Le gouvernement de Justin Trudeau a financé l’Armée populaire de libération chinoise pour développer le vaccin COVID-19 au Canada

[RebelNews] Justin Trudeau ferme le Parlement avec l’aide de ses amis néo-démocrates. Il organise ses conférences de presse du matin et la seule façon de lui poser une question est lors de ses brèves sorties publiques. RebelNews a profité de l’occasion pour interroger Trudeau sur son gouvernement qui a financé l’Armée populaire de libération (APL) en Chine. Ce n’est pas un embellissement — cela s’est produit réellement. Pour aggraver les choses, Trudeau espèrait que les Canadiens pourraient être les cobayes de la recherche sur les vaccins dès septembre.

RebelNews a également posé des questions aux députés du PCC, qui étaient sidérés par l’idée que les contribuables financent en espèces l’Armée populaire de libération chinoise. C’était le projet parfait de Justin Trudeau : l’argent des contribuables canadiens finançant la recherche de l’armée chinoise sur un vaccin COVID-19 développé à partir d’une lignée cellulaire prélevée sur un bébé avorté.

RebelNews a récemment reçu plus de 800 pages de documents du ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique sur leurs relations avec l’organisme de bienfaisance de la famille Trudeau.

La Fondation Pierre Elliott Trudeau — d’hier et d’aujourd’hui — regorge de médias grand public et de journalistes de la SRC, comme Chantal Hébert, John Stackhouse, Susan Delacourt, Marie Wilson, Denise Bombardier, Rosemary Thompson, Daniel Lessard et, bien sûr, le frère bien-aimé de l’Iran de Justin, Sacha Trudeau. C’est pourquoi il incombe aux médias indépendants, et non achetés et payés, de creuser dans la Fondation Trudeau.

Les résultats de ces 800 pages de documents et plus sont explosifs et incluent l’organisme de bienfaisance qui utilise l’argent du gouvernement pour payer les bénévoles de la Fondation Trudeau avec des cartes-cadeaux et d’autres dépenses inutiles. Il faudra plusieurs histoires pour tout déployer.

Sheila Gunn Reid nous montre les relations avec ce milliardaire chinois pour une exposition favorable à la Chine, en utilisant la Fondation Trudeau comme véhicule pour légitimer le régime autoritaire. Tout est ici dans les courriels internes des fondations et les communications avec le gouvernement libéral.


Le Conseil national de recherches conclut un accord avec la Chine pour développer le vaccin COVID-19 au Canada

[The Globe and Mail, 12 mai 2020] Des chercheurs canadiens se joignent à l’effort pour développer un vaccin chinois contre le coronavirus mortel, avec des plans pour commencer des essais humains au Canada d’une défense potentielle contre le COVID-19 qui utilise la technologie génétique du Conseil national de recherches. Les essais amèneront sur le sol canadien Ad5-nCoV, un vaccin candidat en cours de développement conjoint par une entreprise chinoise et l’armée du pays.

Soutenu par un État qui a recherché de toute urgence un vaccin d’importance mondiale, l’Ad5-nCoV a été parmi les nombreux candidats les plus rapidement développés dans le monde.

Le CNRC a maintenant conclu un accord pour soutenir son développement au Canada en fabriquant des doses qui peuvent être administrées dans des tests sur l’homme et pour une utilisation en cas de pandémie d’urgence. « Nous allons pouvoir l’évaluer en termes d’innocuité et d’efficacité au Canada, comme cela se fait déjà en Chine, et le Canada fera désormais partie de l’histoire des pionniers », a déclaré Roman Szumski, vice-président des sciences de la vie pour le NRC. Si les tests réussissent, le candidat vaccin pourrait demander l’approbation de Santé Canada pour une utilisation d’urgence dès cet automne, a déclaré M. Szumski. Il fait déjà l’objet d’essais humains simultanés de première et deuxième phases en Chine.

Ad5-nCoV est soutenu par CanSino Biologics Inc., basé à Tianjin, et par l’Institut de biotechnologie de l’Académie des sciences médicales militaires de l’Armée populaire de libération chinoise, situé dans le district de Haidian à Pékin. Il s’agit d’un vaccin recombinant, qui utilise un type de virus différent — dans ce cas un adénovirus — génétiquement modifié pour inclure une protéine de pointe qui est une signature du coronavirus mortel. L’adénovirus est lui-même modifié pour l’empêcher de se répliquer. Ce qu’il fait à la place, c’est d’introduire la protéine de pointe dans le corps humain, en préparant le système immunitaire à identifier et à détruire le coronavirus.

CanSino et le NRC ont une relation qui remonte au développement par la société chinoise d’un vaccin contre Ebola, dont l’utilisation a été approuvée par Pékin en 2017. Le vaccin Ebola et le candidat coronavirus peuvent être fabriqués avec HEK293, une lignée cellulaire dérivée d’un embryon avorté en 1973 mais modifiée par le NRC il y a près de dix ans pour devenir un producteur plus prolifique de vaccins. HEK293 sert d ‘« usine de cellules vivantes, dans laquelle nous pourrions produire n’importe quel nombre de types de produits vaccinaux », a déclaré Lakshmi Krishnan, directeur général du Centre de recherche thérapeutique en santé humaine du CNRC. La modification du conseil permet à HEK293 de se développer dans de grands réservoirs de fermentation remplis de liquide, ce qui permet la production en vrac d’un vaccin.

Le CNRC a signé une licence non exclusive permettant à CanSino d’utiliser la lignée cellulaire en 2014. Par conséquent, le conseil « ne prévoit aucun revenu » provenant de l’utilisation par CanSino de la technologie canadienne pour fabriquer Ad5-nCoV, a déclaré le porte-parole du CNRC, Vance Chow. Le CNRC a refusé de répondre aux questions sur les modalités de son contrat de licence avec CanSino.

Le gouvernement fédéral a accordé au CNRC 44 millions de dollars depuis la fin mars pour moderniser ses installations à Montréal afin qu’elles puissent être utilisées pour produire des vaccins sans danger pour l’homme en dehors des essais cliniques. Des essais cliniques sont peut-être déjà en cours au Canada. CanSino, qui a refusé les demandes d’entrevue, se prépare à demander l’autorisation de Santé Canada pour mener des essais sur l’homme en partenariat avec le Centre canadien de vaccination (CCfV) de l’Université Dalhousie. « La conception de notre étude, si elle est approuvée, est de passer aussi rapidement que possible en toute sécurité des études de phase 1 à phase 2 et de nous positionner pour passer aux études de phase 3 aussi rapidement que les données le permettent », a déclaré le directeur du CCfV Scott Halperin, le chercheur principal de l’étude.

La propriété intellectuelle « pour le vaccin est celle de CanSino, et où ils fournissent le vaccin serait leur décision », a-t-il dit. Mais la participation du CNRC à la fabrication de « vaccins au Canada faciliterait la garantie de l’approvisionnement au Canada ». En Chine, les études de première phase sur l’Ad5-nCoV ont débuté en mars, avec 108 personnes prenant trois doses différentes. Ceux qui ont reçu la dose la plus élevée ont signalé des fièvres et des douleurs articulaires, selon Science and Technology Daily, un média chinois géré par l’État. Dans une étape inhabituelle conçue pour accélérer le processus, CanSino a commencé les tests de deuxième phase début avril avec 500 personnes, même si la première phase ne sera pas terminée avant le 20 décembre. Une troisième phase pourrait impliquer un nombre beaucoup plus important de personnes, peut-être jusqu’à 10 000.

Au Canada, la programmation des différentes phases sera probablement accélérée de la même manière, bien que la première, qui est prévue pour Halifax, pourrait éliminer la dose la plus élevée.

La participation du Canada aux développeurs de vaccins chinois remonte à la signature en 2007 d’un accord de coopération scientifique et technologique. En 2011, les deux pays ont convenu de collaborer au développement de vaccins. Le directeur général de CanSino, Xuefeng Yu, a également passé de nombreuses années à étudier au Canada et à travailler comme cadre chez Sanofi Pasteur Inc.. Il était auparavant basé à Toronto.

Le Dr Krishnan a décrit l’Ad5-nCoV comme « l’un des plus avancés » parmi plus d’une centaine de candidats vaccins COVID-19 dans le monde, dont moins de 10 sont entrés dans des essais cliniques. Un vaccin qui réussit les tests est généralement approuvé pour une utilisation générale après la troisième phase des tests. « Avec le développement de vaccins, il n’y a jamais aucune garantie de succès. La sécurité est toujours une priorité », a déclaré M. Szumski. Mais, a-t-il dit, Ad5-nCoV « ressemble à un vaccin candidat qui mérite d’être développé plus avant ».


NOTA BENE : Le 26 août dernier, le Conseil national de recherches a révélé que le vaccin n’avait pas été approuvé par les douanes chinoises pour être expédié au Canada, après quoi la collaboration entre CanSino et le Centre canadien de vaccination a été abandonnée (CBC News). Cela signifie que le gouvernement fédéral de Justin Trudeau aura utilisé les fonds publics pour financer un projet de vaccin développé par l’Académie des sciences médicales militaires, et donc directement l’Armée populaire de libération chinoise (APL), et ceci en toute impunité.

Le 24 octobre 2020, l’artiste Raven Moonstone, habitant Vancouver, nous fit écouter un enregistrement téléphonique d’une coordinatrice canadienne disant que l’armée américaine libère le Canada de la Cabale (à partir de 1:00 minute).

NOTE DE GUY BOULIANNE : Suite à ma dernière publication le 24 octobre dernier — il y a 48 heures — parmi 32 000 lecteurs, une poignée d’individus m’ont lancé des insultes gratuites sur les réseaux sociaux, ainsi que des messages agressifs et parfois même violents. C’est à se demander pourquoi !

Depuis la dernière semaine, j’ai publié plusieurs articles qui — selon mon avis personnel — ont toute leur importance : « Révélations Choc — Le Parti communiste chinois déploie les troupes de l’Armée populaire de libération (APL) en Colombie-Britannique » (16 octobre 2020), « Soutenue par le Parti communiste chinois, une construction industrielle à Surrey, en Colombie-Britannique, suscite des inquiétudes nationales » (21 octobre 2020), « Les Poly Papers, ou Comment le gouvernement libéral de la Colombie-Britannique a déroulé le tapis rouge à China Poly Group Corporation, une branche de l’Armée populaire de libération » (22 octobre 2020) et « Comment une entreprise obscure liée à l’Armée populaire de libération (APL) de la Chine s’est installée en Colombie-Britannique (Canada) » (22 octobre 2020).

Il est un fait que les États-Unis et la Chine sont sur un pied de guerre, et que le Canada y joue un rôle central. Récemment, l’armée chinoise a qualifié les États-Unis d’Amérique de « plus grande menace pour la paix mondiale ». En effet, le ministère chinois de la Défense a fustigé un rapport critique des États-Unis sur les ambitions militaires de la Chine, affirmant que ce sont plutôt les États-Unis qui constituent la plus grande menace pour l’ordre international et la paix mondiale. La déclaration fait suite à la publication, le 2 septembre, du rapport annuel du Département de la Défense au Congrès sur les développements et les objectifs militaires chinois qui, selon lui, auraient « de sérieuses implications pour les intérêts nationaux américains et la sécurité de l’ordre international fondé sur des règles ».

Le porte-parole du ministère de la Défense, le colonel Wu Qian, a qualifié le rapport de « distorsion gratuite » des objectifs de la Chine et des relations entre l’Armée populaire de libération et les 1,4 milliard d’habitants de la Chine. Comptant plus de 150 pages, le rapport du Département de la Défense a examiné les capacités techniques, les doctrines de l’APL et les objectifs ultimes du renforcement militaire de la Chine. Il a déclaré que cela inclut de devenir un « instrument pratique » de la politique de la Chine avec un rôle actif dans l’avancement de la politique étrangère de Pékin et « vise à réviser certains aspects de l’ordre international ».

« Certes, de nombreux facteurs détermineront le déroulement de ce cours », indique le rapport. « Ce qui est certain, c’est que (le Parti communiste au pouvoir) a un état final stratégique vers lequel il travaille, qui, s’il est réalisé et la modernisation militaire qui l’accompagne laissée sans réponse, aura de graves implications pour les intérêts nationaux des États-Unis et la sécurité de l’ordre international fondé sur des règles. »

Le rapport a également examiné les domaines où l’APL, qui compte 2 millions de membres, la plus grande armée permanente du monde, a dépassé les États-Unis, y compris par la taille de sa marine, maintenant la plus grande du monde avec environ 350 navires et sous-marins, contre environ 293 pour les États-Unis. La Chine a également construit un arsenal considérable de missiles balistiques et de croisière terrestres et possède l’une des plus grandes forces mondiales de systèmes sol-air avancés à longue portée, selon le rapport.

Le rapport de cette année intervient alors que les relations entre Pékin et Washington ont atteint leur plus bas niveau depuis des décennies au milieu de différends bouillonnants sur le commerce, la technologie, Taiwan, les droits de l’homme et la mer de Chine méridionale. (CTV News)

La scientifique chinoise, Juan Tang, accusée de fraude de visa après que les autorités ont déclaré qu’elle avait dissimulé ses liens militaires avec l’Armée populaire de libération de la Chine (APL) afin de travailler aux États-Unis.

Plusieurs sources indiquent que des membres de l’Armée populaire de libération de la Chine sont stationnées en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan et même ailleurs, dont la frontière du Québec (lire ici). Certains individus mentionnés plus haut tentent de ridiculiser cette information. Pourtant, plusieurs habitants en témoignent. Le 24 octobre dernier, l’artiste Raven Moonstone, habitant Vancouver, nous fit écouter un enregistrement téléphonique (à partir de 1:00 minute) d’une coordinatrice canadienne, la correspondante Gene, dans lequel elle dit :

« Tout militaire chinois qui aurait pu être vu a été arrêté, détenu et renvoyé en Chine. La vidéo de ceux que vous avez vus marchant sur l’île de Salt Spring est la preuve que des soldats ont été arrêtés juste après avoir fait de l’exercice. Ils ne font pas de formation militaire. Ils seront en quantités beaucoup plus grandes et en rangées, ils remonteront la route en deux comme j’ai vu dans la vidéo. Et il a dit qu’ils arrêtaient également des soldats chinois (…), alors qu’ils les abattaient, et qu’ils ne constituent pas une menace. Nous avons des militaires américains qui sont au Canada et qui sont ici pour éliminer. Ils ont juste fini de jouer à des jeux et je ne sais pas si je vous ai envoyé ce message, mais je peux le renvoyer. Nous avons eu des véhicules militaires américains sur des voitures qui traversaient l’Alberta et la Saskatchewan. J’ai des photos d’eux conduisant sur la 401 et je pense qu’ils montent aussi au Québec. L’armée américaine est donc là pour libérer le Canada de la Cabale et elle supprimera définitivement toute présence chinoise au Canada. Alors soyez en paix et priez pour la victoire, pour les soldats, pour la victoire de Trump avec les élections et visualisez tout cela. »

Lorsque des témoins affirment que des membres de l’Armée populaire de libération de la Chine sont stationnées au Canada, cela ne signifie pas que ceux-ci se promènent nécessairement en habit et en formation militaire. Ceux-ci sont des hommes d’affaire, des scientifiques, des informaticiens, etc. Récemment, une scientifique chinoise a été accusée de fraude de visa après que les autorités américaines ont déclaré qu’elle avait dissimulé ses liens militaires avec la Chine afin de travailler aux États-Unis. La juge de paix américaine Deborah Barnes a ordonné à Juan Tang, 37 ans, de rester en détention, affirmant qu’elle présentait un risque de fuite, tandis que son avocat prépare un argument pour autoriser sa libération sous caution.

Le ministère de la Justice a annoncé des accusations contre Tang et trois autres scientifiques vivant aux États-Unis, affirmant qu’ils avaient menti sur leur statut de membres de l’Armée populaire de libération de la Chine. Tous ont été accusés de fraude de visa. Les procureurs ont déclaré que Tang avait menti sur ses liens militaires dans une demande de visa en octobre dernier alors qu’elle se préparait à travailler à l’Université de Californie à Davis et à nouveau lors d’un entretien avec le FBI en juin. Les agents ont trouvé des photos de Tang vêtue d’un uniforme militaire et examiné des articles en Chine identifiant son affiliation militaire, ont déclaré les procureurs. (KPIX 5 | CBS San Francisco)

Des hackers chinois, membres de l’Armée populaire de libération de la Chine, sont activement recherchés par le Federal Bureau of Investigation (FBI). En effet, quatre pirates informatiques chinois soutenus par l’armée ont été inculpés dans le cadre de la cyberattaque de 2017 contre Equifax, qui a conduit au plus grand vol connu d’informations personnellement identifiables jamais effectué par des acteurs parrainés par l’État.

Le 28 janvier 2020, un grand jury dans le district nord de la Géorgie a renvoyé un acte d’accusation accusant Wang Qian, Xu Ke, Liu Lei et Wu Zhiyong, pour fraude informatique, espionnage économique, fraude par fil (Wire Fraud), complot en vue de commettre une fraude informatique, complot en vue de commettre l’espionnage économique et le complot en vue de commettre une fraude par fil (Wire Fraud). Les accusés étaient membres du 54th Research Institute (4PLA), qui est une composante du Département d’état-major interarmées (JSD) de l’Armée populaire de libération (PLA), les forces armées de la République populaire de Chine.

Comme il est allégué dans l’acte d’accusation, commençant au moins le ou vers le 13 mai 2017 et se poursuivant le ou vers le 30 juillet 2017, les membres du 54e Institut de recherche ont conspiré les uns avec les autres pour pirater les ordinateurs protégés d’Equifax, afin de maintenir un accès non autorisé à ces ordinateurs et pour voler des informations personnelles sensibles, des schémas de base de données propriétaires et des compilations de données. Les pirates de la PLA ont obtenu les noms, les dates de naissance et les numéros de sécurité sociale d’environ 145 millions de citoyens américains, en plus des numéros de permis de conduire d’au moins 10 millions d’américains stockés dans les bases de données d’Equifax. Les pirates ont également collecté des numéros de carte de crédit et d’autres informations personnellement identifiables appartenant à environ 200 000 consommateurs américains. En une seule violation, la PLA a obtenu des informations d’identification sensibles pour près de la moitié de tous les citoyens américains, et des informations personnellement identifiables appartenant à près d’un million de citoyens du Royaume-Uni et du Canada. Cette information provient directement du bureau du FBI.

Lorsque j’écris des articles sur mon site internet, je ne suis pas en train de m’amuser à organiser des activités stériles qui n’apportent aucun résultat concret à un problème donné. Je passe des heures, et parfois même des jours, à rédiger des articles que je crois être de qualité, avec l’objectif précis d’informer mes lecteurs au mieux de mes capacités. Malgré des erreurs qui pourraient humainement se glisser, mes articles sont tous écrits de bonne foi, loin de tout conspirationnisme.

Donc, avant de chercher à m’insulter gratuitement comme des idiots, j’invite les « moutruches » à réfléchir s’ils le peuvent et à pénétrer enfin dans le monde cruel et féroce des véritables adultes.



« Bravo pour votre travail d’information. Il est encourageant de voir que le sang de France qui coule dans vos veines est resté en lien avec celui de la vieille France qui bien que réduite au silence lutte comme elle le peut face à un adversaire bien plus fort. »

Louis Chiren

« Excellent article, comme pas mal tout ce que vous nous faites bénificier. »

Richard Millette

« Salut Guy, Avant toute chose, merci pour ton dévouement. Je suis conscient du temps que tu mets pour produire tes articles. On devrait copier ton approche (surtout pour le fait tu que donne des références crédibles pour tes articles, livres, etc). »

Jonathan Charette

Une réflexion au sujet de « Le gouvernement de Justin Trudeau a financé l’Armée populaire de libération chinoise pour développer le vaccin COVID-19 au Canada »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s