La grande conspiration criminelle de Davos du “zéro carbone” est le modèle du corporatisme totalitaire et technocratique des mondialistes

Je partage avec vous un article de l'économiste, écrivain et journaliste américain Frederick William Engdahl. Celui-ci s'exprime sur des sujets de géopolitique, d'économie et d'énergie depuis plus de trois décennies.

Il collabore régulièrement à un certain nombre de publications dont Nihon Keizai Shimbun, Foresight Magazine, Grant's Investor, European Banker et Business Banker International et la revue italienne des études de géopolitique Eurasia. Il a participé à de nombreuses conférences internationales concernant la géopolitique, l'économie et l'énergie, et exerce une activité de conseil économique. Il a été pendant longtemps collaborateur du Mouvement LaRouche et a publié de nombreux articles pour ses média.

Le Forum économique mondial globaliste de Davos proclame la nécessité d’atteindre un objectif mondial de « zéro carbone net » d’ici 2050. Cela semble pour la plupart loin dans l’avenir et donc largement ignoré. Pourtant, les transformations en cours de l’Allemagne aux États-Unis, à d’innombrables autres économies, préparent le terrain pour la création de ce qu’on appelait dans les années 1970 le Nouvel Ordre Économique International. En réalité, c’est un modèle pour un corporatisme totalitaire technocratique mondial, qui promet un chômage énorme, une désindustrialisation et un effondrement économique à dessein. Considérez un peu d’arrière-plan. Le Forum économique mondial (FEM) de Klaus Schwab fait actuellement la promotion de son thème de prédilection, la grande réinitialisation de l’économie mondiale. La clé de tout cela est de comprendre ce que les mondialistes entendent par Net Zero Carbon d’ici 2050. L’UE est en tête de la course, avec un plan audacieux pour devenir le premier continent « neutre en carbone » au monde d’ici 2050 et réduire ses émissions de CO2 d’au moins 55 % d’ici 2030.

Dans un article publié en août 2020 sur son blog, le tsar mondial autoproclamé des vaccins, Bill Gates, a écrit à propos de la crise climatique à venir : « Aussi horrible que soit cette pandémie, le changement climatique pourrait être pire… La baisse relativement faible des émissions cette année fait un chose claire : nous ne pouvons pas atteindre zéro émission simplement — ou même principalement — en volant et en conduisant moins. »

Avec un quasi-monopole sur les médias grand public ainsi que sur les médias sociaux, le lobby du réchauffement climatique a été en mesure d’amener une grande partie du monde à supposer que le meilleur pour l’humanité est d’éliminer les hydrocarbures, y compris le pétrole, le gaz naturel, le charbon et même l’électricité nucléaire « sans carbone » d’ici 2050, pour nous faire espérer pouvoir éviter une augmentation de 1,5 à 2 degrés centigrades de la température moyenne mondiale. Il n’y a qu’un seul problème avec cela. C’est la couverture d’un programme criminel inavoué.

Origines du « réchauffement climatique »

Beaucoup ont oublié la thèse scientifique originale avancée pour justifier un changement radical de nos sources d’énergie. Ce n’était pas le « changement climatique ». Le climat de la Terre est en constante évolution, corrélé aux changements d’émission d’éruptions solaires ou de cycles de taches solaires affectant le climat de la Terre. Au tournant du millénaire, alors que le précédent cycle de réchauffement solaire n’était plus évident, Al Gore et d’autres ont déplacé le récit dans un tour de passe-passe linguistique de « Réchauffement climatique » vers le « Changement climatique ». Maintenant, le récit de la peur est devenu si absurde que chaque événement météorologique anormal est traité comme une « crise climatique ». Chaque ouragan ou tempête hivernale est revendiqué comme preuve que les dieux du climat nous punissent, les humains pécheurs émettant du CO2.

Mais attendez. Toute la raison de la transition vers des sources d’énergie alternatives telles que l’énergie solaire ou éolienne, et l’abandon des sources d’énergie à base de carbone, est leur affirmation selon laquelle le CO2 est un gaz à effet de serre qui monte d’une manière ou d’une autre dans l’atmosphère où il forme une couverture censée réchauffer la Terre en dessous. — Le réchauffement climatique. Selon l’Agence américaine de protection de l’environnement, les émissions de gaz à effet de serre proviennent principalement du CO2. D’où l’accent mis sur les « empreintes carbone ».

Ce qui n’est presque jamais dit, c’est que le CO2 ne peut pas monter dans l’atmosphère à partir des gaz d’échappement des voitures, des centrales au charbon ou d’autres origines artificielles. Le dioxyde de carbone n’est pas du carbone ou de la suie. C’est un gaz invisible et inodore essentiel à la photosynthèse des plantes et à toutes les formes de vie sur terre, y compris nous. Le CO2 a un poids moléculaire d’un peu plus de 44 tandis que l’air (principalement l’oxygène et l’azote) a un poids moléculaire de seulement 29. La densité du CO2 est environ 1,5 fois supérieure à celle de l’air. Cela suggérerait que les gaz d’échappement de CO2 des véhicules ou des centrales électriques ne montent pas dans l’atmosphère à environ 12 miles ou plus au-dessus de la Terre pour former l’effet de serre redouté.

À propos de Maurice Strong

Pour apprécier quelle action criminelle se déroule aujourd’hui autour de Gates, Schwab et des partisans d’une économie mondiale prétendument « durable », il faut remonter à 1968 lorsque David Rockefeller et ses amis ont créé un mouvement autour de l’idée que la consommation humaine et la croissance démographique étaient le principal problème du monde. Rockefeller, dont la richesse était basée sur le pétrole, a créé le Club néo-malthusien de Rome dans la villa Rockefeller à Bellagio, en Italie. Leur premier projet était de financer une étude indésirable au MIT appelée The Limits to Growth en 1972.

L’un des principaux organisateurs du programme de « croissance zéro » de Rockefeller au début des années 1970 était son ami de longue date, un pétrolier canadien nommé Maurice Strong, également membre du Club de Rome. En 1971, Strong a été nommé sous-secrétaire des Nations Unies et secrétaire général de la conférence du Jour de la Terre à Stockholm en juin 1972. Il était également administrateur de la Fondation Rockefeller. (Lire: « La Société fabienne: les maîtres de la subversion démasqués »)

Maurice Strong a été l’un des premiers propagateurs clés de la théorie scientifiquement infondée selon laquelle les émissions d’origine humaine des véhicules de transport, des centrales au charbon et de l’agriculture ont provoqué une augmentation dramatique et accélérée de la température mondiale qui menace la civilisation, ce que l’on appelle le réchauffement climatique. Il a inventé le terme élastique « développement durable ».

En tant que président de la Conférence de Stockholm des Nations Unies sur le Jour de la Terre en 1972, Strong a encouragé la réduction de la population et l’abaissement du niveau de vie dans le monde pour « sauver l’environnement ». Quelques années plus tard, le même Strong déclara :

« Le seul espoir pour la planète n’est-il pas que les civilisations industrialisées s’effondrent ? N’est-il pas de notre responsabilité d’y parvenir ? »

C’est l’ordre du jour connu aujourd’hui sous le nom de Grande réinitialisation ou Agenda 2030 des Nations Unies. Strong a ensuite créé le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), un organe politique qui avance l’affirmation non prouvée que les émissions de CO2 d’origine humaine étaient sur le point de faire basculer notre monde dans catastrophe écologique irréversible.

Le co-fondateur du Club de Rome, le Dr Alexander King, a admis la fraude essentielle de leur programme environnemental quelques années plus tard dans son livre, The First Global Revolution. Il a déclaré : « En cherchant un nouvel ennemi pour nous unir, nous avons eu l’idée que la pollution, la menace du réchauffement climatique, les pénuries d’eau, la famine, etc. feraient l’affaire… Tous ces dangers sont causés par l’intervention humaine et ce n’est que par des attitudes et des comportements modifiés qu’ils peuvent être surmontés. Le véritable ennemi est donc l’humanité elle-même. »

King a admis que la « menace du réchauffement climatique » n’était qu’un stratagème pour justifier une attaque contre « l’humanité elle-même ». C’est maintenant en train d’être déployé comme la grande réinitialisation et la ruse du « Net Zero Carbon ».

Maurice Strong en compagnie du Premier ministre du Canada Pierre Elliot Trudeau
Le conspirateur New Age, Maurice Strong, avec le Premier ministre du Canada Pierre Elliot Trudeau.

Catastrophe énergétique alternative

En 2011, sur les conseils de Joachim Schnellnhuber, du Potsdam Institute for Climate Impact Research (PIK), Angela Merkel et le gouvernement allemand ont imposé une interdiction totale de l’électricité nucléaire d’ici 2022, dans le cadre d’une stratégie gouvernementale de 2001 appelée Energiewende ou Energy Turn, pour s’appuyer sur l’énergie solaire et éolienne et d’autres « renouvelables ». L’objectif était de faire de l’Allemagne la première nation industrielle à être « neutre en carbone ».

La stratégie a été une catastrophe économique. De l’un des réseaux de production électrique les plus stables et les plus fiables du monde industriel, l’Allemagne est aujourd’hui devenue le générateur électrique le plus cher au monde. Selon l’association allemande de l’industrie énergétique BDEW, au plus tard en 2023, date de la fermeture de la dernière centrale nucléaire, l’Allemagne sera confrontée à des pénuries d’électricité. Dans le même temps, le charbon, la plus grande source d’énergie électrique, est progressivement supprimé pour atteindre le « Net Zero Carbon ». Les industries traditionnelles à forte intensité énergétique telles que l’acier, la production de verre, les produits chimiques de base, la fabrication de papier et de ciment, sont confrontées à une flambée des coûts et à des fermetures ou à des délocalisations et à la perte de millions d’emplois qualifiés. L’éolien et le solaire, peu énergivores, coûtent aujourd’hui quelque 7 à 9 fois plus cher que le gaz.

L’Allemagne a peu de soleil par rapport aux pays tropicaux, le vent est donc considéré comme la principale source d’énergie verte. Il y a un énorme apport de béton et d’aluminium nécessaire pour produire des parcs solaires ou éoliens. Cela nécessite une énergie bon marché – gaz, charbon ou nucléaire – pour produire. Au fur et à mesure que cela est éliminé, le coût devient prohibitif, même sans « taxe sur le carbone » ajoutée.

L’Allemagne compte déjà quelque 30 000 éoliennes, plus que partout ailleurs dans l’Union européenne. Les gigantesques éoliennes ont de sérieux problèmes de bruit ou d’infrasons pour la santé des résidents à proximité des énormes structures et des dommages causés par les intempéries et les oiseaux. D’ici 2025, on estime que 25 % des éoliennes allemandes existantes devront être remplacées et l’élimination des déchets est un problème colossal. Les entreprises sont poursuivies alors que les citoyens réalisent à quel point elles sont catastrophiques. Pour atteindre les objectifs d’ici 2030, la Deutsche Bank a récemment admis que l’État devra créer une « dictature écologique ».

Dans le même temps, la poussée allemande pour mettre fin au transport de l’essence ou du diesel d’ici 2035 en faveur des véhicules électriques est en passe de détruire l’industrie la plus importante et la plus rentable d’Allemagne, le secteur automobile, et de supprimer des millions d’emplois. Les véhicules alimentés par batterie lithium-ion ont une « empreinte carbone » totale lorsque les effets de l’extraction du lithium et de la production de toutes les pièces sont inclus, ce qui est pire que les voitures diesel. Et la quantité d’électricité supplémentaire nécessaire pour une Allemagne zéro carbone d’ici 2050 serait bien supérieure à ce qu’elle est aujourd’hui, car des millions de chargeurs de batterie auront besoin d’électricité du réseau avec une alimentation fiable. Maintenant, l’Allemagne et l’UE commencent à imposer de nouvelles « taxes sur le carbone », prétendument pour financer la transition vers le zéro carbone. Les taxes ne feront que rendre l’électricité et l’énergie encore plus chères, assurant un effondrement plus rapide de l’industrie allemande.

Dépeuplement

Selon ceux qui avancent l’agenda Zéro Carbone, c’est exactement ce qu’ils souhaitent : la désindustrialisation des économies les plus avancées, une stratégie calculée sur plusieurs décennies comme l’a dit Maurice Strong, pour provoquer l’effondrement des civilisations industrialisées.

Faire reculer l’économie industrielle mondiale actuelle vers une dystopie du chauffage au bois et des moulins à vent où les pannes d’électricité deviennent la norme comme aujourd’hui en Californie, est un élément essentiel d’une transformation de grande réinitialisation dans le cadre de l’Agenda 2030 : Pacte mondial des Nations Unies pour la durabilité.

Le conseiller climatique de Merkel, Joachim Schnellnhuber, un athée, a présenté en 2015 l’agenda vert radical du pape François, la lettre encyclique Laudato si’, en tant que membre de l’Académie pontificale des sciences. Et il a conseillé l’UE sur son agenda vert. Dans une interview de 2015, Schnellnhuber a déclaré que la « science » a maintenant déterminé que la capacité de charge maximale d’une population humaine « durable » était d’environ six milliards de personnes en moins : « De manière très cynique, c’est un triomphe pour la science car nous avons enfin stabilisé quelque chose – à savoir les estimations de la capacité de charge de la planète, à savoir moins d’un milliard de personnes. »

Pour ce faire, le monde industrialisé doit être démantelé. Christiana Figueres, contributrice à l’agenda du Forum économique mondial et ancienne secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, a révélé le véritable objectif de l’agenda climatique des Nations Unies lors d’une conférence de presse à Bruxelles en février 2015 où elle a déclaré : « C’est la première fois dans l’histoire que nous nous fixons la tâche de changer intentionnellement le modèle de développement économique qui a régné depuis la révolution industrielle. »

Les propos de Figueres en 2015 sont repris aujourd’hui par le président français Macron lors de l’« Agenda de Davos » du Forum économique mondial de janvier 2021, où il a affirmé que « dans les circonstances actuelles, le modèle capitaliste et l’économie ouverte ne sont plus réalisables ». Macron, un ancien banquier des Rothschild, a affirmé que « la seule façon de sortir de cette épidémie est de créer une économie davantage axée sur l’élimination du fossé entre les riches et les pauvres ». Merkel, Macron, Gates, Schwab et leurs amis le feront en ramenant le niveau de vie en Allemagne et dans l’OCDE à celui de l’Éthiopie ou du Soudan. C’est leur dystopie zéro carbone. Limiter sévèrement les déplacements en avion, en voiture, les déplacements de personnes, en fermant les industries « polluantes », le tout pour réduire les émissions de CO2. Il est étonnant de voir à quel point la pandémie de coronavirus ouvre la voie à la Grande Réinitialisation et à l’Agenda 2030 des Nations Unies « Net Zero Carbon ».


À propos de Frederick William Engdahl

F. William Engdahl

F. William Engdahl est un analyste géopolitique primé, consultant en risques stratégiques, auteur, professeur et conférencier. Il fait des recherches et écrit sur la scène politique mondiale depuis plus de trente ans. Ses divers livres sur la géopolitique — l’interaction entre la politique internationale du pouvoir, l’économie et la géographie — ont été traduits en 14 langues étrangères du chinois au français, de l’allemand au japonais.

Ses œuvres les plus récentes retracent les stratégies et les événements qui ont conduit à la montée des États-Unis en tant que superpuissance internationale. Il décrit l’émergence après 1945 d’une puissance américaine comme un nouveau type d’empire non pas basé sur la seule occupation militaire des terres, mais sur le contrôle des ressources vitales. La domination se faisait par la création d’un empire informel où le contrôle de la finance, de la chaîne alimentaire de base, de l’énergie, surtout du pétrole, serait la base de ce qui allait devenir la plus grande concentration de pouvoir de l’histoire, une superpuissance américaine unique après l’effondrement de l’Union soviétique.

Né dans le Minnesota, William Engdahl a grandi au Texas. Après avoir obtenu un diplôme en politique à l’Université de Princeton et des études supérieures en économie comparée à l’Université de Stockholm, il a travaillé comme économiste et journaliste d’investigation indépendant à New York et en Europe.

Il a donné des conférences sur la géopolitique contemporaine en tant que professeur invité à l’Université de technologie chimique de Pékin et donne des conférences et des séminaires privés dans le monde entier sur différents aspects de l’économie et de la politique en mettant l’accent sur le risque politique. Il a donné des conférences à la Conférence du ministère de la Science et de la Technologie sur les énergies alternatives, à Pékin ; au Centre d’études sur les politiques énergétiques de Londres de l’honotable Cheikh Zaki Yamani ; au Conseil des affaires turco-eurasien d’Istanbul, au Forum mondial des investisseurs (GIF) à Montreaux en Suisse ; à la Banque Negara Indonésie ; à l’Institut russe d’études stratégiques ; au ministère chinois des Sciences et de la Technologie (MOST), la Chambre croate de commerce et d’économie.

F. William Engdahl contribue également régulièrement à un certain nombre de publications internationales sur l’économie et les affaires politiques, notamment Asia Times, 321.gold.com, FinancialSense.com, The Real NewsRT.comOpEdgeRT TVAsia Inc.GlobalResearch.com, le magazine japonais Nihon Keizai Shimbun et Foresight. Il a fréquemment collaboré au New York Grant’sInvestor.comEuropean Banker and Business Banker InternationalGlobus en Croatie, et a été interviewé sur divers sujets géopolitiques dans de nombreuses émissions de télévision et de radio internationales, y compris USA Coast-to-Coast avec George Noory, Al Jazeera, CCTV et Sina.com (Chine), Korea Broadcasting System (KBS) et Channel 1 Russian TV.

William est chercheur associé au Centre de recherche sur la mondialisation de Michel Chossudovsky à Montréal, Canada et membre du comité de rédaction du magazine Eurasia. Il vit actuellement en Allemagne et en plus d’écrire et de donner des interviews sur l’actualité, il consulte en tant qu’économiste du risque politique pour diverses organisations privées, de grandes banques européennes et des groupes d’investisseurs privés.

DICTATURE EN VUE : Conférence de presse du premier ministre du Canada Justin Trudeau et de la vice première ministre du Canada Christia Freeland, mercredi le 6 octobre 2021.


« Vous lire et vous suivre dans tous vos écrits c’est entrer dans le ROC de la raison et en vérité. Je me réjouirais toujours de votre courage et dévouement charitable. »

Paul Philippe

« Je viens de terminer votre livre La société Fabienne M. Boulianne. Ça m’a donné un coup, mais plus que jamais j’ai compris qu’il ne fallait plus croire mais savoir. Merci pour tout ce travail de recherche et pour le contenu. » 💙

Patrick Pic

« Merci pour votre travail. Vous êtes notre Serge Monast des temps modernes. »

Olivier Morin

2 réflexions au sujet de « La grande conspiration criminelle de Davos du “zéro carbone” est le modèle du corporatisme totalitaire et technocratique des mondialistes »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s