On se moque de vous — La scientifique en chef de l’OMS n’est pas convaincue que les vaccins préviennent la transmission du coronavirus

Les responsables de l’Organisation mondiale de la santé ont averti que la pandémie de COVID-19 qui a ravagé tous les coins du monde « n’est pas nécessairement la plus importante » — et que le nouveau coronavirus pourrait ne jamais vraiment disparaître.

De plus, le scientifique en chef, le Dr Soumya Swaminathan, a déclaré que l’OMS n’avait pas encore déterminé si les vaccins approuvés administrés au Canada, aux États-Unis et en Europe sont efficaces pour prévenir la transmission, a rapporté le Guardian. « Je ne crois pas que nous ayons des preuves sur l’un des vaccins pour être convaincus que cela va empêcher les gens de contracter réellement l’infection et donc de pouvoir la transmettre », a déclaré Swaminathan.

Les trois principaux vaccins — Moderna, Pfizer-BioNTech et AstraZeneca — ont été trouvés dans de grands essais pour empêcher les receveurs de devenir malades ou gravement malades, mais les chercheurs tentent toujours de déterminer si les vaccins empêchent le virus de se propager du receveur à d’autres. Même si les gens ont reçu le vaccin, les pays doivent encore supposer qu’ils doivent adhérer à des mesures de santé publique telles que la distanciation sociale. Si un vacciné souhaite voyager, il devrait tout de même être tenu de se mettre en quarantaine.

Le médecin-chef de Moderna a déclaré le mois dernier qu’il pensait que le vaccin de son entreprise empêcherait la transmission du virus, mais il n’y a pas encore de « preuves suffisantes » à ce sujet.

« Lorsque nous commencerons le déploiement de ce vaccin, nous n’aurons pas suffisamment de données concrètes pour prouver que ce vaccin réduit la transmission », a déclaré Tal Zaks à Axios.

Le premier objectif du vaccin était de prévenir les maladies symptomatiques, les maladies graves et les décès, a déclaré Swaminathan.

Le Dr Mark Ryan, responsable du programme OMS de gestion des urgences, a déclaré qu’après que ce premier objectif ait été atteint, « nous allons faire face à l’improviste de pouvoir potentiellement éliminer ou éradiquer le virus. » Ryan a déclaré :

« L’existence d’un vaccin, même à haute efficacité, n’est pas une garantie d’éliminer ou d’éradiquer une maladie infectieuse. C’est une barre très haute pour nous à surmonter. »

Au lieu de cela, le « destin » du virus est de devenir endémique, a déclaré David Heymann, président du groupe consultatif stratégique et technique de l’OMS pour les risques infectieux.

Heymann a déclaré que le monde espérait une immunité collective, mais que le concept d’immunité collective était mal compris. Comme les autres coronavirus humains, le COVID-19 continuera à muter et à se reproduire dans les cellules humaines. « Cette pandémie a été très grave… elle a affecté tous les coins de la planète. Mais ce n’est pas nécessairement le plus gros », a déclaré Ryan.

Cependant, s’il y a une chose que 2020 a fournie au monde, c’est la perspective et les leçons apprises.

« C’est un appel au réveil. Nous apprenons maintenant à mieux faire les choses : science, logistique, formation et gouvernance, comment mieux communiquer. Mais la planète est fragile », a déclaré Ryan.

« Nous vivons dans une société mondiale de plus en plus complexe. Ces menaces continueront. S’il y a une chose que nous devons tirer de cette pandémie, avec toute la tragédie et les pertes, c’est que nous devons agir ensemble. Nous devons honorer ceux que nous avons perdus en nous améliorant dans ce que nous faisons chaque jour. »


À propos du Dre Soumya Swaminathan

La Dre Soumya Swaminathan était précédemment Directrice générale adjointe chargée des programmes. Pédiatre de nationalité indienne et chercheuse mondialement reconnue pour ses travaux sur la tuberculose et le VIH, elle a 30 ans d’expérience dans le domaine des soins cliniques et de la recherche et a œuvré toute sa carrière pour transformer les résultats de la recherche en programmes à fort impact.

La Dre Swaminathan a été Secrétaire du Département de la recherche en santé au gouvernement indien et Directrice générale du Conseil indien de la recherche médicale de 2015 à 2017. À ce poste, elle s’est attachée à fonder l’élaboration des politiques de santé sur les données scientifiques et factuelles, à renforcer les capacités de recherche des facultés de médecine indiennes et à forger des partenariats Sud-Sud dans le domaine des sciences de la santé. De 2009 à 2011, elle a également occupé le poste de coordonnatrice du Programme spécial UNICEF/PNUD/Banque mondiale/OMS de recherche et de formation concernant les maladies tropicales à Genève.

Elle a fait ses études universitaires en Inde, au Royaume‑Uni de Grande‑Bretagne et d’Irlande du Nord et aux États‑Unis d’Amérique, et a publié plus de 350 articles et chapitres d’ouvrages relus par des comités de lecture. Elle a été élue membre étranger de l’Académie nationale de médecine des États-Unis et elle est membre des trois académies des sciences en Inde. Elle a siégé auparavant dans plusieurs organes et comités consultatifs de l’OMS et mondiaux, parmi lesquels le Groupe d’experts de l’OMS chargé de l’examen de la Stratégie mondiale et du Plan d’action pour la santé publique, l’innovation et la propriété intellectuelle, ou encore le Groupe consultatif stratégique et technique du Département de l’OMS Halte à la tuberculose, et elle a été Coprésidente de la Commission Lancet sur la tuberculose.



« Wow… Merci du fond du ❤ mr. Boulianne. Sérieusement, une chance que vous avez gardé un œil de tigre sur cette absurde loi 61. Je vois qu’il y a encore des personnes comme vous, courageuses et bienveillantes, qui font toute la différence. »

Claire V.

« J’ai beaucoup appris de vos écrits et j’apprécie grandement votre présence sensée au sein de la société québécoise. Vous pouvez être très fier de vos accomplissements. »

Laurie Feeney

« Je vous remercie de faire entendre au monde francophone une véritable voix de bon sens et de vérité. Dans un monde de mensonges et de tromperie systématiques, cela ne peut tenir qu’à votre courage (cœur rage) et votre sens aigu de l’exactitude. »

Jean Michaël Drouin

2 réflexions au sujet de « On se moque de vous — La scientifique en chef de l’OMS n’est pas convaincue que les vaccins préviennent la transmission du coronavirus »

  1. Cette virologue (Inserm – OMS), dit la même chose. Marie-Paule Kieny, virologue, directrice de recherche à l’INSERM, ancienne sous-directrice de la recherche à l’OMS :

    « Est-ce que les gens VACCINÉS qui font une Covid, malgré tout, une Covid plus légère, vont infecter leurs voisins, conjoints… ou pas ? Alors, on n’en est pas tout à fait sûr, mais il semble, les résultats qu’on a avec les animaux, les macaques, diminuent de façon très importante la quantité de virus que les animaux ont dans leur nez dans leur gorge. Oui, ils ont le virus, mais ils en ont beaucoup moins, et beaucoup moins longtemps. Au lieu de transmettre le virus pendant une semaine, cinq jours, ils transmettent pendant deux jours trois jours. Si c’est le cas, si c’est confirmé chez l’homme, car on n’a pas encore de vrais résultats qui le démontrent… » (à 37:48 minutes)

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Marie-Paule_Kieny

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s