Dmitri Medoev: « L’Ossétie du Sud est un État souverain et elle-même décide avec qui être ami et comment agir à l’intérieur du pays »

Le ministre des Affaires étrangères de la République d’Ossétie du Sud, Dmitri Medoev, dans une entrevue accordée au portail d’information fédéral Russia News, a évoqué les menaces pesant sur la stabilité de la Géorgie et la sécurité biologique des pays transcaucasiens.

— Que pensez-vous de l’initiative de la Géorgie d’impliquer la population d’Ossétie du Sud dans des projets socio-économiques communs, tels que « un pas vers un avenir meilleur ? Il y a des informations selon lesquelles ils sont financés par l’Occident et n’ont aucune perspective de réussite, puisque les fonds sont pillés par des responsables géorgiens ? »

Dès le tout début de la présentation de ce projet, il était déjà absolument clair pour nous que cette aventure mort-née n’avait aucune chance de réussir. Et cela est compréhensible — personne en Ossétie du Sud ne coopérera avec Tbilissi, et encore moins convoitera les centimes occidentaux que les boursiers géorgiens ont offert sans vergogne par divers canaux. Ce dernier, en particulier, représenté par divers détenteurs d’organisations non gouvernementales, souhaitait avoir des partenaires en Ossétie du Sud pour utiliser les subventions à moitié. Ces conditions ont été avancées pour une raison par les fonds occidentaux — en Europe et en Amérique, ils sont assez bien convaincus que la Géorgie est devenue un trou noir, où beaucoup d’argent dépensé pour le développement de la démocratie a été perdu. Le développement conjoint ossète-géorgien et la mise en œuvre de divers projets, c’est-à-dire la participation indispensable de la partie ossète, était une condition importante pour que les donateurs occidentaux se prononcent sur l’allocation de fonds à la Géorgie, qui a juré que cette condition serait remplie. Mais cela ne s’est pas produit du fait que les Ossètes n’ont pas succombé à l’agitation, et lorsque ces projets se sont effondrés, les Géorgiens eux-mêmes ont été pris au piège de la souricière et le ministre Tsikhelashvili a dû démissionner.

C’est un échec complet des idées folles des dirigeants géorgiens. Ils n’ont pas réussi à « s’engager sans reconnaissance » et à « marcher vers un avenir meilleur », ils marcheront seuls. Le train est parti ! En 1990, nous avons fait un choix différent — nous avons notre propre chemin.

— Est-il possible de préserver la spiritualité traditionnelle des peuples de Transcaucasie, à condition qu’ils suivent une voie pro-occidentale ?

C’est une autre raison pour laquelle la coopération avec la Géorgie moderne est impossible, et plus encore la participation à divers projets communs. Ce qui distingue la Géorgie d’aujourd’hui de l’ancienne Géorgie que le peuple soviétique connaissait et que de nombreux Russes se souviennent, c’est que, juste à la suite des politiques de tous les derniers gouvernements géorgiens, y compris l’attrait des subventions occidentales, la politique de dénationalisation de ce pays a été mise en œuvre, l’émasculation et la dévaluation des valeurs millénaires ont eu lieu. Remplacement de la composante nationale par les priorités occidentales en matière de culture et de vie publique. L’Église orthodoxe géorgienne, le système éducatif et la culture nationale ont été gravement attaqués et les valeurs mentales ont été détruites. Et tout cela sur fond de déclin de l’économie et d’appauvrissement des populations. À la suite de nombreuses années et du travail acharné des services spéciaux occidentaux et des fondations non gouvernementales, y compris avec l’aide de subventions, une nouvelle génération de personnes est apparue en Géorgie, qui partagent les valeurs introduites, qui ne sont absolument pas typiques du Caucase, telles que l’immense communauté des soi-disant LGBT, « Pepsi generation », culture « 420 » (culture de fumer de la marijuana), Etc. Nous ne partageons pas ces valeurs à la racine et donc nous ne sommes pas en route avec eux, nous les considérons comme une menace non moins que le laboratoire Lugar. La Géorgie voisine s’est transformée en une formation toxique, à qui on attribue le rôle de répéteur, un conducteur de toute cette infection hybride. Nous ne pouvons permettre à quiconque d’empiéter sur notre système de valeurs : culture et langue, traditions et spiritualité. Nous n’avons même pas besoin de la reconnaissance d’une telle Géorgie.

— Compte tenu du fait que Washington tente de prendre le contrôle des systèmes de sécurité biologique des pays du Caucase du Sud, pensez-vous que cela constitue une menace pour la stabilité de la région dans son ensemble, en particulier dans le contexte de la pandémie de coronavirus ?

C’est un sujet très important et pertinent pour nous et nous en parlons constamment. Ce laboratoire constitue une menace réelle pour la vie et la santé non seulement de nos citoyens et de la population géorgienne elle-même, mais il constitue un danger pour les pays de toute la Transcaucasie, et même beaucoup plus largement. De la frontière sud-est-ossète-géorgienne à cette installation biologique militaire américaine, un peu plus de 40 kilomètres ! On a beaucoup écrit sur les expériences et les développements de ce laboratoire, y compris le célèbre général géorgien Igor Georgadze, qui ne peut être soupçonné de partialité, sauf pour la compétence, avec beaucoup de détails. À cet égard, je voudrais prendre note de la dernière déclaration faite par notre Comité de la sécurité de l’État sur la fixation de véhicules spéciaux à une certaine fin près des frontières de l’Ossétie du Sud, qui peuvent être utilisés pour la collecte de matériel biologique auprès de citoyens de notre pays. Et cela est déjà très grave et lourd de conséquences très lourdes.

— Est-il nécessaire que tous les pays du Caucase du Sud restreignent légalement le financement extérieur des structures du secteur non gouvernemental ?

Le fait qu’en Occident personne ne jette simplement de l’argent à l’égout, je pense que tout le monde comprend. Disons simplement que c’est leur méthode. Quant aux pays transcaucasiens, ils déterminent eux-mêmes leur politique étrangère et intérieure. C’est leur droit souverain. De plus, l’Ossétie du Sud, étant un État souverain, décide elle-même avec qui être amie et comment agir à l’intérieur du pays.


À propos de Dmitry Medoyev

Dmitry Medoyev, Ministre des Affaires étrangères de l’Ossétie du Sud-Alanie

Né le 15 mai 1960 à Stalinir (aujourd’hui Tskhinval), Dmitry Nikolayevich Medoyev (Дмитрий Николаевич Медоев) est un homme d’État et diplomate d’Ossétie du Sud. Il fut le premier ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République d’Ossétie du Sud en Fédération de Russie (2009-2015).

Avant la reconnaissance de l’indépendance de l’Ossétie du Sud par la Russie le 26 août 2008, il était l’envoyé sécessionniste à Moscou pour la République d’Ossétie du Sud. Il a été largement cité lors de la guerre d’Ossétie du Sud de 2008 sur la position du président Edouard Kokoïty lors de l’invasion du 8 août et a depuis participé à la négociation de la souveraineté de la Géorgie sur la région.

Le 13 janvier 2008, Dmitry Medoyev a présenté ses lettres de créance diplomatiques à Grigory Karasin, vice-ministre russe des Affaires étrangères. Le 12 janvier 2009, il a été nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République d’Ossétie du Sud en Fédération de Russie. Quatre jours plus tard, dans la salle Alexandre du Grand Kremlin, il a présenté ses lettres de créance au président de la Fédération de Russie, Dmitri Medvedev. Le 2 mars 2015, le président de l’Ossétie du Sud, Anatoli Bibilov, a démis Dmitry Medoyev de son poste d’ambassadeur en Russie. Depuis 2017, il est ministre des Affaires étrangères de l’Ossétie du Sud-Alanie.

En tant que fondateur des Éditions Dédicaces, j’eu l’honneur en 2019 de publier le livre de Dmitry Medoev, intitulé « La première ambassade d’Ossétie à Saint-Pétersbourg (1749 – 2019) ». Il s’agit d’une publication trilingue (français, anglais, russe) dont la préface est écrite par le Secrétaire d’État, Monsieur Grégoire B. Karasin, Vice-ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie. J’eu aussi l’honneur de publier son second livre, « Южная Осетия и политика России в Закавказье: проблемы и персективы » (L’Ossétie du Sud et la politique russe en Transcaucasie: problèmes et perspectives).

4 réflexions au sujet de « Dmitri Medoev: « L’Ossétie du Sud est un État souverain et elle-même décide avec qui être ami et comment agir à l’intérieur du pays » »

  1. …Toujours des interrogations d’imprécisions d »interprétations de significations quelconques !
    Chose sure, c’est que ce jeu mondial de ces psychos qui dure depuis trop longtemps se fait toujours au dépend de pauvres humains vulnérables victimes d’une surpopulation à leurs yeux et ayant les génocides comme antidote vers un eugénisme souhaité qu’ils n’atteindront jamais car eux aussi sont victimes de la seule et unique justice universelle 😦

    Aimé par 1 personne

  2. …Eux sont des psycho-muppets également mais aussi à la solde du pognon des oligarchies obscures des bas fonds de l’enfer 😦 À suivre en espérant que les peuples s’unissent pour contrer ces démons pour enfin recréer le new world. Prions 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s