Le tribunal administratif annule le couvre-feu dans le Bade-Wurtemberg, en Allemagne – l’État veut maintenant changer de stratégie

Le Tribunal administratif du Bade-Wurtemberg (VGH) a levé les restrictions de sortie de nuit liées au coronavirus dans le Bade-Wurtemberg. Dans une décision incontestable annoncée aujourd’hui à Mannheim, les juges ont accueilli une demande urgente d’une femme de Tübingen. Pour la dernière fois, la mesure sera appliquée dans la nuit de mercredi à jeudi. Selon la décision, le couvre-feu général qui s’applique de 20 heures à 5 heures du matin n’est plus approprié en raison de la situation pandémique considérablement améliorée. Le verdict sera bien sûr mis en œuvre « et il sera conçu de la meilleure manière possible et efficace », a déclaré le ministre de la Santé du Bade-Wurtemberg, Manfred Lucha.

Le pays a ensuite annoncé qu’il ne prendrait de telles mesures que pour les zones « hotspots ». Après la conférence des Premiers ministres avec la chancelière Angela Merkel, « une mesure spécifique à la région doit être mise en œuvre afin d’utiliser l’instrument de manière ciblée là où le nombre d’infections reste élevé », a déclaré Lucha. « À ce stade, cette mesure a été extrêmement utile et a eu un effet énorme — réduisant considérablement le nombre d’infections », a déclaré le ministre de la Santé à propos des restrictions de sortie nocturnes. Dans le secteur privé, la plupart des violations des règles applicables se sont produites, selon Lucha.

Le ministre de l’Environnement du Bade-Wurtemberg, Franz Untersteller, a regretté la décision du tribunal administratif : « Dans le contexte de la baisse des chiffres, une telle situation était toujours à craindre. » Cela ne contribuera pas à faire baisser davantage les chiffres, a déclaré Untersteller. Il était prévisible qu’au vu de la baisse du nombre d’infections dans le Bade-Wurtemberg, la question de la proportionnalité se poserait, a déclaré lundi à Stuttgart le porte-parole du gouvernement Rudi Hoogvliet. « Maintenant, nous avons la clarté juridique. » 15 districts urbains et ruraux ont une incidence dite sur sept jours inférieure à 50, seuls quatre districts sont au-dessus de 100.

« Nous aussi, nous avions déjà envisagé d’abroger la réglementation nationale et de la transformer en une réglementation régionale », a déclaré Hoogvliet. Ce week-end, ils avaient déjà été en contact avec le gouvernement de l’État de Bavière afin d’examiner avec les voisins si et quand la réglementation à l’échelle de l’État pouvait être levée progressivement. Le règlement Corona actuel, qui régit également le verrouillage, est valable jusqu’au 14 février.

Réactions mitigées à la décision du tribunal

Le groupe parlementaire SPD a conseillé au gouvernement de l’État de mieux examiner les résolutions corona à l’avenir. « Les droits fondamentaux ne sont pas des aumônes. Quiconque les restreint doit à tout moment justifier devant le tribunal pourquoi il considère cela comme inévitable », a déclaré le député Boris Weirauch. La ministre des Affaires sociales Manne Lucha (Verts) a une fois de plus endommagé la confiance dans la politique corona du gouvernement vert-noir. « C’est de l’eau au moulin des populistes. »

Le chef du groupe parlementaire du FDP, Hans-Ulrich Rülke, a salué la décision du tribunal : « En tant que groupe parlementaire, nous avons déjà demandé cela au parlement de l’État sans succès, maintenant un tribunal a décidé. » En tant que gouvernement d’État, on ne peut pas décider de couvre-feux sur la base d’une valeur d’incidence de 200 et le maintenir à une valeur de 60, a poursuivi Rülke. Le chef de l’État du FDP, Michael Theurer, a parlé d’une bonne journée pour les droits civils. « Il est triste que le gouvernement de l’État n’oriente pas de lui-même les mesures vers l’efficacité et la proportionnalité au lieu du symbolisme. » L’AfD a appelé à la fin du verrouillage en général.

La décision du Tribunal administratif du Bade-Wurtemberg est un appel au réveil, estime Wolfgang Reinhart, chef du groupe parlementaire CDU. Au fur et à mesure que l’incidence diminue, les garderies et les écoles primaires doivent être ouvertes par étapes et avec prudence et réfléchir à faciliter le commerce de détail. Mais tout avec modération — pour ne pas entrer dans un troisième verrouillage par la suite, dit Reinhart. La décision des juges n’est en aucun cas une claque, dit le chef du groupe parlementaire CDU. Au contraire, la décision montre que l’état de droit fonctionne — il s’agit de la lutte commune pour trouver le bon niveau dans la pandémie.

Le maire de Schwäbisch Gmünd Richard Arnold s’est félicité de la levée des restrictions nationales de sortie de nuit. « Mais cela montre qu’il s’effrite de plus en plus. La stratégie d’un simple verrouillage ne fonctionne plus et nous avons désormais besoin d’une stratégie d’ouverture différenciée — accompagnée de mesures : vaccination et dépistage. »

Les juges rejettent les arguments du gouvernement de l’État

Le 1er Sénat soutient que la réglementation de l’État ne répond plus aux exigences légales. Selon la loi sur la protection contre les infections, les restrictions de sortie ne sont possibles que si leur non-respect entraîne des inconvénients dans la lutte contre les pandémies. Ils ne seraient pris en considération que si la levée des restrictions de sortie — compte tenu également de toutes les autres mesures prises — conduisait à une aggravation significative du taux d’infection. Les juges administratifs de Mannheim ont rejeté l’argument du gouvernement de l’État selon lequel une levée « prématurée » des restrictions de sortie entraînerait le risque d’une nouvelle croissance exponentielle du nombre d’infections. Cette présentation est trop générale et indifférenciée.

En outre, le gouvernement de l’État doit examiner si ces restrictions de sortie doivent être ordonnées à l’échelle nationale ou si des réglementations plus différenciées basées sur des événements d’infection régionaux pourraient être envisagées. Contrairement à la fin décembre et à la mi-janvier, lorsque les demandes urgentes ont échoué, l’État ne remplissait plus les conditions légales. Pour les juges de Mannheim, la pandémie actuelle est beaucoup plus différenciée qu’elle ne l’était à la mi-décembre et il y a deux semaines, avec une baisse globale du nombre d’incidences sur sept jours.

Les citoyens qui vivaient dans des quartiers à incidence particulièrement élevée, dans lesquels, par exemple, des restrictions de sortie nocturnes pourraient à nouveau être spécifiquement ordonnées par des arrêtés municipaux (généraux), ne devraient pas quitter ces quartiers en raison de la réglementation régionale. Pour cette seule raison, des tendances d’évasion de masse ne seraient pas attendues en cas de restrictions municipales de sortie. Du point de vue du tribunal, on ne savait pas non plus où et dans quel but les gens devraient quitter leur lieu de résidence la nuit.

C’est plutôt l’exception que de telles poursuites aboutissent. Selon un porte-parole du Tribunal administratif (VGH), le taux de toutes les procédures d’urgence corona est « bien inférieur à dix pour cent ». Entre autres choses, le VGH a annulé la fermeture générale des salons pour chiens et des bordels. Déjà après le premier verrouillage, Richter a collecté la restriction d’accès dans le commerce de détail, selon laquelle une seule personne était autorisée à se rendre sur les 20 mètres carrés de surface de vente du magasin. En octobre, l’interdiction d’hébergement des clients des régions allemandes est tombée avec une incidence sur sept jours de plus de 50 nouveaux cas de corona signalés pour 100 000 habitants. Au total, le VGH a déjà reçu plusieurs centaines de plaintes à la suite de la pandémie.

Communiqué officiel du Tribunal administratif du Bade-Wurtemberg, en Allemagne (8 février 2021)

Par la décision du vendredi 5 février 2021, qui vient d’être annoncée aux parties concernées, le tribunal administratif (VGH) a fait droit à la demande urgente d’un citoyen de Tübingen (requérant) contre les restrictions de sortie nocturnes en vertu de l’ordonnance Corona du gouvernement de l’État (opposant). La disposition de l’ordonnance Corona, qui régit les restrictions de sortie nocturnes de 20 h 00 à 5 h 00 (article 1c (2) CoronaVO), a été suspendue avec effet au 11 février à 5 h 00. Il est donc appliqué pour la dernière fois dans la nuit de mercredi à jeudi.

Le raisonnement exposé par le 1er Sénat: L’intimé ne satisfaisait vraisemblablement plus aux exigences légales de l’article 28a (2) en conjonction avec (3) IfSG. Selon l’article 28a (2) IfSG, les restrictions à la sortie ne sont possibles que « si, même en tenant compte de toutes les autres mesures de protection prises jusqu’à présent, un endiguement efficace de la propagation du COVID-19 serait gravement compromis ». Elles ne sont donc pas déjà recevables si leur échec entraîne des désavantages dans la lutte contre les pandémies, mais ne sont prises en considération que si la levée des restrictions de sortie conduit à une aggravation significative du processus d’infection, compte tenu également de toutes les autres mesures prises.

En outre, il ressort de l’article 28a (3) IfSG que le législateur, s’il estime que des restrictions de sortie sont nécessaires sur le terrain, doit également examiner en détail si celles-ci devraient être ordonnées à l’échelle nationale ou si des réglementations plus différenciées pourraient être envisagées. Avec l’article 28a (3) IfSG, le législateur fédéral a pris la décision de base que lors de l’adoption de mesures de protection pour lutter contre la pandémie corona, une approche différenciée et à plusieurs niveaux est nécessaire, qui devrait être basée sur le taux d’infection régional réel. Ces exigences existent également dans le champ d’application de la phrase 10 de l’article 28a (3) IfSG qui stipule que si « une valeur seuil à l’échelle nationale de plus de 50 nouvelles infections pour 100. 000 habitants dans un délai de sept jours, des mesures de protection globales coordonnées à l’échelle nationale visant à freiner efficacement la survenue d’infections doivent être prises ». Le règlement permet des réglementations uniformes à l’échelle nationale — c’est-à-dire des réglementations dans un règlement qui s’appliquent de la même manière à tous les districts urbains et ruraux. Cependant, elle n’exige pas nécessairement de telles mesures uniformes à l’échelle nationale pour chaque cas de dépassement à l’échelle nationale de la limite d’incidence mentionnée de 50.

L’intimé est tenu de motiver les exigences des paragraphes 28 (2) et (3) IfSG. Contrairement à la fin décembre et à la mi-janvier, lorsque les demandes urgentes contre les restrictions de sortie nocturnes ont échoué, l’intimé ne s’est plus conformé aux exigences légales pour les restrictions de sortie nocturne. Le champ d’application de l’article 28a (3) phrase 10 IfSG est actuellement ouvert. Parce que l’incidence sur 7 jours à l’échelle de l’État s’élève à 63,5 au 4 février à 16 heures dans le Bade-Wurtemberg. Le défendeur doit donc encore s’efforcer de « prendre des mesures de protection globales coordonnées à l’échelle nationale visant à contenir efficacement la survenue de l’infection », mais de démontrer que la levée des restrictions de sortie, même en tenant compte des autres mesures, a de graves conséquences pour le contenir la propagation du COVID-19 et que c’est précisément la promulgation d’une réglementation uniforme à l’échelle nationale qui est nécessaire.

Compte tenu de la pandémie actuelle, il manque :

À la mi-décembre 2020, une augmentation du nombre de cas signalés a pu être observée dans le Bade-Wurtemberg, à un niveau élevé à cette époque. L’incidence à 7 jours le 18 décembre était de 199,1 et la valeur R était de 1,04. Il n’y avait pas de districts ruraux et urbains avec des valeurs d’incidence inférieures à 100; celles-ci se situaient assez régulièrement dans les fourchettes comprises entre 101 et 200 (25 districts) ou plus de 200 (19 districts). De Noël au 20 janvier, une baisse du nombre de cas a été observée. L’incidence à 7 jours était alors tombée à 98,9 et la valeur R était de 0,84. Les districts urbains et ruraux avec des valeurs d’incidence supérieures à 200 n’existaient plus. Les valeurs à cet égard auraient néanmoins été à un niveau similaire et élevé à l’échelle nationale, allant de 51 à 100 (25 districts) ou 101 à 200 (18 districts). Un seul district (Tübingen) était — bien que très peu (49,4) — en dessous de la valeur de 50.

La pandémie dans le pays a considérablement changé depuis lors. L’incidence à 7 jours a encore diminué et est maintenant de 63,5. La valeur R reste inférieure à 1 à 0,85. Actuellement (au 4 février, 16 h), seuls 5 districts avaient des incidences sur 7 jours de plus de 100 et celles-ci se situaient également dans la partie inférieure de l’échelle entre 101 et 150. 26 districts auraient une incidence de 51 à 100, 9 districts de 36 à 50 et 4 districts en dessous de 35. Par rapport à la mi-décembre et également par rapport à la situation d’il y a deux semaines en janvier, la situation pandémique était donc nettement plus différenciée que les deux semaines précédentes de janvier, avec des chiffres globaux en baisse non pas de simples « îles », mais en partie des régions connectées dans le pays.

La défenderesse a essentiellement fait valoir qu’une levée « prématurée » des restrictions de sortie entraînait le risque d’une nouvelle croissance exponentielle. Comparé aux exigences de l’article 28a, paragraphe 2, clause 1 et paragraphe 3 IfSG, cet argument est trop généralisé et indifférencié. En particulier, l’intimé n’a pas traité du fait que les citoyens qui vivaient dans des quartiers à incidence particulièrement élevée, dans lesquels, par exemple, des restrictions de sortie nocturnes pourraient alors à nouveau être spécifiquement ordonnées par des ordres municipaux (généraux), ne sont pas autorisés à quitter ces districts en raison de la réglementation régionale d’alors. Pour cette seule raison, des tendances d’évasion de masse ne seraient pas attendues en cas de restrictions municipales de sortie.

La décision du 5 février 2021 est définitive (Az. 1 S 321/21).


RÉFÉRENCES :

« Merci à vous d’exister, et pour toutes vos quêtes de vérité. Vous n’imaginez pas le nombre de personnes que vous aidez. »

Christiane

« Un sincère merci de communiquer vos captivants articles par courriel au lieu de par l’intermédiaire des réseaux sociaux. Encore une fois BRAVO, il ne faut surtout pas lâcher! »

Céline Lagacé

« Excellent article, comme pas mal tout ce que vous nous faites bénificier. »

Richard Millette