Document explosif : la Chine a discuté de la militarisation du coronavirus en 2015 et de la prédiction de l’utilisation d’armes biologiques

NOTA BENE : Dans mon article précédent, j'avais écrit que je ralentirais la cadence de publications car j’ai plusieurs travaux à terminer, dont la rédaction finale de mon prochain livre, « CERN : La porte de l’enfer ». Mais l'information qui suit est bien trop cruciale pour que je ne la partage pas avec mes lecteurs. Cela dit, un (ou une) dénommé/e Pedro Michele a tenté de publier ce commentaire insipide : « Merci monsieur pour votre retraite. Des mensonges, j’en ai eu assez! ». Ce message a systématiquement été mis à la corbeille car je ne tolère aucune pollution verbale sur mon site Web. Et je rassure tout le monde : je suis bien loin de prendre ma retraite !

L'origine non naturelle du SRAS (rapport)

Des scientifiques chinois auraient enquêté sur la militarisation des coronavirus cinq ans avant la pandémie de COVID-19 et auraient pu prédire une Troisième Guerre mondiale avec des armes biologiques, selon les médias faisant référence à des documents obtenus par le département d’État américain. Selon le journal britannique « The Sun », citant des rapports publiés pour la première fois par « The Australian », les documents « explosifs » obtenus par le département d’Etat américain montrent que le commandant de l’Armée populaire de libération (APL) chinoise a fait une prédiction diabolique que la prochaine guerre mondiale utilisera des armes biologiques.

Des responsables américains auraient obtenu les documents rédigés par des scientifiques militaires et de hauts responsables chinois de la santé publique en 2015 dans le cadre de leur propre enquête sur les origines du COVID-19.

Le document militaire intitulé « L’origine non naturelle du SRAS et les nouvelles espèces d’armes génétiques virales fabriquées par l’homme » (非典非自然起源和人制人新种病毒基因武器) révèle clairement les plans de l’armée chinoise pour les armes biologiques. Ce document est le manuel du général Xu Dezhong (徐德忠) sur les armes biologiques de l’Armée populaire de libération et souligne deux aspects importants de la guerre biologique. Premièrement, la capacité de lyophiliser les microorganismes permet de stocker des agents biologiques et de les aérosoliser lors des attaques. Deuxièmement, une attaque avec une arme biologique peut provoquer « l’effondrement du système médical de l’ennemi ».

Parmi les 18 auteurs répertoriés dans le document, certains sont des hauts responsables de la santé publique du pays chinois (communiste), dont Li Feng, l’ancien directeur adjoint de l’Agence chinoise (communiste) d’épidémie de défense nationale.

L’authenticité du document a été vérifiée par des experts. Robert Porter, un expert en criminalistique numérique qui a travaillé avec les gouvernements des États-Unis, de l’Australie et du Canada, a déclaré que le livre est déjà sur Internet en Chine. Une autre personne qui a confirmé son authenticité est le Dr Li-Meng Yan, qui a autrefois travaillé à Hong Kong et étudie maintenant l’origine du coronavirus. Elle a déclaré que le coronavirus avait été fabriqué dans un laboratoire de Wuhan. Lorsqu’elle a signalé ce fait pour la première fois à Hong Kong, elle a été avertie de ne pas divulguer les résultats de ses recherches. Elle a ensuite fui le pays et a cherché refuge aux États-Unis. Elle a confirmé que le Parti communiste chinois étudiait les armes biologiques depuis longtemps.

Dans une récente interview avec Gaurav Sawant, le Dr Yan a affirmé que « ce document est une preuve de fer et peut prouver que le PCC a un plan à long terme pour les armes biologiques non traditionnelles, et le PCC prévoit de l’utiliser pour conquérir le monde entier ». Il convient de noter qu’elle a souligné que cela avait été délibérément publié. Le gouvernement chinois le sait, c’est pourquoi il a répondu immédiatement après avoir attendu quelques heures. Elle a également déclaré qu’elle avait fourni « des preuves scientifiques et des preuves de renseignement suffisantes », ce que le PCC ne peut pas nier. Depuis son arrivée aux États-Unis, elle a toujours affirmé que le coronavirus avait été fabriqué dans un laboratoire de Wuhan. Elle a dit un jour que la séquence du génome du nouveau coronavirus ressemble à une empreinte digitale humaine.

Selon certaines informations, le président du Comité spécial des affaires étrangères de la Chambre des communes d’Australie, Tugendhat, a déclaré que le document soulevait de sérieuses inquiétudes quant aux ambitions de certains conseillers des principaux dirigeants du Parti communiste.

Avant cela, Francis Boyle, qui a rédigé la loi sur les armes biologiques aux États-Unis en 1989, a publié une déclaration détaillée reconnaissant le coronavirus de Wuhan en 2019 comme une arme de guerre biologique offensive du Parti communiste chinois. Le Dr Boyle connaît très bien les armes biologiques. Il a rédigé la législation de mise en œuvre de la Convention sur les armes biologiques aux États-Unis. C’est-à-dire le Biological Weapons Anti-Terrorism Act de 1989, qui a été approuvé à l’unanimité par les deux chambres du Congrès américain. Il a été promulgué par George H. Bush, alors président des États-Unis (Bush Sr.). Le Dr Boyle a souligné que la nouvelle épidémie de coronavirus à Wuhan, en Chine, s’est échappée du laboratoire de niveau de biosécurité 4 (BSL-4). Il pense qu’il s’agit d’une arme de guerre biologique offensive génétiquement modifiée ou d’un agent de guerre biologique à double usage. C’est pourquoi le gouvernement chinois a d’abord tenté de le dissimuler.

Il existe des rapports crédibles selon lesquels le scientifique, qui a initialement révélé ce fait dans le laboratoire de Wuhan, a été invité à garder le silence. Parmi les médecins lanceurs d’alerte se trouvait Li Wenliang, un ophtalmologiste. Les huit personnes ont été arrêtées par la police pour « propagation de rumeurs » et ont été contraintes de signer une déclaration retirant leurs allégations. Le Dr Li est décédé plus tard du nouveau coronavirus en février. Les médias ont également indiqué que les laboratoires chinois étudiant le nouveau coronavirus ont reçu l’ordre de détruire des échantillons fin décembre 2019 et début janvier 2020. Le Parti communiste chinois s’est toujours opposé aux enquêtes indépendantes.

Depuis le début de l’épidémie, le gouvernement de Pékin s’est davantage appuyé sur de fausses informations et a influencé des campagnes trompeuses à l’étranger. Pékin fait un usage intensif de faux comptes de médias sociaux pour diffuser de fausses informations. ProPublica a suivi plus de 10 000 faux comptes Twitter présumés impliqués dans des activités de la cybermarine liées au gouvernement chinois/Parti communiste chinois. Il s’agit notamment des comptes d’utilisateurs du monde entier piratés, qui ont publié de la propagande et de fausses informations sur l’épidémie de coronavirus en Chine. Le mouvement cybernaval du PCC vise à attirer l’attention et à promouvoir la projection personnelle de la propagande du PCC. Nous avons collecté des quantités massives de données et planifié avec soin des plans connexes pour cela. Les individus ont été bombardés d’une propagande si sévère que leur pensée indépendante est compromise et qu’ils ne peuvent pas penser logiquement.

On peut ajouter qu’il est difficile de distinguer les virus fabriqués en laboratoire des virus naturels, car les deux processus sont les mêmes. En laboratoire, les scientifiques peuvent faire des ajustements pour se propager plus rapidement, mais cela peut également arriver aux virus hors laboratoire. Des applications utilisant l’intelligence artificielle sont possibles.


« Avec le développement d’autres domaines scientifiques, des progrès importants ont été réalisés dans la libération d’agents de guerre biologique. Par exemple, de nouvelles découvertes de micro-organismes lyophilisés ont permis de stocker des agents biologiques et de les atomiser lors d’une attaque. »

— Le général Xu Dezhong (徐德忠), Rapport 2015
Le 11 août 2020, sur Newsmax TV, Dr Li-Meng Yan, éminente virologue chinoise, a dénoncé le cartel COVID-19 dont font partie, selon elle, l’OMS et le gouvernement chinois. — avec Sean Spicer et Lyndsay Keith de Newsmax TV.

Armes biologiques extra-limites

L'origine non naturelle du SRAS (livre)

Les « armes biologiques invisibles » ont été décrites et définies à la page 92 du manuel militaire du Parti communiste chinois « L’origine non naturelle du SRAS et les nouvelles espèces d’armes génétiques virales fabriquées par l’homme » publié par la Chinese Communist Military Medical Science Press (CMMSP) il y a cinq ans. Ce qui suit est la traduction du texte original chinois du paragraphe :

« Les fabricants d’armes biologiques ont également utilisé des virus furtifs et des fragments d’ADN spéciaux dans le développement de deux nouveaux types d’armes génétiques :

  1. Arme génétique à virus furtif : un virus furtif est libéré d’une manière qui infecte « invisiblement » un certain génome cellulaire d’une population (individu). Ensuite, au moment de l’attaque, un activateur spécifique est libéré, ce qui active le processus de pathogenèse et provoque une épidémie de la maladie virale. Ainsi, ce type d’arme génétique est adapté à ses besoins stratégiques uniques et permet à l’utilisateur d’armes biologiques de l’utiliser comme une menace puissante (semblable à la guerre) pour négocier avec les échelons supérieurs ciblés pendant une longue période.
  2. Armes oncogènes : les virus susmentionnés ou les fragments d’ADN spéciaux d’oncogènes qui peuvent initier la croissance de certaines cellules cancéreuses peuvent, par divers moyens «invisibles», pénétrer dans le corps humain et initier la croissance et la prolifération rapides de cellules cancéreuses sauvages (ou cancers) sans restriction.
L'origine non naturelle du SRAS (page 92)

Tout au long de cette traduction, il y a plusieurs mots clés à noter. Le titre du manuel contient les mots « fabriquées par l’homme » et le titre au-dessus des deux paragraphes clés indique « fabricants ». Nous voyons également le mot « activateur ». Ces mots disent explicitement aux lecteurs, sans aucun doute, que le virus du Parti communiste chinois a été prémédité il y a des années et créé par le PCC. Le manuel lui-même a été publié il y a plus de cinq ans et a été enseigné dans les académies militaires depuis. Quel type de virus « naturel » aurait besoin d’un activateur ? Que ferait cet activateur ? Nous ne pouvons que supposer que le virus du PCC entraîne d’autres problèmes. Pour ceux qui ont des problèmes de santé sous-jacents, le virus du PCC peut entraîner la mort. Cela conduit peut-être à la formation de cellules cancéreuses ou à d’autres effets graves à long terme.

Sachant que le virus était prémédité et fabriqué, le PCC n’a pas tardé à blâmer l’Italie, les marchés des fruits de mer, les États-Unis et de nombreux autres endroits pour l’origine du virus au début de la pandémie. Le gouvernement a continué à changer d’avis quant à savoir qui était responsable tout en refusant simultanément l’entrée à Wuhan aux chercheurs et enquêteurs. Si le virus est « naturel », que doivent-ils cacher ? Pourquoi ne pas tout ouvrir aux meilleurs chercheurs du monde ? Pourquoi ne pas être rapide et concentré pour porter l’accusation principale contre un pays ? Il y a certainement des raisons de croire qu’ils cachent discrètement une mine d’or de mensonges.

Également à la page suivante du manuel, l’auteur mentionne que les virus fabriqués ont la capacité d’avoir l’air « naturels », ce qui signifie que lorsque les gens les examinent, il est difficile de distinguer les virus naturels de ceux créés par l’homme. Ils peuvent sembler être « naturellement » évolués.

Il faut également tenir compte des données du virus du PCC. Bien que tant de personnes soient décédées, le virus n’a pas réellement un taux de mortalité élevé. Pourquoi cela arrive-t-il ? D’après les informations fournies par le Dr Li-Meng Yan, nous pouvons conclure que le PCC ne cherche pas à détruire complètement le système militaire ou l’ensemble de la race humaine. Ils cherchent à se mêler du système de manière furtive, invisible et intérieure. Ils cherchent à détruire et à diviser la civilisation occidentale en utilisant la politique, l’économie, la propagande, les tactiques de la peur et l’influence des médias. Concrètement, on peut s’interroger sur les « échelons supérieurs ciblés ». Qui sont-ils ? Qui le PCC cherche-t-il ? Sans aucun doute, ils veulent surpasser les États-Unis pour devenir la plus grande superpuissance du monde et créer une dictature mondiale.

Maintenant que le virus du Parti communiste chinois a été étiqueté SRAS 2, nous devons remonter il y a près de deux décennies à 2003, lorsque le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) a éclaté en Chine. À l’époque, on pensait aussi qu’elle était artificielle, mais ses origines étaient intelligemment cachées. Maintenant, c’est encore arrivé ! Combien de fois laisserons-nous le PCC s’en tirer avec ça !? Combien de morts et de destructions auront lieu ENCORE !? Il n’y avait pas de preuves solides à l’époque, mais maintenant, ce sont des preuves solides. Si les arguments mentionnés ci-dessus ne parviennent toujours pas à vous convaincre, veuillez reconnaître et propager ce virus comme un fait que le PCC a prémédité et développé. Nous ne pouvons plus tolérer ce genre de comportement du PCC.


« le rapport montre clairement que les scientifiques chinois envisagent d’utiliser différentes souches du coronavirus pour des applications militaires et réfléchissent à la manière de les déployer. »

Peter Jennings, dir. exécutif de l’Australian Institute of Strategic Policy
The Weekend Australian

Voici comment se présente le rapport chinois

Traduction approximative

L'origine non naturelle du SRAS (couverture)

Ce rapport raconte d’abord aux lecteurs le processus épidémique des maladies infectieuses et les raisons de l’émergence de nouvelles maladies infectieuses basées sur les armes génétiques. Deuxièmement, il introduit ce que l’on entend par armes biologiques, l’évolution biomoléculaire et la phylogénie. Les gènes contemporains, les nouveaux pathogènes et maladies, l’arme et sa libération, le coronavirus du SRAS et ses causes ne sont plus présents dans la nature et l’homme.

Les caractéristiques épidémiologiques et cliniques de l’origine non naturelle du virus du SRAS, l’évolution inverse du virus du SRAS et de son origine non naturelle.

L’auteur cite des citations. Et plus, il explique les attitudes et opinions internationales sur « l’origine non naturelle du SARSCoV », et réfute le point de vue académique erroné d’un magazine international de premier plan selon lequel « la chauve-souris chinoise à chrysanthème est le réservoir du SRAS-CoV ». On y retrouve également que « la distribution anormale de l’infection humaine par l’influenza aviaire H7N9 et la possibilité de son origine anormale sont « reproduites », ce qui décrit systématiquement l’épidémiologie anormale de l’infection humaine par l’influenza aviaire H7N9 à cette époque et les preuves limitées de virologie moléculaire de l’agent pathogène. »

Les exemples cités dans chaque chapitre de ce rapport, ou le raisonnement logique, viennent tous d’objectifs différents et illustrent différentes lois académiques, tout en soulignant son importance qui approfondit l’impression du lecteur. Il met également en évidence le thème afin que les lecteurs puissent comprendre le but de ce rapport : le bien qu’il apportera à la Chine et au monde. La grave catastrophe du SRAS (pneumonie atypique infectieuse, SRAS) est répandue depuis plus de dix ans, mais la question de savoir pourquoi elle « vient sans laisser de trace et disparaît sans laisser de trace » n’a jamais été résolu. Même à l’occasion du dixième anniversaire de son apparition, de nombreuses publications ont été publiées. Discussions, articles et monographies, mais aucuns ne mentionnaient l’« origine » cruciale du SRAS !

Cependant, sans révéler sa véritable origine, comment pouvons-nous prévenir et contrôler la récurrence du SRAS ou les nouvelles maladies infectieuses étranges similaires au SRAS (comme le premier problème en Chine au printemps 2013). La même « grippe aviaire H7N9 » s’est produite ?! Peu de personnes intelligentes ont compris la vérité quand elles y pensent, et peu de gens y prêtent attention. Certaines personnes peuvent penser que le SRAS n’est plus là. Pourquoi s’embêter à enquêter sur le résultat final ? Ma réponse : non, non, non ! Résoudre le mystère de la véritable origine du SRAS est lié à la prévention et au contrôle de maladies infectieuses émergentes similaires, à la sécurité de notre pays et du monde, et même à la survie future de l’humanité.

Proposition scientifique ! Est-ce alarmiste ? Veuillez lire ce rapport à travers votre propre opinion publique : « L’origine non naturelle du SRAS et les nouvelles espèces d’armes génétiques virales fabriquées par l’homme ». Par conséquent, la théorie classique des maladies naturelles à transmission épidémique est comme tout domaine scientifique. De même, avec les progrès de la société et la science, elle a été élargie, complétée et même de nouvelles branches y ont été ajoutées. Cependant, les principaux points et l’essence de la théorie des foyers naturels de maladie ne changeront pas dans une longue période historique et ils nous guideront dans le développement.

Les nouveaux foyers naturels, la prévention et le contrôle des nouvelles maladies des foyers naturels, joueront un rôle irremplaçable dans la future défense nationale et la construction économique. Non seulement cela, la théorie des maladies des foyers naturels est importante pour notre génération de travailleurs médicaux et de santé, et notre pays. Les gens sont particulièrement importants car cela est dû à la mission donnée par l’époque : la théorie des maladies naturelles à transmission épidémique est très importante pour comprendre la nature et l’origine du SRAS et de la grippe aviaire humaine H7N9.

Il est également très important de traiter des futures armes génétiques, parce que la plupart d’entre elles sont des produits modifiés de gènes pathogènes de maladies de foyers naturels ou artificiels… de nouvelles variétés. En d’autres termes, la combinaison de la théorie du processus épidémique des maladies infectieuses, de la théorie des foyers naturels de maladie et de la technologie de l’évolution moléculaire est la clé d’or de nos futures armes génétiques.

Les sources d’infection animale peuvent être divisées en deux catégories :

(1) Animaux sauvages : De nombreux animaux sauvages peuvent être utilisés comme source d’infection de maladies infectieuses humaines. Presque toutes les sources d’infection de foyers naturels de maladies incluent les animaux sauvages. Rongeurs : les plus nuisibles. C’est une source classique d’infection animale et peut transmettre plus de 20 maladies, telles que la fièvre hémorragique épidémique, la leptospirose, la peste, le tsutsugamushi et le typhus endémique, etc., et ce sont tous des foyers naturels. Depuis peu, il existe deux types d’animaux sauvages (les chauves-souris et les oiseaux sauvages) qui devraient éveiller la vigilance.

2) Chauve souris (Bat) : Il a été reconnu internationalement que l’ancêtre commun du virus du SRAS est la souche Rp3 (DQ071615) de Bat SARS-like coronavirus (BtSLCoV) Rp3 (DQ071615) trouvée dans mon pays, mais ce n’est pas un ancêtre direct ; et dans les dix ans après son épidémie, aucun ancêtre direct n’a été trouvé, Et il n’y a pas de réservoir ; par conséquent, le SRAS ne peut pas être considéré comme une maladie épidémique naturelle à l’heure actuelle ; selon les résultats de la recherche,

Chauve-souris chrysanthème chinoise non menacée

À propos de l’auteur, le général Xu Dezhong

Xu Dezhong
Xu Dezhong (徐德忠)

Xu Dezhong (徐德忠) est diplômé de l’Université de médecine de Pékin avec une licence et un troisième cycle en épidémiologie à la Quatrième Université de médecine militaire (1968) ; il est actuellement professeur à la Section d’enseignement et de recherche en épidémiologie militaire le Collège de Médecine Préventive Militaire de la Quatrième Université Médicale Militaire et directeur de l’INCLEN CEU. Il est tuteur d’un doctorat, bénéficiant d’une allocation spéciale du gouvernement, de compétences professionnelles de deuxième niveau.

Célèbre expert national en épidémiologie et chef universitaire de l’armée, il a été chef du groupe d’experts sur l’analyse de l’épidémie de SRAS du ministère de la Santé, vice-président de la Société chinoise d’épidémiologie clinique et président et consultant du comité professionnel d’épidémiologie de l’Armée populaire de libération (APL).

Principalement engagé dans la recherche épidémiologique sur l’hépatite virale, les maladies infectieuses émergentes, le cancer de l’œsophage, les maladies coronariennes et la télédétection. Responsable de 24 sujets nationaux, militaires et provinciaux : dont un sujet clé de la Fondation nationale des sciences naturelles de Chine et un sujet de l’armée 863. Il a remporté le prix de l’éducation des talents de l’armée, le deuxième prix de la recherche médicale Wu Jieping, deux premiers prix et sept deuxièmes prix des Prix provinciaux et ministériels du progrès scientifique et technologique. Plus de 100 doctorants ont été formés, dont trois post-doctorants et plus de 50 doctorants. Il a été classé comme un individu avancé dans la prévention et le traitement du SRAS dans le pays, un travailleur scientifique et technologique exceptionnel dans la prévention et le traitement de la pneumonie atypique dans le pays et un membre exceptionnel du département de la logistique générale.

Il apublié plus de 320 articles de recherche scientifique au pays et à l’étranger. Au total, 30 monographies ont été éditées ou ont participé à la compilation ; 8 ont été éditées : dont la première internationale « Aviation Epidemiology (reprinted) », la première « Molecular Epidemiology » nationale et la monographie anglaise « Theoretical Epidemiology of Infectious Diseases, Theoretical Epidemiology » des maladies infectieuses. Rédacteur en chef de « Introduction to Evidence-based Medicine. Clinical Research Methods and Case Evaluation (Second Edition) », il a remporté le « Outstanding Bestseller of the Eighth National University Press » ; Il est le rédacteur en chef adjoint (édité par l’académicien Cheng Tianmin) de « Military Médecine préventive », il a reçu le titre de « Sixième prix du livre de l’Armée populaire de libération de Chine » et le « Deuxième prix du livre d’excellente publication de Chine ».

Il a participé à la prévention et au contrôle du SRAS dans le pays et l’armée en 2003. Il a correctement analysé et prédit la tendance épidémique de l’armée, en plus de rendre compte aux dirigeants de la Commission militaire et du ministère de la Santé, il a également achevé le « briefing » du Bureau général du Comité central du Parti communiste chinois et du Bureau général du Conseil des Affaires d’Etat. Trois questions, rapports, deux interviews ciblées de CCTV et six sujets d’actualité ont été hautement appréciés par le chef de la Commission militaire et les dirigeants du ministère de la Santé.

En guise de conclusion :

Tout le monde est d’accord pour dire que tout ceci n’a absolument rien à voir avec le peuple chinois. Il s’agit précisément des manoeuvres du Parti communiste chinois, et lorsqu’on sait ce qu’est le PCC, on a tout compris. Comme l’écrit Joy Farm dans le webzine GNEWS.MEDIA (郭媒体) :

« La bataille ultime entre l’humanité et le PCC aura forcément un résultat ! (…) L’aube de la déesse de la victoire peut sourire à la Nouvelle Fédération de Chine cette année ! (…) Ce rapport résume succinctement la nécessité de Li-Meng Yan dans cette bataille et est un cadeau du ciel à l’humanité. En outre, la nouvelle équipe de détectives du virus de corona du major Sellin sera également formée dans un proche avenir. Il s’agit d’un moment historique où la Nouvelle Fédération de Chine et les États-Unis ont uni leurs forces pour sanctionner le PCC voyou conformément à la loi. L’extinction commune du communisme est ce à quoi tout le monde s’attend, et il est digne de chacun de s’en vanter. Louons ensemble leurs actions justes ! »


« Le rapport conclut qu’une troisième guerre mondiale «sera biologique» et que «l’arme de base pour la victoire dans la Troisième Guerre mondiale sera les armes biologiques». Au vu du bilan, une enquête transparente sur les origines du COVID est impérative. »

The Australian, 10 mai 2021

RÉFÉRENCES :


« Cher M. Boulianne. Vous êtes l’un des plus importants piliers francophones rigoureux, pour l’information, au niveau d’articles éclectiques et de référence de vos textes. »

Damien Tremblay

« Un immense merci pour votre travail colossal lors des derniers mois afin de publier de manière indépendante le fruit de vos recherches exhaustives au grand public. »

Laurie Feeney

« Toujours à la pointe de l’info ! Merci pour tes recherches, tes informations, ton implication ! Grâce à des personnes comme toi, on reste éveillés et on le restera jusqu’au bout ! »

Nathalie Pages Koller

14 réflexions au sujet de « Document explosif : la Chine a discuté de la militarisation du coronavirus en 2015 et de la prédiction de l’utilisation d’armes biologiques »

  1. Merci pour tout. Je vous suit depuis un moment. Vous m’avez aidé à comprendre car vous avez répondu aux questions que je me posais depuis un moment. Sachant cela il va falloir se préparer au futur afin de passer ce difficile moment.

    Aimé par 1 personne

  2. comme tout est relier ……Énorme ….article en allemand sur McAfee…traduire ..ne manquez pas la vidéo

    RÉPONSE DE GUY BOULIANNE :

    Oui, c’est énorme. McAfee s’apprêtait à tout dévoiler. Ils l’ont suicidé en prison. Par contre, il a conservé et dispersé en lieux sûrs des giga d’informations. Selon moi, elles vont sortir. Les services secrets du Deep State font actuellement la chasse aux sorcières.

    Aimé par 1 personne

  3. Citation : « Le PCC chinois va devoir rendre des comptes à l’humanité » (Thierry Poget)

    Vous tombez exactement dans le piège qui prévaut depuis des siècle : accuser tel ou tel pays (pour diviser les peuples). Cette fois-ci, ça suffit. Attaquons-nous aux véritables manipulateurs : Rockefeller, Gates pour les plus visibles, et ceux cachés derrière Blacrokc et Vanguard (qui sont les vrais maîtres) !

    RÉPONSE DE GUY BOULIANNE :

    Voici mon avis : Tout le monde est d’accord pour dire que tout ceci n’a absolument rien à voir avec le peuple chinois. Il s’agit précisément des manoeuvres du Parti communiste chinois, et lorsqu’on sait ce qu’est le PCC, on a tout compris. Comme l’écrit Joy Farm dans le webzine GNEWS.MEDIA (郭媒体) :

    « La bataille ultime entre l’humanité et le PCC aura forcément un résultat ! (…) L’aube de la déesse de la victoire peut sourire à la Nouvelle Fédération de Chine cette année ! (…) Ce rapport résume succinctement la nécessité de Li-Meng Yan dans cette bataille et est un cadeau du ciel à l’humanité. En outre, la nouvelle équipe de détectives du virus de corona du major Sellin sera également formée dans un proche avenir. Il s’agit d’un moment historique où la Nouvelle Fédération de Chine et les États-Unis ont uni leurs forces pour sanctionner le PCC voyou conformément à la loi. L’extinction commune du communisme est ce à quoi tout le monde s’attend, et il est digne de chacun de s’en vanter. Louons ensemble leurs actions justes ! » : https://gnews.org/zh-hans/1241863

    Aimé par 1 personne

  4. Vous ne trouvez pas ça suspect vous des documents fuités par l’État américain ?

    RÉPONSE DE GUY BOULIANNE :

    En lisant l’article et l’ensemble des références, vous constaterez que ce document n’a pas vraiment été fuité par le gouvernement américain. Il ne s’agit pas d’un document secret. Il s’agit d’un document public qui était même vendu chez Amazon. Les médias chinois en ont parlé depuis au moins 2020. Le Dr Li-Meng Yan a d’ailleurs souligné qu’il avait été délibérément publié par le gouvernement chinois.

    Aimé par 1 personne

  5. Merci Monsieur Guy de votre réponse. Comme le Coronavirus actuel se soigne facilement, je ne vois en aucun cas une opération génocide planétaire avec la Covid 19. Ce qui l’est par contre, c’est le non-soin, l’interdiction de ce qui permet de guérir, le vaccin ARN développé contre le Covid, le cloisonnement, le mutisme de tous les remèdes possibles et efficaces, etc. Et je vous donne entièrement raison quand vous écrivez: »ce vaccin ne servira absolument à rien d’autre que de contribuer à leur perte »

    RÉPONSE DE GUY BOULIANNE :

    Je vous remercie de votre commentaire. Si vous lisez l’ensemble des mes articles vous comprendrez qu’il y a longtemps que j’ai tout compris. L’article ci-haut parle spécifiquement du rapport intitulé « L’origine non naturelle du SRAS et les nouvelles espèces d’armes génétiques virales fabriquées par l’homme ». Évidemment, le « vaccin » a une part majeure de ce que j’appelle l’« Opération Génocide » planétaire. Comme je l’ai écrit, à partir de la Chine il y a plusieurs amalgames à faire, et plusieurs intérêts y sont impliqués.

    Aimé par 1 personne

  6. Le PCC chinois va devoir rendre des comptes à l’humanité et ça va faire très, très… très mal…!!!

    J'aime

  7. Le Sage rentre en lui-même et il est imposible de le corrompre ou de le reversée en effets le mensonge PERIRA par, son « propre » MENSONGE mais le guerrier véritable vivra de par sa charité. Je sais bien qu’on ne peut vous intimider, malheur à moi si je rompais à faire eco de vos publications.
    Je vais acheter 2 fois encore l’ouvrage clé de vos publications: « LA SOCIÉTÉ FABIENNE » c’est le meilleur message, il peut être compris dans un cœur pur. Merci à vous Monsieur Boulianne.

    Aimé par 1 personne

  8. Guy, depuis que je suis tombée sur les Georgia Guidestones il y a 6 ans, je sais que quelque chose d’énorme va arriver … et je lis la majorité de vos articles, très pertinents et j’en édite pour mon père.

    Aimé par 1 personne

  9. Bonjour. Selon le Pr Jean-Bernard Fourtillan, la Chine ne serait pas impliquée dans ce génocide planétaire programmé, mais la France l’UE donc l’Allemagne et les USA. Se référer à l’intégralité de sa vidéo très claire et limpide à ce sujet dans le film reportage « Hold-up » qui dévoile l’horreur de cette machination immonde créée par ces autoproclamés « élites ».

    RÉPONSE DE GUY BOULIANNE :

    Cet article parle spécifiquement du rapport intitulé « L’origine non naturelle du SRAS et les nouvelles espèces d’armes génétiques virales fabriquées par l’homme » qui n’était pas encore pleinement dévoilé au public occidental au moment du tournage du film Hold-Up.

    Aimé par 1 personne

  10. N’oublions pas qu’en 2010 Rockefeller publiait son plan de « confinement planétaire » en se basant sur un prétendu virus.

    J’ignore quelles relations il entretient avec la Chine, ou avec quelques entités de là-bas, ni quels accords il a passé avec certaines agences ou s’il a utilisé la Chine comme plateforme de lancement de son opération de manipulation…

    Mais je sais une chose, les cerveaux de l’affaire sont les grands financiers occidentaux.
    Alors, quoi qu’il arrive, ne cessons jamais de remettre la lumière sur ces financiers, de faire sortir toute leur turpitude, et un jour, nous aurons le schéma de cette affaire.

    Gardons-nous de lancer l’opprobre sur un pays.
    Ce n’est pas un pays qui a organisé cette imposture. Ce sont des gens physiques, des milliardaires qui avaient les moyens d’acheter et d’installer leurs hommes à tous les postes clés, en passant notamment par les labos et les fondations telles que celle de Rockefeller. Ce sont des gens physiques qu’il faut poursuivre et envoyer en prison.

    RÉPONSE DE GUY BOULIANNE :

    Les Rockefeller sont impliqué en Chine depuis très longtemps : https://www.rockefellerfoundation.org/report/philanthropy-in-china.

    Au cours de la prochaine décennie, au moins 500 milliards de dollars transiteront par des organisations philanthropiques, résultat de l’augmentation de la richesse mondiale, en particulier en Asie. Une nouvelle étude historique réalisée par l’ Asian Venture Philanthropy Network (AVPN), avec le soutien de la Fondation Rockefeller, révèle comment la philanthropie chinoise est en train de devenir une puissance qui pourrait façonner l’avenir des dons et du développement internationaux, en grande partie grâce au secteur privé chinois et à un nouvelle génération de richesse.

    Les plans stratégiques nationaux tels que l’initiative « la Ceinture et la Route » (Belt and Road Initiative) et la coopération Sud-Sud incitent davantage de bailleurs de fonds nationaux et d’organisations sociales à s’engager dans les questions de développement international. Et alors qu’une nouvelle culture du don prend forme en Chine, les philanthropes chinois et les dirigeants d’organisations philanthropiques sont de plus en plus désireux de s’engager avec la communauté mondiale.

    Aimé par 1 personne

  11. Et si c’était davantage le vaccin plutôt que le virus qui soit oncogène?
    Car beaucoup de nations travaillent sur la guerre bactériologique et non seulement les chinois.

    RÉPONSE DE GUY BOULIANNE :

    Comme vous avez du le remarquer, cet article parle spécifiquement du coronavirus et non de toute autre arme biologique qui pourrait exister. Évidemment, à partir de la Chine il y a plusieurs amalgames à faire, et plusieurs intérêts y sont impliqués. Il s’agit d’une « Opération Génocide » planétaire.

    Aimé par 1 personne

  12. La Chine est peut-être responsable mais il y a une secte encore au-dessus qui a orchestré le tout et que l’on appelle le Nouvel Ordre Mondial et la majorité des dirigeants de la planète ont trempé dans ce complot contre l’humanité.

    RÉPONSE DE GUY BOULIANNE :

    Je vous invite à lire cet article (et tous mes autres articles sur mon site internet) : https://guyboulianne.com/2021/06/26/celles-et-ceux-qui-nont-toujours-pas-compris-larnaque-de-la-covid-sont-des-covidiots-et-des-moutruches-le-vaccin-ne-changera-rien-a-rien

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s