Mgr Viganò au Président Trump : « Les enfants des ténèbres ont décidé de montrer leurs cartes en révélant maintenant leurs plans »

L’archevêque Carlo Maria Viganò a publié le 7 juin dernier une puissante lettre au président Donald Trump l’avertissant que les crises actuelles de la pandémie de coronavirus et les émeutes de George Floyd font partie de la lutte spirituelle éternelle entre les forces du bien et du mal. La lettre fait écho aux affirmations faites dans un manifeste publié le 7 mai, signé par plusieurs catholiques et dirigé par l’archevêque Viganò, selon lequel la pandémie de coronavirus fait partie d’une tentative de créer « un gouvernement mondial hors de tout contrôle ». L’archevêque Viganò s’est fait connaître sur la scène internationale en 2018 en tant que dénonciateur du Vatican, appelant le pape François à démissionner et l’accusant de couvrir des accusations d’abus sexuels contre des religieux de premier plan, dont le cardinal Theodore McCarrick, et de promouvoir un « courant homosexuel » dans la curie du Vatican.


Carlo Maria Viganò est né le 16 janvier 1941 à Varese, en Italie au sein d’une famille aisée. Il a été nonce apostolique pour le Saint-Siège et a aussi rempli des missions au sein du Gouvernorat de l’État de la Cité du Vatican. Le 3 avril 1992, il est élevé au rang d’archevêque titulaire d’Ulpiana et nonce apostolique au Nigéria par le pape Jean-Paul II. Il fut consacré évêque par ce dernier, Franciszek Macharski et Angelo Sodano, étant les co-consécrateurs, le 26 avril de la même année. Le pape le rencontra lors de sa visite au Nigeria. À la fin de sa mission au Nigeria, il fut affecté à des fonctions au sein du Secrétariat d’État du Vatican en qualité de délégué des représentations pontificales, faisant de lui le chef du personnel de la curie romaine. Il occupa cette fonction jusqu’à ce qu’il devienne secrétaire général pour le gouvernorat de l’État de la Cité du Vatican le 16 juillet 2009.

En 2009, Carlo Maria Viganò fut nommé secrétaire général pour le gouvernorat du Vatican. À ce titre, il mit en place des procédures comptables, ce qui permit de dégager un déficit de 10,5 millions de dollars pour le Vatican et un excédent de 44 millions de dollars en un an. En 2010, Viganò proposa que la Cité du Vatican sorte de l’euro afin d’éviter de nouvelles réglementations bancaires. Le Vatican rejeta sa proposition et accepta les contrôles exigés ainsi que des réglementations bancaires plus strictes.

Au Vatican, il lutta contre la corruption et le népotisme, jusqu’à remettre en cause le cardinal Tarcisio Bertone, alors secrétaire d’État. Des documents confidentiels et des correspondances sont révélés aux yeux de tous, c’est le scandale du vatileaks. Dans certains de ces courriers, Viganò se plaint d’avoir été muté en 2011 comme nonce apostolique à Washington pour, selon ses dires, avoir révélé l’existence d’affaires de corruption, népotisme et favoritisme entre le Vatican et des partenaires italiens. D’autres pièces évoquent des conflits internes concernant la supervision de l’Institut pour les œuvres de religion, dont le président Ettore Gotti Tedeschi, accusé de « mauvaise gouvernance », a été limogé.

Le 25 août 2018, Viganò publia une lettre de 11 pages décrivant une série d’avertissements concernant le cardinal Theodore McCarrick. Deux mois plus tôt, en juin 2018, il avait été publiquement révélé que McCarrick avait abusé sexuellement de mineurs ainsi que de plusieurs séminaristes adultes. En conséquence, ce dernier démissionna de ses fonctions de cardinal. Dans la lettre contenant ces allégations, Carlo Maria Viganò demande au pape et à ceux qui auraient dissimulé la conduite de McCarrick de démissionner : « En ce moment extrêmement dramatique pour l’Église universelle, il [le pape François] doit reconnaître ses erreurs et, conformément au principe proclamé de tolérance zéro, le pape François doit être le premier à donner l’exemple aux cardinaux et aux évêques qui ont dissimulé les abus de McCarrick, et démissionner avec eux. »

En janvier 2016, à 75 ans, il présenta sa démission en raison de son âge au pape François qui le 12 avril 2016 l’accepta. Mgr Christophe Pierre lui succéda à la tête de la nonciature.


« Il faut que les bons, les enfants de la lumière, se réunissent et fassent entendre leur voix. » — Mgr Carlo Maria Viganò

Le pape François réagit au communiqué de Mgr Carlo Maria Viganò.

Lettre ouverte à Donald Trump (7 juin 2020)

7 juin 2020
Dimanche de la Sainte Trinité
Monsieur le Président,

Mgr Carlo Maria Viganò (blason)
« Je sais en Qui j’ai cru »

Ces derniers mois, nous avons assisté à la formation de deux côtés opposés que j’appellerais bibliques : les enfants de la lumière et les enfants des ténèbres. Les enfants de la lumière constituent la partie la plus visible de l’humanité, tandis que les enfants des ténèbres représentent une minorité absolue. Et pourtant les premiers font l’objet d’une sorte de discrimination qui les place dans une situation d’infériorité morale vis-à-vis de leurs adversaires, qui occupent souvent des positions stratégiques au gouvernement, en politique, dans l’économie et dans les médias. D’une manière apparemment inexplicable, les bons sont pris en otage par les méchants et par ceux qui les aident soit par intérêt personnel soit par peur.

Ces deux côtés, qui ont un caractère biblique, suivent la séparation claire entre la progéniture de la femme et la progéniture du serpent. D’une part, il y a ceux qui, bien qu’ils aient mille défauts et faiblesses, sont motivés par le désir de faire le bien, pour être honnête, d’élever une famille, de travailler, de donner la prospérité à leur patrie, d’aider les nécessiteux et, par obéissance à la Loi de Dieu, à mériter le Royaume des Cieux. D’un autre côté, il y a ceux qui se servent eux-mêmes, qui n’ont aucun principe moral, qui veulent démolir la famille et la nation, exploiter les travailleurs pour se rendre indûment riches, fomenter des divisions et des guerres internes, et accumuler du pouvoir et de l’argent: pour eux l’illusion fallacieuse du bien-être temporel cédera un jour — s’ils ne se repentent pas — au terrible sort qui les attend, loin de Dieu, dans la damnation éternelle.

Dans la société, Monsieur le Président, ces deux réalités opposées coexistent en tant qu’ennemis éternels, tout comme Dieu et Satan sont des ennemis éternels. Et il semble que les enfants des ténèbres — que nous pouvons facilement identifier avec l’état profond auquel vous vous opposez sagement et qui fait férocement la guerre contre vous de nos jours — ont décidé de montrer leurs cartes, pour ainsi dire, en révélant maintenant leurs plans. Ils semblent si sûrs d’avoir déjà tout sous contrôle qu’ils ont mis de côté cette circonspection qui, jusqu’à présent, avait au moins partiellement caché leurs véritables intentions. Les enquêtes déjà en cours révéleront la véritable responsabilité de ceux qui ont géré l’urgence de Covid non seulement dans le domaine des soins de santé mais aussi dans la politique, l’économie et les médias. Nous trouverons probablement que dans cette opération colossale d’ingénierie sociale, il y a des gens qui ont décidé du sort de l’humanité, s’arrogeant le droit d’agir contre la volonté des citoyens et de leurs représentants dans les gouvernements des nations.

Représentation de Baphomet, 1854.Nous découvrirons également que les émeutes de ces jours ont été provoquées par ceux qui, voyant que le virus s’estompe inévitablement et que l’alarme sociale de la pandémie s’estompe, ont forcément dû provoquer des troubles civils, car ils seraient suivis d’une répression qui, bien que légitime, pourrait être condamnée comme une agression injustifiée contre la population. La même chose se produit également en Europe, en parfaite synchronisation. Il est tout à fait clair que le recours aux manifestations de rue est essentiel aux objectifs de ceux qui souhaitent voir quelqu’un élu aux prochaines élections présidentielles incarner les objectifs de l’État profond et qui expriment ces objectifs fidèlement et avec conviction. Il ne sera pas surprenant que, dans quelques mois, nous apprenions une fois de plus que derrière ces actes de vandalisme et de violence se cachent ceux qui espèrent profiter de la dissolution de l’ordre social pour construire un monde sans liberté :

Solve et Coagula, comme l’enseigne l’adage maçonnique.

Bien que cela puisse sembler déconcertant, les alignements opposés que j’ai décrits se retrouvent également dans les milieux religieux. Il y a des bergers fidèles qui s’occupent du troupeau du Christ, mais il y a aussi des infidèles mercenaires qui cherchent à disperser le troupeau et à remettre les brebis pour être dévorées par des loups voraces. Il n’est pas surprenant que ces mercenaires soient des alliés des enfants des ténèbres et détestent les enfants de la lumière : tout comme il y a un état profond, il y a aussi une église profonde qui trahit ses devoirs et renonce à ses engagements appropriés devant Dieu. Ainsi, l’Ennemi Invisible, contre lequel les bons dirigeants luttent dans les affaires publiques, est également combattu par les bons bergers dans la sphère ecclésiastique. C’est une bataille spirituelle dont j’ai parlé dans mon récent Appel publié le 8 mai.

Pour la première fois, les États-Unis ont en vous un président qui défend courageusement le droit à la vie, qui n’a pas honte de dénoncer la persécution des chrétiens du monde entier, qui parle de Jésus-Christ et du droit des citoyens à la liberté de culte. Votre participation à la Marche pour la vie, et plus récemment votre proclamation du mois d’avril comme Mois national de la prévention de la violence envers les enfants, sont des actions qui confirment de quel côté vous souhaitez vous battre. Et j’ose croire que nous sommes tous les deux du même côté dans cette bataille, bien qu’avec des armes différentes.

Pour cette raison, je crois que l’attaque à laquelle vous avez été soumis après votre visite au Sanctuaire national de Saint-Jean-Paul II fait partie du récit médiatique orchestré qui ne cherche pas à combattre le racisme et à ramener l’ordre social, mais à aggraver les dispositions; non pas pour rendre justice, mais pour légitimer la violence et le crime; non pas pour servir la vérité, mais pour favoriser une faction politique. Et il est déconcertant qu’il y ait des évêques — comme ceux que j’ai récemment dénoncés — qui, par leurs paroles, prouvent qu’ils sont alignés du côté opposé. Ils sont soumis à l’état profond, au globalisme, à la pensée alignée, au Nouvel Ordre Mondial qu’ils invoquent de plus en plus au nom d’une fraternité universelle qui n’a rien de chrétien, mais qui évoque les idéaux maçonniques de ceux qui veulent dominer le monde en chassant Dieu des tribunaux, des écoles, des familles et peut-être même des églises.

Le peuple américain est mature et a maintenant compris à quel point les médias grand public ne veulent pas répandre la vérité mais cherchent à la faire taire et à la déformer, répandant le mensonge qui est utile aux fins de leurs maîtres. Cependant, il est important que les bons — qui sont la majorité — se réveillent de leur lenteur et n’acceptent pas d’être trompés par une minorité de personnes malhonnêtes à des fins inévitables. Il faut que les bons, les enfants de la lumière, se réunissent et fassent entendre leur voix. Quelle manière plus efficace de le faire, Monsieur le Président, que par la prière, en demandant au Seigneur de vous protéger, vous, les États-Unis et toute l’humanité, de cette énorme attaque de l’ennemi ? Devant le pouvoir de la prière, les déceptions des enfants des ténèbres s’effondreront, leurs complots seront révélés, leur trahison sera montrée, leur pouvoir effrayant ne finira en rien, mis en lumière et exposé pour ce qu’il est : une tromperie infernale.

Monsieur le Président, ma prière est constamment tournée vers la nation américaine bien-aimée, où j’ai eu le privilège et l’honneur d’être envoyé par le Pape Benoît XVI comme Nonce apostolique. En cette heure dramatique et décisive pour toute l’humanité, je prie pour vous et aussi pour tous ceux qui sont à vos côtés au sein du gouvernement des États-Unis. J’espère que le peuple américain est uni avec moi et vous dans la prière au Dieu Tout-Puissant.

Unis contre l’Ennemi Invisible de toute l’humanité, je vous bénis ainsi que la Première Dame, la nation américaine bien-aimée, et tous les hommes et femmes de bonne volonté.

Mgr Carlo Maria Viganò (signature)

+ Carlo Maria Viganò
Archevêque titulaire d’Ulpiana
Ancien Nonce Apostolique aux États-Unis d’Amérique

(Le président Donald Trump a répondu sur Twitter à la lettre ouverte de l’archevêque Carlo Maria Viganò. Celle-ci a été vue près de 2,5 millions de fois sur LifeSiteNews.)

Appel pour l’Église et pour le monde
aux fidèles Catholiques et aux hommes de bonne volonté

Veritas liberabit vos.
Jean 8:32

Mgr Carlo Maria Viganò - PétitionEn ce temps de très grave crise, nous, Pasteurs de l’Église Catholique, en vertu de notre mandat, considérons comme notre devoir sacré de lancer un Appel à nos Confrères dans l’Épiscopat, au Clergé, aux Religieux, au Peuple de Dieu et à tous les hommes de bonne volonté. Cet Appel est également signé par des intellectuels, des médecins, des avocats, des journalistes et des professionnels, qui en partagent le contenu. Il est ouvert à la signature de ceux qui voudront en partager le contenu.

Les faits ont montré que, sous prétexte de l’épidémie de Covid-19, en bien des cas les droits inaliénables des citoyens ont été violés, en limitant d’une manière disproportionnée et injustifiée leurs libertés fondamentales, y compris l’exercice de la liberté de culte, d’expression et de mouvement. La santé publique ne doit pas et ne peut pas devenir une excuse pour bafouer les droits de millions de personnes dans le monde, et encore moins pour exonérer l’autorité civile de son devoir d’agir avec sagesse pour le bien commun; cela est d’autant plus vrai que les doutes croissent quant à l’effective contagiosité, à la dangerosité et à la résistance du virus: de nombreuses voix faisant autorité dans le monde de la science et de la médecine confirment que l’alarmisme à propos du Covid-19 amplifié par les médias ne semble absolument pas justifié.

Nous avons des raisons de croire – sur la base des données officielles relatives à l’incidence de l’épidémie, et sur celle du nombre de décès – qu’il existe des pouvoirs fort intéressés à créer la panique parmi la population dans le seul but d’imposer de façon permanente des formes de limitation inacceptables de la liberté, de contrôle des personnes, de suivi de leurs mouvements. Ces formes de limitations liberticides sont un prélude inquiétant à la création d’un Gouvernement Mondial hors de tout contrôle.

Nous croyons aussi que dans certaines situations les mesures de confinement prises, y compris la fermeture des activités commerciales, ont conduit à une crise qui a submergé des secteurs entiers de l’économie, ce qui favorise l’ingérence des puissances étrangères, avec des répercussions sociales et politiques graves. Ces formes d’ingénierie sociale doivent être empêchées par ceux qui ont la responsabilité du gouvernement, en adoptant des mesures pour protéger les citoyens, dont ils sont les représentants et pour les intérêts desquels ils ont l’obligation de s’engager. Il est également nécessaire d’aider la famille, cellule de base de la société, en évitant de pénaliser déraisonnablement les personnes faibles et âgées par la séparation forcée et douloureuse de leurs proches. La criminalisation des relations personnelles et sociales doit également être jugée comme une partie inacceptable du projet de ceux qui favorisent l’isolement des individus afin de mieux les manipuler et les contrôler.

Nous demandons à la communauté scientifique de veiller à ce que les soins pour le Covid-19 soient promus honnêtement pour le bien commun, en évitant scrupuleusement que des intérêts iniques influencent les choix des gouvernements et des organismes internationaux. Il n’est pas raisonnable de pénaliser des remèdes qui se sont révélés efficaces, souvent peu coûteux, uniquement parce qu’on veut donner la priorité à des traitements ou des vaccins qui ne sont pas aussi fiables mais qui garantissent aux sociétés pharmaceutiques des bénéfices bien plus importants, qui pèsent sur la santé publique. Nous rappelons également, en tant que Pasteurs, que pour les Catholiques, il est moralement inacceptable de recevoir des vaccins dans lesquels du matériau provenant de fœtus avortés est utilisé.

Nous demandons également aux Gouvernements de veiller afin d’éviter de la manière la plus rigoureuse toute forme de contrôle des personnes, à la fois par le biais de systèmes de suivi et par toute autre forme de localisation : la lutte contre le Covid-19 – aussi grave soit-il – ne doit pas être le prétexte pour approuver des projets douteux d’entités supranationales nourrissant de très forts intérêts commerciaux et politiques. En particulier, les citoyens doivent avoir la possibilité de refuser ces limitations de la liberté personnelle, sans qu’il soit imposé aucune forme de sanction à ceux qui ne veulent pas recourir aux vaccins, ni accepter des méthodes de suivi et tout autre instrument similaire. Il faut considérer également la contradiction flagrante dans laquelle se trouvent ceux qui poursuivent des politiques de réduction drastique de la population et qui se présentent en même temps comme des bienfaiteurs de l’humanité sans aucune légitimité politique ou sociale. Enfin, la responsabilité politique de ceux qui représentent le peuple ne peut absolument pas être confiée à des techniciens qui vont jusqu’à revendiquer pour eux-mêmes des formes inquiétantes d’immunité pénale.

Nous demandons instamment aux médias de s’engager activement dans une information objective qui ne pénalise pas la dissidence en recourant à des formes de censure, comme cela se produit couramment sur les réseaux sociaux, dans la presse et à la télévision. L’information correcte exige qu’un espace soit accordé aux voix qui ne sont pas alignées sur la pensée unique, permettant aux citoyens d’évaluer consciemment la réalité, sans être indûment influencés par des interventions partisanes. Une confrontation démocratique et honnête est le meilleur antidote au risque de voir imposées des formes subtiles de dictature, vraisemblablement pires que celles que notre société a vu naître et mourir dans un passé récent.

Enfin, Nous rappelons, en tant que Pasteurs responsables du Troupeau du Christ, que l’Église revendique fermement son autonomie dans le gouvernement, dans le culte, dans la prédication. Cette autonomie et cette liberté sont un droit inhérent que le Seigneur Jésus-Christ lui a donné pour la poursuite de ses propres fins. Pour cette raison, en tant que Pasteurs, Nous revendiquons fermement le droit de décider de manière indépendante de la célébration de la Messe et des Sacrements, tout comme nous exigeons une autonomie absolue dans les questions qui relèvent de notre juridiction immédiate, telles que les normes liturgiques et les méthodes d’administration de la Communion et des Sacrements. L’État n’a pas le droit de s’ingérer, pour quelque raison que ce soit, dans la souveraineté de l’Église. La collaboration de l’Autorité ecclésiastique, qui n’a jamais été refusée, ne peut impliquer de la part de l’Autorité civile des formes d’interdiction ou de limitation du culte public ou du ministère sacerdotal. Les droits de Dieu et des fidèles sont la loi suprême de l’Église à laquelle elle ne veut ni ne peut déroger. Nous demandons que les limitations à la célébration des fonctions publiques du culte soient supprimées.

Nous invitons les personnes de bonne volonté à ne pas se soustraire à leur devoir de coopérer en vue du bien commun, chacune selon son état et ses possibilités et dans l’esprit d’une sincère Charité fraternelle. Cette coopération, souhaitée par l’Église, ne peut cependant être dissociée du respect de la Loi naturelle, ni de la garantie des libertés des individus. Les devoirs civils auxquels les citoyens sont tenus impliquent la reconnaissance par l’État de leurs droits.

Nous sommes tous appelés à évaluer les faits actuels conformément à l’enseignement de l’Évangile. Cela implique de choisir son camp : avec le Christ, ou contre le Christ. Ne soyons pas intimidés ou effrayés par ceux qui nous font croire que nous sommes une minorité : le Bien est beaucoup plus répandu et puissant que ce que le monde veut nous faire croire. Nous nous trouvons en train de lutter contre un ennemi invisible, qui sépare les citoyens entre eux, les enfants des parents, les petits-enfants des grands-parents, les fidèles de leurs pasteurs, les étudiants des enseignants, les clients des vendeurs. Ne permettons pas que des siècles de civilisation chrétienne soient anéantis sous le prétexte d’un virus, en laissant s’établir une tyrannie technologique haineuse dans laquelle des personnes anonymes et sans visage peuvent décider du sort du monde en nous confinant dans une réalité virtuelle. Si tel est le plan auquel les puissants de la terre entendent nous plier, sachez que Jésus-Christ, Roi et Seigneur de l’Histoire, a promis que « les portes des Enfers ne prévaudront pas » (Matthieu 16:18).

Confions à Dieu Tout-Puissant ceux qui gouvernent les nations, afin qu’Il les éclaire et les guide dans ces moments de grande crise. Qu’ils se souviennent que, tout comme le Seigneur jugera les Pasteurs pour le troupeau qui leur a été confié, de même Il jugera ceux qui détiennent le pouvoir et qui ont le devoir de préserver et de gouverner leurs peuples.

Prions avec foi le Seigneur pour qu’Il protège l’Église et le monde. Que la Très Sainte Vierge, Auxiliatrice des Chrétiens, écrase la tête de l’ancien Serpent, confonde et déroute les plans des enfants des ténèbres.

8 Mai 2020
Vierge du Rosaire de Pompéi

Signer-Appel


RÉFÉRENCES :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s