Moderna et Pfizer-BioNTech — Combien de temps allons-nous continuer à autoriser les meurtres de masse par injection létale ?

Le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) est une base de données des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) financée par le gouvernement américain qui suit les blessures et les décès causés par les vaccins. Un rapport de 2011 de Harvard Pilgrim Health Care, Inc. pour le ministère américain de la Santé et des Services sociaux (HHS) a déclaré que moins d’un pour cent de tous les événements indésirables liés aux vaccins sont signalés au gouvernement :

« Bien que 25% des patients ambulatoires subissent un événement indésirable médicamenteux, moins de 0,3% de tous les événements indésirables médicamenteux et 1 à 13% des événements graves sont signalés à la Food and Drug Administration (FDA).

« De même, moins de 1% des événements indésirables liés au vaccin sont signalés. Les faibles taux de notification empêchent ou ralentissent l’identification des médicaments et vaccins «problématiques» qui mettent en danger la santé publique. De nouvelles méthodes de surveillance des effets indésirables des médicaments et des vaccins sont nécessaires. » (Source)

Actuellement, les données des deux injections expérimentales d’ARNm COVID qui ont été signalées volontairement sont disponibles pour une période de deux semaines de la fin décembre au 22 janvier 2021. Les données couvrent 9 845 cas, dont 329 décès. Le plus grand nombre de décès est survenu chez des personnes de plus de 75 ans.

On ne saurait trop insister sur le fait que ces données VAERS sont entièrement volontaires — de la part des prestataires de « soins de santé » ou des patients — et puisque pratiquement tous les prestataires de « soins de santé » estiment que les vaccins sont sûrs et efficaces, très peu d’entre eux relieront des effets indésirables aux vaccins eux-mêmes – en particulier les décès. Cela signifie que potentiellement le nombre de décès réels dus aux vaccins COVID est bien supérieur aux 329 signalés au VAERS – et pourrait être 100 fois plus élevé, ou 18 000 !

Nous vous recommandons vivement de prendre le temps de lire ces rapports de décès VAERS — au bas de chaque rapport se trouve une entrée « Rédaction » décrivant comment chaque patient est décédé — et c’est vraiment horrible. Un homme de 82 ans dans une maison de soins infirmiers a reçu cyniquement un test COVID PCR le lendemain de la vaccination – testé « positif » pour COVID – est décédé peu de temps après – et le décès a été attribué à un COVID asymptomatique, pas au vaccin :

« Après la vaccination, le patient a été testé positif au COVID-19. Le patient était très malade et avait de nombreux problèmes de santé chroniques avant la vaccination. L’établissement avait un certain nombre de patients qui avaient déjà été testés positifs pour le COVID-19. La vaccination s’est poursuivie dans un effort pour empêcher ce patient de contracter le virus ou pour atténuer son risque. Cela a échoué et le patient est décédé. » (VAERS ID # 917117)

Il y a eu au moins un décès enregistré d’un bébé à naître mourant juste après que la mère ait reçu une injection expérimentale d’ARNm Pfizer pendant la grossesse :

« J’étais enceinte de 28 semaines et 5 jours lorsque j’ai reçu la première dose du vaccin COVID19. Deux jours plus tard (25/12/2020 dans l’après-midi), j’ai remarqué une diminution du mouvement du bébé. Il a été constaté que le bébé n’avait pas de rythme cardiaque au début de la matinée le 26/12/2020 et j’ai accouché d’un fœtus femelle non viable de 2 lb 7 oz à 29 semaines de gestation. J’avais 35 ans au moment de la mort fœtale et le seul antécédent de grossesse pour cette grossesse comprenait une insertion de cordon velamenteux qui était étroitement surveillée par un OB à haut risque. Mon dû estimé était le 12 mars 2021. » (VAERS ID # 918034)

Comme il a déjà été signalé sur Health Impact News, les lignes directrices pour l’utilisation d’urgence de l’injection expérimentale d’ARNm Pfizer au Royaume-Uni ont averti les femmes enceintes et les femmes prévoyant de devenir enceintes de NE PAS recevoir le vaccin expérimental. Mais les directives de la FDA publiées aux États-Unis pour la même injection expérimentale de Pfizer n’incluaient pas de tels avertissements. (Lire cet article)

À la lecture des notes d’accompagnement de ces cas qui ont été signalés au VAERS, il est clair que de nombreux professionnels de la santé hésitent à déclarer ces cas, craignant probablement des répercussions. Dans certains cas, les membres de la famille ont déposé le rapport parce que l’établissement de santé a refusé de le faire. Voici quelques exemples :

(VAERS ID # 913733) — « Ma grand-mère est décédée quelques heures après avoir reçu le rappel du vaccin moderna covid 1. Bien que je ne m’attends pas à ce que les événements soient liés, l’hôpital traitant ne l’a pas reconnu et je voulais être sûr qu’un rapport a été fait. »

(VAERS ID # 914621) — « Résident dans notre établissement de soins de longue durée qui a reçu la première dose du vaccin Moderna COVID-19 le 22/12/2020, le seul effet secondaire documenté était une légère fatigue après avoir reçu. Elle est décédée le 27/12/2020 de causes naturelles par rapport. A déjà été dans et hors des soins palliatifs, a résidé dans une maison de soins infirmiers pendant 9 ans et plus, des personnes âgées atteintes de démence. En raison de la proximité de la vaccination, nous avons estimé que nous devrions signaler le décès, même s’il n’est pas soupçonné d’être lié. »

(VAERS ID # 914895) — « Injection donnée le 28/12/20 – aucun événement indésirable et aucun problème hier; Décès aujourd’hui, 30/12/20, vers 2h aujourd’hui (inconnu si lié – Administrateur marqué comme causes naturelles). »

Étant donné que si peu de rapports sont effectivement enregistrés dans le système de rapport du VAERS, quel est le nombre réel de personnes tuées par ces injections mortelles ? Pour ceux qui ne sont pas tués, combien seront paralysés ou souffriront de maladies auto-immunes pour le reste de leur vie ?

Si pendant les périodes pré-COVID, moins de 1% de toutes les blessures et décès dus au vaccin ont été signalés au VAERS, faisons une estimation prudente et disons cela, car il est largement connu que les injections de COVID ont été accélérées sur le marché et n’ont pas encore été approuvées par la FDA, qu’un plus grand pourcentage est signalé, comme 10% des effets indésirables, y compris des décès.

Nous envisageons un rythme de près de 1000 décès par semaine par injection en raison d’injections d’ARNm non approuvées par la FDA parmi près de 40 000 cas par semaine de blessures dues à ces injections. Il s’agit d’une crise de santé publique qui est 100% évitable et 100% causée par Big Pharma et le gouvernement !

Le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Christian Dubé, affirma lors du point de presse du 28 janvier 2021 : « On a hâte de vacciner pour éliminer nos personnes les plus vulnérables ». (Source)

Alors que presque TOUS les décès en 2020 ont été enregistrés comme décès par COVID, voici pourquoi AUCUN décès en 2021 ne sera enregistré comme décès par vaccin.

Il est bien connu maintenant qu’en raison du financement fédéral du COVID en 2020, presque tous les décès ont été enregistrés comme des décès « COVID », même dans les cas où le décès est survenu par accident de la route, fusillade, crise cardiaque, etc. Maintenant, nous voyons exactement le contraire se produire avec le déploiement des injections expérimentales COVID.

AUCUN d’entre eux n’est enregistré comme décès par vaccin. Pourquoi ? Parce que le CDC ne fournit pas de catégorie pour les « décès par vaccin » à utiliser sur les certificats de décès. Pour en savoir plus à ce sujet, consultez cet article publié par Health Impact News en 2018 d’une dénonciatrice du greffier des certificats de décès qui a révélé la politique derrière l’inscription de la « cause de décès » sur les certificats de décès. Elle a écrit :

« Notre système actuel de saisie des taux de mortalité peut fournir et fournit une image généralement inexacte et inexacte des causes d’un décès. Le processus de création et d’enregistrement des causes de décès dans les archives publiques est un processus compliqué, alambiqué, politisé, complètement ouvert à la fois à l’ignorance et aux manipulations d’intérêts personnels, professionnels et gouvernementaux.

« C’est moi qui crée ces statistiques et je vous propose ceci: si vous enlevez une chose, éliminez un scepticisme plus sain, même sur les statistiques traditionnelles les plus acceptées, rapportées au niveau national, CDC ou autres statistiques «scientifiques».

« Ce que la plupart des gens ne savent pas, c’est que les médecins ne sont pas autorisés à attester quoi que ce soit qui ne soit pas une cause strictement NATURELLE de décès. »

L’éditeur du site internet de Health Impact News, Brian Shilhavy, écrit :

« Des accusations criminelles pour meurtre doivent être déposées IMMÉDIATEMENT – Les injections expérimentales DOIVENT ÊTRE ARRÊTÉES !! »

Brian Shilhavy ajoute : « Nous assistons au meurtre de masse d’Américains sous nos yeux et au génocide de notre population âgée ! Les médias d’entreprise contrôlés par Pharma sont complices de ces meurtres qui non seulement échouent à publier ces statistiques dérivées d’un système de rapport gouvernemental, mais publient en fait des mensonges et des fausses nouvelles pour encourager les gens à recevoir des injections mortelles. En tant que journaliste d’investigation, j’ai toujours présenté les preuves qui devraient être utilisées pour arrêter et inculper les criminels derrière cette atrocité qui n’est rien de moins qu’un MEURTRE DE MASSE, et des crimes contre l’humanité. »

Le magazine Principia Scientific International (PSI) précise ceci : « Les maisons de soins infirmiers hésitent probablement beaucoup à affirmer que ces vaccins tuent leurs résidents – peu importe à quel point cela devient évident. Les régulateurs d’État pourraient retirer leurs licences d’exploitation pour avoir fait des déclarations « irresponsables » qui pourraient « alarmer » les résidents et les faire hésiter à prendre les vaccins – même si une condition de leur résidence est qu’ils prennent le vaccin. »

Et la plupart des résidents des maisons de soins infirmiers reçoivent des prestations du gouvernement pour payer leurs soins en maison de retraite – il y a donc une incitation financière pour les maisons de soins infirmiers à rester délibérément ignorantes de tous les résidents éliminés avec les vaccins.

Du point de vue du gouvernement, ces vaccins COVID sont très rentables — un investissement de 20 $ par injection, leur permet d’économiser des centaines de milliers de dollars par an en frais de logement et de soins de santé — lorsque ces aînés sont marqués aux orteils et emmenés à la morgue sans autopsie nécessaire. Ce n’est pas comme si nous n’avions pas été prévenus que cela arriverait.

En 1988, le journaliste d’investigation Eustace Mullins a publié son livre, « Murder By Injection » (Meurtre par injection) — qui a été ignoré par les médias grand public comme seulement une autre de ses « théories du complot » farfelues — comme son exposé sur la Réserve fédérale. Que la « Fed » ait un intérêt direct dans la progression de cette « pandémie » n’est qu’une autre « théorie du complot ».


RÉFÉRENCES :


Bonjour Monsieur Boulianne. Vous êtes à mes yeux un combattant et un porte parole de justice et j’ai confiance en vous. Vous avez un regard perçant sur l’actualité et votre site est vraiment interessant.

Jean Ronchiato

« Tu fais un excellent travail, je suis très impressionnée par toutes tes recherches. Ceux qui te critiquent ne font rien d’autres que critiquer. Ils ne valent même pas la peine que l’on parle d’eux. »

Marie Claire Tellier

« Ce livre est le livre qui me manquait pour faire une synthèse de toute l’information éparse et souvent incompréhensible que je possédais sur une facette du mondialisme, le rôle de la Société fabienne. »

Charles Danten

4 réflexions au sujet de « Moderna et Pfizer-BioNTech — Combien de temps allons-nous continuer à autoriser les meurtres de masse par injection létale ? »

  1. des injections létales pour tuer les problèmes humains… Solution par la destruction, on ne touche pas aux profits, et aux privilèges de ceux qui ont les moyens… Au contraire on tue pour éliminer ceux jugés non productifs… Et ce n’est que le début.
    Les nazis n’auraient pas fait mieux, la seule différence c’est que la démocratie sert de paravent à des tueurs manipulateurs, et que ceux qui appliquent les décisions de ces meurtriers sont des gens qui estiment ne faire que leur travail et ne cherchent surtout pas à se poser de problèmes…
    L’instinct de survie prime sur la solidarité et l’amour… Tout peut servir comme alibi à celui qui ne veux pas savoir et préfère vivre « tranquille » en ne s’occupant que de ses propres affaires en oubliant que notre sort collectif est notre seul salut car un jour ou l’autre on tombe victime des ces oublis concernant des malheurs que seuls les autres mériteraient…
    Et ces gens là voudrait que l’on ait pitié de leur sort ? Ils voudraient être applaudis, comme les tueurs des cirques romains satisfaisant le gout du sang de leurs maître.
    Si les choses doivent changer, les tueurs ET LEURS COMPLICES paieront… Comme il convient.
    Avis aux amateurs.
    En tout cas, nous vivons encore en barbarie, et se répéter que nous sommes en démocratie et que ce n’est pas normal, c’est une tout petite preuve d’une prise de conscience.
    Mais la réaction doit être à la mesure du danger qui ne nous menace plus mais entre désormais en phase active, c’est comme le virus que l’on nous dévoile qu’une fois qu’il est trop tard, les vrais élites n’ont pas réussis à convaincre de la vérité car elle était mélanger à un mélange de millénarisme et de croyance en un « miracle » qui n’est pas venu.
    Ceux qui savaient on été persécuté pour leur clairvoyance, et on été rejetés comme ennemis de la démocratie… et adepte de doctrine satanisés…
    Les comploteurs se sont servi et se servent encore des moyens d’une démocratie pervertie à la solde de ceux qui utilisent la force et tous les moyens donnés par l’argent pour atteindre leur but.
    La démocratie actuelle est le jouet des capitalistes mondialistes prêts à tous pour leurs profits au dépend des peuples et des plus vulnérables… Et n’hésitent pas à utiliser le recours à une bonne dictature comme au Chili ou autre pour rétablir sa seule domination incontestée.

    Cette démocratie ne représente qu’un système de gouvernement par des élites autoproclamées élus par des minorités jalouses les unes les autres de leurs privilège… C’est la jungle.
    Tous les êtres humains doivent réagir et admettre qu’il n’est que l’égal des autres exploités, et que ceux qui se proclament ou servent les élites dominantes ne sont pas de notre communauté humaine.
    Manipulateurs, voleurs, tueurs, profiteurs, ce sont eux notre covid qu’il faut faire disparaître, par voie létale puisqu’ils aiment cela…
    Ces pourris capitalistes sont des cas pathologiques de domination par la violence, le pouvoir, la manipulation, et doivent être traités comme des cas pathogènes

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s