Plusieurs signataires ont envoyé une lettre ouverte aux responsables de l’Université de Waterloo : abroger les mandats de vaccination et de test COVID — Un procès est à prévoir…

Cette lettre a été envoyée au président, au recteur et à de nombreux autres administrateurs de l'Université de Waterloo le 26 août 2021. Une liste des signataires se trouve sur cette page. Pour ajouter votre propre signature, veuillez envoyer un e-mail à Michael Palmer, au département de chimie. Veuillez inclure votre nom (avec les titres si vous souhaitez les lister), votre poste (professeur/personnel/étudiant/parent/ancien élève) et, le cas échéant, votre département ou programme.

Vous pourriez également être intéressé à rejoindre le procès que Children's Health Defence Canada et le Centre des droits constitutionnels déposeront contre l'université et d'autres écoles délinquantes. Vous pouvez rejoindre une liste de diffusion pour rester informé et vous connecter avec des personnes partageant les mêmes idées.

Vous pourriez également être intéressé à rejoindre le procès que Children’s Health Defence Canada et le Centre des droits constitutionnels déposeront contre l’Université de Waterloo (UW) et d’autres écoles délinquantes. Vous pouvez rejoindre une liste de diffusion pour rester informé et vous connecter avec des personnes partageant les mêmes idées que vous.

Nous, les employés et étudiants soussignés, ou les parents d’étudiants, de l’Université de Waterloo (UW) exprimons par la présente notre désaccord catégorique avec les mandats liés à la COVID récemment imposés par l’administration universitaire à tous les employés et étudiants (courriel intitulé, « vaccination obligatoire et l’attestation », en date du 16 Août 2021 ; courriel intitulé « Une preuve de vaccination maintenant requis pour l’accès au campus, » en date du 24 Août 2021). Ces mandats sont illégaux et leur effet net sera de provoquer la maladie, pas de l’empêcher.

Les mandats de vaccination ou de déclaration « anonyme » du statut vaccinal sont-ils couverts par les contrats existants ?

Les mandats de vaccination, de déclaration de statut vaccinal et de dépistage violent tous les contrats de travail conclus ainsi que toutes les offres d’admission acceptées avant l’imposition des mandats. Les droits violés comprennent ceux enchâssés dans la Charte canadienne des droits et libertés, la plus haute loi du pays. Ainsi, les mandats sont illégaux et invalides.

Quelle est la justification de la vaccination forcée ?

D’une manière générale, la vaccination peut avoir un certain nombre de résultats différents :

  1. Elle peut induire une « immunité stérilisante », ce qui signifie que la personne vaccinée ne peut pas contracter et propager l’agent pathogène en question.
  2. Elle peut induire une protection sans stérilisation – la maladie manifeste chez les personnes vaccinées sera supprimée ou au moins atténuée, mais elles peuvent toujours contracter et propager l’infection.
  3. Cela peut échouer complètement – ​​les personnes vaccinées restent aussi susceptibles de tomber malades que les non vaccinées ou de le devenir encore plus.

Seul le premier résultat pourrait justifier, de façon ténue, un mandat de vaccination. On pourrait s’attendre à ce que l’immunité stérilisante généralisée se traduise par une « immunité collective », ce qui signifie que l’immunité des nombreux vaccinés protégerait également les quelques-uns qui ne peuvent pas être vaccinés, généralement en raison de déficiences sous-jacentes de leur système immunitaire.

Il est généralement admis, cependant, qu’aucun des vaccins COVID actuellement utilisés ne produit une immunité stérilisante ; en fait, des données récentes indiquent qu’elles offrent au mieux une protection marginale. Par conséquent, rendre obligatoire la vaccination contre le COVID n’a aucune justification rationnelle.

Pourquoi l’immunité naturelle n’est-elle pas prise en compte ?

Plus d’un an après le début de la soi-disant pandémie, de très nombreuses personnes ont déjà été infectées par le virus SARS-CoV-2 et ont acquis une immunité naturelle. Il a été montré que cette immunité est beaucoup plus robuste que celle conférée par les vaccins ; un tel résultat est en effet attendu. Par conséquent, les personnes ayant une immunité naturelle ne peuvent tirer aucun avantage ou protection supplémentaire de la vaccination. D’autre part, ils sont exposés à un risque accru d’événements indésirables graves dus aux vaccins. Ainsi, même s’il y avait des raisons valables pour rendre obligatoire la vaccination – ce qui n’est pas le cas – la toute première priorité devrait toujours être de proposer des tests pour l’immunité existante, et d’exempter définitivement de vaccination ceux qui sont positifs.

Les personnes en bonne santé ne transmettent pas le COVID-19.

Bien que les méthodes PCR aient leur utilité légitime dans le diagnostic des maladies infectieuses, il n’y a aucune bonne raison de les utiliser sur des personnes qui ne sont pas malades. De nombreuses études ont confirmé que le virus SARS-CoV-2 ne peut être détecté en culture cellulaire que dans des échantillons de patients cliniquement malades ou dont les symptômes ont disparu il y a quelques jours seulement. Ces mêmes études ont déterminé que les acides nucléiques viraux restaient détectables par PCR dans les échantillons pendant des semaines et même des mois après que les cultures cellulaires soient devenues négatives. Seules les cultures cellulaires détectent les virus vivants ; en revanche, la PCR détectera également des particules virales non viables et même des fragments d’acides nucléiques viraux.

Une très grande étude menée à Wuhan, en Chine, qui a recruté près de 10 millions de personnes, n’a réussi à retracer aucun cas de maladie clinique à une contagion d’individus positifs à la PCR mais asymptomatiques. Tous ces résultats indiquent qu’un test PCR positif à lui seul n’implique pas de contagiosité. Les mandats de tests imposés aux membres de la communauté de l’UW qui refusent de fournir une preuve de vaccination sont donc sans aucun fondement scientifique. De plus, la répétition très fréquente de ces tests – deux fois par semaine – va endommager les muqueuses très sensibles de la cavité nasale, qui contrairement à celles de la cavité buccale par exemple ne sont pas capables de résister aux contraintes mécaniques. Ces traumatismes fréquemment répétés provoqueront des douleurs et des infections bactériennes.

Les administrateurs de l’UW ignorent-ils vraiment les nombreux effets indésirables graves des vaccins COVID ?

Plusieurs administrateurs de premier plan de l’UW, notamment le président Vivek Goel, le recteur James Rush et la vice-présidente de la recherche Charmaine Dean, ont une formation en santé publique ou en sciences biomédicales. La diligence raisonnable professionnelle aurait donc dû les familiariser avec les nombreux types d’effets indésirables graves des vaccins qui ont été rapportés dans la littérature médicale. Alors que la littérature ne contient jusqu’à présent que des rapports de cas ou des études à petite échelle sur les événements indésirables, un très grand nombre de décès et de blessures liés au vaccin est évident dans les systèmes de notification des événements indésirables des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’Union européenne. Même ces systèmes, cependant, ne reflètent pas toute l’ampleur du problème. Le groupe de défense indépendant « America’s Frontline Doctors », dont les membres comprennent de nombreux médecins très expérimentés, a déposé une demande d’injonction contre les autorisations existantes d’utilisation d’urgence des vaccins, affirmant que jusqu’à 55 000 décès liés au vaccin ont été signalés aux autorités fédérales aux États-Unis seulement. Au-delà de ces décès, il y a encore plus de cas de maladies graves et invalidantes telles que crise cardiaque, accident vasculaire cérébral, myocardite et maladie inflammatoire multiviscérale. De tels cas ont été signalés dans tous les groupes d’âge.

Ce résultat catastrophique doit être mis en balance avec les avantages ténus de la vaccination. Il doit également être mis en balance avec le risque minuscule de maladie grave que le virus pose aux personnes de tous âges sans maladie sous-jacente, et en particulier aux adolescents et aux jeunes adultes tels que nos étudiants. Le rapport bénéfice-risque de la vaccination contre le COVID est clairement négatif. Ces vaccins ne devraient plus être qualifiés d’« expérimentaux », car l’expérience s’est déjà soldée par un échec. Toute autre poursuite de cette « expérience » ratée équivaut à infliger délibérément des lésions corporelles.

Les mandats de vaccination sont source de division.

Les vaccinés et les non vaccinés peuvent contracter le virus puis le propager. D’un autre côté, les membres d’aucun des deux groupes ne propageront réellement le virus tant qu’ils ne seront pas eux-mêmes malades.

Les gens peuvent s’opposer à la vaccination pour diverses raisons, notamment médicales, religieuses et philosophiques. Quel que soit le cas, le choix de se faire vacciner demeure personnel, tel que garanti par la Charte des droits et libertés. Quels que soient nos choix, nous n’avons pas besoin d’avoir peur les uns des autres. Depuis trop longtemps, nous nous sommes laissés aliéner et diviser, par peur d’un virus qui n’est ni plus mortel ni plus dangereux que la grippe. Il est grand temps que nous laissions cette peur derrière nous et reprenions une vie normale – en privé, mais aussi au travail. Les mandats de vaccination de l’UW ne nous aideront pas à le faire; au lieu de cela, ils renforceront davantage la peur et la méfiance. Ils nous garderont divisés à un moment où la communauté de l’UW devrait se rassembler pour raviver l’esprit confiant et tourné vers l’avenir pour lequel Waterloo est bien connue.

Nous exhortons les administrateurs de l’UW à abroger les mandats.

Au-delà de leur division, les mandats vaccinaux infligeront des dommages plus tangibles. Compte tenu de la taille de la population d’étudiants et d’employés de l’UW, il est certain que les vaccinations forcées entraîneront des blessures graves et très probablement même des décès. Il est urgent que ces mesures coercitives irrationnelles et illégales soient abrogées avant qu’il ne soit trop tard.


Ressources :

  • America’s Frontline Doctors fournit des informations scientifiques et médicales sur la maladie COVID-19 et sur les vaccins. Voir notamment le communiqué de presse sur leur procès qui contient le nombre de morts cité dans le texte.
  • L’Alliance canadienne pour les soins de la COVID-19 propose également un large éventail de ressources sur la COVID-19 ainsi que sur sa prévention et son traitement. Le Parent Guide to COVID-19 Vaccination, rédigé par le Dr Byram Bridle, professeur d’immunologie virale à l’Université de Guelph, est particulièrement intéressant.
  • Les Doctors for COVID Ethics ont rédigé plusieurs lettres ouvertes et analyses scientifiques sur les vaccins COVID-19. Certains d’entre eux, dont un sur la pharmacocinétique et la toxicité des vaccins à ARNm et un avis d’expert juridique sur l’utilisation des vaccins à ARNm chez les enfants, ont été co-écrits par le professeur de chimie de l’UW Michael Palmer, MD. Ce dernier document fournit des références bibliographiques pour la plupart des allégations factuelles formulées dans cette lettre ouverte.
  • La Liberty Coalition Canada a rédigé une lettre ouverte aux universités et aux collèges qui explique comment des mandats tels que ceux imposés par l’administration de l’UW violent les droits garantis par la Charte canadienne des droits et libertés.
  • Children’s Health Defence Canada, en coopération avec les avocats Rocco Galati et Amina Sherazee du Constitutional Rights Center, prépare une poursuite contre toutes les universités et collèges (y compris l’UW) qui ont émis ces mandats illégaux de vaccination et de test. Tous les étudiants et employés concernés par ces mandats peuvent se joindre à cette poursuite.

SOURCE : https://cs.uwaterloo.ca/~mannr/Open-letter-UW-vaccine-mandates.html.


Anthologie2020PUB007


Merci Guy pour votre talent de communicateur, il est bien agréable de commencer un nouveau jour avec une mésaventure heureuse accompagnée d’un bon café 💗.

Tueur d’Ours

« Cher M. Boulianne. Vous êtes l’un des plus importants piliers francophones rigoureux, pour l’information, au niveau d’articles éclectiques et de référence de vos textes. »

Damien Tremblay

« Cher Monsieur. Vos articles sont criants de vérité… Étayés et sourcés. Merci d’exister ! Vous êtes un des rares journalistes d’investigation encore libre ! J’espère que les peuples vont se réveiller pour refuser cet avenir monstrueux pour nos enfants. »

Catherine Marandat

2 réflexions au sujet de « Plusieurs signataires ont envoyé une lettre ouverte aux responsables de l’Université de Waterloo : abroger les mandats de vaccination et de test COVID — Un procès est à prévoir… »

  1. Svp ecoutez cette derniere infos et partager,,, voila le point d’attack majeur a ne pas laisser passer car si cela n’est pas majeur pour soulever le peuple en entier on est tous game over .. les lanceurs d’alertes vedette cest le moment de grogner fini de japper,,,
    PARTAGER CECI SVP CEST IMPORTANT

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s