Un raid du FBI au domicile du fondateur et PDG de Project Veritas suscite des questions sur la liberté de la presse – Message de James O’Keefe

Les efforts de l’administration Biden pour s’imposer comme un champion engagé de la liberté de la presse sont confrontés à de nouveaux doutes en raison des tactiques juridiques agressives du ministère de la Justice contre un provocateur conservateur connu pour ses prises de caméras cachées. Un raid du FBI avant l’aube le week-end dernier contre le fondateur de Project Veritas James O’Keefe et des raids similaires sur certains de ses associés ont alarmé certains partisans du Premier Amendement de la Constitution des États-Unis, qui soutiennent que les procureurs semblent avoir foulé aux pieds les politiques médiatiques du ministère de la Justice et une loi fédérale protégeant les journalistes.

Ajout au drame entourant l’épreuve de force du tribunal de brassage : cela découle d’une enquête politiquement sensible sur le vol présumé du journal intime de la fille du président Joe Biden, Ashley. Ce document est arrivé entre les mains de l’organisation d’O’Keefe, Project Veritas, qui n’a jamais rien publié sur le sujet et a finalement remis le document à la police.

Une enquête fédérale qui a suivi a abouti à une descente du FBI au domicile d’O’Keefe dans le comté de Westchester, New York, samedi dernier à 6 heures du matin pour saisir ses téléphones portables conformément à une ordonnance du tribunal. O’Keefe dit qu’il se tenait menotté en sous-vêtements dans un couloir alors que près d’une douzaine d’agents — dont un portant un bélier — cherchaient les téléphones. L’épisode politiquement chargé s’annonce comme un premier test des vœux de Biden et du procureur général Merrick Garland de montrer un plus grand respect pour les médias et de s’éloigner de l’approche conflictuelle, souvent hostile, privilégiée par l’ancien président Donald Trump et son administration.

Les avocats d’O’Keefe se sont plaints cette semaine à un juge fédéral que le raid lui avait injustement refusé les protections juridiques accordées aux journalistes. « L’utilisation par le ministère de la Justice d’un mandat de perquisition pour saisir les notes et le produit du travail d’un journaliste viole des décennies de précédents établis de la Cour suprême », a écrit l’avocat d’O’Keefe, Paul Calli, aux procureurs. Les avocats d’O’Keefe exigent que le tribunal nomme un maître spécial pour superviser l’examen des informations sur ses téléphones, qui, selon eux, contiennent des détails sensibles sur des sources confidentielles, ainsi qu’une communication privilégiée avec les avocats de Project Veritas.


« Le Congrès ne fera aucune loi qui touche l’établissement ou interdise le libre exercice d’une religion, ni qui restreigne la liberté de parole ou de la presse, ou le droit qu’a le peuple de s’assembler paisiblement et d’adresser des pétitions au gouvernement pour le redressement de ses griefs. »

Premier amendement de la Constitution des États-Unis

Un message du fondateur et PDG de Project Veritas, James O’Keefe

Je me suis réveillé en apprenant que les appartements et les maisons des journalistes du Project Veritas, ou d’anciens journalistes, avaient été perquisitionnés par des agents du FBI. Il semble que le district sud de New York ait désormais des journalistes en ligne de mire pour le prétendu « crime » de faire leur travail légalement et honnêtement. Ou du moins, ce journaliste.

J’ai dû réfléchir longuement et sérieusement avant de faire cette déclaration. C’est une décision que moi seul peux prendre. Ils ne veulent pas que je me défende et ont immédiatement essayé de me faire taire. C’est pourquoi la lettre d’accompagnement pour la citation à comparaître du grand jury que nous avons reçue contient ce langage :

Le gouvernement vous demande par la présente de vous abstenir volontairement de divulguer l’existence de l’assignation à un tiers. Bien que vous n’ayez aucune obligation de vous conformer à notre demande, nous vous demandons de ne faire aucune divulgation afin de préserver la confidentialité de l’enquête et parce que la divulgation de l’existence de cette enquête pourrait interférer et entraver l’enquête.

Mais alors que le ministère de la Justice nous a demandé de ne pas divulguer l’existence de l’assignation, quelque chose de très inhabituel s’est produit. Moins d’une heure après la perquisition secrète du domicile de l’un de nos journalistes par le FBI, le New York Times, que nous poursuivons actuellement pour diffamation, a contacté le journaliste de Project Veritas pour obtenir ses commentaires. Nous ne savons pas comment le New York Times était au courant de l’exécution d’un mandat de perquisition au domicile de notre journaliste, ou de l’objet du mandat de perquisition, car une enquête du Grand Jury est secrète.

Le FBI a pris des documents d’anciens et actuels journalistes de Veritas malgré le fait que notre équipe juridique a précédemment contacté le ministère de la Justice et a volontairement transmis des faits inattaquables qui démontrent l’absence d’implication de Project Veritas dans des activités criminelles et/ou des intentions criminelles. Comme tout journaliste, nous traitons régulièrement la réception d’informations sources et prenons des mesures pour vérifier leur authenticité, leur légalité et leur actualité. Nos efforts étaient du ressort d’un journalisme responsable et éthique et nous ne doutons pas que Project Veritas a agi correctement à chaque étape.

Cependant, il semble que le journalisme lui-même puisse maintenant être jugé.

À la fin de l’année dernière, nous avons été approchés par des informateurs affirmant qu’ils avaient une copie du journal d’Ashley Biden. Nous n’avions jamais rencontré ou entendu parler des pronostiqueurs. Les informateurs ont indiqué que le journal avait été abandonné dans une pièce dans laquelle Mme Biden avait séjourné à l’époque, et dans laquelle les informateurs sont restés temporairement après que Mme Biden a quitté la pièce. Les informateurs ont indiqué que le journal contenait des allégations explosives contre le candidat de l’époque, Joe Biden. Les informateurs ont indiqué qu’ils étaient en train de négocier avec un autre média pour le paiement d’argent pour le journal. Les informateurs étaient représentés par des avocats qui ont mené les négociations avec Project Veritas.

Nous avons enquêté sur les allégations qui nous ont été fournies, comme le font les journalistes. Nous avons pris des mesures pour corroborer l’authenticité du journal. En fin de compte, nous avons pris la décision éthique que parce que, en partie, nous ne pouvions pas déterminer si le journal était réel, si le journal appartenait en fait à Ashley Biden, ou si le contenu du journal avait eu lieu, nous ne pouvions pas publier le journal et toute partie de celui-ci. Nous avons tenté de rendre le journal à un avocat représentant Mme Biden, mais cet avocat a refusé de l’authentifier. Project Veritas a remis le journal aux forces de l’ordre pour s’assurer qu’il puisse être restitué à son propriétaire légitime. Nous ne l’avons jamais publié.

Maintenant, le ministère de la Justice du père de Mme Biden, en particulier le bureau du procureur des États-Unis pour le district sud de New York, semble enquêter sur la situation, affirmant que le journal a été volé. Nous ne savons pas si c’était le cas, mais cela soulève la question suivante : dans quel monde le vol présumé d’un journal intime est-il enquêté par le FBI du président et son ministère de la Justice ? Un journal ! Cette enquête fédérale sent la politique. Project Veritas n’a jamais menacé ou engagé dans une quelconque conduite illégale.

Si le district sud de New York essaie de retirer nos droits du premier amendement de découvrir et de publier des histoires dignes d’intérêt sans intimidation du gouvernement, soyez assuré que Project Veritas ne reculera pas.

Lettre du sénateur Tom Cotton au procureur général américain Merrick Garland.
Rien ne s’arrête à Project Veritas.

Laisse moi être clair. Notre mission est de servir le droit du public à savoir en éclairant, révélant et exposant des informations que d’autres souhaitent cacher pour de mauvaises raisons. Pour citer Lord Acton, nous pensons que tout ce qui est gardé secret dégénère. Nous ne trompons ni ne dissimulons. Nous enquêtons sur les faits et les informations potentiellement dignes d’intérêt. Parfois, comme c’était le cas ici, après enquête, nous décidons de ne pas publier un reportage. Le projet Veritas fonctionnera à partir de rien, et nous ne nous cacherons de rien. Nous existons dans le seul but de découvrir et de révéler la vérité, dans l’espoir de rendre le monde plus transparent.

Ce n’est pas la première fois que nous sommes attaqués et ce ne sera pas la dernière. Nous savons pourquoi. Nous avons enquêté sur des personnes puissantes et, à bien des égards, nous sommes la pointe de la lance, mais nous n’enfreignons jamais la loi. Notre règle est d’agir comme s’il y avait 12 jurés sur nos épaules tout le temps. La vérité nous justifiera.

Lorsque le FBI et le district sud de New York s’emparent des cahiers des journalistes, il ne s’agit pas seulement d’une attaque contre Project Veritas. C’est une attaque contre chaque Américain et notre droit sacré à la liberté d’expression et à une presse libre. Le premier amendement est d’abord pour une raison : il garantit tous les autres droits qui suivent, car il s’agit de responsabilité. Sans responsabilité, la liberté elle-même est une illusion.

Alors, la grande question est : est-ce un indicateur dans la direction que prend l’Amérique ?

Nous sommes allés bien au-delà de la politique partisane dans ce pays. Ils nous demandent de nous concentrer sur nos divisions. Ils ne nous demandent pas de nous concentrer sur les choses qui nous unissent. Ce qui nous unit est tellement plus puissant que ce qui nous divise.

Le premier amendement n’a pas seulement d’importance pour les gens d’un côté. Cela compte pour les gens de tous les côtés.

C’est pourquoi j’appelle tous les Américains, et en particulier tous les journalistes, à défendre avec nous le droit à la liberté d’expression, la liberté de la presse, et à envoyer le message que la politique de la peur ne prévaudra pas aux États-Unis d’Amérique.


Message reçu de la part de Project Veritas, le 15 novembre 2021 : « Le Comité des journalistes pour la liberté de la presse prend la défense de Project Veritas ! » (Telegram) :



Anthologie2020PUB007


« Félicitations et honneur à vous Monsieur Boulianne pour ce titre dans le monde périlleux du vrai Grand journalisme tellement nécessaire et que nous apprécions. »

Paul Philippe

« Je vous remercie de faire entendre au monde francophone une véritable voix de bon sens et de vérité. Dans un monde de mensonges et de tromperie systématiques, cela ne peut tenir qu’à votre courage (cœur rage) et votre sens aigu de l’exactitude. »

Jean Michaël Drouin

« Un sincère merci de communiquer vos captivants articles par courriel au lieu de par l’intermédiaire des réseaux sociaux. Encore une fois BRAVO, il ne faut surtout pas lâcher! »

Céline Lagacé