Comme par hasard, Facebook, Instagram et WhatsApp sont touchés simultanément par une panne mondiale depuis 11h45 ce matin

Comme faisant suite à mes deux articles précédents, « Les gouvernements et les médias préparent le mental des gens à une “Apocalypse Internet” dans la perspective de la Grande Réinitialisation » et « Contournez les restrictions imposées par les gouvernements et accédez aux réseaux sociaux et l’Internet en utilisant un réseau privé virtuel », nous apprenons que Facebook, Instagram et WhatsApp subissent actuellement une panne massive, affectant potentiellement des dizaines de millions d’utilisateurs dans le monde, alors que le groupe traverse l’une de ses pires crises de relations publiques. Le site Downdetector montrait notamment des pannes dans des zones densément peuplées comme Washington ou Paris. Les trois applications sont une propriété de Facebook et fonctionnent selon la même infrastructure. Elles ont cessé de fonctionner à partir de 11h45 environ en Amérique du Nord. Des problèmes ont aussi été constatés jusqu’en Inde, selon des internautes.

La panne du 4 octobre survient alors que deux membres du Parlement européen ont demandé une enquête sur les allégations d’un lanceur d’alerte selon lesquelles Facebook privilégiait les profits avant le bien public. La dénonciatrice, Frances Haugen, qui avait travaillé en tant que chef de produit dans l’équipe de désinformation civique de Facebook, a partagé des documents internes avec des journaux et des procureurs généraux de plusieurs États américains. Haugen témoignera devant le Sénat le 6 octobre. « Les fichiers Facebook – et les révélations que le lanceur d’alerte nous a présentées – soulignent à quel point il est important que nous ne laissions pas les grandes entreprises technologiques s’autoréguler », a déclaré la législatrice danoise Christel Schaldemose.

« Les documents mettent enfin tous les faits sur la table pour nous permettre d’adopter une loi sur les services numériques plus forte », a déclaré Alexandra Geese, une législatrice allemande au Parlement européen. « Nous devons réglementer l’ensemble du système et le modèle commercial qui favorise la désinformation et la violence par rapport au contenu factuel et permet sa diffusion rapide », a-t-elle déclaré. Un porte-parole de Facebook a répondu aux affirmations, affirmant que l’entreprise devait prendre des “décisions difficiles” : « Chaque jour, nous prenons des décisions difficiles sur les limites entre la liberté d’expression et les discours préjudiciables, la vie privée, la sécurité et d’autres problèmes », a déclaré le porte-parole. « Mais nous ne devrions pas prendre ces décisions nous-mêmes. … Nous avons plaidé pour des réglementations mises à jour où les gouvernements démocratiques établissent des normes de l’industrie auxquelles nous pouvons tous adhérer. »

Les actions de Facebook (FB.O), qui compte près de 2 milliards d’utilisateurs actifs par jour, ont ouvert en baisse après le rapport de dénonciation du week-end et ont encore baissé pour s’échanger en baisse de 5,3% lundi après-midi. Ils étaient sur la bonne voie pour leur pire journée en près d’un an, au milieu d’une vente massive des actions technologiques lundi. Facebook était inaccessible car les utilisateurs n’étaient pas dirigés vers le bon endroit par le système de noms de domaine. Facebook lui-même contrôle les paramètres pertinents. Le DNS permet aux adresses Web d’emmener les utilisateurs vers leurs destinations. Une panne similaire chez la société de cloud Akamai Technologies Inc (AKAM.O) a supprimé plusieurs sites Web en juillet.

Les experts en sécurité qui ont suivi la situation ont déclaré que la panne avait probablement été déclenchée par une erreur de configuration qui a laissé les instructions vers les serveurs Facebook indisponibles. Cela pourrait être le résultat d’une erreur interne, bien qu’un sabotage par un initié soit théoriquement possible. Un piratage extérieur était considéré comme moins probable. En revanche, une attaque massive par déni de service qui pourrait submerger l’un des sites les plus populaires au monde nécessiterait soit une coordination entre de puissants groupes criminels, soit une technique très innovante.

Facebook a reconnu que les utilisateurs avaient des difficultés à accéder à ses applications, mais n’a fourni aucune précision sur la nature du problème ou sur le nombre de personnes affectées par la panne. « Nous travaillons pour que les choses reviennent à la normale le plus rapidement possible, et nous nous excusons pour tout inconvénient », a tweeté Facebook environ 30 minutes après les premiers rapports de la panne. La réponse de Facebook a été rendue beaucoup plus difficile parce que les employés ont perdu l’accès à certains de leurs propres outils lors de la fermeture, ont déclaré des personnes qui suivaient l’affaire.

Downdetector

Downdetector — qui ne suit les pannes qu’en rassemblant des rapports d’état à partir d’une série de sources, y compris les erreurs soumises par les utilisateurs sur sa plate-forme — a montré qu’il y avait plus de 50 000 incidents de personnes signalant des problèmes avec Facebook et Instagram. La panne peut affecter un plus grand nombre d’utilisateurs. Pendant ce temps, la plate-forme de messagerie instantanée du géant des médias sociaux WhatsApp était également en panne pour plus de 35 000 utilisateurs, tandis que Messenger était en panne pour près de 9 800 utilisateurs.

Facebook a connu des pannes généralisées similaires avec sa suite d’applications cette année en mars et juillet. Plusieurs utilisateurs utilisant leurs informations d’identification Facebook pour se connecter à des applications tierces telles que Pokemon Go et Match Masters étaient également confrontés à des problèmes. « Si votre jeu ne fonctionne pas comme d’habitude, veuillez noter qu’il y a eu un problème avec les serveurs de connexion Facebook et dès que cela sera corrigé, tout reviendra à la normale », a déclaré l’application de jeu de puzzle Match Masters sur son compte Twitter.

Les pannes ne sont pas rares pour les applications, mais il est rare que tant d’applications interconnectées dans la plus grande entreprise de médias sociaux au monde tombent en panne en même temps. L’entreprise tente depuis plusieurs années d’ intégrer l’infrastructure technique sous-jacente de Facebook, WhatsApp et Instagram.

Deux membres de l’équipe de sécurité de Facebook, qui ont parlé sous couvert d’anonymat car ils n’étaient pas autorisés à parler publiquement, ont déclaré qu’il était peu probable qu’une cyberattaque ait causé les problèmes. C’est parce que la technologie derrière les applications était encore suffisamment différente pour qu’un seul piratage ne les affecte probablement pas toutes à la fois.

Cet incident touche également les employés de la plate-forme. « C’est la pagaille ici, tous les systèmes internes sont en panne aussi », a déclaré une source anonyme à un journaliste d’Associated Press. « Les employés n’ont pas pu entrer dans les bâtiments ce matin pour commencer à évaluer l’étendue de la panne parce que leurs badges ne fonctionnaient pas pour accéder aux portes », ajoute Sheera Frenkel, journaliste du New York Times. Selon le responsable technique de l’hébergeur Cloudflare, John Graham-Cumming, les serveurs BGP de Facebook ont « disparu d’Internet » entre 11h50 et 11h52 ce matin. Un problème rare qui pourrait notamment être lié à une erreur de configuration.



« Un sincère merci de communiquer vos captivants articles par courriel au lieu de par l’intermédiaire des réseaux sociaux. Encore une fois BRAVO, il ne faut surtout pas lâcher! »

Céline Lagacé

« Vous êtes pour moi une source d’information de confiance et n’êtes rien de moins qu’un héros à mes yeux. »

Patrick Daigneault

« Bonjour M. Boulianne. Un mot pour vous dire que vos blogs sont très intéressants. Vous devez travaillez très fort dans ce grand combat et je vous en suis très reconnaissant. »

Jean Tardy