À BAS LES MASQUES ! L’ONU annonce une nouvelle épidémie de polio au Soudan causée par un vaccin oral financé par Bill Gates

[Introduction par Laurent Freeman] — Ce devrait être l’un des plus grands scandales de la santé publique, mais il n’a pas reçu beaucoup d’attention, principalement en raison de la grande visibilité des personnes et des organisations impliquées. Les Nations unies ont été contraintes d’admettre qu’une initiative internationale majeure en matière de vaccins est en fait à l’origine de l’apparition de la maladie qu’elle était censée éradiquer.

Alors que des organisations internationales comme l’Organisation mondiale de la santé (OMS) se vantent régulièrement d’avoir soi-disant « éradiqué la polio » grâce à des vaccins, il semble que ce soit le contraire qui se produise. Leur campagne de plusieurs décennies visant à éradiquer la polio tue aujourd’hui des dizaines de jeunes innocents vivant dans les pays pauvres.

Il semble maintenant que les responsables de la santé commencent à admettre que leur plan pour mettre fin à la polio « sauvage » se retourne contre eux, car de nombreux enfants sont paralysés par une souche mortelle de l’agent pathogène dérivé d’un vaccin vivant, ce qui provoque la propagation d’une polio virulente.

Cette dernière pandémie d’origine pharmaceutique a éclaté dans les pays africains du Tchad et du Soudan, et le coupable a été identifié : un virus de la polio de type 2 dérivé d’un vaccin. Les autorités craignent désormais que cette nouvelle souche dangereuse ne « saute les continents » et ne provoque d’autres épidémies mortelles dans le monde entier.


Évaluation des risques de l’OMS
L’OMS estime que le risque de propagation internationale du cVDPV2 à travers l’Afrique centrale et la Corne de l’Afrique est élevé. Avec des mouvements de population à grande échelle avec d’autres régions d’Afrique centrale et de la Corne de l’Afrique. Une évaluation des risques plus approfondie à l’échelle de la région est en cours de réalisation par le programme de lutte contre la polio. Sur tout le continent africain, 172 cas de type 2 dans 14 pays ont été signalés en 2020. (Communiqué du 1 septembre 2020)

Aussi choquant que cela puisse paraître, cette débâcle des Big Pharma n’est pas nouvelle. Après avoir dépensé quelque 16 milliards de dollars sur 30 ans pour éradiquer la polio, les organismes de santé internationaux ont « accidentellement » réintroduit la maladie au Pakistan, en Afghanistan et en Iran, la région d’Asie centrale ayant été frappée par une souche virulente de polio engendrée par le vaccin distribué par les entreprises pharmaceutiques. De plus, en 2019, le gouvernement éthiopien a ordonné la destruction de 57 000 flacons de vaccin oral contre la polio de type 2 (mOPV2) à la suite d’une épidémie similaire de polio provoquée par le vaccin.

Il est important de noter que le vaccin oral contre la polio est distribué à la population africaine par l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite (GPEI), un consortium qui est soutenu et financé par la Fondation Bill & Melinda Gates.

Tout cela devrait être une source d’inquiétude, surtout avec les gouvernements occidentaux et le géant pharmaceutique transnational qui se précipitent tous pour déployer leur nouveau vaccin expérimental contre le coronavirus financé par la Fondation Gates pour la population mondiale.

Actuellement, le premier vaccin expérimental COVID-19 est testé sur la population africaine par le biais de l’Alliance GAVI pour les vaccins, une autre organisation financée par la Fondation Gates. Une vaste série d’essais sur l’homme aura lieu en Afrique du Sud, sous la direction locale de l’Université du Witwatersrand à Johannesbourg, mais aussi d’une autre institution financée par la Fondation Gates.

Cette dernière révélation africaine devrait inciter les médias et les défenseurs de la santé à poser des questions difficiles sur l’efficacité et la sécurité du vaccin « miracle » COVID, dont on parle beaucoup.


Le reportage de l’agence The Associated Press

LONDRES (AP) — L’Organisation mondiale de la santé a déclaré qu’une nouvelle épidémie de polio au Soudan est liée à une épidémie déclenchée par la vaccination au Tchad – une semaine après que l’agence de santé des Nations Unies a déclaré le continent africain exempt du virus de la polio sauvage.

Dans un communiqué cette semaine, l’OMS a déclaré que deux enfants au Soudan — l’un de l’État du Darfour du Sud et l’autre de l’État de Gedarif, près de la frontière avec l’Éthiopie et l’Érythrée — ont été paralysés en mars et avril. Tous deux avaient été récemment vaccinés contre la polio. L’OMS a déclaré que les enquêtes initiales sur la flambée montrent que les cas sont liés à une flambée dérivée d’un vaccin en cours au Tchad qui a été détectée pour la première fois l’année dernière et se propage maintenant au Tchad et au Cameroun. « Il y a une circulation locale au Soudan et un partage continu de la transmission avec le Tchad », a déclaré l’agence des Nations Unies, ajoutant que le séquençage génétique avait confirmé de nombreuses introductions du virus au Soudan depuis le Tchad.

L’OMS a déclaré qu’elle avait trouvé 11 autres cas de polio d’origine vaccinale au Soudan et que le virus avait également été identifié dans des échantillons environnementaux. Il y a généralement beaucoup plus de cas non signalés pour chaque patient confirmé de poliomyélite. La maladie hautement infectieuse peut se propager rapidement dans l’eau contaminée et frappe le plus souvent les enfants de moins de 5 ans. Dans de rares cas, le virus de la polio vivant dans le vaccin oral peut muter sous une forme capable de déclencher de nouvelles flambées.

La semaine dernière, l’OMS et ses partenaires ont déclaré que le continent africain était exempt du virus de la polio sauvage, le qualifiant de « journée incroyable et émouvante ». Lundi, l’OMS a averti que le risque de propagation de la polio dérivée du vaccin à travers l’Afrique centrale et la Corne de l’Afrique était « élevé », notant les mouvements de population à grande échelle dans la région. Plus d’une douzaine de pays africains luttent actuellement contre des épidémies de polio causées par le virus, notamment l’Angola, le Congo, le Nigéria et la Zambie.

Au milieu de la pandémie de coronavirus, bon nombre des campagnes de vaccination à grande échelle nécessaires pour éradiquer la polio ont été interrompues à travers l’Afrique et ailleurs, laissant des millions d’enfants vulnérables à l’infection.

En avril, l’OMS et ses partenaires ont recommandé à contrecœur un arrêt temporaire des campagnes de vaccination de masse contre la polio, reconnaissant que cette décision pourrait conduire à une résurgence de la maladie. En mai, ils ont signalé que 46 campagnes de vaccination des enfants contre la polio avaient été suspendues dans 38 pays, principalement en Afrique, en raison de la pandémie de coronavirus.

Certaines des campagnes ont récemment été relancées, mais les agents de santé doivent vacciner plus de 90% des enfants dans leurs efforts pour éradiquer la maladie paralytique. Les responsables de la santé avaient initialement visé à éradiquer la polio d’ici 2000, date limite repoussée à plusieurs reprises et manquée. La polio sauvage reste endémique en Afghanistan et au Pakistan; les deux pays luttent également pour contenir les flambées de poliomyélite d’origine vaccinale.


Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite

Le but de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite (IMEP) est d’achever l’éradication et l’endiguement de tous les poliovirus sauvages, liés au vaccin et de Sabin, de sorte qu’aucun enfant ne souffre plus jamais de poliomyélite paralytique.

Lancée en 1988 après que l’Assemblée mondiale de la santé (AMS) a adopté une résolution pour éradiquer la polio, l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite, avec ses partenaires, a aidé les pays à faire d’énormes progrès dans la protection de la population mondiale contre cette maladie débilitante. En conséquence, l’incidence mondiale de la polio a diminué de 99,9% depuis la création de l’IMEP. On estime que 16 millions de personnes marchent aujourd’hui qui auraient autrement été paralysées par la maladie, et plus de 1,5 million de personnes sont en vie, dont la vie aurait autrement été perdue. Il reste à présent à lutter contre la polio dans ses derniers bastions et à se débarrasser du dernier 0,1% des cas de polio.

La stratégie d’éradication de la polio repose sur la vaccination de chaque enfant à risque jusqu’à ce qu’il ne reste plus personne à qui la maladie puisse se transmettre et que la maladie finisse par s’éteindre. L’Initiative est dirigée par les organisations suivantes sous la forme d’une gouvernance multipartite :

  • OMS (Organisation mondiale de la santé) qui est responsable de la planification, de la direction technique, de la surveillance et de la certification de l’éradication.
  • Rotary International dont les responsabilités incluent la collecte de fonds, le plaidoyer et le recrutement de bénévoles.
  • Les CDC qui sont chargés de déployer des scientifiques et des experts en santé publique auprès de l’OMS et de l’UNICEF.
  • L’UNICEF est en charge de la distribution du vaccin et aide les pays à développer des stratégies de communication et de sensibilisation.
  • La Fondation Gates a également fourni une grande partie du financement.

Les principales tactiques utilisées par l’IMEP comprennent le renforcement de la vaccination des enfants grâce à des vaccins oraux, la surveillance des cas de paralysie flasque aiguë chez les enfants de moins de 15 ans (afin de déterminer les zones où le virus est réellement éradiqué) et la conduite de campagnes de « nettoyage ». dans les zones où des cas de polio ont été identifiés.

En 2012, l’IMEP avait levé 9 milliards de dollars de financement et rien qu’en 2011, l’IMEP a reçu 1,1 milliard de dollars, pour un budget de 0,98 milliard de dollars. 30% de leur financement provenait de la Fondation Bill & Melinda Gates, 30% de gouvernements développés, 27% de pays à risque de polio, et le reste était constitué de dons d’organisations à but non lucratif, de bailleurs de fonds privés et d’autres fondations. Il est probable que l’IMEP deviendra presque entièrement financée par des organisations privées à l’avenir.

Les étapes finales de l’éradication de la poliomyélite pour l’IMEP, ou ce que l’on appelle la « phase finale », sont les suivantes :

  • Détecter et interrompre toutes les transmissions de poliovirus
  • Renforcer les systèmes de vaccination et retirer le vaccin antipoliomyélitique oral
  • Contenir le poliovirus et certifier l’interruption de la transmission
  • Veiller à ce que les investissements restants consentis pour éradiquer la poliomyélite servent la principale cause de l’amélioration de la santé mondiale

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s