Le livre de Guy Boulianne, “La Société fabienne: les maîtres de la subversion démasqués”, est présenté dans le magazine NEXUS

Je suis très heureux de vous annoncer que la page couverture de mon livre, “La Société fabienne: les maîtres de la subversion démasqués”, a été insérée dans le dernier numéro du magazine NEXUS distribué dans 30 pays, plus précisément à l’article de Charles Danten concernant le consensus scientifique sur le climat (« Le consensus, une forme de tyrannie larvée », No. 129, août 2020, p. 58).

Titulaire d’un diplôme d’agronome et vétérinaire depuis vingt ans, le Dr Charles Danten connaît bien, pour les avoir soignés, les animaux, tant les chiens et les chats que les oiseaux et les reptiles. Après avoir pris conscience du véritable visage de cette industrie, il a abandonné la pratique de la médecine vétérinaire pour se consacrer à l’amélioration des relations entre les êtres humains et les animaux. Il est l’auteur du livre « Un vétérinaire en colère » publié chez VLB éditeur.

Mon livre, qui fut publié le 23 août 2019,  a été jusqu’à maintenant très bien accueilli par le public en général et je n’ai reçu, à ce jour, que de bons commentaires le concernant. La Fédération des Québécois de souche écrit à son sujet :

« Avec La Société fabienne: les maîtres de la subversion démasqués, l’auteur et éditeur québécois Guy Boulianne peut se revendiquer comme étant le Pierre Hillard québécois. Dans ce travail étoffé et dense, mais pourtant facile et agréable de lecture, l’auteur donne un portrait de la société fabienne à travers le temps et à travers le monde, un « think tank » fort peu connu des francophones, et pourtant fort influent. »


À propos du magazine Nexus

Magazine Nexus, numéro 129, août 2020 (couverture)Le magazine NEXUS est un bimestriel australien de 112 pages (sans publicité !) engagé en faveur d’une information qui résonne avec les grands défis du monde et les grandes questions de l’Humanité. Situés dans les angles morts des médias traditionnels, nos sujets explorent des angles parfois tabous, souvent incomplets voire incompris. On peut estimer entre 8 et 15 000 exemplaires le montant des ventes de chaque numéro.

Les gageures de notre époque exigent que nous sortions des prêts-à-penser. Face aux multiples crises qui ébranlent nos sociétés, face aux rythmes systématiquement abrégés des médias de masse, l’entretien d’une approche consensuelle nous condamne à l’impasse.

Bousculer les dogmes scientifiques, économiques et médiatiques, dénoncer les grandes mystifications de notre époque sans oublier de trouver les solutions extérieures ET intérieures à tous ces défis : c’est le choix qu’a fait NEXUS afin de participer à l’édification d’une compréhension renouvelée de notre monde, et de préparer le terreau des solutions de demain.

Le magazine fut créé en Australie en 1986 par Ramses H. Ayana, il paraît d’abord tous les trimestres puis est repris en 1990 par Duncan Roads et passe à une parution bimestrielle. Le magazine a été édité dans diverses langues, dont le français depuis 1999. L’édition française est aussi bimestrielle. D’après son site, l’édition française a été achetée en 2005 par les Éditions Chantegrel, puis « s’est progressivement affranchie de la version anglophone et, depuis 2010, publie ses propres enquêtes ».

À ses débuts, Nexus est un magazine écologiste alternatif avec une orientation multiculturelle et libérale, des intérêts pour le New Age, la santé et les problèmes du tiers monde, mais après avoir eu des problèmes financiers, il est repris par Roads qui l’a métamorphosé et en a fait le magazine qu’il est aujourd’hui. D’après son site, l’édition française a été achetée en 2005 par les Éditions Chantegrel, puis « s’est progressivement affranchie de la version anglophone et, depuis 2010, publie ses propres enquêtes ».

En 1994, David Icke salue Nexus dans son ouvrage « The Robots’ Rebellion » pour son incomparable capacité à fournir « des informations difficiles à obtenir sur les changements de la société ». Forte d’une trentaine de journalistes rédacteurs/enquêteurs situés dans les quatre coins de la France, la rédaction de NEXUS est une riche collaboration amenant dans chaque numéro son lot de sujets inédits !


banniereFABIENeBay001

Une réflexion au sujet de « Le livre de Guy Boulianne, “La Société fabienne: les maîtres de la subversion démasqués”, est présenté dans le magazine NEXUS »

  1. J’ai connu Roch Sauquère par Nexus et Top Secret qui m’avait été posté en format papier par une copine de France.
    Bravo Guy, superbe travail encore en te souhaitant ton new laptop opc 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s