COVID-19 — Violation du code de Nuremberg : la lettre d’acception du Tribunal de La Haye a été signée par Mark Dillon (Réf.: OTP-CR-75/21)

VEUILLEZ NOTER : Il n’est pas dit dans cet article qu’une enquête ou qu’un procès a débuté au Tribunal de La Haye. Il est simplement dit que la plainte déposée par les avocats a été acceptée par la CPI. Accusé de réception : OTP-CR-75/21. (Lire aussi cet article)

Le 12 mars dernier, c’est-à-dire hier, je vous annonçais qu’une plainte de l’organisation “People of Truth” (אנשי האמת) a été déposée auprès du Tribunal de La Haye par les avocats Ruth Machnes Suchovolsky et Aryeh Suchowolski, du cabinet A. Suchovolsky & Co., concernant des violations du Code de Nuremberg par le gouvernement israélien et d’autres parties. Or, la plainte déposée a été acceptée et elle est maintenant en attente d’une décision. La lettre d’acception de la plainte a été signée il y a à peine quatre jours par Mark Dillon, responsable de l’information et des preuves à la Cour pénale internationale (Réf.: OTP-CR-75/21).

Je tiens à préciser que je suis en contact direct avec les avocats du cabinet A. Suchovolsky & Co., dont Me Ruth Machnes Suchovolsky. Je cultive donc une relation privilégiée avec ceux-ci et les informations que je partage sur mon site internet sont par le fait même de premières mains. Ce que j’ai partagé hier concerne la plainte déposée à la CPI. Il est donc important de savoir qu’un recours a aussi été déposé à la Cour suprême d’Israël par les mêmes avocats pour violations du code de Nuremberg et pour arrêter cette dangereuse vaccination. Me Suchovolsky m’écrit : « Il était important pour nous de déposer d’abord la plainte auprès de la Cour pénale internationale avant de déposer le procès devant le tribunal en Israël. »

Me Suchovolsky traduira le procès devant la Cour suprême de l’hébreu à l’anglais et elle me le transférera. Je pourrai ainsi le traduire en français et le partager à mes lecteurs sur mon site internet. Le recours juridique compte 18 pages. « C’est important », affirme Me Suchovolsky. « Beaucoup de gens ici sont gravement blessés à cause du vaccin, et le gouvernement cache l’information. L’expérience en cours en Israël suivra dans le reste du monde. » Concernant la plainte déposée à la CPI, le tribunal a envoyé la lettre d’acceptation une semaine après avoir reçu la plainte. Selon Me Suchovolsky, « c’est donc un bon signe. J’appellerai le responsable la semaine prochaine et lui expliquerai l’urgence. »

L’avocate a raison lorsqu’elle m’écrit qu’il est si important de s’unir en cette période de crise.

Cour pénale internationale (lettre d'acceptation)
La lettre d’acception signée par Mark Dillon, responsable de l’information et des preuves à la CPI.

Mark Dillon: responsable de l’information et des preuves à la CPI

Mark Dillon

Mark Dillon est le chef de l’information et des preuves à la Cour pénale internationale. Il est également coprésident du Portail de la justice de La Haye, qui sert de passerelle Web pour obtenir des informations sur les derniers développements et événements à La Haye dans les domaines de la paix, de la justice et de la sécurité.

« Je suis irlandais et je suis catholique. Dans les années 50, le premier fils accédait à la ferme et le second deviendrait prêtre. Nous sommes donc partis de cela, mais je suis l’équivalent du prêtre de ma famille. Je suis la conscience sociale de ma famille. Mon père était en affaires, mon frère est capitaine d’industrie et une autre de mes sœurs est banquier. Et c’est moi qui suis dans ce genre de mode de changement du monde.

« Je pense que ça allait toujours être comme ça. J’allais toujours faire quelque chose dans ce domaine. Je n’allais évidemment pas toujours être à la Cour pénale internationale (CPI) parce que cela n’existait pas, mais cela allait toujours l’être ― du moins, dès le plus jeune âge, et je ne sais pas si cela est mon ego ou quoi ― quelque chose sur une grande plate-forme et cela allait toujours être quelque chose de mondial événementiel, comme les relations internationales ou la politique ou le droit à un certain niveau.

Route vers la CPI

« Je suis venu à la CPI parce que lorsque j’ai terminé mes études de droit, j’étais à Londres et je travaillais sur des litiges en matière de tabac. Ce qui s’est passé avec le litige sur le tabac, c’est qu’ils ont centré une grande partie des preuves dans un endroit central à Londres. Donc, ce qui s’est passé alors, c’est que si les compagnies de tabac voulaient lutter contre une affaire en Suède, par exemple, elles puiseraient dans ce pool de preuves à Londres, prendraient ce dont elles avaient besoin, retournaient à Stockholm et défendraient l’affaire.

« Je suis passé de là à une autre grande affaire de preuve en Irlande du Nord appelée l’enquête Bloody Sunday. J’ai fait la même chose. J’ai commencé à gérer des preuves là où il y avait beaucoup de preuves. À cette époque également, pour les mégaprocès à Londres et à New York, ils ont commencé à faire des tribunaux des tribunaux électroniques, E-Courts. Une fois, j’ai emménagé dans cet endroit en Irlande du Nord qui a fondé mes ambitions sur ce que je voulais faire.

« Après Bloody Sunday, qui avait quelque chose à voir avec mon pays et qui m’a fait prendre conscience de la politique dans mon pays, j’ai commencé à penser davantage en termes d’impact. À partir de là, je suis passé à une succession de cas qui avaient un grand message important. C’était quand j’étais à Manchester, en train de terminer le procès d’un médecin notoire qui a tué 250 de ses patients dans une très petite ville, plus petite que La Haye. Cela a déclenché un énorme tollé public en Grande-Bretagne, et ils ont mené une enquête publique d’envergure. Je travaillais sur cette enquête publique, je gérais des preuves, j’allais au tribunal. Cela touchait à sa fin et j’étais sur le point de retourner dans mon ancienne entreprise à Londres. J’ai décidé que j’avais besoin d’un changement.

« J’ai commencé à chercher à La Haye. À ce moment-là, la CPI venait de s’ouvrir; le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) fonctionnait toujours bien; et aussi le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) avait quelques pieds sur terre à La Haye, grâce à la présence de sa Chambre d’appel. J’avais étudié à Leiden en 1997, donc j’étais un peu au courant de La Haye. Alors j’ai postulé et j’y suis venu. Plus vous restez longtemps dans un endroit comme celui-ci, vous êtes pris au piège, vous êtes aspiré par lui. Je ne peux pas imaginer aller et faire quelque chose dans la sphère commerciale. Je suis là-dedans maintenant, jusqu’à la fin. Dans une mesure ou une autre.

Informations et preuves à la CPI

« Informations et preuves est une unité d’environ 16 personnes et fait partie du Bureau du Procureur. L’unité elle-même reçoit et gère toutes les preuves collectées par le personnel du Bureau. Il les met à la disposition des enquêteurs et des avocats et facilite la divulgation des preuves à la défense. Mais cela fait bien plus. Il fait des choses comme les communications au titre de l’article 15.

« Nous avons un autre domaine appelé E-discovery. C’est à ce moment-là que vous disposez d’un vaste volume de preuves et que vous les ramenez à cinq pour cent, vous devez donc utiliser des types hybrides avocat-technologie pour explorer les preuves afin de trouver ce qui est pertinent. C’est un type particulier de science, et nous avons un domaine de fonctionnement particulier pour le faire.

« Ensuite, nous avons la partie administration. La gestion du coffre-fort, la divulgation des preuves sur papier, s’assurer que tout est bien entretenu. Genre du rôle d’archiviste. Mon travail est donc de m’asseoir sur tout cela et de m’assurer que tout se passe bien. Mon travail implique beaucoup de réunions, de stratégie, de travail en étroite collaboration avec les poursuites et les enquêtes pour m’assurer que si des preuves sont collectées, elles doivent être collectées et enregistrées d’une certaine manière.

Vous devez vraiment surveiller psychologiquement votre implication avec des preuves

« Mon implication dans une situation ou une affaire dépend de la complexité des preuves. Si les choses sont complexes, je m’implique plus, et si les choses sont moins complexes, je suis moins impliqué. Pour la situation en Ouganda, j’ai un intérêt particulier, plus personnel. C’est en anglais, et j’étais souvent présent au début de l’enquête du Bureau. Avec la situation du Darfour, par exemple, je suis personnellement moins attaché, peut-être parce que je ne comprends pas la langue et que je n’ai jamais été sur le terrain pour observer la situation et les personnes qui en sont affectées.

« Mais en tant que personne de preuve, vous devez vraiment surveiller psychologiquement votre implication avec des preuves. Dans l’un des cas où j’étais en Irlande du Nord, c’était l’attentat à la bombe d’Omagh. C’était la dernière grande atrocité des troubles d’Irlande du Nord, et je pense que 30 personnes ont été tuées dans cette attaque. C’était très nouveau. Cela s’est produit en 1998 et j’y étais l’année suivante. Ils avaient des psychologues et des gens autour de nous.

« À l’époque, je me suis dit : « pourquoi, je n’ai pas besoin de ça, je suis fort émotionnellement, je peux gérer ça ». Mais en fait, au fur et à mesure que la preuve était entendue, il était plus évident que nous allions être touchés par cela. Et les gens étaient partout sur nous. C’est peut-être mon ADN, mais je semble moins affecté par cela. Mais je sais que dans mon travail quotidien, mes collègues viennent souvent me dire : « ok, je ne peux pas regarder ces preuves, ou je ne peux pas m’impliquer là-dedans » parce que quelque chose va déclencher pour eux. Nous avons tous cela, comme du sang ou quelque chose du genre, que nous ne pouvons pas gérer. Toutes les preuves proviennent de l’unité afin que vous puissiez voir de mauvaises choses.

Personne n’est ici par accident

« Ce qui rend le travail à la CPI vraiment intéressant, c’est que personne n’est ici par accident; personne n’est tombé à la porte. Tout le monde est ici pour un but, et vous obtenez ce sentiment de finalité lorsque vous marchez dans les couloirs. Vous rencontrez des gens qui sont attachés à l’idée de la justice pénale internationale. Beaucoup de gens sont plutôt idéologiques et justes quant au travail qu’ils font. Vous voyez donc ces gens, et ils sont là pour cet objectif pur. Ils ne sont pas à Wall Street, où beaucoup d’entre eux pourraient sûrement se trouver. Ils sont ici pour ce projet de justice pénale internationale. Pour que ça marche. Rendre justice aux nombreuses victimes des crimes les plus graves qui préoccupent la communauté internationale. Et je pense que je fais partie de ces personnes.

« Même après dix ans, j’ai toujours le sentiment que c’est un endroit très important. Le CPI commence seulement maintenant à tirer sur tous les cylindres. Et j’ai le sentiment de contribuer. Ce n’est pas comme si j’étais un joueur périphérique. J’ai l’impression d’être au milieu, et je comprends cela parce qu’il n’y a pas de cas, pas de preuve. Aucune preuve, aucune affaire. Et chaque cas a des preuves, et je suis le tuteur, le gardien des preuves, donc j’ai une place à la table presque en raison de mon rôle. Et je sens que j’ai le sentiment que je fais une différence. C’est essentiel, je pense. Si vous perdez cela et que vous êtes poussé vers la périphérie, il est facile d’être frustré, mais je n’ai pas cela.

Justice

« Je pense que dans le contexte de la CPI, la justice signifie avant tout la responsabilité. Il s’agit de mettre fin à l’impunité des auteurs des crimes les plus graves et de contribuer ainsi à la prévention de ces crimes. Bien entendu, la CPI n’est qu’un élément, un contributeur, à la réalisation de ces objectifs. De par sa nature même, il ne peut pas rendre justice partout ou pour tous. Mais ses objectifs sont nobles. Nous travaillons pour les millions d’enfants, de femmes et d’hommes qui ont été victimes d’atrocités inimaginables qui choquent profondément la conscience de l’humanité. Je suis tout à fait convaincu que c’est la raison pour laquelle je suis entré à la CPI. Travailler à cela comme une mission. Mais c’est certainement un travail difficile, parfois même frustrant. Cependant, ses progrès sont constants et le monde comprend de plus en plus son rôle et son importance. »


« Ma Justice met en lumière les histoires d’individus qui travaillent dans le domaine de la justice internationale ou qui en ont été affectés et demande ce que signifie la justice pour eux. » ― Mark Dillon


banniereFABIENeBay001

« Vous êtes pertinent, lucide… merci… j’adore, j’adhère… Je vous souhaite de belles écritures et de penser à vous… Je vais faire de même pour le temps qu’il me reste. »

Martine

« Toutes mes félicitations Guy pour tes efforts à éveiller la population face à la grande manipulation par le gouvernement de l’ombre. La VÉRITÉ est la lumière qui chassera la noirceur. »

Richard Bernier

« Je suis un avide lecteur. L’oeuvre de M. Bouilianne est non seulement très bien documentée, recherchée. C’est un livre qui deviendra une référence, nul doute. »

Pascal Audry

2 réflexions au sujet de « COVID-19 — Violation du code de Nuremberg : la lettre d’acception du Tribunal de La Haye a été signée par Mark Dillon (Réf.: OTP-CR-75/21) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s