La Russie a breveté le premier vaccin au monde contre le Covid-19 faisant un pied de nez à Bill Gates, à Gavi et à l’alliance ID2020


AVERTISSEMENT : L’article qui suit ne constitue pas un débat entre les pro-vaccins et les anti-vaccins. Il ne signifie pas non plus que je sois un défenseur et un adepte du vaccin. Il faut savoir que c’est à peine si j’avale un Tylenol® à tous les 5 ans. Vous voyez un peu ?! Non, cet article concerne plutôt le fait que nos gouvernements et les médias nous bassinent depuis des mois que seul le vaccin pourra sauver l’humanité de l’infection à coronavirus causée par le virus SARS-CoV-2.

Collège des médecinsLe Collège des médecins — sans aucune raison valable — est allé jusqu’à interdire aux professionnels de la santé (médecins et pharmaciens) l’émission d’ordonnances de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine au Québec. En effet, le 21 mars 2020, le Collège des médecins, l’Ordre des pharmaciens du Québec et le ministère de la Santé et des Services « ont été avisés qu’à la lumière de l’état de la situation au Québec et des données scientifiques actuellement disponibles, les ordonnances de chloroquine ou d’hydroxychloroquine sont jugées INAPPROPRIÉES et NON INDIQUÉES. » (…) « Par conséquent, les médecins sont priés DE CESSER dès maintenant l’émission de telles ordonnances. Quant aux pharmaciens, ils doivent les REFUSER à moins d’obtenir la confirmation que ces substances ont été prescrites pour un problème de santé chronique. » (Communiqué officiel)

Or, le 11 août dernier, le président russe Vladimir Poutine a annoncé que la Russie avait développé le premier vaccin vectoriel contre le nouveau coronavirus, basé sur l’adénovirus humain, assurant qu’il donnait une « immunité durable ». Le gouvernement russe fait ainsi un pied de nez au projet criminel de vaccination globale de Bill Gates, par l’intermédiaire de l’alliance ID2020 (Accenture | Gavi, the Vaccine Alliance | Rockefeller Foundation | Microsoft | IDEO.org), une organisation non gouvernementale qui fournirait une identité numérique à tous. Si on laisse le champs libre à ce psychopathe, un capteur sera implémenté dans le corps de chaque individu afin de détecter l’activité corporelle de l’utilisateur. Il ne s’agit pas ici d’une lubie de l’esprit puisque le brevet de ce dispositif a bel et bien été enregistré le 26 mars dernier par Microsoft sous le numéro WO/2020/060606 (World Order | 2020 | 666).

Benjamin Fulford écrivait le 6 juillet dernier : « Un indice que les Khazariens pensent encore pouvoir réussir à asservir l’humanité est apparu lors d’un “sommet sur les vaccins” le 4 juillet dernier, où 8,8 milliards de dollars ont été récoltés pour tenter de vacciner chaque habitant de la Terre. La NSA et d’autres sources confirment que ces prétendus vaccins contiendront des micropuces conçues pour contrôler les populations en tandem avec des mécanismes de contrôle électromagnétique 5G. » [1] Pour sa part, le Dr Stoian Alexov, président de l’Association bulgare de pathologie, disait dans une entrevue vidéo résumant le consensus des participants à un webinaire de la Société européenne de pathologie qui se déroulait le 8 mai 2020 au sujet du COVID-19 :

« Les anticorps spécifiques aux nouveaux coronavirus sont censés être à la base des coûteux kits de test sérologique utilisés dans de nombreux pays (dont certains se sont révélés inacceptables). Et ils sont censés être la clé des certificats d’immunité convoités par Bill Gates qui sont sur le point d’être largement utilisés – sous la forme du COVI-PASS – dans 15 pays, dont le Royaume-Uni, les États-Unis et le Canada. » [2]

Trials of War Criminals Before the Nuernberg Military Tribunals Under Control Council Law No. 10. October 1946 – April 1949, Vol. II, Chap. XII Judgment, « Permissable Medical Experiments », pp. 181-184.

Les gouvernements « nationaux » n’ont donc plus aucune raison de ne pas agir CONCRÈTEMENT et IMMÉDIATEMENT pour le bien de leurs populations, d’autant que le vaccin « Gam-COVID-Vac », développé et enregistré par le gouvernement russe, SERA VENDU AU PRIX COÛTANT !

En Russie, les vaccinations des citoyens se feront absolument gratuitement et sur une base exclusivement volontaire. Lors de la rencontre avec des membres du gouvernement le 11 août dernier, le ministre de la Santé Murashko Mikhail Albertovich a mentionné qu’« une énorme contribution a été apportée à la victoire de l’humanité sur la nouvelle infection à coronavirus », ce qu’a corroboré Valdimir Poutine lorsqu’il dit : « Nous devons être reconnaissants à ceux qui ont fait ce premier pas, très important : très important pour notre pays, en général pour le monde entier. »

Si les gouvernements « nationaux » n’agissent pas IMMÉDIATEMENT dans l’intérêt de leurs populations respectives, ils devront faire face au tribunaux internationaux et nous pourrons alors invoquer le Code de Nuremberg qui identifie le consentement éclairé comme préalable absolu à la conduite de recherche mettant en jeu des sujets humains. Le code de Nuremberg n’est nullement le point de départ de la réflexion éthique et juridique sur l’expérimentation humaine : il récapitule des principes connus et acceptés très antérieurement au jugement, depuis au moins le début du XXe siècle. Toutefois, il constitue bien le premier texte à prétention universelle (internationale) sur le sujet. Ainsi, le tribunal n’a pas jugé sur des règles qui auraient été inventées spécialement pour le procès (ce qui aurait été contraire à tous les principes du droit pénal), mais selon les règles coutumières communément acceptées « dans les nations civilisées ».

Le but de cet article n’est donc pas de plaider en faveur ou à l’encontre du vaccin, puisque les vaccins existent depuis plus de 140 ans avec des résultats bénéfiques pour certains, et désastreux pour d’autres. En effet, la seconde génération de vaccins (après le procédé de Edward Jenner à la fin du XVIIIe siècle) a été introduite dans les années 1880 par Louis Pasteur qui a développé des vaccins contre le choléra et contre l’anthrax du poulet. À partir de la fin du XIXe siècle, les vaccins étaient considérés comme une question de prestige national et des lois sur la vaccination obligatoire ont été adoptées.

Le XXe siècle a vu l’introduction de plusieurs vaccins efficaces, notamment ceux contre la diphtérie, la rougeole, les oreillons, le tétanos et la rubéole. Les principales réalisations comprennent le développement du vaccin contre la poliomyélite dans les années 1950. Grâce au vaccin l’éradication mondiale de la variole humaine a été obtenue dans les années 1970. Maurice Hilleman a été le plus prolifique des développeurs de vaccins au XXe siècle. Comme les vaccins sont devenus plus courants, de nombreuses personnes ont commencé à les tenir pour acquis. Cependant, les vaccins restent insaisissables pour de nombreuses maladies importantes, notamment l’herpès simplex, le paludisme, la gonorrhée et le VIH. Au demeurant, la légitimité de l’obligation vaccinale suscite des controverses sur le plan juridique. Elle est officiellement considérée comme une limite raisonnable et justifiée dans les sociétés démocratiques qui l’implémentent, mais elle est parfois aussi décrite ou perçue comme un affront aux libertés fondamentales. (Wikipédia)

Cet article a pour objectif principal d’informer la population sans aucun filtre, puisque ce qui suit a été pris à la source, c’est-à-dire du Kremlin, du Ministère de la Santé et des médias russes. Il a aussi pour but d’avertir les gouvernements « nationaux » qu’ils doivent IMPÉRATIVEMENT cesser de vouloir soumettre leurs populations au diktat mondialiste, et qu’ils doivent agir IMMÉDIATEMENT pour le bien commun. Dans le cas contraire, ils seront — à courte échéance — accusés de négligence criminelle ayant causé la mort et de CRIME CONTRE L’HUMANITÉ.

Vaccin vectoriel combiné Gam-COVID-Vac pour la prévention de l’infection à coronavirus causée par le virus SARS-CoV-2 (certificat d’enregistrement No. LP-006395). Vaccin pour la prévention d’une nouvelle infection à COVID-19.

Le vaccin vectoriel combiné Gam-COVID-Vac

Vaccin - Vladimir PoutineLe 11 août dernier, le ministère de la Santé de la Fédération de Russie a émis un certificat d’enregistrement portant le numéro LP-006395 pour un vaccin pour la prévention d’une nouvelle infection à coronavirus COVID-19, développé par le Centre national de recherche en épidémiologie et microbiologie du nom de l’académicien N.F. Gamalei du ministère de la Santé de Russie. Le certificat d’enregistrement indique spécifiquement que l’utilisation du médicament n’est possible que « dans les conditions des organisations médicales qui ont le droit d’effectuer une prophylaxie vaccinale de la population de la manière prescrite par la loi ». [3]

« Selon les résultats, le vaccin a montré une efficacité et une sécurité élevées. Tous les volontaires ont développé des titres élevés d’anticorps anti-COVID-19, alors qu’aucun d’entre eux n’a eu de graves complications de la vaccination. Selon les résultats de l’examen, les données des études cliniques, des experts du ministère de la Santé ont publié une conclusion, et aujourd’hui une décision a été prise sur l’homologation par l’État d’un vaccin pour la prévention d’une nouvelle infection à coronavirus, développé par le Centre Gamaleya », a déclaré le ministre russe de la Santé Mikhail Murashko lors d’une réunion du président de la Fédération de Russie avec des membres du gouvernement.

Gam-COVID-Vac est un vaccin vectoriel à deux composants basé sur l’adénovirus humain. Dans le cas du covid, l’adénovirus a agi comme un vecteur. Le vaccin agira comme ceci : un virus inoffensif délivrera des gènes de coronavirus dans les cellules humaines, activant ainsi le système immunitaire pour combattre l’« agresseur ». Par conséquent, si un vrai virus COVID-19 pénètre dans le corps, les forces de protection le rencontreront entièrement armé. Le vaccin a passé tous les tests d’innocuité et d’efficacité nécessaires sur plusieurs espèces d’animaux (rongeurs et primates), plus tard le vaccin a été testé sur deux groupes de volontaires (38 personnes chacun). Le vaccin ne contient pas les composants du virus COVID-19. Un schéma d’injection en deux temps permet la formation d’une immunité à long terme. L’expérience de l’utilisation de vaccins vecteurs (avec un schéma d’administration en deux volets) montre que l’immunité dure jusqu’à 2 ans.

Le chef du département a également ajouté que la Russie est prête pour la coopération internationale dans le développement et l’introduction d’un vaccin. [4]

« Ce matin, pour la première fois au monde, un vaccin contre le nouveau coronavirus a été enregistré », a dit Vladimir Poutine lors d’une réunion ministérielle retransmise par la télévision d’État, en ajoutant : « Je sais qu’il est assez efficace, qu’il donne une immunité durable ». Le président Poutine a même affirmé qu’une de ses filles s’était fait inoculer le vaccin qui a été développé par le Centre de recherches en épidémiologie et microbiologie Nikolaï Gamaleïa, avec le ministère russe de la Défense. « Elle a participé à l’expérience », a-t-il indiqué, selon les agences russes affirmant qu’elle avait eu un peu de température après les deux inoculations, « et c’est tout ».

Le ministre de la Santé Mikhaïl Mourachko a indiqué que des essais cliniques sur plusieurs milliers de personnes allaient continuer. Les résultats de ces essais, dits de « phase 3 », sont habituellement indispensables pour soumettre une demande d’autorisation de mise sur le marché. Sur la centaine de vaccins actuellement en cours de développement à travers le monde, au moins quatre en sont au dernier stade des essais de phase 3 chez l’homme, selon des données de l’OMS.

« Nous espérons vraiment que septembre, ou même fin août-début septembre, le vaccin soit produit et la première catégorie à être vaccinée sera le personnel médical », a dit la vice-première ministre responsable des questions de Santé, Tatiana Golikova, selon les agences russes. Les enseignants devraient également être parmi les premiers vaccinés. Selon Kirill Dmitriev, le président du fonds souverain, qui a été impliqué dans le développement du vaccin, « plus d’un milliard de doses » ont été précommandées par 20 pays étrangers, précisant que la phase 3 des essais commençait le 12 août. [5]

Le vaccin sera mis en circulation le 1er janvier 2021 dans la population, selon le registre national des médicaments du ministère de la Santé, consulté par les agences de presse russes. Les vaccinations des citoyens du pays se feront absolument gratuitement. Cependant, la vaccination sera pratiquée chez les adultes, elle n’est pas encore conçue pour les enfants. [6]

« Le vaccin est une grande avancée dans la problématique du traitement des coronavirus dans le monde. Nous allons regarder les résultats, mais en général, pour libérer l’humanité maintenant, un vaccin est nécessaire, sinon nous vivrons longtemps dans des conditions de risque d’infection », a déclaré le transplantologue en chef du ministère russe de la Santé, académicien RAS Sergei Gautier. Le premier vice-recteur de l’Université de Sechenov, Andrei Svistunov, a noté que lors des essais précliniques et cliniques, la sécurité et l’efficacité du vaccin contre le coronavirus ont été confirmées. [7]


« A l’avenir, nous pourrons vaincre ce virus sévère. Il vaut la peine de dire que la création d’un vaccin est le résultat du travail systématique du ministère, qui développe un vaccin depuis de nombreuses années, y compris le vaccin contre Ebola. le vaccin sera efficace et sûr »

Yevgeny Shlyakhto, académicien de l’Académie russe des sciences


INFORMATION DU MINISTÈRE DE LA SANTÉ DE LA FÉDÉRATION DE RUSSIE DU 11 AOÛT 2020
« LE MINISTÈRE DE LA SANTÉ DE RUSSIE ENREGISTRE LE PREMIER VACCIN CONTRE LE COVID-19 AU MONDE »

Armoiries de la Russie

Le 11 août, le ministère de la Santé de la Fédération de Russie a émis un certificat d’enregistrement portant le numéro LP-006395 pour un vaccin pour la prévention d’une nouvelle infection à coronavirus COVID-19, développé par le Centre national de recherche en épidémiologie et microbiologie du nom de l’académicien N.F. Gamalei du ministère de la Santé de Russie.
« Selon les résultats, le vaccin a montré une efficacité élevée et sécuritaire. Tous les volontaires ont développé des titres élevés d’anticorps contre le COVID-19, alors qu’aucun d’entre eux n’a eu de graves complications de l’immunisation. Selon les résultats de l’examen, les données des essais cliniques, les experts du ministère de la Santé ont émis une conclusion, et aujourd’hui une décision a été prise sur l’enregistrement par l’État d’un vaccin pour la prévention d’une nouvelle infection à coronavirus développé par le Centre Gamaleya », a déclaré le ministre russe de la Santé Mikhail Murashko lors d’une réunion du président de la Fédération de Russie avec des membres du gouvernement.
Gam-COVID-Vac est un vaccin vectoriel à deux composants basé sur l’adénovirus humain. Le vaccin a passé tous les tests d’innocuité et d’efficacité nécessaires sur plusieurs espèces d’animaux (rongeurs et primates), plus tard, le vaccin a été testé sur deux groupes de volontaires (38 personnes chacun). Le vaccin ne contient pas les composants du virus COVID-19. Un schéma d’injection en deux temps permet la formation d’une immunité à long terme. L’expérience de l’utilisation de vaccins vecteurs (avec un schéma d’administration en deux volets) montre que l’immunité dure jusqu’à 2 ans.
Le chef du département a également ajouté que la Russie est prête pour la coopération internationale dans le développement et l’introduction d’un vaccin.
(Ministère de la Santé de la Fédération de Russie, du 11 août 2020)

Le choix des élites politico-médiatiques : la vie ou la mort

coronavirus-5018466_640Forts de ce fait, les médias occidentaux se sont mis à sonner l’alarme. Le New York Times a accusé le Kremlin de « bâcler les tests pour marquer des points de propagande » et a mis en garde contre les dangers des médicaments nouveaux aux tests incomplets. Le Guardian a également mis en garde contre cet effort précipité, ajoutant que « les vaccins pourraient n’être que partiellement efficaces », même après des tests rigoureux. De même, le Washington Post a averti que « les vaccins pourraient être nuisibles ou donner aux gens un faux sentiment de sécurité quant à leur immunité ».

Dans plusieurs médias, le message était le même. Le vaccin russe n’est pas digne de confiance, n’est guère plus qu’un coup de propagande et pourrait même être un complot néfaste du Kremlin pour inciter l’Occident à sortir son propre vaccin non testé avant la date prévue. Pourtant, avant la percée russe, ces mêmes médias étaient de véritables évangélistes du vaccin. « Les vaccinations sauvent des vies, protègent nos enfants et sont l’une de nos plus grandes réalisations en matière de santé publique », lit-on dans un éditorial du New York Times en mars dernier. Ses auteurs, qui comprenaient l’Administrateur de la santé publique des États-Unis, ont démenti les craintes d’effets secondaires et ont exhorté le public à s’unir derrière les campagnes de vaccination du gouvernement. « La méfiance à l’égard d’un vaccin contre le coronavirus », écrivait le journal en juillet, « pourrait mettre en péril l’immunité généralisée. »

Pour être honnête, ce dernier article a soulevé des inquiétudes quant au développement rapide des vaccins, cette fois en s’en prenant au Président Donald Trump et à son projet de recherche « Operation Warp Speed » au lieu de Poutine, mais à peine deux mois plus tôt, le Times décrivait l’effort occidental de lancer un vaccin « en un temps record » en signe d ‘« espoir » au milieu de la pandémie.

Comme l’écrit le journaliste irlandais Graham Dockery, « alors que la Russie déploie sa nouvelle inoculation contre le coronavirus avant des tests cliniques complets, les médias occidentaux ont soudainement bouclé la boucle sur les vaccins. La Russie, semble-t-il, pourrait guérir le cancer, et les médias trouveraient tout de même un moyen de blâmer Poutine. » [8] Le fondateur de la chaîne de télévision Tsargrad, Konstantin Malofeev, a déclaré à l’antenne du programme principal Tsargrad : « les propos de Vladimir Poutine sur la participation de sa fille à l’essai de vaccin sont devenus un excellent moyen de débloquer l’espace d’information mondial. En Occident, y compris dans les médias, se trouve le Big Pharma mondial, et ce club fermé n’accepte pas les parvenus comme la Russie. Là-bas, dans ce club de géants pharmaceutiques, tout est décidé par l’argent, et si quelqu’un vend un vaccin au prix coûtant, alors Big Pharma perd de l’argent. C’est pourquoi les étrangers réagissent avec un tel scepticisme face au succès de notre pays. » Konstantin Malofeev ajoute :

« Où est ce bien, un tel marché est perdu ! Par conséquent, il est compréhensible qu’ils émettent un hurlement. L’OMS sera certainement complice du processus car elle est financée par Bill Gates. Et bien sûr, cela la mettra en veilleuse, car ils seront tous renvoyés de là s’ils osent dire que tout autre vaccin que ceux développés par Big Pharma est bon. Mais la décision du président Poutine, affirmant que sa fille l’a testé sur elle-même, était la plus forte. Il est impossible de ne pas le citer. Et tous les grands médias, étant donné les énormes budgets publicitaires des sociétés pharmaceutiques, auraient dû se taire ou dire que c’est un mauvais vaccin. Mais pour ne pas dire que Poutine, l’une des marques les plus populaires au monde, a déclaré que sa fille a testé le vaccin sur elle-même … C’est impossible, et ils devaient le dire. »

Bill Gates, qui nous était autrefois connu exclusivement en tant que technicien, mais qui est aujourd’hui devenu étonnamment un expert dans la lutte contre les pandémies et pour l’amélioration du climat, a à un moment donné dévoilé ses cartes. Konstantin Malofeev a attiré l’attention sur ce moment. Gates lui-même a déclaré que la pandémie ne peut être surmontée sans les entreprises dont il est actionnaire. Il est clair qu’il n’y a qu’un seul objectif : l’argent. Le secteur pharmaceutique est un club fermé aux budgets colossaux. Et Bill Gates, qui a ouvertement annoncé son intention de demander à divers fonds internationaux des milliards de dollars pour développer un vaccin, est directement associé à ce club. Et même si vous imaginez à peu près comment vous pouvez tirer profit d’un vaccin, votre tête tournera.

Margarita Menshikova écrit dans le média russe Tsargrad : « L’Occident est très mécontent du fait que la Russie est soudainement devenue le leader de cette course pharmaceutique. Selon Vesti, les Américains eux-mêmes rêvaient d’enregistrer leur drogue et de la vendre à d’autres pays. Par conséquent, l’intérêt actif des acheteurs potentiels pour le vaccin d’un concurrent est perçu très douloureusement aux États-Unis. Les experts locaux ont immédiatement commencé à critiquer notre médicament — ils disent qu’il n’y a pas assez de publications scientifiques sur son action. Et le principal spécialiste américain des maladies infectieuses, Anthony Fauci, lors de son discours au Congrès américain, a même affirmé que les Russes n’auraient pas testé du tout leur vaccin. En général, les “partenaires occidentaux” étaient gravement et publiquement inquiets qu’en fait, cela ne fait qu’ajouter des points à nos scientifiques. »  [9]


Président de la Russie, Kremlin : Rencontre avec des membres du gouvernement, mardi le 11 août 2020

VLADIMIR POUTINE :

Commençons. Aujourd’hui, nous avons une question très importante, à savoir : les progrès dans la préparation des établissements d’enseignement russes pour la nouvelle année universitaire. À cet égard, le Ministre de l’éducation Sergey Sergeyevich Kravtsov, le Ministre de la science et de l’enseignement supérieur de la Fédération de Russie Valery Nikolayevich Falkov prendront la parole, et Anna Yuryevna Popova rendra compte de la situation sanitaire et épidémiologique liée à l’ouverture des écoles.

Mais avant de passer à la question principale pour laquelle nous nous sommes réunis aujourd’hui, comme cela s’est produit la fois précédente, nous discuterons de certains problèmes actuels.

Certains d’entre eux ne peuvent probablement pas être qualifiés de courants, ils sont très importants pour notre pays et pour le monde entier. À ma connaissance, un vaccin contre une nouvelle infection à coronavirus a été enregistré pour la première fois au monde ce matin. À cet égard, je voudrais demander au ministre de la Santé Murashko Mikhail Albertovich de nous informer plus en détail, même si je sais que cela fonctionne assez efficacement, forme un système immunitaire stable et a passé tous les contrôles nécessaires.

Nous allons maintenant écouter Mikhail Albertovich, il en parlera d’un point de vue professionnel.

S’il vous plaît, Mikhail Albertovich.

MIKHAIL ALBERTOVICH :

Mikhail Albertovich MurashkoJe voudrais noter que dans les années 90, les scientifiques du Centre Gamaleya ont mené les premières expériences réussies sur la création de médicaments de thérapie génique, et le développement ultérieur de ce domaine a permis de créer une plate-forme universelle pour le développement de vaccins contre diverses maladies infectieuses, y compris particulièrement dangereuses. Sur cette plateforme, des spécialistes du Centre Gamaleya, sur les instructions du ministère russe de la Santé, ont déjà développé six vaccins qui sont à différents stades de circulation en Fédération de Russie, y compris ceux en cours d’enregistrement. L’un des exemples les plus frappants de l’utilisation de la plateforme a été la création d’un vaccin contre Ebola et un autre type de coronavirus – le MERS.

Ainsi, on peut noter que les spécialistes du Centre Gamaleya du Ministère de la Santé ont abordé la pandémie COVID-19 avec une plateforme technologique toute faite, avec une efficacité et une sécurité prouvées en la matière. Cela a permis à un groupe de développeurs dirigé par l’académicien Gintsburg, avec la participation de spécialistes du ministère de la Défense, les professeurs Boris Naroditsky, le membre correspondant Denis Logunov, Sergei Borisevich ont participé et, permettez-moi de lister l’équipe de développement : Olga Zubkova, Dmitry Scheblyakov, Inna Dolzhikova, Amir Tukhvatullin, Ilyas Ismagambetov, Dmitry Shcherbinin, Elizaveta Tokarskaya, Tatyana Zharovskaya, Olga Popova, Daria Drulsova, Alina Dzharullaeva, Natalya Tukhvatullina, ont créé un vaccin pour prévenir l’infection à coronavirus dans les plus brefs délais. Un groupe d’auteurs a reçu un brevet pour une invention de la Fédération de Russie.

Avec la participation de spécialistes, d’experts en pharmacovigilance, en qualité des médicaments, des essais cliniques, des programmes de tests ont été formés et des questions réglementaires de sécurité des médicaments ont été résolues.

Les études précliniques du vaccin ont été menées directement au Centre Gamaleya du ministère de la Santé de Russie et au 48e Institut central de recherche du ministère de la Défense. Les essais cliniques ont eu lieu dans deux bases : l’Université Sechenov du ministère de la Santé de Russie et une succursale de l’hôpital militaire principal de Burdenko. Selon les résultats, le vaccin a montré une efficacité et une sécurité élevées. Tous les volontaires ont développé des titres élevés d’anticorps COVID-19. Dans le même temps, aucun d’entre eux n’a présenté de complications graves de la vaccination.

Sur la base des résultats de l’examen des données des essais cliniques, les experts du ministère de la Santé ont émis une conclusion et, aujourd’hui, une décision a été prise sur l’enregistrement par l’État d’un vaccin pour la prévention d’une nouvelle infection à coronavirus, développé par le Centre Gamaleya du ministère de la Santé de la Russie. C’est l’un des premiers vaccins enregistrés au monde à prouver son efficacité et son innocuité.

Le vaccin est enregistré dans les conditions conformément à la procédure d’accès au marché adoptée par le gouvernement de la Fédération de Russie pour les médicaments destinés à la prévention du COVID-19. Nous avons déjà signalé qu’un certain nombre de médicaments étaient auparavant libérés pour traitement et sont maintenant utilisés efficacement dans les organisations médicales.

Les développeurs de vaccins ont préparé des documents pour d’autres essais cliniques impliquant plusieurs milliers de personnes. Pour le suivi opérationnel de l’état de santé des vaccinés et le suivi de l’efficacité et de la sécurité, le ministère de la Santé de Russie crée un circuit numérique unique qui permet de surveiller la sécurité et la qualité du médicament à toutes les étapes du cycle de vie. Cela comprend le registre des patients vaccinés, et depuis le 1er juillet, la Russie dispose d’un système de suivi de la circulation des médicaments, un code individuel sur chaque emballage.

Actuellement, le vaccin commencera à être produit sur deux sites — par le centre Gamaleya du ministère russe de la Santé et par Binnopharm. Dans le même temps, avec l’aide du ministère de l’Industrie et du Commerce et du bureau de projet de la Sberbank, des règlements techniques sont en cours d’élaboration pour mettre à l’échelle la production sur les sites d’un certain nombre de fabricants nationaux — il en existe dans notre pays.

Sur vos instructions, le RDIF investit dans la production et la promotion de vaccins à l’étranger. Un certain nombre de pays s’y intéressent déjà. Dans le même temps, une application progressive du vaccin dans la circulation civile commencera, et tout d’abord, nous considérons qu’il est nécessaire de proposer la vaccination à ceux dont le travail est lié à la communication avec les personnes infectées — ce sont les travailleurs médicaux, et ceux dont dépend la santé des enfants sont nos enseignants.

Cher Vladimir Vladimirovitch !

Permettez-moi de vous remercier pour votre aide, le soutien des scientifiques et du personnel médical à toutes les étapes de la lutte contre une nouvelle infection à coronavirus, y compris la création d’un nouveau médicament — le premier vaccin domestique contre une nouvelle infection à coronavirus.

Bien entendu, je tiens à remercier les développeurs, les bénévoles qui ont participé à ses tests et le personnel médical. Bien entendu, je voudrais dire des mots de gratitude au Premier ministre Mikhail Vladimirovich, supervisant la vice-première ministre Tatyana Alekseevna, collègues du Cabinet des ministres pour le travail bien coordonné pendant cette période et la création d’un vaccin. À mon avis, une énorme contribution a été apportée à la victoire de l’humanité sur la nouvelle infection à coronavirus.

Merci beaucoup.

L’annonce sur cette question est terminée.

VLADIMIR POUTINE :

Vladimir PoutineMerci. Vous avez dit que c’était l’un des premiers enregistrés. Un vaccin de ce type a-t-il déjà été enregistré quelque part dans le monde ?

M. Murashko : Il y a des développements de nos collègues chinois qui sont au stade de l’enregistrement sur les conditions. Il en existe un certain nombre d’autres dans d’autres pays, mais des essais cliniques sont toujours en cours. En fait, le certificat d’enregistrement au format complet est le premier à être délivré en Russie.

Vladimir Poutine : Autrement dit, notre premier enregistrement a eu lieu. J’espère que le travail de nos collègues à l’étranger progressera également. Et sur le marché, sur le marché mondial des médicaments et des vaccins, il y aura beaucoup de produits utilisables.

Je sais que ce vaccin, comme vous l’avez dit, a été fabriqué à partir de vecteurs adénoviraux, mais l’avantage, à mon avis, est qu’il est basé sur des vecteurs adénoviraux humains. Et cela fonctionne plus précisément, forme des anticorps stables et une immunité cellulaire. Je le sais très bien aussi, car une de mes filles s’est fabriquée un tel vaccin. Je pense qu’en ce sens, elle a participé à l’expérience. Après la première injection, après la première vaccination, elle avait une température de 38, le lendemain un peu plus de 37, et c’est tout. Après la deuxième injection, la deuxième vaccination, la température a également légèrement augmenté, mais s’est ensuite calmée. Ça fait du bien et les crédits sont élevés. Je sais que beaucoup de gens n’ont aucune manifestation externe et qu’il n’y a pas de température après la vaccination. En général, tout se passe comme si de rien n’était. L’essentiel, bien sûr, est qu’à l’avenir, nous pourrons garantir la sécurité inconditionnelle de ce vaccin et son efficacité. J’espère que ce sera le cas.

Je tiens à féliciter l’académicien Gunzburg et tous les collègues qui ont travaillé sur ce sujet et qui ont obtenu ce résultat. Je sais que les travaux sur les vaccins de ce type en Russie se poursuivent, se poursuivent dans d’autres institutions. Je souhaite à tous les spécialistes du succès. Nous devons être reconnaissants à ceux qui ont fait ce premier pas, très important : très important pour notre pays, en général pour le monde entier. J’espère que nous pourrons démarrer la production de masse dans un proche avenir — c’est ce qui est important — la production de masse de ce médicament, afin que tous ceux qui le souhaitent — cela, bien sûr, sur une base exclusivement volontaire, je l’ai déjà dit à plusieurs reprises sur ce point — puissent profiter des développements et des réalisations de nos spécialistes, nos scientifiques.

Merci beaucoup à vous et au premier ministre. Je sais que tous les collègues y ont travaillé de la manière la plus active. Tatyana Alekseevna a accordé beaucoup d’attention en tant que vice-Premier ministre superviseur. C’est encore un succès et félicitations.

Parlons d’autres problèmes.


(Президент России (Président de la Russie, Kremlin) : Совещание с членами Правительства (Rencontre avec des membres du gouvernement). 11 августа 2020 года, Московская область, Ново-Огарёво)

Donald Trump promeut un vaccin lié à Bill Gates

N’est-il pas étrange que dès le lendemain de l’annonce du vaccin russe contre la Covid-19 par Vladimir Poutine, Donald Trump affirmait que le gouvernement achètera “100 millions de doses” du « vaccin expérimental » américain du laboratoire ModernaTX, actuellement en phase finale d’essais sur l’homme. Cette annonce a été faite exactement le même jour — et en complète contradiction avec le Dr Anthony Fauci qui partageait ses sérieux doutes concernant le vaccin « Gam-COVID-Vac », développé et enregistré par le gouvernement russe. « Concocter un vaccin n’est pas la même chose que prouver qu’un vaccin est sûr et efficace. » C’est l’opinion d’Anthony Fauci sur les nouvelles de Moscou selon lesquelles la Russie a approuvé et est prête à commercialiser un vaccin contre le coronavirus. « J’espère que les Russes ont définitivement prouvé que le vaccin est sûr et efficace », a déclaré Fauci à la correspondante d’ABC News Deborah Roberts. « Je doute sérieusement qu’ils aient fait cela. »

« Nous avons une demi-douzaine de vaccins ou plus », a déclaré Fauci à Roberts. « Donc, si nous voulions prendre le risque de blesser beaucoup de gens ou de leur donner quelque chose qui ne fonctionne pas, nous pourrions commencer à le faire, vous savez, la semaine prochaine si nous le voulions. Mais ce n’est pas ainsi que cela fonctionne. » [10]

Il est important de noter que la société de biotechnologies Moderna Therapeutics est directement liée à la Fondation Bill et Melinda Gates. En effet, en janvier 2016, ModernaTX a conclu un accord-cadre de projet de santé mondiale avec la Fondation Bill & Melinda Gates pour faire progresser des projets de développement basés sur l’ARNm pour diverses maladies infectieuses. [11] La Fondation Bill & Melinda Gates avait alors engagé jusqu’à 20,0 millions de dollars en subventions. [12] Trois ans plus tard, un montant de 1 051 128 $ était enregistré sur le site internet de la fondation. Stéphane Bancel, PDG de Moderna, disait dans un communiqué : « Les 20 millions de dollars initiaux fournis par la subvention de la Fondation Gates pourraient ne représenter qu’une fraction d’une contribution à long terme. La Fondation Gates et Moderna ont conclu un accord qui pourrait éventuellement déboucher sur 80 millions de dollars supplémentaires de subventions de la fondation. » [13]

Il faudra alors qu’on nous explique en quoi le vaccin de ModernaTX serait meilleur que le vaccin russe “Gam-COVID-Vac”, puisque le vaccin américain n’en est qu’à sa phase finale d’essais sur l’homme. N’est-ce pas précipiter les choses au détriment de la santé publique ? Peut-on voir dans la déclaration de Trump un aveu de succès pour le vaccin russe ? Pourquoi s’enorgueillir et s’entêter à être le premier à mettre sur le marché un vaccin contre la COVID-19 ? Si le premier objectif est réellement le bien de l’humanité, alors pourquoi ne pas collaborer avec la Russie, comme le propose lui-même Vladimir Poutine ? Le but serait-il autre ? En fait, le but serait-il celui de Bill Gates et de l’alliance ID2020 ?

« Humain 2.0 » ? Un appel au monde pour le réveil

Dr. Carrie MadejLe Dr Carrie Madej est spécialiste en médecine interne en Géorgie, avec 19 ans d’expérience. Elle est préoccupée par le programme transhumaniste qui se cache derrière la promotion du vaccin COVID et par les ramifications biologiques, juridiques et spirituelles de tout cela. Elle décrit par exemple comment le vaccin à ARN de Moderna serait administré et comment il est censé fonctionner. Il utilise une « plate-forme à micro-aiguille » développée au MIT, qui ressemble à un pansement et qui pourrait être expédiée directement chez vous via Amazon ou par n’importe qui et être auto-administrée, ce qui est formidable pour résoudre la logistique de la vaccination de 350 millions d’Américains ou de 7,8 milliards d’habitants de la Terre.

Ces micro-aiguilles seront chargées d’un hydrogel contenant le vaccin, qui contient un ARN modifié qui, selon le Dr Madej, pourrait devenir une partie permanente de votre génome. « C’est un morceau d’ADN ou d’ARN synthétique… si vous regardez l’arrêt de la Cour suprême de justice sur l’ADN ou les gènes synthétiques, il peut être breveté et les brevets ont des propriétaires. Alors, qu’est-ce que cela signifie pour nous ? Et si cela se retrouve dans notre génome ? Cela signifie-t-il que Moderna ou la Fondation Bill et Melinda Gates ou le ministère de la défense — tous ces gens qui sont impliqués dans les brevets — vont d’une manière ou d’une autre posséder une partie de notre génome ? C’est une possibilité. Vous devez le savoir. » L’hydrogel contiendrait également l’enzyme luciférase, qui est bioluminescente et est utilisée pour signaler l’activité transcriptionnelle dans les cellules qui sont transfectées avec une construction génétique. Pourquoi ont-ils besoin de cela ? [14] Dr Madej dit :

« Ils veulent s’assurer que vous êtes vacciné. Ils ne font pas confiance aux dossiers médicaux. Ils n’ont pas confiance en vous disant que vous avez été vacciné. Ils veulent s’assurer qu’il s’agit d’une transfection réussie, d’une modification génétique réussie.

« Donc, quand vous obtenez l’enzyme luciférase, si vous avez un iPhone ou une application spéciale sur l’iPhone, vous pouvez scanner cette zone et cela donnera un code numérique, une empreinte numérique, un modèle numérique. Quelque chose qui permettra d’identifier que vous avez été vacciné. Il contient votre carnet de vaccination. Il vous donne également un numéro d’identification, un code barre, une marque, quel que soit le nom que vous lui donnez, un tatouage. C’est la même chose. Vous devenez alors comme un produit…

« L’hydrogel est en fait une invention de la DARPA, la Defense Advanced Research Projects Agency… ils font ces fantastiques inventions… L’hydrogel, c’est de la nanotechnologie ; des petits robots microscopiques et ces petits robots en fait — je sais que ça paraît fou, c’est toujours fou pour moi mais c’est possible — ils peuvent désassembler, réassembler, assembler et faire différentes choses… Il a la capacité de se connecter avec l’intelligence artificielle, ce qui signifie qu’un humain peut maintenant se connecter directement et recueillir des informations de notre corps et les rassembler et les connecter avec votre smartphone, dans le nuage avec un autre appareil intelligent et une fois que cela est fait, c’est 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours par année — pensez à cela. Pensez à la façon dont cela pourrait immédiatement changer notre vie privée ; cela peut immédiatement changer notre autonomie, immédiatement changer nos libertés. Cela peut recueillir des données, comme votre taux de sucre dans le sang, votre oxygène, votre tension artérielle.

« D’accord, ça a l’air génial mais ça peut aussi recueillir beaucoup d’autres choses. Cela peut recueillir, disent-ils, vos émotions, ou votre cycle menstruel, votre activité si vous êtes tombé, vos nutriments dans votre corps, si vous avez pris des médicaments, c’est un potentiel pour voir si vous avez pris des drogues illicites. Il a le potentiel de voir presque tout ce qui se passe dans votre corps et toutes ces informations vont où ? Cette question n’a pas été abordée. Qui protège ces informations ? À quoi servent-elles ? C’est vraiment sérieux, les gars ! Tout cela est proposé pour être dévoilé dans le prochain vaccin.

« L’autre chose à savoir, c’est qu’avec cette connexion nanotechnologie-hydrogel-intelligence artificielle, tout comme votre téléphone portable, vous pouvez envoyer un SMS, vous pouvez envoyer un e-mail mais aussi vous pouvez les recevoir en retour, ce qui signifie que nous pourrions recevoir des informations. Quelles informations nous reviendraient ? Cela affecterait-il notre humeur ? Notre comportement ? Cela affecterait-il notre façon de penser ou nos souvenirs ? Si vous n’avez pas regardé le film Matrix, je pense que vous devriez le faire. Je pense qu’il y a une part de vérité dans ce film.

« Je vois tellement de choses erronées avec ce vaccin et je vois que nous n’en parlons pas dans les grands médias et je le vois. J’ai le sentiment que ces sociétés nous mentent carrément lorsqu’elles disent qu’elles ne peuvent pas affecter notre ADN – car selon toutes les définitions qu’elles utilisent – cela peut affecter notre ADN. »

Dr Carrie Madej — Préoccupations cruciales du médecin sur le prochain vaccin COVID-19 — Compass.

RÉFÉRENCES :

NOTES :

  1. Benjamin Fulford : Bilderberg Founder Ex-Queen Beatrix Offers Vladimir Putin Huge Bribe to Steal Global Wealth. July 6, 2020.
  2. Rosemary Frei; Patrick Corbett : “No one has died from the coronavirus”. OffGuardian, July 2, 2020.
  3. Евгений Калюков, Анна Левинская, Егор Губернаторов : Российская вакцина от COVID-19 поступит в гражданский оборот с 1 января. РБК, 11 авг 2020.
  4. Министерство здравоохранения Российской Федерации (Ministère de la Santé de la Fédération de Russie) : Минздрав России зарегистрировал первую в мире вакцину от COVID-19. Материал опубликован 11 августа 2020.
  5. Agence France-Presse et Reuters : Poutine affirme que la Russie a inventé un vaccin contre la COVID-19. Radio-Canada, 11 août 2020.
  6. Dans le monde : Минздрав РФ показал, как выглядит первая в мире вакцина от COVID-19 — фото. Sputnik, 11.08.2020.
  7. Actualités RIA : Медики назвали большим прорывом создание вакцины от COVID-19 в России. РИА Новости (МОСКВА), 14.08.2020.
  8. Graham Dockery : As Russia announces coronavirus vaccine, mainstream media suddenly discovers the meaning of skepticism. Russia Today, 11 August, 2020.
  9. Маргарита Меньшикова (Margarita Menshikova): Дочь Путина против Билла Гейтса: Вакцина от коронавируса оказалась лишь частью игры. Царьград (Tsargrad), 13 Августа 2020.
  10. Nsikan Akpan : Fauci ‘seriously doubts’ the Russia vaccine is ready for widespread use. National Geographic, August 11, 2020.
  11. Communiqué : Bill & Melinda Gates Foundation — Advancing an mRNA-based antibody combination to help prevent HIV infection. Publié par Moderna, Inc.
  12. Antibodies : Moderna Wins Initial $20M Grant from Gates Foundation. Genetic Engineering & Biotechnology News (GEN), January 12, 2016.
  13. Zack Anchors : Gates Foundation bets big on Moderna’s mRNA technology. DDNews (pharmaceutical, biotechnology and life science), March 2016.
  14. Alexandra Bruce : ‘Human 2.0’? A Wake-Up Call to the World. Forbidden Knowledge TV, August 18, 2020. (Traduction: Marie Claire Tellier)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s