Les Nations Unies annoncent que la pandémie est un portail : « La crise du COVID-19 peut et doit être un tournant dans l’histoire »

Vers le 17 juillet 2020, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a révisé de façon importante ses données concernant l’ampleur de la COVID-19 au Québec. Effectivement, le nombre de cas actifs a chuté de plus de 94 % lors de la modification de ces données, le pourcentage de cas actifs passant soudainement de 44,4 % à 2,5 % et celui des guérisons de 45,6 % à 87,6 %. [1] Le 20 mai dernier, le CDC (Centres de prévention et de lutte contre les maladies), l’organisme responsable de la santé publique aux États-Unis, avait revu à la baisse le taux de mortalité des personnes infectées par la COVID-19. Alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le fixait à 3,4% en début de pandémie, le scénario le plus probable du CDC estime qu’il oscillerait plutôt entre 0,2 et 0,3%. [2]

Le 24 août, le CDC annonçait que les personnes « ne présentant pas de symptômes du COVID-19 et n’ayant pas été en contact étroit avec une personne connue pour avoir une infection au COVID-19 » ne sont plus encouragés à se faire tester. Deux jours plus tard, le CDC a mis à jour ses données pour admettre que seulement 6% des 161 392 décès enregistrés sont en fait morts de Covid. Cela représente 9 683 décès de Covid uniquement. Les 94% restants avaient 2 à 3 autres maladies graves («comorbidités») contribuant au décès, et l’écrasante majorité était d’un âge très avancé (74-85 +). [3] Encore plus grave, très récemment, le CDC a très discrètement déclaré que la pandémie de Covid-19 est terminée et très loin derrière nous. Selon les données du US Outpatient Influenza-like Illness Surveillance Network (ILINet), seul l’État de l’Iowa connaît actuellement une éclosion de SARS-CoV-2. [4]

Malgré cette revue à la baisse des statistiques et des cas de mortalité de Covid-19, comment se fait-il que les médias poursuivent leur campagne de peur auprès de leur auditoire et que la plupart des gouvernements continuent à imposer des mesures drastiques, annonçant une « fausse deuxième vague » et voulant coûte que coûte reconfiner leurs populations (Québec, Israël, Espagne, France, Belgique, …) malgré les effets nuisibles et destructeurs que cela produira (faillites, suicides, violence conjugale, dommages sur la santé mentale, etc.) ? La raison est simple : les gouvernements suivent à la lettre le plan d’action décrit dans l’Agenda 21 qui fut adopté par 182 chefs d’État lors du sommet de la Terre à Rio de Janeiro en juin 1992. Ils suivent aussi les dix-sept objectifs établis par les États membres des Nations unies et qui sont rassemblés dans l’Agenda 2030 (Objectifs de développement durable).

QUB radio : Entrevue avec Geneviève Beaulieu-Pelletier, psychologue clinicienne et professeure associée à l’Université du Québec à Montréal : Est-ce qu’une éventuelle deuxième vague et un reconfinement pourraient faire encore plus de dommage sur la santé mentale des Québécois que la crise de ce printemps (9 septembre 2020).

Le 21 juillet 2020, s’inspirant d’une étude soi-disant « scientifique » intitulée “Avertissement des scientifiques sur la richesse” (Scientists’ warning on affluence), le Forum économique mondial avouait son projet qui est de ruiner la population mondiale afin de mieux l’asservir à ses projets funestes de domination totalitaire par l’intermédiaire de ce que les globalistes appellent la Grande Réinitialisation, c’est-à-dire le « Great Reset ». [5] Le fondateur et président exécutif du FEM, Klaus Schwab, écrivait le 3 juin 2020 :

« Pour obtenir un meilleur résultat, le monde doit agir conjointement et rapidement pour réorganiser tous les aspects de nos sociétés et économies, de l’éducation aux contrats sociaux et aux conditions de travail. Chaque pays, des États-Unis à la Chine, doit participer, et chaque industrie, du pétrole et du gaz à la technologie, doit être transformée. En bref, nous avons besoin d’une “grande réinitialisation” du capitalisme. » [6]

Le 6 septembre dernier, par l’intermédiaire de leurs Objectifs globaux de développement durable (The Global Goals), les Nations Unies ont annoncé que la pandémie est en réalité un portail : « La pandémie a mis en évidence les défaillances systémiques, les fragilités et les inégalités qui définissent le monde d’aujourd’hui. Mais, cela nous a également offert une occasion sans précédent de réinventer notre avenir. Ce dont nous avons besoin maintenant, c’est d’un changement transformateur dans la pensée et l’action. Ce dont nous avons besoin maintenant, c’est que chacun fasse pression pour que les objectifs mondiaux pour le développement durable soient atteints. Le plan auquel tous les pays ont souscrit aux Nations Unies il y a 5 ans. » [7] En septembre, les dirigeants mondiaux se réuniront virtuellement pour l’Assemblée générale des Nations Unies et marqueront ce cinquième anniversaire. [8]  Les comploteurs du Nouvel Ordre Mondial écrivent à ce sujet :

« Maintenons la pression pour qu’ils changent les choses. Il s’agit d’une occasion unique de réinventer et de créer un avenir meilleur. »

« La pandémie est un portail », écrit par la militante indienne Arundhati Roy, a été publié dans le Financial Times le 3 avril 2020. [9] L’essai soutient que la pandémie nous offre une opportunité sans précédent de réinventer notre avenir — et elle implore la race humaine de faire exactement cela. Arundhati a convenu que les Nations Unies peuvent utiliser ses mots dans le contexte d’un film, pour sensibiliser aux objectifs mondiaux pour le développement durable [10] — « le plan convenu par chaque dirigeant mondial à l’ONU en 2015 pour mettre fin à l’extrême pauvreté, aux inégalités et aux injustices. et le changement climatique d’ici 2030 » — alors que nous approchons du 5e anniversaire de leur accord.

Mark H. Burton écrit : « La pandémie est un catalyseur ou un accélérateur de processus systémiques déjà en cours. (…) La pandémie, elle-même résultat de l’interaction d’espèces et d’écosystèmes auparavant séparés, a conduit à une baisse brutale de la consommation et des flux de matières, de l’extraction à la pollution, qui lui sont associés. La reprise après ce choc sera lente: même les analystes traditionnels tels que la Réserve fédérale américaine, Goldman Sachs et l’Organisation mondiale du commerce pointent vers une reprise en forme de L prenant des années. L’impact des mesures pour limiter l’impact de la pandémie (lock-out et autres restrictions) signifie un ralentissement de la production à l’échelle mondiale avec de nombreuses entreprises, souvent déjà endettées, susceptibles de faire faillite. » [11]

Le but des Globalistes est donc de détruire l’ancien monde pour en rebâtir un nouveau sur les ruines de l’ancien. « Solve et Coagula ». À l’image de la statue du dieu hindou Shiva — créateur et destructeur du monde — exposée en permanence sur la place du laboratoire européen pour la physique des particules, couramment désigné sous l’acronyme CERN.


Arundhati Roy : La pandémie est un portail

Le Conte Utopique de la Peur

Qui peut utiliser le terme « devenu viral » maintenant sans trembler un peu? Qui peut regarder quoi que ce soit — une poignée de porte, un carton, un sac de légumes — sans l’imaginer grouillant de ces taches invisibles, mort-vivantes, immobiles parsemées de ventouses qui attendent de se fixer à nos poumons? Qui peut penser à embrasser un inconnu, à sauter dans un bus ou à envoyer son enfant à l’école sans avoir vraiment peur? Qui peut penser au plaisir ordinaire et ne pas évaluer son risque? Qui parmi nous n’est pas un épidémiologiste charlatan, virologue, statisticien et prophète? Quel scientifique ou médecin ne prie pas secrètement pour un miracle? Quel prêtre ne se soumet pas — secrètement du moins — à la science?

Et même pendant que le virus prolifère, qui ne pourrait pas être ravi par la houle du chant des oiseaux dans les villes, les paons dansant aux passages à niveau et le silence dans le ciel?

Le nombre de cas dans le monde cette semaine a dépassé le million. Plus de 50 000 personnes sont déjà mortes [ce chiffre correspond à 0,0000065% sur une population mondiale de 7 800 000 000 habitants]. Les projections suggèrent que ce nombre atteindra des centaines de milliers, peut-être plus. Le virus s’est déplacé librement sur les voies du commerce et des capitaux internationaux, et la terrible maladie qu’il a provoquée dans son sillage a enfermé les humains dans leurs pays, leurs villes et leurs maisons.

Mais contrairement au flux de capitaux, ce virus recherche la prolifération, non le profit, et a donc, par inadvertance, dans une certaine mesure, inversé le sens du flux. Il s’est moqué des contrôles d’immigration, de la biométrie, de la surveillance numérique et de tout autre type d’analyse de données, et a frappé le plus durement — jusqu’à présent — dans les nations les plus riches et les plus puissantes du monde, mettant le moteur du capitalisme à un arrêt saccadé. Temporairement peut-être, mais au moins assez longtemps pour que nous puissions examiner ses pièces, faire une évaluation et décider si nous voulons aider à le réparer ou chercher un meilleur moteur.

Les mandarins qui gèrent cette pandémie aiment parler de guerre. Ils n’utilisent même pas la guerre comme métaphore, ils l’utilisent littéralement. Mais s’il s’agissait vraiment d’une guerre, alors qui serait mieux préparé que les États-Unis? Si ce n’étaient pas des masques et des gants dont ses soldats de première ligne avaient besoin, mais des armes à feu, des bombes intelligentes, des casse-bunkers, des sous-marins, des avions de combat et des bombes nucléaires, y aurait-il une pénurie?

Nuit après nuit, de l’autre bout du monde, certains d’entre nous regardent les points de presse du gouverneur de New York avec une fascination difficile à expliquer. Nous suivons les statistiques et entendons les histoires d’hôpitaux débordés aux États-Unis, d’infirmières sous-payées et surchargées de travail devant fabriquer des masques avec des sacs à ordures et de vieux imperméables, risquant tout pour porter secours aux malades. À propos des États forcés de se faire une offre pour des ventilateurs, à propos des dilemmes des médecins sur quel patient devrait en obtenir un et lequel mourrait. Et nous pensons à nous-mêmes: « Mon Dieu! C’est l’Amérique ! »

La tragédie est immédiate, réelle, épique et se déroule sous nos yeux. Mais ce n’est pas nouveau. Il s’agit de l’épave d’un train qui dévalait la voie depuis des années. Qui ne se souvient pas des vidéos de « patient dumping » — des malades, toujours en blouse d’hôpital, les fesses nues, se faisant glisser subrepticement au coin des rues? Les portes des hôpitaux ont trop souvent été fermées aux citoyens les moins fortunés des États-Unis. Peu importe à quel point ils ont été malades ou combien ils ont souffert.

Du moins pas jusqu’à présent — car maintenant, à l’ère du virus, la maladie d’un pauvre peut affecter la santé d’une société riche. Et pourtant, même maintenant, Bernie Sanders, le sénateur qui a fait campagne sans relâche pour la santé pour tous, est considéré comme un cas particulier dans sa candidature à la Maison Blanche, même par son propre parti.

Et qu’en est-il de mon pays, mon pays pauvre et riche, l’Inde, suspendu quelque part entre le féodalisme et l’intégrisme religieux, la caste et le capitalisme, gouverné par des nationalistes hindous d’extrême droite? (…) Sous le regard d’un monde consterné, l’Inde s’est révélée dans toute sa honte — son inégalité brutale, structurelle, sociale et économique, son indifférence insensible à la souffrance.

Le verrouillage a fonctionné comme une expérience chimique qui a soudainement éclairé des choses cachées. Alors que les magasins, les restaurants, les usines et l’industrie de la construction fermaient, alors que les classes riches et moyennes se renfermaient dans des colonies fermées, nos villes et mégapoles ont commencé à extruder leurs citoyens de la classe ouvrière — leurs travailleurs migrants — comme autant d’accumulation indésirable.

Beaucoup chassés par leurs employeurs et propriétaires, des millions de personnes pauvres, affamées, assoiffées, jeunes et vieux, hommes, femmes, enfants, malades, aveugles, handicapés, sans nulle part où aller, sans transports publics en vue, a commencé une longue marche vers leurs villages. Ils ont marché pendant des jours, vers Badaun, Agra, Azamgarh, Aligarh, Lucknow, Gorakhpur — à des centaines de kilomètres. Certains sont morts en chemin.

Ils savaient qu’ils rentraient chez eux potentiellement pour ralentir la famine. Peut-être savaient-ils même qu’ils pouvaient être porteurs du virus et infecteraient leurs familles, leurs parents et leurs grands-parents à la maison, mais ils avaient désespérément besoin d’un morceau de familiarité, d’abri et de dignité, ainsi que de nourriture, sinon d’amour.

Alors qu’ils marchaient, certains ont été brutalement battus et humiliés par la police, qui était accusée de faire strictement respecter le couvre-feu. Les jeunes hommes ont été obligés de s’accroupir et de sauter sur l’autoroute. En dehors de la ville de Bareilly, un groupe a été rassemblé et arrosé avec un spray chimique. Quelques jours plus tard, craignant que la population en fuite ne propage le virus dans les villages, le gouvernement a scellé les frontières de l’État même pour les marcheurs. Les personnes qui marchaient depuis des jours ont été arrêtées et forcées de retourner dans des camps dans les villes qu’elles venaient d’être forcées de quitter.

(…) La scène était biblique. Ou peut-être pas. La Bible ne pouvait pas connaître de chiffres comme ceux-ci. Le verrouillage pour imposer la distanciation physique avait abouti au contraire — une compression physique à une échelle impensable. Cela est vrai même dans les villes indiennes. Les routes principales sont peut-être vides, mais les pauvres sont enfermés dans des quartiers exigus des bidonvilles et des bidonvilles. Chacune des personnes à qui j’ai parlé était inquiète à propos du virus. Mais c’était moins réel, moins présent dans leur vie que le chômage imminent, la famine et la violence de la police.

Les gens tomberont malades et mourront chez eux. Nous ne connaîtrons peut-être jamais leurs histoires. Ils peuvent même ne pas devenir des statistiques. Nous ne pouvons qu’espérer que les études qui disent que le virus aime le froid sont correctes (bien que d’autres chercheurs aient mis en doute cela). Jamais un peuple n’a aspiré aussi irrationnellement et autant d’un été indien brûlant et punitif.

Quelle est cette chose qui nous est arrivée? C’est un virus, oui. En soi, il n’a aucun mandat moral. Mais c’est certainement plus qu’un virus. Certains croient que c’est la manière de Dieu de nous ramener à nos sens. D’autres disent que c’est une conspiration chinoise pour conquérir le monde.

Quoi qu’il en soit, le coronavirus a mis le puissant à genoux et a immobilisé le monde comme rien d’autre ne le pourrait. Nos esprits tournent encore et viennent, aspirant à un retour à la « normalité », essayant de relier notre avenir à notre passé et refusant de reconnaître la rupture. Mais la rupture existe. Et au milieu de ce terrible désespoir, il nous offre une chance de repenser la machine apocalyptique que nous avons construite pour nous-mêmes. Rien de pire qu’un retour à la normalité.

Historiquement, les pandémies ont forcé les humains à rompre avec le passé et à imaginer leur monde à nouveau. Celui-ci n’est pas différent. C’est un portail, une passerelle entre un monde et l’autre.

Nous pouvons choisir de la traverser, traînant derrière nous les carcasses de nos préjugés et de notre haine, notre avarice, nos banques de données et nos idées mortes, nos rivières mortes et nos cieux enfumés. Ou nous pouvons marcher légèrement, avec peu de bagages, prêts à imaginer un autre monde. Et prêt à se battre pour cela.


Le sociologue Mateusz Zuk répond à Arundhati Roy

Arundhati Roy

Il est devenu notoire que les crises ont été suivies de changements sociaux. La soi-disant mort noire aurait peut-être même anéanti 50% de la population. Dans la campagne, les paysans ont été tués par la maladie avec une telle intensité que certains villages ont définitivement disparu des cartes. Le manque de main-d’oeuvre oblige les propriétaires à améliorer les conditions de vie des paysans, à partir de là bien souvent des « yeomen ». Mais cela n’est pas venu sans le combat. Les rois ont augmenté les impôts contre lesquels de nombreux paysans se sont rebellés. Dans des régions comme l’Espagne, la péninsule sud des Pyrénées ou les propriétaires fonciers ont enchaîné les paysans à leurs terres. Dans les villes, certains groupes — pour la plupart plus privilégiés ou riches — ont pu s’émanciper et accéder au pouvoir. Mais encore une fois, cela n’est pas venu sans conflits.

Cependant, certaines pandémies ne sont pas associées à de grands changements sociaux. Il serait difficile de trouver de nombreux changements progressifs directement liés à la grippe espagnole qui a tué des centaines de milliers de personnes. Et on pourrait s’attendre à de tels changements si l’on prend en considération l’accumulation des inégalités qui s’est terminée avec une forte compression des salaires en 1940.

Walter Scheidel a visualisé les niveaux de tendances des inégalités en Europe et les a chevauchés avec des épisodes de peste. Selon Scheidel, les fléaux sont positivement associés à une diminution des inégalités, à l’exception d’une grande compression qui s’est terminée avec la Seconde Guerre mondiale.

Ken Mondschein suggère que le coronavirus peut avoir des effets opposés à la mort noire. À son avis, la pression exercée sur les échanges commerciaux oblige les entreprises à s’assurer que la valeur pour les actionnaires ne s’effondrera pas. Cela ne peut se produire que si les entreprises reçoivent des renflouements des gouvernements ou réduisent les coûts en réduisant les salaires.

En Chine, théâtre de la première épidémie de masse, les entreprises du secteur privé ont réduit les salaires des travailleurs ou retardé les paiements. Dans de nombreux cas, les travailleurs ont été contraints d’utiliser leurs jours de vacances et de se préparer à un congé sans solde. Chez le fournisseur Apple Foxconn, les travailleurs retournent au travail avec un tiers de leur salaire après leur retour de quarantaine. Les restaurateurs, quant à eux, se retrouvent au chômage car les clients restent à l’écart.

Il y a aussi un problème de pouvoir politique. La mort noire a tué les riches et les pauvres. Cependant, des recherches récentes suggèrent qu’il ne s’agissait pas de meurtre aveugle. Selon divers chercheurs, la mort noire 1348-1352 a tué probablement entre 40 et 60 pour cent de la population. Une telle mort massive a frappé toutes les classes sociales, mais le coup le plus dur a été reçu par les pauvres, les migrants, la plèbe urbaine, les femmes. C’est loin de ce que nous pensons de la mort noire en tant que niveleur discriminatoire. Mais la mort de milliers de propriétaires a permis aux pauvres d’acquérir un certain pouvoir dans au moins certains endroits. Mais cela ne s’est pas produit sans luttes. Et c’est sûr que cela ne se produira pas sans désobéissance civile maintenant.

Juste avant l’éclosion de corona, le propriétaire de la chaîne de pubs Wetherspoon était disposé à laisser plus de 40 000 travailleurs partir en vacances non rémunérées. Sa décision a été prise quelques jours après avoir tenté de garantir que les travailleurs travailleront sans aucune réglementation en matière de santé et de sécurité. Le cas était similaire chez SportDirect au Royaume-Uni. Amazon en Pologne s’assurait non seulement que les travailleurs se présentent, mais aussi qu’ils soient interdits de porter un masque facial pour éviter de propager … la panique. Un tel comportement est probablement responsable de plusieurs infections parmi les employés des entrepôts en Pologne.

Cela prouve que les pandémies ne sont pas toujours synonymes de meilleures conditions de travail et de réduction des inégalités.

La pandémie a effacé les distinctions claires entre les gouvernements autoritaires et démocratiques. Dans certains pays, les démocrates libéraux s’opposaient aux verrouillages au nom du maintien des affaires comme d’habitude. De nos jours, les personnes accusées de tendances autoritaires font de même. Il y a des élections aux États-Unis. Le parlement polonais a récemment modifié les règles électorales et veille à ce que les élections se déroulent par correspondance. Sous le couvert de la démocratie représentative, les règles font tout pour rester au pouvoir.

Les libéraux de l’establishment nous ont dit pendant des années que Trump n’attendait que l’occasion d’annuler les élections, de mettre fin à la dissidence et de prendre sa place dans l’international autoritaire. Pourtant, maintenant, étant donné la chance de sa vie, il a reculé de saisir le moment.

Les États utilisent le coronavirus pour resserrer le contrôle sur la population du pays. Cela ne se produit pas seulement dans les régimes autoritaires ou les régimes avec une histoire ou des tendances autoritaires comme la Hongrie. En outre, les pays dits démocratiques libéraux prouvent que c’est vrai. Ce n’est que récemment que le parlement danois, à la marge de quelques votes, a décidé de ne pas donner à la police le droit d’entrer dans les maisons où des personnes sont soupçonnées d’être infectées par le virus. Les drones poursuivent les gens dans les rues et les réseaux mobiles suivent les mouvements des gens.

La Hongrie est dirigée par un dictateur en charge qui a légalement le pouvoir de gouverner par décrets. Il semble que dans d’autres pays, les gouvernements peuvent essayer d’utiliser des méthodes similaires pour contrôler les gens non seulement pendant la pandémie mais aussi après. [12] C’est une vérité, elle doit être contestée par différentes méthodes et techniques. Pour reprendre une métaphore de la littérature fantastique, seule la participation active aux luttes sociales permet d’activer le portail vers le nouvel univers alternatif des nouvelles relations économiques et sociales.

___________

RÉFÉRENCES :

  1. Guy Boulianne : Révision drastique des données de l’INSPQ : le pourcentage de cas actifs passe de 44,4% à 2,5%, celui des guérisons de 45,6% à 87,6%. Publié le 1 août 2020.
  2. Guy Boulianne : Le CDC confirme un taux de mortalité du Covid-19 remarquablement bas. Où sont les médias?. Publié le 30 mai 2020.
  3. Guy Boulianne : Le médecin italien, Roberto Petrella, met en garde la population contre l’extermination et Bill Gates se prend pour le cavalier de la mort. Publié le 29 août 2020.
  4. Guy Boulianne : Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies aux États-Unis (CDC) déclarent que la pandémie de Covid-19 est terminée. Publié le 18 septembre 2020.
  5. Guy Boulianne : Le Forum économique mondial avoue son projet criminel de ruiner la population mondiale par l’intermédiaire de la grande réinitialisation. Publié le 24 août 2020.
  6. Klaus Schwab : Now is the time for a ‘great reset’. The World Economic Forum, 3 June 2020.
  7. The Global Goals for Sustainable Development : « The pandemic is a portal ». The COVID-19 crisis can and must be a turning point in history. Published on September 6, 2020.
  8. Agence France-Presse : Prince Charles : la crise climatique va « éclipser » l’impact de la pandémie. La Presse, 20 septembre 2020.
  9. Arundhati Roy : ‘The pandemic is a portal’ | Free to read. Financial Times, April 3 2020.
  10. Jamie Madge : The Pandemic is a Portal to our Global Goals. Shots, 7Th September 2020.
  11. Mark H. Burton : Could the Covid-19 Pandemic be a Portal to a Viable Society and Economy?. Resilience, May 21, 2020. (Originally published by Steady-State Manchester)
  12. Guy Boulianne : Covid-19 / Great Reset — Les totalitaires visent une société utopique dans laquelle les maux sociaux, réels ou imaginaires, sont éliminés. Publié le 21 juin 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s