Suite à leur « Lettre ouverte aux non vaccinés », le Dr Denis Rancourt et dix autres universitaires canadiens ont écrit une lettre aux « vaccinés »

À la suite de leur « Lettre ouverte aux non vaccinés », un groupe grandissant d'universitaires canadiens a maintenant écrit une lettre s'adressant aux « vaccinés ». Les auteurs exposent la division du statut vaccinal et dénoncent le fossé qui en résulte dans la société.

Renoncer aux libertés civiles en échange d'un faux sentiment de sécurité est futile. Nous ne devons pas accepter de sombrer dans l'apartheid médical au Canada et dans le monde.

La lettre fait appel à la fois à ceux qui ont choisi de se faire vacciner et à ceux qui ont été contraints. Elle réfléchit sur les implications plus larges de nos actions dans un effort pour collaborer sur une voie constructive à suivre.

Lettre ouverte aux vaccinés

Le Premier ministre Trudeau a récemment averti qu’« il y aurait des conséquences » si les employés fédéraux ne se conformaient pas aux mandats en matière de vaccins. Il s’agit d’une voix de tyrannie qui a fait écho à la peur et accru l’agitation à travers notre pays. Il a plongé notre nation dans une profonde division autour de la vaccination de masse et a amené notre rétablissement collectif de cette pandémie à un point critique. En fait, cela nous oblige, en tant que pays, à enfin nous demander : en effet, quelles sont ces conséquences ?

Quelles sont les conséquences sociétales d’une division selon le statut vaccinal ? Quelles sont les conséquences d’imposer une telle intervention médicale insuffisamment testée ? Comment tout cela est-il censé bien finir ?

Les conséquences seront désastreuses, c’est certain. Et les conséquences nous affecteront tous, vaccinés comme non vaccinés.

Au cours des six derniers mois, beaucoup d’entre nous ont pris la décision d’accepter le vaccin de bonne foi – en faisant ce qu’il fallait pour travailler, voyager et visiter les gens que nous aimons. Malheureusement, certains d’entre nous ont subi des pressions ou des contraintes. Et maintenant, de plus en plus de preuves dans le monde montrent que ces vaccins ne peuvent pas arrêter la transmission du virus et de ses variantes, mais les mandats de vaccination se poursuivent.

Pendant ce temps, les sociétés pharmaceutiques gagnent des milliards de dollars d’argent public et font pression pour accélérer les vaccins vers une approbation complète, sans procédure régulière ni débat public. Il est tout à fait clair que lorsque l’argent et la politique s’entremêlent, la science et l’éthique passent au second plan.

Peut-être avez-vous déjà ressenti du ressentiment envers ceux qui hésitaient à se faire vacciner, en tant que personnes qui ne faisaient pas leur part ; mais peut-être est-il temps de considérer que nous sommes tous devenus passagers du même train en fuite. Le sens de « complètement vacciné » change rapidement alors que les dirigeants exigent la prochaine mise à niveau du rappel et menacent de nous expulser des espaces publics si nous ne nous conformons pas. Ainsi, si vous faites partie des « complètement vaccinés » aujourd’hui, d’ici demain, vous pourriez devenir l’un des « insuffisamment vaccinés » et être contraint de faire une autre injection.

Si l’histoire est une indication, cela ne s’arrêtera pas à l’interdiction d’accès aux concerts ou aux bars. Lorsque vous ne pourrez plus acheter de nourriture, accéder aux services bancaires, voter en personne ou traverser une frontière provinciale, il sera clair que les mêmes pratiques discriminatoires que vous espérez abolir seront de plus en plus fermement établies. Les vraies conséquences nous attendent tous.

Peut-être avez-vous eu votre série complète de doses et avez-vous maintenant des doutes sur l’opportunité de continuer en raison du nombre alarmant d’infections parmi les vaccinés. Ou peut-être connaissez-vous quelqu’un qui a été blessé par le vaccin ou qui s’inquiète du nombre croissant de décès liés aux vaccinations.

Nous continuons à nous demander : « Pourquoi les données ne sont-elles pas autorisées à être examinées et pourquoi les experts indépendants sont-ils censurés s’ils tentent de le faire ? » Il est incompréhensible, et décidément anti-canadien, de voir réduire au silence des médecins et des scientifiques de la santé hautement estimés dans notre pays et dans le monde entier.

L’histoire nous a appris que les arguments unilatéraux et la dissidence interdite sont des signes d’un totalitarisme tapi à la porte. Bientôt, poser des questions fera de vous un ennemi de l’État. L’obligation de vaccins est un point de rupture. « Mon corps, mon choix » a été l’une des caractéristiques d’une société libre et démocratique, mais cela est en train de changer. Les Canadiens se font voler leurs décisions personnelles.

Avec des blocages déjà prévus pour l’automne et des boosters prêts, nous entrons dans un moment charnière. Sommes-nous tous prêts à continuer à être injectés indéfiniment ? Dans les provinces canadiennes et partout dans le monde, les passeports vaccinaux témoignent de notre nouvelle relation à long terme avec la coercition médicale en échange de libertés fondamentales. Jusqu’à présent, chaque traitement a été promis pour être le dernier, mais il ne pourrait pas être plus clair qu’il n’y a pas de fin en vue.

Et maintenant, ils viennent chercher nos enfants.

Avec un risque extrêmement faible de tomber malade et pratiquement aucun risque de mourir du COVID-19, la vaccination de masse des enfants et des adolescents reste injustifiée. Aligner nos enfants en bonne santé pour un traitement médical n’a jamais fait partie de l’accord. Le plus troublant de tous, c’est que nous sommes préparés pour des campagnes de vaccination de masse dans nos écoles qui ne nécessitent pas le consentement des parents. Le gouvernement décide-t-il de ce qui est le mieux pour nos enfants ? Sans aucun doute, les liens familiaux qui nous unissent se dénouent. À juste titre, les parents sont consternés par ce dépassement sans précédent et débattent du retrait de leurs enfants de l’école.

Malgré nos meilleures intentions, les familles sont marquées, les amis sont divisés et les partenaires sont en désaccord. Nous avons été affaiblis par notre division et manipulés par la peur.

Jusqu’où allons-nous permettre que cela aille? « All the way! » (Tout le chemin !) certains d’entre nous déclarent. Mais « tout le chemin » est un endroit que nous n’atteindrons jamais. Nous devons arrêter cette catastrophe médicale et faire face à la vérité : il ne s’agit pas de notre santé ; il s’agit de politique et de contrôle.

Les conséquences de suivre les ordres actuels du premier ministre Trudeau sont plus grandes que les conséquences de ses menaces. Nous avons conclu cela les uns pour les autres, pas pour nos politiciens. Nous avons fait ce que nous pensions devoir faire, et maintenant nous devons dire :

« C’est assez loin, pas plus ! »

Publié le 29 août 2021

OCLA Denis G. Rancourt
Denis Rancourt, PhD
Angela Durante, PhD ; Claus Rinner, PhD ; Laurent Leduc, PhD ; Amanda Euringer, journaliste ; Maximilian C. Forte, PhD ; Julie Ponesse, PhD ; Donald G. Welsh, PhD ; Michael Owen, PhD ; Jan Vrbik, PhD ; Valentina Capurri, PhD

Gerald Grosz, auteur et ancien politicien autrichien, s’est fait vacciner deux fois et le regrette. Dans l’émission Fellner! LIVE, il n’y va pas par quatre chemins pour exprimer son dégoût et une colère à peine voilée face à la collaboration de tout un tas de collaborateurs et il le fait savoir à son interlocuteur Sebastian Bohrn Mena à qui il reproche cette attitude qui dirige les gens vers des problèmes graves, alors qu’ils sont pertinemment au courant de ce qui les attend suite à ce pseudo vaccin ARNm pour cobayes. Gerald Grosz expose son point de vue et remet en cause Merkel (Allemagne), Kurz (Autriche) et les présentateurs des médias mainstream : « Il me semble donc que si j’avais pris des fleurs de Bach ou des globules homéopathiques, je serais mieux protégé qu’avec votre prétendu “game changer”. »

À propos de l’Ontario Civil Liberties Association (OCLA)

OCLA (logo)

L’Ontario Civil Liberties Association (OCLA) défend avec vigueur la liberté d’expression authentique et sans réserve de tout individu, sur tout sujet et sous toute forme, conformément à la Charte canadienne des droits et libertés. L’OCLA milite aussi pour le libre exercice des libertés civiles et des droits civils de toute personne, dans toute interaction avec les institutions et corporations publiques et privées.

Il y a un besoin criant en Ontario d’une association des libertés civiles qui défend les libertés civiles. Nous distinguons l’influence sociétale d’un individu par l’expression du pouvoir actionné d’un individu qui découle de sa position hiérarchique institutionnelle.

Nous soutenons que l’influence sociétale de l’individu par l’expression, non structurellement dérivée de la hiérarchie institutionnelle et organisationnelle, est un droit absolu, indépendamment de la race, du sexe, de l’orientation, etc. Nous pensons que la santé de la société dépend du droit absolu de l’individu à la liberté d’expression. Nous défendons toute expression individuelle comme un droit absolu, aussi inacceptable qu’elle puisse paraître aux autres.

Nous soutenons la liberté d’expression individuelle quelle que soit sa forme ou son contenu. Nous nous opposons à toute censure de l’État et des entreprises, y compris les ordonnances de bâillonnement des employeurs sur les employés. Nous nous opposons à toutes les formes de mobbing sociétal qui ont pour effet de censure.

En ce qui concerne les questions controversées du jour, nous soutenons le droit de :

  • toute expression individuelle critique à l’égard de tout État, y compris Israël et l’Iran ;
  • toute expression individuelle critique de toute religion ou culture, y compris le judaïsme, l’islam et le christianisme ;
  • toute expression individuelle critique de toute orientation sexuelle, y compris les hétéros et les homosexuels ;
  • toute expression individuelle critique des deux côtés du conflit de l’avortement, y compris pro-vie et pro-choix ;
  • toute expression individuelle critique à l’égard de toute politique ou loi publique, y compris libérale ou conservatrice ;
  • toute expression individuelle d’émotions, y compris la haine et l’amour ;
  • toute expression individuelle sur le comportement criminel, y compris l’expression sur la pornographie enfantine, le génocide, la guerre, l’esclavage et le meurtre en série ;
  • toute expression individuelle critique envers toute personne, y compris les personnalités publiques, les voisins et les collègues.

L’OCLA n’est pas affiliée à l’Association canadienne des libertés civiles (ACLC) ni à l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique (ALCCB). Ces trois associations sont distinctes.


Anthologie2020PUB007


« Cher Monsieur Boulianne, je suis ébahi par la qualité de votre recherche, de vos textes, et l’immense charge de travail que vous assumez avec la foi et l’intégrité d’un honnête homme. »

Damien Tremblay

« Je suis toujours autant étonné par vos écrits et surtout par leur contenu d’une justesse impressionnante. » (VK)

Louis-Rene Jacommos

« Vous êtes un bourreau de travail M. Boulianne. Félicitations. »

Gaétane Gagné