COVID-19 — Les Globalistes préparent la Grande Réinitialisation et votre asservissement sous le couvert de développement durable

Comme l’écrit Spiro Skouras, de ActivistPost, « pendant des mois, nous avons vu notre mode de vie changer radicalement. On nous a dit maintes et maintes fois que les choses ne seront plus jamais les mêmes et que nous devons accepter la nouvelle norme. Maintenant, les ingénieurs sociaux ont dévoilé leur plan et ont officiellement lancé leur solution à cette crise. La solution proposée est la Grande Réinitialisation (Great Reset). » [1] Richard Willett écrit que « le “Great Reset” du Forum économique mondial est complètement orwellien et totalitaire, avec une pincée de nazisme. » Il ajoute : « Nous pouvons clairement voir à quel point ces élites de la noblesse noire (Prince Charles) et des banques ont peu de considération pour notre capacité à prendre nos propres décisions. » [2]

Mais que signifie exactement la Grande Réinitialisation pour l’humanité alors que nous traversons une période de crise sans précédent ? Voici ce que nous pouvons lire sur le site internet du Forum économique mondial (FEM) :

« Il est urgent que les parties prenantes mondiales coopèrent pour gérer simultanément les conséquences directes de la crise du COVID-19. Pour améliorer l’état du monde, le Forum économique mondial lance l’initiative The Great Reset.

« La crise de Covid-19 et les bouleversements politiques, économiques et sociaux qu’elle a provoqués modifient fondamentalement le contexte traditionnel de prise de décision. Les incohérences, les insuffisances et les contradictions de multiples systèmes – de la santé et des finances à l’énergie et à l’éducation – sont plus que jamais exposées dans un contexte mondial de préoccupation pour la vie, les moyens de subsistance et la planète. Les dirigeants se trouvent à un carrefour historique, gérant les pressions à court terme contre les incertitudes à moyen et long terme.

« Alors que nous entrons dans une fenêtre d’opportunité unique pour façonner la reprise, cette initiative offrira des informations pour aider tous ceux qui déterminent l’état futur des relations mondiales, la direction des économies nationales, les priorités des sociétés, la nature des modèles d’affaires et la gestion d’un commun mondial. S’appuyant sur la vision et la vaste expertise des dirigeants engagés dans les communautés du Forum, l’initiative Great Reset a un ensemble de dimensions pour construire un nouveau contrat social qui honore la dignité de chaque être humain. »

Greta Thunberg and H.R.H. The Prince of Wales at the World Economic Forum Annual Meeting 2020 in Davos« La grande remise à zéro » sera le thème d’un sommet qui sera convoqué par le Forum économique mondial en janvier 2021. La 51e réunion annuelle du Forum économique mondial réunira des dirigeants mondiaux du gouvernement, des entreprises et la société civile, et les parties prenantes du monde entier dans une configuration unique qui comprend à la fois des dialogues en personne et virtuels.

« COVID-19 a accéléré notre transition vers l’ère de la quatrième révolution industrielle. Nous devons restaurer un système opérationnel de coopération mondiale intelligente structuré pour relever les défis des 50 prochaines années. La Grande Réinitialisation nous obligera à intégrer toutes les parties prenantes de la société mondiale dans une communauté d’intérêt, de but et d’action communs », a déclaré Klaus Schwab, fondateur et président exécutif du Forum économique mondial. « Nous avons besoin d’un changement de mentalité, passant d’une réflexion à court terme à une réflexion à long terme, passant du capitalisme actionnarial à la responsabilité des parties prenantes. La bonne gouvernance environnementale, sociale et bonne doit faire partie intégrante de la responsabilité des entreprises et des gouvernements ».

L’annonce de la Grande Réinitialisation a été faite par SAR le Prince de Galles et le professeur Schwab lors d’une réunion virtuelle, suivie des déclarations du Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, et de la Directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva. Cette dernière déclare : « Le moment est donc venu de passer à l’action — et d’utiliser toute la force dont nous disposons — pour tourner la page. Dans le cas du FMI, nous avons une capacité financière d’un billion de dollars et un engagement considérable du côté des politiques. C’est le moment de décider que l’histoire se penchera sur cela comme la Grande Réinitialisation, pas la Grande Inversion. » [3]


« Une grande remise à zéro est nécessaire pour construire un nouveau contrat social qui honore la dignité de chaque être humain » — Klaus Schwab


Il est maintenant temps pour une “Grande Réinitialisation”

Par Klaus Schwab, fondateur et président du FEM

Klaus Schwab, fondateur et président du FEMLes fermetures de COVID-19 peuvent se relâcher progressivement, mais l’inquiétude face aux perspectives sociales et économiques du monde ne fait que s’intensifier. Il y a de bonnes raisons de s’inquiéter : une forte récession économique a déjà commencé et nous pourrions être confrontés à la pire dépression depuis les années 1930. Mais, bien que ce résultat soit probable, il n’est pas inévitable.

Pour obtenir de meilleurs résultats, le monde doit agir conjointement et rapidement pour réorganiser tous les aspects de nos sociétés et économies, de l’éducation aux contrats sociaux et aux conditions de travail. Chaque pays, des États-Unis à la Chine, doit participer et chaque industrie, du pétrole et du gaz à la technologie, doit être transformée. En bref, nous avons besoin d’une « grande remise à zéro » du capitalisme.

Il existe de nombreuses raisons de poursuivre une grande réinitialisation, mais la plus urgente est COVID-19. Ayant déjà fait des centaines de milliers de morts, la pandémie représente l’une des pires crises de santé publique de l’histoire récente. Et, avec des pertes en nombre croissant dans de nombreuses parties du monde, c’est loin d’être terminé.

Cela aura de graves conséquences à long terme sur la croissance économique, la dette publique, l’emploi et le bien-être humain. Selon le Financial Times, la dette publique mondiale a déjà atteint son plus haut niveau en temps de paix. De plus, le chômage monte en flèche dans de nombreux pays : aux États-Unis, par exemple, un travailleur sur quatre a déposé une demande de chômage depuis la mi-mars, avec de nouvelles demandes hebdomadaires bien au-dessus des sommets historiques. Le Fonds monétaire international prévoit que l’économie mondiale se contractera de 3% cette année – une baisse de 6,3 points de pourcentage en seulement quatre mois.

Tout cela aggravera les crises climatiques et sociales qui étaient déjà en cours. Certains pays ont déjà utilisé la crise du COVID-19 comme prétexte pour affaiblir les protections environnementales et leur application. Et les frustrations liées aux maux sociaux comme l’augmentation des inégalités – la richesse combinée des milliardaires américains a augmenté pendant la crise – s’intensifient.

Sans réponse, ces crises, avec COVID-19, vont approfondir et laisser le monde encore moins durable, moins égal et plus fragile. Des mesures incrémentielles et des correctifs ad hoc ne suffiront pas à empêcher ce scénario. Nous devons construire des fondations entièrement nouvelles pour nos systèmes économiques et sociaux.

Le niveau de coopération et d’ambition que cela implique est sans précédent. Mais ce n’est pas un rêve impossible. En fait, un aspect argenté de la pandémie est qu’elle a montré à quelle vitesse nous pouvons apporter des changements radicaux à nos modes de vie. Presque instantanément, la crise a contraint les entreprises et les particuliers à abandonner des pratiques longtemps considérées comme essentielles, des voyages aériens fréquents au travail dans un bureau.

De même, les populations ont massivement montré leur volonté de faire des sacrifices au nom des soins de santé et des autres travailleurs essentiels et des populations vulnérables, telles que les personnes âgées. Et de nombreuses entreprises se sont mobilisées pour soutenir leurs travailleurs, leurs clients et les communautés locales, dans un virage vers le type de capitalisme des parties prenantes auquel elles avaient jusque-là payé du bout des lèvres .

De toute évidence, la volonté de construire une société meilleure existe. Nous devons l’utiliser pour sécuriser la grande réinitialisation dont nous avons tant besoin. Cela exigera des gouvernements plus forts et plus efficaces, bien que cela n’implique pas une poussée idéologique pour les plus grands. Et cela exigera l’engagement du secteur privé à chaque étape du processus.

Le programme Great Reset aurait trois composantes principales. Le premier orienterait le marché vers des résultats plus justes. À cette fin, les gouvernements devraient améliorer la coordination (par exemple en matière de politique fiscale, réglementaire et fiscale), moderniser les accords commerciaux et créer les conditions d’une « économie des parties prenantes ». À une époque où l’assiette fiscale diminue et la dette publique monte en flèche, les gouvernements sont fortement incités à poursuivre une telle action.

De plus, les gouvernements devraient mettre en œuvre des réformes attendues depuis longtemps qui favorisent des résultats plus équitables. Selon le pays, cela peut inclure des modifications de l’impôt sur la fortune, le retrait des subventions aux combustibles fossiles et de nouvelles règles régissant la propriété intellectuelle, le commerce et la concurrence.

Le deuxième volet d’un programme Great Reset garantirait que les investissements permettent de réaliser des objectifs communs, tels que l’égalité et la durabilité. Ici, les programmes de dépenses à grande échelle que de nombreux gouvernements mettent en œuvre représentent une opportunité majeure de progrès. La Commission européenne, pour sa part, a dévoilé les plans d’un fonds de relance de 750 milliards d’euros (826 milliards de dollars). Les États-Unis, la Chine et le Japon ont également des plans de relance économique ambitieux.

Plutôt que d’utiliser ces fonds, ainsi que des investissements d’entités privées et de fonds de pension, pour combler les lacunes de l’ancien système, nous devrions les utiliser pour en créer un nouveau plus résilient, équitable et durable à long terme. Cela signifie, par exemple, la construction d’infrastructures urbaines « vertes » et la création d’incitations pour que les industries améliorent leurs antécédents en matière de mesures environnementales, sociales et de gouvernance (ESG).

La troisième et dernière priorité d’un programme Great Reset est d’exploiter les innovations de la quatrième révolution industrielle pour soutenir le bien public, en particulier en relevant les défis sanitaires et sociaux. Pendant la crise du COVID-19, des entreprises, des universités et d’autres ont uni leurs forces pour développer des diagnostics, des thérapies et d’éventuels vaccins; établir des centres de test; créer des mécanismes de traçage des infections; et offrir la télémédecine. Imaginez ce qui pourrait être possible si des efforts concertés similaires étaient déployés dans tous les secteurs.

La crise COVID-19 affecte toutes les facettes de la vie des gens dans tous les coins du monde. Mais la tragédie n’est pas nécessairement son seul héritage. Au contraire, la pandémie représente une fenêtre d’opportunité rare mais étroite pour réfléchir, réinventer et réinitialiser notre monde afin de créer un avenir plus sain, plus équitable et plus prospère. [4]


« Pour aller de l’avant, nous n’avons besoin que d’un changement de paradigme, un changement qui inspire l’action à des niveaux et à un rythme révolutionnaires. »

SAR le Prince de Galles


« La grande remise à zéro » accolée à l’Agenda 21

Reset« La grande remise à zéro » sera le thème d’un sommet qui sera convoqué par le Forum économique mondial en janvier 2021. Ce sommet sera une réunion annuelle très différente, reflétant l’esprit de la grande réinitialisation. Il fournira une opportunité unique au début de 2021 de rassembler les principaux dirigeants mondiaux du gouvernement et des entreprises à Davos, tout en s’inscrivant dans un sommet mondial multipartite dirigé par la jeune génération pour veiller à ce que le dialogue Great Reset dépasse les limites de la pensée traditionnelle, et soit vraiment tourné vers l’avenir.

Pour ce faire, le Forum économique mondial s’appuiera sur des milliers de jeunes dans plus de 400 villes du monde (la communauté Global Shapers) qui seront interconnectés avec un puissant réseau de hub virtuel pour interagir avec les dirigeants de Davos. Chacun de ces pôles aura une politique de portes ouvertes pour intégrer tous les citoyens intéressés dans ce dialogue, rendant l’assemblée annuelle ouverte à tous. En outre, les médias mondiaux et les réseaux sociaux mobiliseront des millions de personnes, leur permettant de partager leurs contributions tout en leur donnant également accès aux discussions de la réunion annuelle à Davos. Comme l’écrit Lizzy Burden dans le journal britannique The Telegraph : « L’événement virtuel est une première pour le forum et attirera des milliers de jeunes dans plus de 400 villes pour interagir avec des habitués de Davos tels que des cheikhs saoudiens du pétrole, des banquiers internationaux et des magnats tech messianiques alors qu’ils s’attaquent aux problèmes du monde. » [5]

« La reprise de la crise des coronavirus représente une opportunité de réinitialiser l’économie mondiale et de prioriser le développement durable sans endommager davantage la planète », a déclaré le prince Charles à l’ouverture d’une réunion virtuelle du FEM le 3 juin dernier. Il ajoute : « Nous avons une occasion en or de saisir quelque chose de bon de cette crise. Ses ondes de choc sans précédent pourraient bien rendre les gens plus réceptifs aux grandes visions du changement. » [6]

Les morceaux du puzzle commencent à se mettre en place et il faudrait être atteint d’une cécité incurable pour ne pas constater que cette crise sanitaire a été planifiée de très longue date au sein des cénacles du groupe Bilderberg, de la Fondation Rockefeller, de l’Organisation mondiale de la santé, du Forum économique mondial, du Vatican et d’autres organisations mondialistes. Nous vous rappelons que le 50e Forum économique mondial s’est tenu du 21 au 24 janvier 2020, alors que l’OMS a prononcé l’état d’urgence de santé publique de portée internationale concernant la pandémie de Covid-19 six jours plus tard, le 30 janvier 2020. Le « virus royal » (corona virus) aura servi d’agent propagateur afin d’infuser la peur au sein de la population et d’instaurer la dictature à l’échelle planétaire.

Nick Hall présente son livre “Reset” au pape François (13 juin 2016)
Nick Hall présente son livre “Reset: Jesus Changes Everything” au pape François, le 13 juin 2016.

En 2016, le pape François avait déjà annoncé cette grande remise à zéro (Great Reset), en faisant la promotion de l’événement Together2016, l’un des plus grands rassemblements chrétiens américains du siècle réunit au National Mall à Washington DC. [7] L’événement a été dirigé par Nick Hall, fondateur de PULSE, qui s’occupe de la sensibilisation du ministère sur les campus universitaires.

L’idée de Together2016 était en partie basée sur le thème Reset, qui se réfère essentiellement au travail de Jésus comme étant celui qui peut nous réinitialiser (un peu comme un morceau de technologie) et nous donner un nouveau départ. Un peu confus, l’événement a un autre site internet mettant l’accent sur la Grande Réinitialisation (Reset Movement). [8]

La partie la plus remarquable de l’événement était qu’il avait été promu par le pape François qui livra un message vidéo pour aider à unir les chrétiens du « Next Great Awakening » (Prochain grand réveil) à Together2016. Dans la vidéo, le Pape brandit même un T-shirt Together2016, orné du logo Reset (l’Ouroboros alchimique) et d’un drapeau américain, invitant les téléspectateurs à en porter un « à l’unisson ». [9] « L’histoire de RESET est très simple. Tout a commencé lorsque le Pape François a annoncé l’Année de la Miséricorde fin 2015. » C’est ce qu’on lit sur le site Web de l’Opus Dei qui ajoute : « Le bouton RESET peut être utilisé lorsqu’un ordinateur tombe en panne. Lorsqu’un programme cesse de fonctionner et que le système ne répond plus, RESET permet au système de redémarrer. Parfois, notre vie semble bloquée, s’éloigne… à la suite d’une mauvaise décision ou d’une mauvaise étape… Qui ne voudrait pas alors avoir la possibilité de recommencer? Cette option existe. »

Il convient également de noter que Nick Hall a publié un livre intitulé “Reset: Jesus Changes Everything” qui explore les mêmes idées. Dans l’esprit de l’œcuménisme mondial, il eut l’occasion de présenter son livre, en personne, au pape François en juin 2016. [10] Vic Biorseth écrit :

« Le pape François a amplement démontré dans ses paroles et ses discours comment il méprise le capitalisme, c’est-à-dire la libre entreprise, le marché libre, le commerce ouvert, la liberté de l’homme et le principe de la propriété privée. Et qu’il favorise une économie mondiale planifiée et contrôlée, avec à sa place la collectivisation et la redistribution de la propriété privée, par le gouvernement. Tout cela au nom de l’égalité et de la perfection dans un paradis utopique créé par l’homme sur terre.

« Mais il n’y a qu’une seule façon de collecter et de redistribuer la propriété privée sans violer les commandements contre le vol et la convoitise, c’est d’éliminer complètement la propriété privée et de faire de toutes les propriétés des propriétés collectives. Par édit, ou quelque chose. Si personne ne possède rien, rien ne peut être volé ou convoité. Voir? Plus de crime. » [11]

La « Grande Réinitialisation » — signifiant la prise de contrôle sur nos vies par l’intermédiaire du développement durable et des « technologies messianiques » — est un complot et un coup d’état mondial longuement mûri et décidé par les élites lucifériennes qui autrefois se cachaient dans les profondeurs abyssales. Aujourd’hui, les comploteurs n’ont plus aucun besoin de se cacher puisqu’ils contrôlent tous les cordons du pouvoir — du plus bas niveau à l’échelon le plus élevé de la société humaine. Des démarches pourraient sans doute être prises afin de freiner ou de ralentir ces projets ténébreux, mais cela ne pourrait être que temporaire puisque le serpent continuera à frayer son chemin sans adversaire réel devant les objectifs qu’il s’est donné : la domination du monde et la mise en esclavage de tous ses habitants. En vérité. il s’agit d’un combat contre la Bête à sept têtes.

Le 12 juin prochain, s’il n’y a pas d’opposition parmi les députés de l’Assemblée nationale, le Québec pourrait devenir l’une des premières dictatures — sinon la première dictature à s’implanter suite au déclenchement de la pandémie de COVID-19, avec l’adoption de la Loi 61.


« La pandémie qui commence pourrait déclencher une de ces peurs structurantes. On en viendra alors, beaucoup plus vite que ne l’aurait permis la seule raison économique, à mettre en place les bases d’un véritable gouvernement mondial. »

Jacques Attali

Explorez la grande carte de transformation de réinitialisation
Explorez la grande carte de transformation de réinitialisation (Image: World Economic Forum).

RÉFÉRENCES :

  1. Spiro Skouras : The Great Reset Plan Revealed: How COVID Ushers In The New World Order. Activist Post, june 6, 2020.
  2. Richard Willett : GLITCH IN THE CODE with SPIRO SKOURAS (The Great Reset) Now They Creep from the Shadows. Activist Post, june 7, 2020.
  3. Kristalina Georgieva : The Great Reset. Remarks to World Economic Forum. World Economic Forum, June 3, 2020.
  4. Klaus Schwab : Now is the time for a ‘great reset’. World Economic Forum, 3 Jun 2020.
  5. Lizzy Burden :  World Economic Forum logs on to the ‘Great Reset’. The Telegraph, 3 June 2020.
  6. Phillip Inman : Pandemic is chance to reset global economy, says Prince Charles. The Guardian, 3 Jun 2020.
  7. Jeremy Edgar : Together 2016: Pope Francis, Heat Stroke, and a Veggie Tales Rip-Off. Canadian Bible Guy, July 18, 2016.
  8. Discernment Research Group : Together2016: Unbiblical Unity on the National Mall. Herescope, July 15, 2016.
  9. Discernment Research Group : Resetting the Reformation: Part 2. Herescope, August 18, 2016.
  10. FaceLikeTheSun : Do you feel the Pulses? Reset 2016 – Pope-UN-Orlando connection. Youtube, 14 juin 2016.
  11. Vic Biorseth : On the Coming Total Global Reset. This Global Reset will touch every aspect of human life, and nothing will be the same again. The Embattled Catholic American Thinker, March 14, 2015.

7 réflexions au sujet de « COVID-19 — Les Globalistes préparent la Grande Réinitialisation et votre asservissement sous le couvert de développement durable »

  1. « Les morceaux du puzzle commencent à se mettre en place et il faudrait être atteint d’une cécité incurable pour ne pas constater que cette crise sanitaire a été planifiée de très longue date au sein des cénacles du groupe Bilderberg, de la Fondation Rockefeller, de l’Organisation mondiale de la santé, du Forum économique mondial, du Vatican et d’autres organisations mondialistes. »

    En effet, mais comment l’arrêter ? Nous n’avons aucun pouvoir, même nos gouvernements sont de mèche, et la population est complètement sidérée par la peur.

    C’est fascinant, d’un autre côté, comment toutes les prédictions du passé sont en train de se réaliser devant nos yeux ébahis. On est bien dans le messianisme et le Tikkoun Olam, la réparation du monde selon la Kabbale lourianique. Demain, on sera à Jérusalem pour le lancement de la Cour suprême de l’humanité.

    Quel fiasco ça va faire dans la durée, toutes les utopies de ce genre qui ne respectent pas la nature humaine finissent dans le sang et la terreur.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s