Censure ou Sécurité nationale? La Chambre des représentants des États-Unis condamne QAnon et rejette les théories du complot qu’il promeut

« Cet article doit être lu avec attention et discernement. Un esprit critique et lucide comprendra l’importance de la résolution de la Chambre des représentants qui fut adoptée à la quasi-unanimité, par 371 voix contre 18, tant de la part du Parti démocrate que du Parti républicain. » — Guy Boulianne


L’Institute for Strategic Dialogue a publié “The Genesis of a Conspiracy Theory: Key trends in QAnon activity since 2017”, un rapport analysant la conspiration QAnon, y compris une augmentation de l’activité au milieu de la pandémie de coronavirus. Selon le rapport, cette théorie du complot « prétend qu’un groupe d’élite de pédophiles trafiquants d’enfants dirige le monde depuis plusieurs décennies et que le président Trump a mis en place un plan secret pour traduire ce groupe en justice ». Au fur et à mesure que les croyants à cette conspiration ont grandi, l’étendue de son contenu a augmenté.

Depuis 2019, le FBI a désigné QAnon comme une « menace de terreur domestique » en raison de son potentiel d’incitation à la violence extrémiste. Ce qui a commencé comme une théorie du complot principalement basée aux États-Unis s’est étendu pour gagner une reconnaissance internationale. Actuellement, les adeptes de QAnon semblent propager des informations erronées, le tout alors que les adhésions sur diverses plates-formes numériques, telles que Facebook, semblent augmenter : « Le FBI évalue que ces théories du complot émergeront, se répandront et évolueront très probablement sur le marché de l’information moderne, poussant parfois des groupes et des extrémistes individuels à commettre des actes criminels ou violents. » [1]

Selon The Homeland Security News Wire, les organisations affiliées au gouvernement russe jouent un rôle de plus en plus important dans l’amplification et la diffusion des théories du complot promues par QAnon, suscitant des inquiétudes non seulement quant à l’ingérence dans les prochaines élections américaines de novembre. Il n’y avait aucun signe que la Russie avait joué un rôle dans les premiers jours du mouvement QAnon, mais la croissance des partisans du mouvement a persuadé les spécialistes de la désinformation et de la propagande de la Russie que répandre davantage les conspirations de QAnon aiderait la Russie à atteindre son objectif d’affaiblir l’Amérique en semant la division et l’acrimonie : approfondissement de la polarisation; discréditer la démocratie; et miner la confiance dans le gouvernement; judiciaire; tribunaux; et les médias. [2]

Al Jazeera rapporte que l’expert en cybersécurité sur la désinformation Cindy Otis, une ancienne analyste de la CIA, a déclaré à l’agence de presse Reuters que RussiaToday, Sputnik et d’autres médias soutenus par le Kremlin ont écrit davantage sur QAnon, en l’utilisant pour s’intégrer dans leur récit plus large de : « Les États-Unis sont en train de s’effondrer, regardez combien il y a de division ». [3] Graphika, un groupe de recherche spécialisé dans l’utilisation de l’IA pour analyser les communautés en ligne, vient de publier un rapport — “Interpreting Social Qs: Implications of the Evolution of QAnon(Interprétation des questions sociales: implications de l’évolution de QAnon) — qui analyse la croissance du mouvement et la menace posée par le mouvement QAnon aux élections américaines en novembre, et aux processus démocratiques du monde entier.

H.Res. 1154: Condamner QAnon et rejeter les théories du complot qu’il promeut. Adopté en Chambre le 2 octobre 2020.

La Chambre des représentants condamne QAnon

Tom Malinowski

Le 25 août 2020, deux membres de la Chambre des représentants des États-Unis — le démocrate Tom Malinowski et le républicain Denver Riggleman — ont présenté une résolution simple bipartisane (H Res.1154) condamnant QAnon et rejetant ses théories du complot. Malinowski a déclaré que le but de la résolution était de répudier formellement « cette secte dangereuse, antisémite et conspiratrice qui, selon le FBI, radicalise les Américains vers la violence ».

La résolution a également exhorté le FBI et les autres organismes chargés de l’application des lois et de la sécurité intérieure « à continuer de se concentrer davantage sur la prévention de la violence, des menaces, du harcèlement et d’autres activités criminelles par des extrémistes motivés par des théories marginales du complot politique » et a encouragé la communauté du renseignement américain « à découvrir tout soutien étranger, assistance ou amplification en ligne que QAnon reçoit, ainsi que toute affiliation, coordination et contacts avec QAnon avec des organisations extrémistes étrangères ou des groupes épousant la violence. » [4]

En septembre, Malinowski a reçu des menaces de mort de la part d’adeptes de QAnon après avoir été faussement accusé de vouloir protéger les prédateurs sexuels. Les menaces ont été provoquées par une publicité contre les candidats démocrates du National Republican Congressional Committee (NRCC) qui prétendait à tort que Malinowski avait travaillé contre les projets visant à augmenter l’inscription des délinquants sexuels dans un projet de loi sur la criminalité de 2006 alors qu’il travaillait comme lobbyiste pour Human Rights Watch. [5] Élu dans une circonscription historiquement républicaine, Tom Malinowski se décrit comme un démocrate modéré. Il est notamment opposé à une couverture santé publique universelle et au Green New Deal, politiques qu’il juge irréalistes.

La résolution a été adoptée le 2 octobre 2020, par 371 voix contre 18. [6] Dix-sept républicains (dont Scott Perry, Mike Kelly, Steve King, Paul A. Gosar et Daniel Webster) et un indépendant (Justin Amash) ont voté non; Le républicain Andy Harris a voté « présent » (vidéo). Il s’agit donc d’une résolution quasiment unanime, tant de la part du Parti démocrate que du Parti républicain. [7]

La fermeture de comptes Facebook, Twitter et Google de celles et ceux qui se font les apologistes du mouvement QAnon, n’entre donc pas dans le cadre de la simple censure qui, elle, est condamnable. [8] Il ne s’agit pas non plus d’une atteinte à la liberté d’expression comme certains commentateurs tentent de le faire croire à leur auditoire, mais bien d’une procédure légale visant à démanteler un réseau « qui encourage les Américains à détruire les propriétés publiques et privées et à attaquer les forces de l’ordre ». La décision des plateformes numériques de bannir les promoteurs de QAnon est un renforcement marqué des politiques existantes visant à limiter l’influence d’un mouvement, considéré comme un risque à la sécurité nationale par les autorités américaines. Rien de moins. [9]

Personnellement. j’ai toujours mis en garde mes lecteurs contre cette opération de contrôle mental (PsyOp) qu’on désigne par le pseudonyme QAnon, qui utilise fort probablement une forme d’intelligence artificielle pour propager et disséminer des informations sur internet.


Résolution de la Chambre des représentants (H.Res.1154)

« Condemning QAnon and rejecting the conspiracy theories it promotes. »

À la Chambre des représentants, aux États-Unis,

2 octobre 2020.

Attendu que, tout au long de l’histoire, les théories du complot qui blâment à tort les cabales secrètes ou les groupes marginalisés pour les maux de la société ont alimenté les préjugés, le génocide et les actes de terrorisme;

Attendu que QAnon est un mouvement promouvant une collection de théories du complot infondées qui se sont largement répandues sur Internet depuis 2017;

Alors que QAnon a initialement allégué que d’éminents Américains sont engagés dans un complot secret pour contrôler le monde, tout en utilisant leur pouvoir pour exploiter les enfants, et s’est étendu pour embrasser pratiquement toutes les théories populaires du complot des dernières décennies, depuis la remise en question de la vérité sur le 11 septembre. les attaques terroristes, à croire aux débarquements d’étrangers, à nier la sécurité des vaccins;

Attendu que de nombreux adeptes de QAnon expriment des opinions antisémites et que l’Anti-Defamation League a déclaré que la théorie centrale du complot du mouvement comprend des éléments antisémites;

Considérant que les théories du complot ont été un moteur central de l’antisémitisme pendant des siècles, et que les théories du complot de QAnon attisent les flammes alors que l’antisémitisme est en augmentation aux États-Unis et dans le monde;

Alors que le Federal Bureau of Investigation (FBI) a estimé avec une grande confiance que « les théories du complot politique marginal », y compris QAnon, « motivent très probablement certains extrémistes nationaux, en tout ou en partie, à se livrer à des activités criminelles ou violentes », et que ces les théories du complot « encouragent très probablement le ciblage de personnes, de lieux et d’organisations spécifiques, augmentant ainsi la probabilité de violence contre ces cibles »;

Attendu que le FBI fonde cette évaluation sur « des événements au cours desquels des individus ont commis des crimes, comploté des attaques ou mené avec succès des violences meurtrières, et qui – avant ou après leur arrestation – ont attribué leurs actions à leurs croyances conspiratrices »;

Alors que les adhérents de QAnon ont été impliqués dans des crimes dont ils prétendent que leurs croyances QAnon sont inspirées, notamment:

(1) un homme arrêté en 2018 pour avoir comploté pour poser une bombe dans la rotonde du Capitole de l’Illinois afin de sensibiliser les Américains à la théorie du complot du « Pizzagate »;

(2) un homme arrêté en 2018 pour avoir utilisé une voiture blindée pour bloquer la circulation sur le pont de contournement du barrage Hoover;

(3) un homme en Arizona arrêté en 2019 pour avoir vandalisé une église catholique;

(4) une femme dans le Colorado arrêtée en 2019 pour avoir comploté un raid armé pour kidnapper son enfant, qui avait été enlevé de sa garde;

(5) un homme accusé du meurtre d’un patron du crime organisé à New York en 2019; et

(6) une femme arrêtée à New York avec une voiture pleine de couteaux après avoir publié une vidéo accusant Joe Biden de participer au trafic sexuel d’enfants et de menacer de le tuer;

Attendu que le FBI estime en outre que « ces théories du complot émergeront, se répandront et évolueront très probablement sur le marché de l’information moderne * * *, favorisant le sentiment anti-gouvernemental, les préjugés raciaux et religieux, [et] les tensions politiques croissantes »;

Attendu que, selon le Combating Terrorism Center de l’Académie militaire des États-Unis à West Point, « QAnon n’est sans doute plus simplement une théorie marginale du complot, mais une idéologie qui a démontré sa capacité à radicaliser des individus violents à une vitesse alarmante »;

Attendu que Facebook, Twitter et Google ont supprimé ou bloqué les groupes et le contenu QAnon de leurs plates-formes pour avoir enfreint leurs politiques contre la désinformation, l’intimidation, les discours de haine et le harcèlement;

Attendu que les adhérents de QAnon ont nui aux efforts légitimes de lutte contre l’exploitation des enfants et le trafic sexuel, notamment en écrasant les lignes téléphoniques anti-traite avec de faux rapports;

Attendu que les théories du complot promues par QAnon sapent la confiance dans les institutions démocratiques américaines, encouragent le rejet de la réalité objective et approfondissent la polarisation politique de notre nation; et

Alors que la polarisation de notre nation est encore accentuée par d’autres, de l’extrême gauche à l’extrême droite, promouvant des idéologies extrêmes et des théories du complot antigouvernemental, détournant des manifestations pacifiques légitimes et encourageant les adeptes à endommager, défigurer ou vandaliser les propriétés des gouvernements locaux, étatiques et fédéraux et d’attaquer les forces de l’ordre: maintenant, donc, que ce soit

Il est résolu que la Chambre des représentants –

(1) condamne QAnon et rejette les théories du complot qu’il promeut;

(2) condamne tous les autres groupes et idéologies, de l’extrême gauche à l’extrême droite, qui contribuent à la propagation de théories du complot infondées et qui encouragent les Américains à détruire les propriétés publiques et privées et à attaquer les forces de l’ordre;

(3) encourage le Federal Bureau of Investigation, ainsi que toutes les agences fédérales chargées de l’application de la loi et de la sécurité intérieure, à continuer de se concentrer davantage sur la prévention de la violence, des menaces, du harcèlement et d’autres activités criminelles par des extrémistes motivés par des théories marginales du complot politique;

(4) encourage la communauté du renseignement à découvrir tout soutien étranger, assistance ou amplification en ligne que QAnon reçoit, ainsi que toute affiliation, coordination et contact avec QAnon avec des organisations extrémistes étrangères ou des groupes adoptant la violence; et

(5) exhorte tous les Américains, indépendamment de nos croyances ou de notre affiliation partisane, à rechercher des informations auprès de sources faisant autorité et à s’engager dans un débat politique à partir d’une base factuelle commune.

Attester:

Employé de bureau. [10]


RÉFÉRENCES :

  1. Victoria Vanderzielfultz : Conspiracy Theory Trends: QAnon. The Homeland Security Digital Library (HSDL), August 4, 2020.
  2. Conspiracy theory : QAnon’s Growing Threat to the November Election and to Democratic Processes Worldwide. The Homeland Security News Wire, 27 August 2020.
  3. News | The Far Right : Russian-backed organisations amplify QAnon conspiracy theories. Al Jazeera, 24 August 2020.
  4. Simon van Zuylen-Wood : QAnon Goes to Washington Twenty-four followers of the grotesque conspiracy theory are running for Congress in November. Where does this end?. New York Magazine, September 28, 2020.
  5. Catie Edmondson : False G.O.P. Ad Prompts QAnon Death Threats Against a Democratic Congressman. The New York Times, September 30, 2020.
  6. Bills in the 116th Congress : H.RES. 1154 – Condemning QAnon and rejecting the conspiracy theories it promotes. Sponsor: Tom Malinowski (D-NJ 7th). Cosponsors: Denver Riggleman (R-VA 5th), Josh Gottheimer (D-NJ 5th), Adam Kinzinger (R-IL 16th), Elaine Luria (D-VA 2nd), Brian Fitzpatrick (R-PA 1st). National Cable Satellite Corporation (C-SPAN).
  7. The Editorial Board : FBI calls QAnon a domestic terrorist threat. Two Pa. Congress members voted not to condemn it. | Editorial. The Philadelphia Inquirer, October 6, 2020.
  8. Tristan Péloquin : Facebook ferme les comptes d’Alexis Cossette-Trudel. La Presse, 7 octobre 2020.
  9. Société : Facebook interdit les contenus du réseau conspirationniste Radio-Québec. Radio-Canada, 7 octobre 2020.
  10. 116th Congress (2019-2020) : H.Res.1154 – Condemning QAnon and rejecting the conspiracy theories it promotes. Introduit en Chambre le 25 septembre 2020 / Adoptée sans objection le 2 octobre 2020. [PDF] Congress.gov.

Une réflexion au sujet de « Censure ou Sécurité nationale? La Chambre des représentants des États-Unis condamne QAnon et rejette les théories du complot qu’il promeut »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s