Un rapport du ministère fédéral de l’Intérieur allemand dénonce la pandémie COVID-19 comme « une fausse alerte mondiale ».

Le gouvernement fédéral allemand et les grands médias se sont efforcés de limiter les dégâts après la divulgation d’un rapport du ministère fédéral de l’Intérieur (BMI) qui conteste le récit officiel du coronavirus. Le BMI a rejeté le rapport  en tant qu’opinion individuelle d’un employé. Les experts impliqués dans l’élaboration du document s’y opposent maintenant. Le BMI a dû traiter les arguments factuels. Les médecins et les scientifiques, dont l’expertise avait été utilisée par l’Oberregierungsrat (Gouvernement supérieur), se retournent maintenant contre cette représentation.

Voici quelques passages clés du rapport :

  • La dangerosité de la Covid-19 a été surestimée : apparemment, à aucun moment le danger que représente le nouveau virus n’a dépassé le niveau normal.
  • Les personnes qui meurent du coronavirus sont essentiellement celles qui, statistiquement, mourraient cette année, car elles sont en fin de vie et leur corps affaibli ne peut plus faire face à un stress quotidien aléatoire (y compris les quelque 150 virus actuellement en circulation).
  • Dans le monde, en un quart d’année, il n’y a pas eu plus de 250 000 décès dus au Covid-19, contre 1,5 million de décès [25 100 en Allemagne] lors de la vague de grippe 2017/18.
  • Le danger n’est évidemment pas plus grand que celui de nombreux autres virus. Rien n’indique que ce n’était plus qu’une fausse alerte.
  • Un reproche pourrait aller dans ce sens : Lors de la crise du coronavirus, l’État a prouvé qu’il était l’un des plus grands producteurs de fausses nouvelles.

Jusqu’à présent, tout va mal. Mais il y a pire. Le rapport se concentre sur les « nombreuses et lourdes conséquences des mesures contre le coronavirus » et prévient qu’elles sont « graves ». Le nombre de personnes qui meurent à cause des mesures imposées du « Corona » par l’État est plus élevé que le nombre de personnes tuées par le virus. La raison en réside dans un scandale en cours de réalisation :

Un système de santé allemand axé sur les mesures anti-corona reporte des opérations chirurgicales vitales et retarde ou réduit le traitement des patients qui ne sont pas atteints par le virus.


Berlin en mode déni. Les scientifiques ripostent.

Au départ, le gouvernement a tenté de rejeter le rapport sous prétexte qu’il était « le travail d’un seul employé », et son contenu comme étant « sa propre opinion » – alors que les journalistes ont resserré les rangs, sans poser de questions, avec les politiciens. Mais le rapport de 93 pages intitulé “Coronakrise 2020 aus Sicht des Schutzes Kritischer Infrastrukturen” (Crise Corona 2020 dans la perspective de la protection des infrastructures critiques) a été rédigé par un groupe scientifique nommé par le ministère de l’intérieur et composé d’experts médicaux externes de plusieurs universités allemandes.

Le rapport a été rédigé à l’initiative d’un département du ministère de l’Intérieur appelé Unité KM4 et chargé de la « Protection des infrastructures critiques ». C’est également là que le fonctionnaire allemand devenu lanceur d’alerte, Stephen Kohn, a travaillé et d’où il a divulgué l’information aux médias. [1] Les auteurs du rapport ont publié un communiqué de presse commun dès le 11 mai, reprochant au gouvernement d’avoir ignoré les conseils des experts et demandant au ministre de l’Intérieur de commenter officiellement la déclaration commune des experts :

« Les mesures thérapeutiques et préventives ne devraient jamais apporter plus de mal que la maladie elle-même. Leur but doit être de protéger les groupes à risque, sans pour autant mettre en péril la disponibilité des soins médicaux et la santé de l’ensemble de la population, comme c’est malheureusement le cas ».

« Nous, les scientifiques et les médecins, subissons les dommages secondaires des mesures contre le coronavirus sur nos patients sur une base de dialyse. »

« Nous demandons donc au ministère fédéral de l’Intérieur de commenter notre communiqué de presse et nous espérons une discussion pertinente sur les mesures [coronavirus], qui conduira à la meilleure solution possible pour l’ensemble de la population ».

Au moment de la rédaction du présent rapport, le gouvernement allemand n’avait pas encore réagi. Mais les faits justifient – malheureusement – les inquiétudes des experts médicaux. Le 23 mai, le journal allemand Über Bild titrait : “Les conséquences dramatiques des mesures anti-coronavirus : 52 000 opérations contre le cancer retardées ”, article dans lequel un docteur en médecine avertit :  « Nous ressentirons toujours les effets secondaires de la crise du virus pour les années à venir ». [2]

Tirer sur le lanceur d’alerte. Ignorer le message.

Ministère fédéral de l'Intérieur (Allemagne)Comme l’a rapporté Der Spiegel le 15 mai : « Stephen Kohn a depuis été suspendu de ses fonctions. On lui a conseillé de prendre un avocat et son ordinateur portable de travail a été confisqué ». [3] Kohn avait initialement divulgué le rapport le 9 mai au magazine libéral-conservateur Tichys Einblick, l’un des médias alternatifs les plus populaires en Allemagne.

La nouvelle du rapport s’est répandue en Allemagne pendant la deuxième semaine de mai – mais dès la troisième semaine, les médias et les politiciens ont cessé de discuter de la question en refusant de la commenter. L’approche adoptée par Günter Krings, le représentant du ministre de l’Intérieur Horst Seehofer – le patron du lanceur d’alerte – est emblématique. À la question de savoir s’il allait traiter le document avec sérieux, Günter Krings a répondu :

« Si vous commencez à analyser des documents comme ça, vous allez bientôt inviter les gars avec les chapeaux en papier d’aluminium aux audiences parlementaires ».

Les « hommes avec des chapeaux en papier d’aluminium » – Aluhut en allemand – est un terme utilisé pour décrire les personnes qui croient aux théories de conspiration. En effet, un article de Der Spiegel traitant du mouvement de protestation contre le coronavirus et des conséquences de la fuite du rapport contenait le mot « conspiration » pas moins de 17 fois ! Et aucune discussion sur les questions soulevées par le rapport lui-même. En dehors de l’Allemagne, la nouvelle n’a pratiquement pas été rapportée.

Le mouvement de protestation – ou « Corona-Rebellen »

Les Allemands ont commencé à manifester contre le confinement dès le mois d’avril. Et des milliers de citoyens continuent de manifester chaque week-end, alors même que le gouvernement assouplit les restrictions. Les manifestations ne sont pas seulement contre les restrictions, qui ont en fait été relativement légères par rapport à de nombreux autres pays occidentaux.

Les manifestations remettent en question l’ensemble du récit COVID-19, et plus encore ses principes, notamment le rôle que Bill Gates joue en tant que deuxième donateur de l’OMS (le premier depuis que Trump a suspendu la contribution étasunienne). En effet, la plus grande manifestation de ce type a eu lieu à Stuttgart le 9 mai dernier, où des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées pour dire non à l’OMS.

Les Allemands disent non à toute solution orwellienne que le gouvernement pourrait un jour imposer en raison d’un « statut d’urgence » douteux, depuis les applications de surveillance de masse jusqu’aux vaccinations obligatoires. La fuite du rapport a prouvé que leurs craintes étaient fondées. Au moins en ce qui concerne la fausse nature de la « pandémie de coronavirus ». Le reste pourrait bientôt suivre.

Le 11 mai 2020, Steve Alter a fait une conférence de presse sur l’analyse du ministère fédéral de l’intérieur.

Communiqué de presse conjoint des experts externes sur le document Corona du ministère fédéral de l’Intérieur (11 mai 2020)

Communiqué de presse conjoint des experts externes sur le document Corona du ministère fédéral de l'Intérieur (11 mai 2020)11 mai 2020 — Nous, médecins et scientifiques impliqués dans le travail de conseil sur la création du document corona susmentionné, prenons avec surprise le communiqué de presse du 10 mai du ministère fédéral de l’Intérieur (BMI) intitulé “Les employés du BMI diffusent des opinions privées sur la gestion des crises corona – L’élaboration a été réalisée en dehors de toute responsabilité et sans mandat ni autorisation”. Remarque : Le ministère écrit dans ce communiqué de presse: « À notre connaissance, la rédaction a également impliqué des tiers extérieurs à le BMI ». Nous supposons que nous, soussignés, sommes les tiers.

Nous commentons ceci comme suit.

Nous supposons que le BMI a un grand intérêt à faire en sorte que ses spécialistes, qui sont chargés de la tâche extrêmement importante de reconnaître les développements critiques et d’éviter les dommages à l’Allemagne par des avertissements en temps opportun, agissent à la fois sur un ordre spécifique et de leur propre initiative. L’employé concerné du BMI nous a contactés lors de la préparation de l’analyse des risques pour évaluer les dommages médicaux collatéraux causés par les « mesures corona ».

Soutenus par la responsabilité, nous accompagnons le personnel engagé du BMI dans l’examen de cette question essentielle au mieux de leurs connaissances et de leurs convictions, en plus de notre activité professionnelle réelle. Des collègues de renom, qui sont tous d’excellents représentants de leur domaine, ont fait des déclarations factuelles sur des questions spécifiques sur la base de l’expertise demandée. Il en est résulté une première évaluation approfondie des dommages médicaux déjà survenus et de leur menace, y compris les décès attendus.

L’employé du BMI a fait une évaluation sur la base de notre travail et a transmis le résultat aux instances responsables. Vous pouvez trouver le document pertinent en annexe de ce communiqué de presse. Il ne fait aucun doute que cela ne peut être que le début d’un examen encore plus approfondi en raison du peu de temps. Mais à notre avis, notre analyse offre un bon point de départ pour le BMI et les ministères de l’intérieur des États fédéraux pour évaluer les avantages possibles des mesures de protection contre les dommages qu’ils causent. À notre avis, les fonctionnaires visés devraient engager une réévaluation immédiate des mesures de protection sur la base de ce document, pour lesquelles nous offrons également nos conseils.

Le BMI indique clairement dans le communiqué de presse qu’il ne tiendra pas compte de cette analyse. Il est incompréhensible pour nous que le ministère fédéral responsable veuille ignorer une évaluation aussi importante fondée sur une vaste expertise technique. En raison de la gravité de la situation, elle doit être traitée avec les présents arguments factuels – quelle que soit l’histoire de son origine.

C’est pourquoi nous demandons : Pourquoi le BMI n’a-t-il pas soutenu la demande de l’employé et pourquoi le BMI n’inclut-il pas l’analyse approfondie désormais disponible sur la base d’une expertise externe de haute qualité dans son évaluation de la relation entre les avantages et les inconvénients des mesures de protection corona ?

Le BMI poursuit dans son communiqué de presse : « En raison du risque d’infections corona, le gouvernement fédéral a pris des mesures pour protéger la population. Celles-ci sont continuellement pesées au sein du gouvernement fédéral et coordonnées régulièrement avec les premiers ministres des États fédéraux. »

Nous demandons au BMI : pour nous dire en temps opportun comment se déroule exactement cette pesée. Nous vous demandons de le prouver sur la base de données, de faits et de sources. Nous aimerions comparer cela avec notre analyse. Compte tenu des soins aux patients actuellement parfois catastrophiques, nous serions rassurés si cette analyse aboutit à une évaluation différente de la nôtre, ce que nous trouvons actuellement difficile à imaginer.

Le BMI écrit également : « Le taux d’infection en Allemagne a jusqu’à présent été relativement faible en comparaison internationale. Les mesures prises sont efficaces. »

Conformément à la littérature spécialisée internationale, nous ne partageons que partiellement cette déclaration concernant l’efficacité des mesures de protection. Nous demandons donc au BMI la transparence :

  • de divulguer les sources selon lesquelles cette décision est prise.

Conclusion :

Dans l’ensemble, à la demande d’un employé courageux du BMI, nous avons montré les effets indésirables variés et graves des mesures de protection corona dans le domaine médical, et ceux-ci sont graves. L’ensemble du processus nous donne l’impression qu’après une certaine phase initiale difficile de l’épidémie, les risques n’ont pas été pris en compte dans la mesure nécessaire et, en particulier, pas dans une évaluation globale des risques. En ce qui concerne les rapports sur ce processus, nous vous demandons de placer la valeur de notre analyse au centre et de faire un rapport approprié sur nous, au bureau et en personne, à la situation grave.

La maladie COVID-19 déclenchée par le coronavirus SARS-CoV-2 est grave pour de nombreuses personnes appartenant aux groupes à risque connus. Comme pour toute maladie infectieuse grave, il est important de trouver le meilleur traitement pour le patient et de prévenir les voies d’infection. Mais les mesures thérapeutiques et préventives ne doivent jamais être plus nocives que la maladie elle-même. L’objectif doit être de protéger les groupes à risque sans mettre en danger les soins médicaux et la santé de la population en général, comme c’est malheureusement le cas actuellement. En science et en pratique, ainsi que de nombreux collègues, nous subissons quotidiennement les dommages consécutifs des mesures de protection corona pour nos patients. Nous demandons donc au Ministère fédéral de l’intérieur de commenter notre communiqué de presse et espérons une discussion pertinente qui conduira à la meilleure solution possible pour l’ensemble de la population en ce qui concerne les mesures.

SIGNÉ : • Prof. Dr. Sucharit Bhakdi (professeur d’université de microbiologie médicale (retraité), Université de Mayence) ;  • Dr. Gunter Frank (médecin généraliste, membre de la commission permanente des directives de la Société allemande de médecine familiale et de médecine générale) ; • Prof. Dr. Gunnar Heinsohn (émérite des sciences sociales de l’Université de Brême) ; • Prof. Dr. Stefan W. Hockertz (ancien directeur de l’Institut de pharmacologie expérimentale et de toxicologie de l’hôpital universitaire d’Eppendorf) ; • Prof. Dr. Andreas S. Lübbe (directeur médical du MZG-Westphalie, médecin-chef du Cecilien-Klinik) ; • Prof. Dr. Karina Reiss (Département de dermatologie et d’allergologie Hôpital universitaire Schleswig-Holstein) ; • Prof. Dr. Peter Schirmacher (professeur de pathologie, Heidelberg, membre de l’Académie nationale des sciences Leopoldina) ; • Prof. Dr. Andreas Sönnichsen (adjoint Directeur des programmes de l’Université médicale de Vienne, Département de médecine générale et de médecine familiale) ; • Dr. Til Uebel (médecine d’urgence, professeur à l’Institut de médecine générale de l’Université de Würzburg, pratique d’enseignement universitaire à l’Université de Heidelberg) ; • Prof. Dr. Harald Walach (Prof. Université médicale de Poznan, Département de gastroentérologie pédiatrique. Université de Witten-Herdecke).

Aperçu des effets (dommages) sur la santé des mesures et restrictions imposées par le gouvernement dans la crise de Corona 2020 (au 7 mai 2020)

Remarques préliminaires méthodologiques. — La liste des risques qui ont été jugés plausibles par 10 experts / scientifiques de haut niveau dans les disciplines respectives est répertoriée. Les experts ont été sélectionnés au hasard, le résultat ne peut donc pas être représentatif.

Il est important pour le futur enregistrement systématique des dommages collatéraux dans la santé de la pandémie de consulter au moins des spécialistes des disciplines scientifiques concernées. Sinon, un inventaire global réaliste n’est pas possible.

1. Décès :

  • Opérations reportées ou annulées en raison des limites de la disponibilité de l’hôpital.
  • Traitement de suivi des patients reporté ou annulé en raison des limites de la disponibilité à l’hôpital.
  • Dans le cas des soins aux personnes nécessitant des soins, le niveau de soins et la qualité des soins diminuent en raison des restrictions imposées par l’État.
  • L’augmentation des suicides
  • Décès supplémentaires par crise cardiaque et accident vasculaire cérébral.

2. Autres atteintes à la santé :

  • Les personnes âgées nécessitant des soins particuliers sont affectées par les mesures et en souffrent souvent gravement.
  • Psychoses nécessitant un traitement dues à une altération significative à long terme de toutes les conditions de vie.
  • Davantage de litiges et de blessures en raison de fortes restrictions de contact et interdictions de contact; Violence domestique, maltraitance des enfants.
  • Troubles de la communication généralisés.

3) Perte d’espérance de vie :

À long terme, cela risque de causer davantage de dégâts à la crise. Depuis les années 1950, l’Allemagne a connu une augmentation significative de l’espérance de vie en raison de développements économiques positifs (durée de vie moyenne de 13 à 14 ans de plus). Le niveau de prospérité en constante augmentation a permis des soins de santé de plus en plus complexes. Avec un développement économique fortement négatif et une baisse correspondante du niveau de prospérité, le développement va dans le sens inverse : l’espérance de vie va diminuer. (Le RKI a démontré qu’un taux de chômage élevé réduit l’espérance de vie). Avec plus de 80 millions d’habitants, un volume correspondant élevé d’années de vie de la population peut avoir été détruit par des mesures de protection de l’État (et non par le virus).

La plupart de ce qui précède, le point commun à tous les effets est que, même après la levée des restrictions, il faudra beaucoup de temps pour que ces mesures et traitements reviennent à leur niveau précédent, car tous les liens d’interconnexion doivent être à nouveau fonctionnels, les ressources doivent être (ré)allouées et, également, la confiance du patient doit être restaurée. Pour le reste, il peut parfois y avoir, à première vue, des réactions paradoxales opposées. La phase d’endommagement est donc susceptible de durer beaucoup plus longtemps que l’interruption réelle. Si l’espérance de vie est raccourcie à l’avenir, les dommages ne commenceront qu’à l’avenir.

Étant donné qu’en théorie, au moins partiellement, des effets opposés doivent également être attendus — c’est-à-dire, à première vue, des réactions paradoxales — aucune estimation numérique précise des dommages attendus n’a été effectuée. Avec les nombres mentionnés, les dimensions sont indiquées.


NOTE DE GUY BOULIANNE : Mathilde Sourd et Guillaume Amouret ont la prétention d’avoir réalisé un « factcheck » concernant l’article ci-haut. Cette « analyse » qui a débuté le 12 juin a été publiée le 2 juillet dernier sur le site internet de “Journalistes Solidaires”. Ce site, qui se veut une rédaction collaborative de fact checking, a vu le jour pendant la crise sanitaire du Covid-19. Or, le fact checking qui a été fait concernant l’article ci-haut n’apporte rien de nouveau à ce qui a déjà été écrit. Il ne démontre rien non plus qui puisse faire de cet article une « fake news ». Il s’agit donc d’un document sans aucune valeur, pondu par des journalistes amateurs. Il est important de noter que nous n’avons trouvé aucun formulaire de contact, ni aucune adresse postale sur le site de “Journalistes Solidaires”, ce qui est pour le moins étrange pour des gens qui se veulent transparents. Il est d’ailleurs impossible aux internautes d’ajouter des commentaires sur le site de JS. Les responsables de ce site — qui prétendent vouloir informer les gens — n’ont même pas l’obligeance d’ajouter un lien vers l’article « incriminé », ce qui permettrait pourtant aux gens de se faire leur propre idée sur le sujet.

JS - Journalistes Solidaires


RÉFÉRENCES :

NOTES :

  1. Stephan Kohn (né en 1962) est un politologue et scientifique administratif allemand. Jusqu’en 2020, il a travaillé au ministère de l’Intérieur au Département de la gestion des crises et de la protection civile (Unité KM4). Il est devenu connu pour le déclenchement du scandale des abus dans l’Église évangélique en 2010 et son rapport sur la gestion de la crise de Corona 2020.
  2. Inland : Dramatische Folgen Der Corona-Massnahme. 52 000 Krebs-OPs in Deutschland verschoben. Über Bild, 23.05.2020.
  3. Felix Bohr, Markus Feldenkirchen, Florian Gathmann, Julia Amalia Heyer, Valerie Höhne, Martin Knobbe, Dirk Kurbjuweit, Veit Medick, Ann-Katrin Müller, Christopher Piltz, Lydia Rosenfelder, Jonas Schaible, Christoph Schult, Christian Teevs, Severin Weiland, Wolf Wiedmann-Schmidt and Steffen Winter : Berlin Fears Populists Will Exploit Protest Movement. Der Spiegel, 15.05.2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s