INSOLITE — Quelle est donc cette créature se promenant sur le Crew Dragon de SpaceX ?

INSOLITE — Quelle est donc cette créature se promenant sur le Crew Dragon de SpaceX lors de son deuxième vol de qualification SpX-DM2 qui devait emporter un équipage vers l’ISS ? C’est ce que l’on peut apercevoir à plusieurs reprises à partir de 4:09:00 dans la vidéo prise en direct lors du lancement du vaisseau. Certaines personnes affirment qu’il s’agit d’une souris, par exemple sur la plateforme Youtube, ainsi que sur le site même de C-SPAN. D’autres personnes vont jusqu’à dire qu’il s’agit d’une mise en scène probablement filmée devant un écran vert dans un studio.

Une souris sur le Crew Dragon de SpaceX
Le site internet Metabunk utilise une image modifiée (GIF) pour expliquer les déchets cristallisés provenant du moteur-fusée.

Plus prosaïquement, il s’agirait simplement de déchets cristallisés provenant du moteur-fusée. Un moteur-fusée se compose de deux parties principales: le moteur principal et la turbopompe qui pompe le carburant dans le moteur principal. Le moteur Merlin utilisé par Falcon 9 est un moteur à cycle ouvert: les déchets de la turbopompe sont éliminés séparément du moteur principal. Lorsque le moteur principal de la fusée est actif, la fusée entière sera accélérée et tout sur la fusée sera accéléré vers l’arrière. La même chose est arrivée aux déchets de la fusée, seulement il y a une barrière sous la forme du tuyau d’échappement circulaire de la turbopompe. En conséquence, les déchets sont tombés dans l’espace entre le tuyau et la grande buse. Le site internet Metabunk utilise une image modifiée (GIF) pour expliquer cela.

Un commentateur écrit : « Demandez-vous comment il y a encore des gouttelettes d’eau sur la caméra lorsque l’air environnant vient d’être frappé par un souffle d’air chaud d’une fusée. »

Lors du vol inaugural de 2010, le premier étage d’une fusée Falcon 9, dont la réutilisation devait contribuer à la réduction du coût de lancement, s’est brisé en retombant. Lors du lancement de la mission de ravitaillement de la station spatiale internationale CRS-7 le 28 juin 2015, le lanceur est détruit après 139 secondes de vol. Le 1er septembre 2016, alors que le plein d’ergols est en cours, une anomalie déclenche l’explosion du lanceur. La société SpaceX n’en était donc pas à sa première bévue avec le lancement du vaisseau cargo Dragon et l’atterrissage du lanceur Falcon 9.

Quoi qu’il en soit, n’est-il pas étrange que le lanceur Falcon 9, lors de son atterrissage le 30 mai dernier, apparaisse subitement sur la barge de récupération prénommée « Of Course I Still Love You » (OCISLY), après une brève interruption de 10 secondes de la diffusion en direct ? C’est pourtant ce que l’on peut voir avec étonnement dans la vidéo originale qui fut diffusée en direct par C-SPAN (à partir de 4:15:33). N’assistons-nous pas ici à une manipulation de l’image et à une tentative de dissimulation, c’est-à dire à une arnaque ? Ceci est pour le moins étrange. C’est à se demander si Benjamin Fulford n’aurait pas raison lorsqu’il affirme que « Elon Musk va bientôt aller en prison pour fraude ».

Ceci est un montage (et non pas un trucage) de la vidéo originale diffusée sur C-SPAN le 30 mai 2020.

Starlink nous enfermera dans une matrice

Pollution du signal d'une image du CTIO par le passage des trains de satellites starlink (333 secondes d'exposition).
Pollution du signal d’une image du CTIO par le passage des trains de satellites starlink (333 secondes d’exposition).

SpaceX veut envoyer des milliers de satellites 5G en orbite pour pouvoir développer le réseau de données à grande vitesse dont il rêve. Et si le patron Elon Musk a pour le moment la tête dans les étoiles après avoir réussi l’envoi d’astronautes de la NASA, vers la station spatiale internationale, il énerve le monde des astronomes qui craignent justement de ne plus pouvoir observer ces mêmes étoiles.

Starlink est une méga constellation de satellites. Pour atteindre ses objectifs commerciaux, SpaceX prévoit de maintenir à terme (vers 2025) 12 000 satellites opérationnels en orbite basse alors qu’il n’y a aujourd’hui que 2 000 satellites en activité. Il est néanmoins prévu que la constellation initiale ne comporte au cours des premières années que 1 600 satellites pour affiner les techniques à mettre en œuvre avant le déploiement d’une constellation complète.

Le projet prévoit donc le lancement de 12 000 puis 42 000 minisatellites pour offrir un service Internet à haut débit partout sur la planète mais surtout destiné aux zones les moins densément peuplées n’étant peu ou pas desservies par un accès internet classique.

Selon SpaceX, le projet répond à un besoin suscité par la croissance des nouveaux usages d’internet tels que les jeux vidéo en réseau et les appels en visioconférence. Mais le projet, qui revient à multiplier par vingt le nombre de satellites opérationnels présents en orbite basse, est contesté notamment par les autres opérateurs de satellites parce qu’il peut contribuer à accroître fortement le risque de collision. En effet, la multiplication des satellites lancés fait craindre la multiplication de fait du nombre potentiel des débris spatiaux susceptibles d’être générés par ce type de projet. En effet, au risque de collision des satellites en fonctionnement s’ajoute celui de pannes, qui rendraient incontrôlables les satellites, risque d’autant plus élevé qu’ils sont nombreux. Dans le pire des cas, un syndrome de Kessler rendrait les orbites basses totalement impraticables.

Dans les quatre images sont résumées différentes configurations orbitales de quelques constellations de satellites..
Dans les publications sur arXiv — Dans les quatre images sont résumées différentes configurations orbitales de quelques constellations de satellites: GPS, Iridium, Telesat, OneWeb, Samsung et SpaceX.

Cette multitude de satellites rejoint l’ensemble des projets en cours de déploiement (12 000 satellites voire 42 000 pour Starlink, 3 250 pour Kuiper d’Amazon, 650 à 2 000 pour OneWeb, etc.), qui pose le problème de la pollution lumineuse spatiale du ciel nocturne. Celle-ci s’ajoute à la pollution lumineuse terrestre (issue de l’éclairage à la surface). De fait, 110 satellites devraient être visibles à l’œil nu à tout instant, atteignant une magnitude de 5. Des centaines de flashs lumineux par nuit sont également attendus, une centaine atteignant la magnitude de Vénus ou de la Station spatiale internationale.

Cette pollution perturbe le travail des astronomes, professionnels et amateurs, ainsi que des photographes de paysages de nuit qui devront filtrer ces sources indésirables de lumière. Elle menace aussi de détruire les optiques sensibles des téléscope à large champ de vue. 2000 astronomes montent au créneau. « Ce n’est pas de la philanthropie, c’est une entreprise commerciale qui veut avoir la main sur une grosse partie de l’internet mondial. » Emmanuel Jehin, Astrophysicien à l’Université de liège a signé la pétition de quelque 2000 astronomes du monde entier : « La grande quantité de satellites qui risquent d’être envoyés va perturber nos observations. Ils sont très nombreux et relativement brillants, à un moment donné, il y en aura tellement que l’on va avoir l’un ou l’autre de ces petits satellites va passer devant le champ de vue de nos télescopes. L’observatoire Européen Austral estime dans une publication scientifique qu’il y aura une perte de données de 5 à 20% en fonction du type d’observation. »


À propos de Elon Musk

Elon MuskElon Musk, né le 28 juin 1971 à Pretoria, est un entrepreneur, chef d’entreprise et ingénieur sud-africain, naturalisé canadien en 1988 puis américain en 2002. Il est PDG de la société SpaceX et directeur général de la société Tesla, après avoir été président du conseil d’administration de SolarCity et de Tesla. Il est aussi le fondateur de The Boring Company, une société de construction de tunnels, et de Neuralink, une société de neurotechnologie.

Il est le fondateur de SpaceX et cofondateur de Zip2 et fut le fondateur ainsi que l’un des principaux dirigeants de X.com, qui a finalement fusionné avec Confinity et a pris le nom de PayPal.

En 2015, il cofonde et copréside OpenAI, une association de recherche à but lucratif plafonné (depuis avril 2019, avant elle était à but non lucratif) en intelligence artificielle dont l’objectif est de promouvoir et développer une intelligence artificielle open-source bénéficiant à l’humanité tout entière.

En 2018, la fortune de Musk est estimée à 19,6 milliards de dollars américains, se classant dans le Forbes400 comme la 24e personne la plus riche résidant aux États-Unis. En mars 2018, Forbes le classe comme la 54e personne la plus riche du monde. En mai 2018, Musk a été classé 25e sur la liste des personnalités les plus puissantes du monde selon Forbes.

Musk a déclaré que les objectifs de SolarCity, Tesla et SpaceX tournent autour de sa vision de changer le monde et l’humanité. Ses buts incluent de réduire le réchauffement climatique par la production et la consommation d’énergie durable et réduire le « risque de l’extinction humaine » en créant une vie multi-planétaire par l’établissement d’une colonie humaine sur Mars. En plus de ses activités commerciales, il a proposé en 2013 un projet de transport à grande vitesse connu sous le nom de Hyperloop, et également un avion à réaction supersonique à décollage et atterrissage verticaux avec propulsion électrique.

Soucieux de l’avenir de l’intelligence artificielle, il est membre de l’association Future of Life Institute, de même que l’était le célèbre astrophysicien britannique Stephen Hawking. Craignant que les robots puissent un jour supplanter et nuire à l’humanité, Elon Musk tente de développer des initiatives afin de réfléchir à l’avenir de la robotique. Elon Musk signe en 2017, avec une centaine de responsables d’entreprises spécialisées dans l’intelligence artificielle ou la robotique, une lettre ouverte aux Nations unies mettant en garde contre les dangers des armes autonomes, surnommées robots tueurs.

Elon Musk imagine un scénario où l’intelligence artificielle rendra les emplois obsolètes. Il affirme : « Le dernier travail qui restera probablement consistera à écrire un logiciel d’intelligence artificielle. Ensuite, l’intelligence artificielle finira par écrire son propre logiciel. » Pour lui, les machines risquent de surpasser l’Homme car la technologie évolue rapidement. « Les ordinateurs sont déjà beaucoup plus intelligents que les humains sous de nombreux aspects », dit-il.

En mai 2018, Elon Musk révèle au public sa relation avec la chanteuse Grimes (Claire Boucher de son vrai nom), en l’accompagnant au Gala du Met à New York. Le 9 janvier 2020, Claire Boucher révèle être enceinte. Leur fils d’abord prénommé X Æ A-1273 est né le 4 mai 2020, mais il est rebaptisé X A-E A-XII, en réponse à l’interdiction par la juridiction californienne d’utiliser des chiffres dans un prénom. Répondant à une question posée sur le nom de son fils sur “The Joe Rogan Experience”, Musk a déclaré : « Tout d’abord, c’est surtout ma partenaire qui a trouvé le nom. Je veux dire que c’est juste X, la lettre X, et le ‘Æ’ se prononce, ‘Ash’, et puis, A-12 est ma contribution. » Il a ensuite expliqué que « A-12 » signifiait « Archange 12, le précurseur du SR-71, l’avion le plus cool de tous les temps ».

__________

RÉFÉRENCES :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s