS est en fait financée à 80% par des laboratoires pharmaceutiques, des banques, l’industrie de l’armement, des compagnies pétrolières, l’industrie de l’alcool, etc. tandis que Bill Gates participe de plus en plus au financement de l’OMS à travers sa fondation, [1] ce qui rend l’organisation très dépendante (à tel point que certains l’appellent: “le médecin de l’OMS”) et les faits s’accumulent : fausse alerte sur la grippe H1N1 sous la pression des lobbies pharmaceutiques, inquiétante complaisance envers le glyphosate que l’OMS a déclaré sans danger malgré les victimes de l’herbicide, cécité face aux conséquences de la pollution due aux compagnies pétrolières en Afrique, minimisation du bilan humain des catastrophes nucléaires (en raison de l’accord que l’OMS a signé avec l’Agence internationale de l’énergie atomique) de Tchernobyl à Fukushima et des catastrophes liées à l’utilisation de munitions à l’uranium appauvri en Irak et dans les Balkans, non-reconnaissance de l’Artemisia pour protéger les intérêts pharmaceutiques malgré le fait qu’il s’agit déjà d’une médecine factuelle.

L’indépendance de l’organisation est compromise à la fois par l’influence des lobbies industriels — y compris celle des laboratoires pharmaceutiques — et par les intérêts de ses États membres, notamment la Chine. L’institution genevoise, qui avait sous-estimé la menace Ebola (plus de 11 000 morts), est également accusée de négligence envers les maladies tropicales, au profit de marchés plus juteux. Une enquête en 2016 a livré une radiographie édifiante de l’OMS montrant une structure affaiblie par les griffes des lobbyistes, sujette à de multiples conflits d’intérêt et a expliqué comment, à l’OMS, les intérêts privés dominent ceux de la santé publique. [2] Une autre enquête a également été menée sur l’OMS, dénommée : “faites confiance à l’OMS” (trustWHO campaign).


« Afin de promouvoir leurs médicaments et vaccins brevetés contre la grippe, les sociétés pharmaceutiques ont influencé les scientifiques et les agences officielles, responsables des normes de santé publique pour alarmer les gouvernements du monde entier et leur font gaspiller des ressources de santé limitées pour des stratégies de vaccination inefficaces et exposent inutilement des millions de personnes en bonne santé au risque d’une quantité inconnue d’effets secondaires de vaccins insuffisamment testés. » — Dr Wolfgang Wodarg

Juttat Pinzler, Tatjana Mischke. L’OMS : dans les griffes des lobbyistes ?. arte. 2016.

Au moment de la grippe H1N1, le Dr Wolfgang Wodarg, président de la commission de la santé de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, a critiqué l’influence de l’industrie pharmaceutique sur les scientifiques et les fonctionnaires de l’OMS, déclarant qu’elle a conduit à la situation où « inutilement des millions de personnes en bonne santé étaient exposées au risque de vaccins mal testés » et que, pour une souche de grippe, elle était « beaucoup moins nocive » que toutes les épidémies de grippe précédentes. [3] Selon le rapport de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe sur la manière dont la pandémie de grippe H1N1 a été gérée par l’OMS : « un gaspillage de grosses sommes d’argent public ainsi que des craintes injustifiées concernant les risques pour la santé … De graves lacunes ont été identifiées en ce qui concerne la transparence des processus décisionnels liés à la pandémie, ce qui a suscité des inquiétudes quant à l’influence possible de l’industrie pharmaceutique sur certains des décisions importantes relatives à la pandémie. Il faut craindre que ce manque de transparence et de responsabilité ne fasse chuter la confiance dans les conseils donnés par les grandes institutions de santé publique ». [4] Que signifie le mensonge planétaire de l’OMS sur le H1N1 de 2009 ? Cela signifie qu’il y a des gens prêts à injecter dans le corps des hommes un vaccin — dont ils n’ont pas besoin — pour des liasses d’argent ! vous vous rendez compte du danger de ces personnes ?

Wolfgang Wodarg, a considéré la campagne « pandémique » contre la grippe porcine de l’OMS « comme l’un des plus grands scandales médicaux du siècle » et a appelé à une enquête. Aujourd’hui, une enquête mérite également d’être ouverte et doit commencer par interroger Bruce Aylward. Pour rappel, c’est aussi lui qui a déclaré fin février : « Il n’y a en ce moment qu’un seul médicament que nous pensons avoir une réelle efficacité et c’est le remdesivir ». Comment peut-il dire cela avant même que les résultats soient connus ? Et pourquoi l’a-t-il dit ?

stats-5068064_1280L’histoire se répète avec presque les mêmes acteurs (dont l’Imperial College de Londres) et la même campagne de panique et de terreur mais cette fois, non seulement une enquête sérieuse doit être menée, mais l’OMS doit être réformée de fond en comble et débarrassée de tout ce qui la gangrène. Les gens qui sont derrière le confinement (nous devons les chercher du côté de l’OMS), la psychose et la terreur mondiale : quand ils voient la ruée vers les supermarchés, les gens qui se disputent pour du papier toilette, les distances de 1 mètre dans les centres commerciaux, les gens confinés comme des animaux, les policiers frappant les gens, les gens qui signent les certificats pour pouvoir sortir, les drones et les hélicoptères mobilisés pour surveiller l’isolement, etc., il n’est pas exclu qu’ils rient en raison de la facilité avec laquelle ils ont manipulé des pays entiers et peuvent même les appeler « moutons ».

La folie a atteint un tel point que dans certains pays les plages ont été « désinfectées » avec de l’eau de javel, [5] les pompiers moustachus et barbus ont été interdits de travail, [6] une femme de 70 ans a été condamnée à une amende après être sortie jeter ses poubelles [7] et même les pièces de monnaie et les billets de banque venant de l’étranger ont été « isolés » !

Comment les pays ont-ils atteint ce niveau de folie, de stupidité et de dictature ? Surtout ceux qui se disent pays démocratiques ? Tout cela pour un virus qui cause 85% des formes bénignes et pour lequel 99% des personnes infectées se rétablissent. C’est pourquoi la lutte contre l’épidémie de COVID-19 en confinant la population générale est une médecine basée sur la folie (“MBM”, madness-based medicine) et non sur la médecine factuelle (“EBM”, Evidence-Based Medicine). Dans le passé, nous avions la maladie de la vache folle, mais COVID-19 peut aussi être appelé : la maladie du mouton fou.

Il est incroyable de voir comment nous avons réussi à faire de chaque pays du monde une véritable copie de la Chine et comment, par la peur et les médias, les gens s’y sont soumis. L’OMS a recommandé de jouer à des jeux vidéo pendant le confinement ! Est-ce grave de la part d’une organisation censée prendre soin de la santé ? Ces pays suivront-ils également l’OMS dans cette recommandation sanitaire ? [8] Le confinement (ou plutôt la séquestration) de la population générale est une hérésie d’un point de vue médical ; il n’existe pas en médecine ou en santé publique et il n’est basé sur aucune preuve scientifique, c’est juste une mesure dictatoriale fabriquée en Chine puis exportée (sur un fond de conflits d’intérêts et de mensonges) par l’OMS vers les pays du monde auxquels elle l’a vendue comme stratégie sanitaire et efficace (alors que cette mesure n’a rien à voir avec la santé et n’est absolument pas efficace). Je dirais même que c’est l’arnaque sanitaire du 21ème siècle. Oui, ce n’est pas une médecine factuelle mais une médecine basée sur l’arnaque (“SBM”, scam-based medicine).

L’OMS a exhorté le monde à copier la réponse de la Chine à COVID-19 et cela a vraiment réussi; chaque pays du monde, suivant aveuglément les mesures dictatoriales de l’OMS et du confinement, est devenu une copie certifiée conforme de la Chine. Seuls très peu de pays peuvent être félicités comme la Suède qui n’a pas suivi aveuglément les autres. La Suède a eu raison d’appliquer sa stratégie parce qu’au 21e siècle, nous ne pouvons pas lutter contre les virus en nous confinant et en nous cachant. Les virus sont omniprésents, ils font partie de notre environnement. Nous les combattons en étant en contact avec eux et en nous protégeant d’eux (mesures barrières); si c’est la saison de la grippe et que quelqu’un doit aller travailler, qu’est-ce qu’il est censé faire ? Il doit se confiner ? Il doit se cacher à la maison ? Non, il doit sortir, il doit être en contact avec le virus à l’extérieur (ascenseur, métro, portes, etc.) mais quand il rentre chez lui, il se lave les mains. Si c’est la saison de la gastro-entérite et que quelqu’un veut aller au restaurant, que doit-il faire ? Il doit se confiner ? Il doit se cacher à la maison ? Non, il doit sortir, il doit être en contact avec le virus à l’extérieur (ascenseur, métro, portes, etc.) mais avant de manger, il se lave les mains. Et c’est ainsi que nous devons nous comporter avec les virus qui font partie de notre environnement.

Sinon, comment voulons-nous être immunisés contre les virus ? La Suède n’a rien testé parce que c’est ainsi que l’humanité s’est toujours comportée avec les virus. Ce sont les autres pays qui ont testé et ils l’ont fait avec une mesure folle qui n’a pas de sens en médecine.

On nous dit : « mais nous n’avons pas de vaccin, c’est pourquoi nous confinons les populations, pour éviter d’avoir beaucoup de cas et de morts ». Précisément, si nous appliquons ce faux raisonnement, nous devrions chaque année alors que l’épidémie de grippe saisonnière s’approche de confiner la population, car malgré l’existence d’un vaccin et malgré l’existence d’antiviraux, elle continue d’infecter chaque année dans le monde 1 milliard de personnes et d’en tuer 650 000. La population générale est-elle confinée chaque année dans l’épidémie de grippe ? Même le confinement partiel (de sujets à risque par exemple) ne se fait pas ! Après l’hérésie du confinement, nous inventons maintenant celle de la « deuxième vague ». Dans quel livre de médecine ou d’épidémiologie ont-ils appris qu’une « deuxième vague » pouvait survenir au lendemain d’une épidémie ? Et tandis que nous sommes dans la dernière phase de l’épidémie, une troisième hérésie est apparue : le port de masques pour le public (en été, d’ailleurs !) alors que les directives internationales le recommandent uniquement lorsque la gravité d’une pandémie est élevée (même dans ce cas, les directives disent qu’il n’y a aucune preuve qu’il est efficace pour réduire la transmission) et surtout pas quand il commence à disparaître (à la troisième phase d’une épidémie) ! [9] Mais ne nous y trompons pas : le but n’est absolument pas de préserver la santé publique mais de prolonger la peur jusqu’à la commercialisation d’un vaccin. Qui sera responsable de la mort du conducteur causée par le masque [10] et de la mort de l’adolescent qui s’est suicidé à cause du confinement ? [11]

World Health Organization - Non-pharmaceutical public health measures for mitigating the risk and impact of epidemic and pandemic influenza
Extrait du document de l’OMS : “Non-pharmaceutical public health measures for mitigating the risk and impact of epidemic and pandemic influenza” : « Il n’y a aucune preuve que les masques faciaux sont efficaces pour réduire la transmission de la grippe confirmée en laboratoire ». World Health Organization, 2019. ISBN 978-92-4-151683-9. Page 26.

Dans cette épidémie, au lieu de nous comporter comme des êtres humains qui pensent, nous avons répété comme des perroquets ce que les autres ont dit (par exemple, le célèbre slogan : « restez à la maison ») et nous avons suivi comme des moutons ce que les autres ont fait ou ce qu’on nous a demandé de faire. Nous devons nous réveiller, nous devons revenir à la raison et réfléchir. Rien dans ce virus ne justifie un tel blocage du monde. Et enfin, toute cette folie (comme le port de masques pour les personnes asymptomatiques et l’éloignement social), cette mascarade et ce terrorisme (médias, santé et politique) doivent cesser, tout dans le monde doit être déverrouillé et ouvert très rapidement avant qu’il ne soit trop tard, la vie doit revenir à la normale, ce confinement très dangereux doit être immédiatement arrêté (car chaque jour passé en confinement aggrave notre situation), les professionnels de la santé doivent rompre leur silence et condamner ces mesures, les gens doivent se réveiller de leur soumission aveugle et rejeter le verrouillage.

Et les gouvernements doivent écouter de vrais experts en infectiologie, épidémiologie, virologie et les professionnels de la santé de nombreux pays (Royaume-Uni, France, Allemagne, USA, etc.) qui dénoncent ce qui se passe, comme : Wolfgang Wodarg, Karin Mölling, Didier Raoult, Ansgar Lohse, Nicole Delépine, John Ioannidis, François Bricaire, Gérard Krause, Marc Girard, Peter Gøtzsche, Claus Köhnlein, Gérard Delépine, Martin Haditsch, Pietro Vernazza, Johan Giesecke, Alexander Kekulé, Association médicale norvégienne, German Network for Evidence-based Medicine, Carl Heneghan, Tom Jefferson, Artin Massihi, Jean-François Toussaint, Andy Marc, John Lee, Mikko Paunio, Henrik Ullum, Ulrich Hegerl, Hendrick Streeck, Gerd Reuther, Leopoldo Salmaso, Michael T. Osterholm, Malcom Kendrick, Karol Sikora, Dan Erickson, Frank Ulrich Montgomery, Pablo Goldschmidt, Knut Wittkowski, Hans-Joachim Maaz, John Oxford, Joel Kettner, Klaus Püschel, Scott Atlas, David Katz et le professeur Sucharit Bhakdi (il a également envoyé une lettre à Angela Merkel) qui décrit les mesures prises comme :

« grotesques, absurdes et très dangereuses … un impact horrible sur l’économie mondiale … l’autodestruction et le suicide collectif … ». [12]


  • Déclaration d’intérêts : pas d’intérêts concurrents.
  • Informations sur le financement : pas de financement par des sources externes.
  • Déclaration d’approbation éthique : non applicable car aucun sujet humain n’a été inclus et aucun rapport de cas / série de cas n’a été inclus dans cet article.

RÉFÉRENCES :

  1. David McCoy, Gayatri Kembhavi, Jinesh Patel, Akish Luintel : The Bill & Melinda Gates Foundation’s grant-making programme for global health. The Lancet, Vol. 373, Issue 9675, pp. 1645-1653, May 09, 2009. [PDF]
  2. Juttat Pinzler, Tatjana Mischke. L’OMS : dans les griffes des lobbyistes ?. arte. 2016.
  3. F. William Engdahl : European Parliament to Investigate WHO and « Pandemic »
    Scandal. healthcare-in-europe.com. 26 January 2010.
  4. Paul Flynn. The handling of the H1N1 pandemic: more transparency needed. Parliamentary Assembly of the Council of Europe. 07 June 2010.
  5. France Télévisions : Coronavirus : en Espagne, la municipalité d’un village désinfecte la plage à l’eau de Javel avant de reconnaître une erreur. France Info, 03 mai 2020.
  6. Santé : Coronavirus : moustachus ou barbus, des pompiers interdits de travailler attaquent leur direction en justice. L’indépendant, 20 avril 2020.
  7. L.A. : Confinement : une amende infligée à une septuagénaire après être sortie
    jeter ses poubelles au tri selectif. France Info, 9 avril 2020.
  8. Valentine Bontemps : Jouer aux jeux vidéo pendant le confinement, c’est recommandé par l’OMS. Le Républicain Lorrain, 3 avril 2020.
  9. World Health Organization : Non-pharmaceutical public health measures for mitigating the risk and impact of epidemic and pandemic influenza; 2019. Licence: CC BY-NC-SA 3.0 IGO. [PDF]
  10. Jessie Gomez : Lincoln Park driver ‘passed out’ due to N95 mask, crashed car, police say. Daily Record, 25 April 2020.
  11. Santé : Coronavirus : ces suicides de malades ou de personnes tenaillées par l’angoisse. Midi Libre. 9 April 2020.
  12. Prof. Dr. med. Sucharit Bhakdi : Corona-Krise: Prof. Sucharit Bhakdi erklärt warum die Maßnahmen sinnlos und selbstzerstörerisch sind. YouTube, 19 mars 2020.