Ceci devrait vous alerter ! Le Dr Fauci admet que les vaccins n’ont pas fonctionné comme prévu et que les vaccinés sont eux-mêmes en danger

Comme l’écrit Jim Hoft dans le webzine The Gateway Pundit, il devrait être clair maintenant que la pandémie ne prendra pas fin tant que le Dr Anthony Fauci ne sera pas retiré et remplacé. Pendant plus d’un an, le Dr Fauci a bloqué les traitements efficaces et promis trop de vaccins inefficaces. Mais au moins, Big Pharma a réalisé des bénéfices records. Le 12 novembre dernier, le Dr Fauci a déclaré au podcast du New York Times que les vaccins n’avaient pas fonctionné comme annoncé et que les Américains étaient en danger en raison de la baisse de leur immunité. Comme solution à ce problème, le Dr Fauci encourage bien sûr plus d’injections. Quand est-ce que cela se terminera ?

Le 12 novembre, le conseiller COVID de la Maison Blanche Anthony Fauci est allé sur le podcast du New York Times The Daily pour discuter de l’état actuel du coronavirus aux États-Unis. Selon Fauci, les autorités commencent maintenant à constater une diminution de l’immunité contre l’infection et l’hospitalisation plusieurs mois après la vaccination initiale. L’expert en maladies infectieuses a souligné les données entrantes d’Israël, qui, selon lui, ont tendance à avoir environ un mois à un mois et demi d’avance en termes d’épidémie. « Ils constatent une diminution de l’immunité non seulement contre l’infection mais contre l’hospitalisation et dans une certaine mesure la mort, qui commence maintenant à concerner tous les groupes d’âge. Il n’y a pas que les personnes âgées », a déclaré Fauci. « Cela diminue au point que vous voyez de plus en plus de personnes contracter des infections de percée, et de plus en plus de personnes qui contractent des infections de percée se retrouvent à l’hôpital. »

À la suite de ces résultats, Fauci a averti que les personnes vaccinées devraient recevoir leur rappel, car cela pourrait en fait être plus important que les responsables de la santé ne l’avaient d’abord réalisé. « Si l’on regarde en arrière, on peut dire, savez-vous, ce n’est pas comme si un rappel était un bonus, mais un rappel pourrait en fait être une partie essentielle du régime primaire que les gens devraient avoir », a-t-il déclaré sur The Daily. Fauci a poursuivi en disant : « Je pense … que le renforcement va être un élément absolument essentiel de notre réponse, pas un bonus, pas un luxe, mais une partie absolument essentielle du programme. »


Une entrevue avec le Dr Anthony Fauci

Le plus haut responsable américain des maladies infectieuses discute de l’état du coronavirus, des injections de rappel, des mandats et de la fin de la pandémie.

Michel Barbaro : Du New York Times, je suis Michael Barbaro. C’est The Daily. Dans l’émission d’hier, nous avons exploré les défis profonds auxquels sont confrontés les responsables locaux de la santé publique alors qu’ils tentent de lutter contre la Covid-19. Aujourd’hui, nous discutons avec le principal responsable de la santé publique du pays, le Dr Anthony Fauci, de la façon dont il voit ce moment, à la fois pour la pandémie et sa profession. C’est le vendredi 12 novembre.

Dr Fauci, hé, c’est Michael Barbaro. Comment ca va?

Dr Anthony S. Fauci : Je vais bien, Michel. Attends, tu viens de me faire sauter de mon siège.

Michel Barbaro : Oh je suis désolé. Eh bien, merci d’avoir pris du temps pour nous.

Dr Anthony S. Fauci : Mon plaisir.

Michel Barbaro : Docteur Fauci, c’est très utile, quand on parle de Covid-19, de s’orienter là où on en est. Alors juste pour commencer les choses, dans les termes les plus simples, où en sommes-nous actuellement dans cette pandémie, aux États-Unis ? Quels mots utiliseriez-vous pour décrire cela?

Dr Anthony S. Fauci : Eh bien, probablement, ce serait un sac mélangé penché vers le positif, par opposition au négatif.

Michel Barbaro : Pourquoi vers le positif ?

Dr Anthony S. Fauci : Eh bien, parce que nous avons eu une poussée majeure que nous avons culminée et que nous commençons à redescendre positivement. Le point positif est que nous avons un programme de mise en œuvre des vaccins qui a généralement très bien fonctionné, même si je serais heureux d’expliquer plus en détail pourquoi ce n’est pas exactement là où j’aimerais le voir. Troisièmement, nous avons maintenant l’approbation des vaccins pour les enfants, qui sont un élément important de tout cela.

Nous avons montré que les boosters sont sûrs et efficaces pour augmenter considérablement la réponse, non seulement immunologiquement, mais aussi, lorsque vous regardez les données cliniques d’Israël. Il est très clair que cela inverse une partie de l’effet décroissant que vous voyez chez les personnes qui ont été vaccinées pendant six mois ou plus. Maintenant, ce qui donne à réfléchir un peu, c’est que lorsque vous regardez la déviation de la courbe, elle commence à se stabiliser.

Michel Barbaro : Et qu’entendez-vous par déviation de la courbe, juste pour que je comprenne ?

Dr Anthony S. Fauci : Oui. Quand vous arrivez à un sommet et que vous arrivez au sommet, elle commence à descendre. Et la netteté et la raideur avec laquelle elle descend, plus c’est raide, mieux c’est. Plus ça descend, mieux c’est.

Michel Barbaro : Exact.

Dr Anthony S. Fauci : Lorsque cela commence à ne pas devenir si raide puis à se stabiliser, vous pourriez vous retrouver dans la situation inconfortable où vous vous plaignez où nous en sommes actuellement, à savoir environ 70 000 à 73 000 cas par jour, ce qui n’est évidemment pas optimal, mais est également une configuration pour avoir une résurgence sur cette ligne de base très élevée.

Michel Barbaro : Eh bien, pouvons-nous parler de l’emplacement des données et de la courbe ? Parce que vous appelez cela dégrisant, et la raison pour laquelle cela donne à réfléchir est que lorsque vous vérifiez ces graphiques, et nous le faisons sur le site Web du Times — je suis sûr que vous le faites tous les jours sur votre propre système — les taux d’infection, les taux d’hospitalisation, voire les taux de mortalité pour le moment sont plus ou moins les mêmes qu’en novembre dernier, malgré la large disponibilité des vaccins et malgré le fait que 2/3 des américains ont été vaccinés.

Donc, vous appelez cela dégrisant. Je pense que pour beaucoup qui regardent ces chiffres, c’est un peu déroutant. Pourquoi la situation est-elle de 75 000 infections par jour ou d’une moyenne mobile sur sept jours, alors que nous sommes dans ces conditions qui devraient être bien meilleures un an plus tard.

Dr Anthony S. Fauci : Eh bien, Michael, c’est un problème compliqué, et il y a d’autres facteurs en jeu qui n’étaient pas en jeu lors des pics précédents.

Michel Barbaro : Comme quoi?

Dr Anthony S. Fauci : Permettez-moi d’en parcourir quelques-uns. Tout d’abord, ce que vous avez en ce moment, c’est la variante Delta. Ce qui est vraiment, vraiment une espèce différente ici. Cette variante a une capacité extraordinaire de se propager d’une personne à l’autre. Vous avez cela comme facteur, un ennemi redoutable auquel vous avez affaire, si vous voulez devenir métaphorique à ce sujet. Deuxièmement, vous avez environ 60 millions de personnes dans le pays qui ne sont pas vaccinées, bien qu’elles soient éligibles pour être vaccinées.

Point numéro trois, nous voyons quelque chose de vraiment intéressant, et j’aimerais en discuter un peu plus avec vous dans un instant. C’est-à-dire que nous commençons à voir une immunité décroissante contre l’infection et une immunité décroissante au début contre l’hospitalisation.

Et si vous regardez Israël, qui a toujours eu un mois à un mois et demi d’avance sur nous dans la dynamique de l’épidémie, dans sa réponse vaccinale et dans tous les autres éléments de l’épidémie. Ils constatent une diminution de l’immunité, non seulement contre l’infection, mais contre les hospitalisations et dans une certaine mesure, la mort, qui commence maintenant à concerner toutes les tranches d’âge. Il n’y a pas que les personnes âgées. Donc si on regarde ça en arrière, on peut se dire, savez-vous, ce n’est pas comme si un booster était un bonus.

Mais un rappel pourrait en fait être une partie essentielle du régime primaire que les gens devraient avoir.

Michel Barbaro : C’est intéressant. C’est ce que tu dis ? Il ne faut pas le voir comme un bonus. Cela devrait être vu sur la base de cette immunité décroissante —

Dr Anthony S. Fauci : Exact.

Michel Barbaro : — dans le cadre de notre réflexion sur les vaccinations de base ?

Dr Anthony S. Fauci : Je pense qu’en fin de compte, alors que nous parvenons à stimuler l’écrasante majorité des personnes qui ont été principalement vaccinées, nous allons dire, tout comme d’autres vaccins qui nécessitent des doses multiples — comme l’hépatite B, comme certaines des vaccinations infantiles — que c’est probable. Et je fais ma propre projection personnelle en tant qu’immunologue et spécialiste des maladies infectieuses, nous n’avons pas encore la preuve.

La preuve du pudding sera après que vous ayez vacciné et boosté les gens, et nous avons une plus grande durabilité de la protection qui ne diminue pas aussi facilement, nous pouvons réaliser que, vous savez, nous avons fait un premier et un coup de pouce parce que nous étions dans une urgence médicale, une urgence de santé publique. Nous n’avons pas eu le temps de faire une étude approfondie de phase 2a, phase 2b pour voir si deux doses valaient mieux que trois, si six mois valait mieux que huit mois. Nous avons juste fait avec ce que nous avions, et très franchement, cela a sauvé la vie de millions de personnes.

C’est pourquoi, je pense, si nous continuons à faire vacciner autant de personnes qui ne sont pas encore vaccinées du tout, et à booster agressivement les personnes qui ont été vaccinées, je pense que vous allez voir un schéma différent de celui que nous avons vu avec l’autre augmentation au cours des derniers mois.

Michel Barbaro : Donc, ce que vous décrivez est une stratégie à deux volets ici. Bien sûr, faire vacciner de plus en plus de personnes, et booster un maximum de personnes vaccinées.

Dr Anthony S. Fauci : Je pense, Michael, que le renforcement va être un élément absolument essentiel de notre réponse. Pas un bonus, pas un luxe, mais une partie absolument essentielle du programme.

Michel Barbaro : Mais vous savez que beaucoup de personnes avec qui vous travaillez, notamment à la F.D.A., ont dit qu’elles étaient sceptiques quant au boost. J’ai écouté une partie de l’audio des panels et la bataille à ce sujet. Ce n’est pas du tout un consensus dans ce monde, que le renforcement va devenir essentiel. Voulez-vous que ce soit le cas ou présentez-vous ce cas aux gens ?

Dr Anthony S. Fauci : Ce n’est pas ce que je veux et ce que je ne veux pas. C’est ce que c’est. Donc ça n’a rien à voir avec mes envies. Il s’agit simplement de regarder ce que je pense que vont s’avérer être les faits. En cela, si vous regardez ce qui s’est passé dans les pays qui ont été plus en avance sur nous, temporellement, vous voyez que cela s’estompe. Et cela diminue au point où vous voyez de plus en plus de personnes contracter des infections à percée, et de plus en plus de personnes qui contractent des infections à percée se retrouvent à l’hôpital.

Je pense donc que ce serait une fausse déclaration, Michael, de dire que les vaccins ne fonctionnent pas. Je ne pense pas que nous ayons donné toute latitude pour prouver ce dont vous avez besoin pour les faire fonctionner. Et c’est la raison pour laquelle je dis, encore une fois, c’est mon opinion scientifique et ma projection que les boosters seront une partie essentielle de la protection.

Michel Barbaro : Où cette conversation sur le renforcement s’intègre-t-elle avec la conversation que nous avons tous depuis longtemps sur les non vaccinés ?

Dr Anthony S. Fauci : Eh bien, cela rend la situation des non vaccinés encore plus problématique.

Michel Barbaro : Pourquoi?

Dr Anthony S. Fauci : Eh bien, parce que si vous avez une population d’individus vulnérables à l’infection, sans aucune protection contre un vaccin, vous donnez au virus de nombreuses possibilités de circuler, d’infecter même par le biais d’infections percées des personnes vaccinées. Et vous lui donnez la possibilité de muter pour éventuellement se développer en une nouvelle variante problématique.

Michel Barbaro : J’ai compris.

Dr Anthony S. Fauci : Maintenant, si vous pensez juste un instant à la dynamique du virus dans la communauté, quand vous avez des gens qui sont protégés par un vaccin, vous savez qu’aucun vaccin n’est à 100 pour cent protecteur. Donc, moins vous avez de virus dans la communauté, moins les personnes même vaccinées sont susceptibles de contracter une infection révolutionnaire. Mais lorsque vous inondez la communauté de 73 000 nouvelles infections chaque jour, cela met même les personnes vaccinées en danger.

Michel Barbaro : Exact. Permettez-moi de résumer ceci. Les personnes non vaccinées menacent d’infecter les personnes dont l’immunité diminue suite à une vaccination complète, c’est pourquoi vous suggérez qu’elles ont besoin de rappels. Mais quels sont les outils dont vous disposez à ce stade, en tant que principal expert en maladies infectieuses du pays, pour réduire le nombre de personnes non vaccinées ? Il semble, et corrigez-moi si je me trompe, que les outils les plus efficaces jusqu’à présent, pour ce groupe, sont les mandats. Est-ce correct?

Dr Anthony S. Fauci : Eh bien, je veux m’assurer de dire ceci, car à moins que vous ne suiviez pas ce qui se passe avec les choses que je dis, souvent, les gens le sortiront de leur contexte.

Michel Barbaro : Pas nous.

Dr Anthony S. Fauci : Moi non, mais les gens qui lisent et entendent ce que vous dites le sortent de leur contexte. Donc je ne dis pas que vous le faites. Je préférerais absolument qu’on n’ait pas à faire de mandats, parce que je pense qu’on devrait amener les gens à faire les choses d’eux-mêmes. Cependant, une chose que nous savons, c’est que les mandats fonctionnent. Ils ont fonctionné pour United Airlines.

Michel Barbaro : Exact.

Dr Anthony S. Fauci : Ils ont fonctionné pour le système hospitalier méthodiste de Houston. Ils ont fonctionné pour l’une des nombreuses organisations qui ont des mandats. Ils fonctionnent. Deuxièmement, conformément à ma préférence pour que les gens fassent des choses volontairement, quand vous pensez à la nature d’urgence d’une pandémie, vous, en tant qu’individu, êtes plus que quelqu’un qui est simplement dans le vide. Vous faites partie d’une communauté.

Et parfois, lorsque vous faites face à une situation, dans laquelle vous avez une situation très inhabituelle, vous devez recourir à des mesures inhabituelles. Et parfois, des mesures inhabituelles signifient que vous devez sacrifier votre propre sentiment d’avoir un contrôle absolu sur ce qui vous arrive avec ce qu’est le bien de la société. Je pense que les mandats entrent dans cette catégorie.

Michel Barbaro : Mais en ce moment, comme vous le savez, il y a une mosaïque de mandats. C’est compliqué. Donc, si vous êtes policier à New York, vous êtes obligé de vous faire vacciner. Si vous êtes un policier à Dallas, vous ne le faites pas. Si vous êtes un enfant d’une école publique d’un certain âge à L.A., vous devez être vacciné, mais pas si vous êtes à Chicago. Encore et encore. Donc, étant donné le succès des mandats jusqu’à présent — vous avez commencé à y faire allusion — idéalement, l’objectif ne devrait-il pas être d’avoir des mandats dans autant d’endroits, d’emplois et de milieux que possible en ce moment ? Alors, pourquoi n’y a-t-il pas plus de mandats ?

Dr Anthony S. Fauci : Eh bien, en raison de la nature sensible des mandats, il y a eu une réticence à l’égard de l’administration centrale, du gouvernement fédéral, de faire des mandats, donc cela a toujours été laissé au niveau local. Comme vous le savez, le gouvernement fédéral, ce que le président a dit, il peut exiger que les employés fédéraux soient vaccinés.

Michel Barbaro : Exact.

Dr Anthony S. Fauci : Il peut exiger que ceux qui reçoivent de l’argent de Medicare et de Medicaid soient obligés de se faire vacciner. Il peut dire, selon les règles de l’OSHA — qui ont la capacité de prendre certaines mesures lorsqu’il y a un danger clair et présent pour la main-d’œuvre — de dire aux organisations qui ont 100 employés ou plus qu’elles sont soit mandatées, soit testées régulièrement.

Mais la seule chose qui est claire, c’est que les mandats, je crois, auraient moins de recul au sens large s’ils étaient exécutés au niveau local. Parce que beaucoup de cela, par exemple, parmi les universités et les collèges, qui disent que vous voulez venir en classe en personne, vous devez vous faire vacciner. Il y a des organisations pour l’emploi qui font la même chose. Encore une fois, je veux m’assurer que les gens comprennent que ce n’est pas la meilleure voie à suivre.

Michel Barbaro : Mais je suppose que je veux m’assurer de comprendre pourquoi ce n’est pas votre préférence d’utiliser des mandats. Dans les études de cas qui ont été réalisées jusqu’à présent — Tyson Foods, United, les services de police municipaux, ils vont de taux assez dérisoires à des taux qui se situent au milieu des années 80, à 90 %. Alors pourquoi préférez-vous personnellement qu’il n’y ait pas de mandats ? Je suppose que je ne comprends pas bien.

Dr Anthony S. Fauci : Non, je suis un idéaliste. J’aimerais voir les gens faire les choses pour le bien commun de leur propre gré.

Michel Barbaro : Mais Dr. Fauci, je veux dire, le cas pragmatique serait que…

Dr Anthony S. Fauci : Exact. Je suis un idéaliste, mais je suis aussi assez réaliste. Et c’est la raison pour laquelle je soutiens les mandats. Alors assure-toi de bien me comprendre, Michael. Comprenez-moi bien si vous ne voulez pas déformer ce que je dis.

Michel Barbaro : Bien sûr.

Dr Anthony S. Fauci : Je préférerais que les gens le fassent de leur propre gré en raison de leur prise de conscience de leur responsabilité envers eux-mêmes, leur famille et la société. Si ça ne marche pas, je suis tout à fait favorable aux mandats.

Michel Barbaro : OK, donc juste pour présenter la prochaine étape de l’histoire du mandat, que se passe-t-il si les mandats ne fonctionnent pas ? Par exemple, le mandat de grande entreprise du président qui a maintenant été suspendu par les tribunaux. Et il y a des gouverneurs dans tout le pays, en particulier républicains, qui luttent contre ces mandats ou ont adopté des lois contre les mandats afin que le mandat au niveau local dont vous parlez ne se produise pas dans ces endroits. Donc, si les mandats ne font pas le travail pour atteindre la population non vaccinée dans le pays, quels outils vous reste-t-il alors ?

Dr Anthony S. Fauci : Il n’y en a pas beaucoup. Il ne reste vraiment plus beaucoup d’outils. Et c’est vraiment très, très difficile et douloureux en tant que responsable de la santé publique de voir que si nous ne faisons pas ce qui est clairement et sans ambiguïté la bonne chose à faire — c’est d’utiliser un outil très efficace pour prévenir la souffrance et la mort — alors ce serait très mauvais pour nous en tant que nation.

Nous avons perdu 750 000 Américains jusqu’à présent. Nous avons 46 millions d’infections, probablement plus car beaucoup ne sont pas détectées. Et nous savons ce que nous pouvons faire. Je suis impliqué dans la santé publique depuis plus de 40 ans, et il y a eu des maladies auxquelles j’ai dû faire face pour lesquelles vous n’avez aucune intervention. C’est très frustrant parce que vous dites que si seulement j’avais une intervention, je pourrais faire quelque chose contre cette maladie.

Nous avons maintenant une pandémie historique, comme nous n’en avons pas vu depuis plus de 100 ans, et nous disposons d’outils très efficaces et sûrs pour y mettre fin. Ce serait vraiment, je pense, une terrible tragédie si nous laissions plus d’Américains et plus de gens à travers le monde — parce que je pense que nous devons faire attention à ce qui se passe dans le reste du monde — si nous laissons plus de gens mourir et plus de gens tombent très, très malades en n’utilisant pas les outils que nous avons la chance d’avoir.

Michel Barbaro : Faisons donc tourner ce scénario de mandats qui ne fonctionnent pas et quelque chose comme un tiers des Américains ne se font pas vacciner. À quoi cela mène-t-il, d’après votre expérience? Je veux dire, il semble que cela commence à conduire à des choses comme plus de variantes et plus —

Dr Anthony S. Fauci : Oui.

Michel Barbaro : — les hauts et les bas de cette courbe. Et comment ça se termine ?

Dr Anthony S. Fauci : Eh bien, je veux dire, en fin de compte, toutes les pandémies s’épuisent. À l’ère moderne de la recherche biomédicale et des interventions de santé publique, vous pouvez atténuer l’impact négatif ultime des épidémies.

En 1918, nous avons eu la grippe pandémique. Elle s’est finalement consumée. Donc tu as un choix. Voulez-vous qu’elle s’épuise et tue beaucoup plus de gens et rende beaucoup plus de gens malades, ou voulez-vous faire quelque chose pour éviter d’autres décès et maladies ?

En fin de compte, Michael, cela va se terminer d’une manière ou d’une autre. La meilleure façon, si vous y réfléchissez un instant, est de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour minimiser la souffrance et la mort. Et nous avons le pouvoir de le faire. Si nous ne l’utilisons pas, alors de mauvaises choses vont arriver.

Michel Barbaro : Je ne prétends pas que vous avez un tableau secret qui vous le dit, mais peut-être que vous le faites. Je veux dire, si cela va juste s’épuiser, combien de temps cela prend-il et à quoi cela ressemble-t-il ?

Dr Anthony S. Fauci : Je ne sais pas, mais nous pouvons utiliser l’expérience du passé. Cela passerait probablement par une autre saison environ, puis cela s’arrêtera et descendra.

Michel Barbaro : Mais une saison ou deux, tu veux dire un an ou deux ?

Dr Anthony S. Fauci : Non, Michael, mon ordinateur dans mon cerveau claque. Voici une citation hors contexte

Michel Barbaro : Non non Non. My Boy, tu as eu une sacrée pandémie. Je peux sentir votre anxiété à l’idée que tout soit sorti de son contexte. Mais j’apprécie ce que vous dites.

Dr Anthony S. Fauci : Non, non, je veux dire, si tu te faisais attaquer par la presse folle, la presse d’extrême droite comme je l’ai été, tu te sentirais aussi sensible que moi.

Michel Barbaro : Sûr.

Dr Anthony S. Fauci : Ils le sortiront de leur contexte.

Michel Barbaro : D’accord.

Dr Anthony S. Fauci : Je ne sais pas combien de temps cela durerait. Elle s’éteindra probablement d’elle-même. Nous pouvons l’aider à s’épuiser grandement en faisant vacciner plus de personnes. Et je ne peux pas vous dire si ce sera le printemps prochain, l’été prochain, ou quoi d’autre. Je ne peux pas te le dire car je ne sais pas.

Michel Barbaro : J’ai compris. Eh bien, vous avez peut-être involontairement ajouté ma prochaine question ici, qui porte sur la confiance et la méfiance. Et hier sur The Daily, nous avons parlé à quel point il existe un problème de confiance dans le monde entier de la santé publique. Et en particulier, nous nous sommes concentrés sur l’idée que les responsables locaux de la santé publique, en raison de leur expérience dans cette pandémie, en raison de la colère et des menaces qui se présentent à eux – et vous le savez, beaucoup d’entre eux ont l’impression de ne plus pouvoir faire leur travail.

Et maintenant, un nouvel ensemble de lois est entré en jeu et a littéralement restreint leur capacité à fonctionner dans leurs rôles. Et leur argument est que cela les a laissés perversement, ainsi que vous tous, dans la position d’être moins préparés à faire le travail de santé publique maintenant qu’avant la pandémie, même si nous avons tiré toutes ces leçons sur la santé publique de la pandémie. Donc, en tant que personne qui a consacré toute sa vie à la santé publique, je me demande ce que vous pensez de cela.

Dr Anthony S. Fauci : Eh bien, je pense que c’est une triste situation, où vous avez des responsables de la santé publique qui font clairement des choses qui n’ont d’autre objectif que de préserver et de protéger la santé du public américain, qui sont attaqués pour cela, dont la vie est menacée, dont les familles sont harcelées. Je veux dire, je le vis sous stéroïdes ici depuis plus d’un an.

Où d’autre et quelle autre situation historique avez-vous vu où un responsable de la santé publique, qui essaie simplement de faire vacciner les gens pour atténuer l’épidémie en portant un masque, en suivant des mesures de santé publique très claires et standard, qui met continuellement sa vie en danger, harcèle sa famille, harcèle ses enfants —

Michel Barbaro : C’est de toi que tu parles.

Dr Anthony S. Fauci : C’est moi.

Michel Barbaro : Oui.

Dr Anthony S. Fauci : Je parle de moi. Alors dites-moi ce qui ne va pas dans la société quand un responsable de la santé publique, qui est un fonctionnaire et non un politicien, reçoit ce genre de menace. Je pense que nous avons un vrai problème dans la société.

Michel Barbaro : Cela semble douloureux. On dirait que cela a été une expérience assez blessante et meurtrière.

Dr Anthony S. Fauci : Eh bien, je me concentre sur mon travail. Et mon travail consiste à faire ce que je peux pour mettre fin à l’épidémie. Mon travail en tant que scientifique est de faire ce que je pense que nous avons très bien fait. Nous avons joué un rôle majeur dans le développement des vaccins qui ont maintenant sauvé des millions de vies, nous avons joué un rôle majeur dans le développement de meilleurs diagnostics, et nous avons joué un rôle majeur dans le développement d’antiviraux qui vont maintenant avoir un effet significatif.

Donc, quand je me concentre sur mon travail et sur ma mission, toutes ces autres choses, aussi douloureuses soient-elles, ne sont que du bruit.

Michel Barbaro : Mais vous savez quoi, Dr Fauci ? Toutes ces autres choses déterminent si les gens utiliseront les drogues dont vous parlez et auront confiance en tout ce dont vous venez de parler. Et donc je suppose que je dois me demander, avez-vous l’impression qu’on vous fait moins confiance maintenant qu’au début de cette pandémie ?

Dr Anthony S. Fauci : Eh bien, cela dépend de ce que vous voulez dire. Confiance de qui ? Je veux dire, si vous parlez des gens qui voient cela d’une manière rationnelle et ne vivent pas de ce que j’appellerais un manque de faits, qui ne vivent pas de théories du complot, qui ne vivent pas de désinformation, ce sont les gens qui clairement ne nous font pas confiance. Pas seulement moi, mais nous dans le secteur de la santé publique. Les gens qui regardent cela de manière réaliste et essaient d’obtenir des informations correctes, je crois, nous font très, très confiance.

Michel Barbaro : Y a-t-il une partie de vous qui comprend pourquoi les gens ne font pas confiance aux responsables de la santé publique ou vous est-il tout simplement impossible de vous identifier ?

Dr Anthony S. Fauci : Je pense que c’est tout simplement trop compliqué, Michael, de déballer ça psychologiquement dans les quelques minutes dont nous disposons.

Michel Barbaro : Bien sûr, bien sûr. Parlons donc de ce à quoi ressembleront les deux prochaines semaines dans cette pandémie, car nous nous dirigeons, bien sûr, vers une période de nombreux voyages pour de nombreuses personnes — les vacances et le temps plus froid, qui ont traditionnellement conduit à des pics dans cette pandémie. Et nous commençons déjà à voir des pics assez importants en Europe dans des endroits comme l’Allemagne. Et je me demande si vous pensez que cela nous attend ici aux États-Unis, alors que la saison des vacances commence. Et à quel point vous pensez que ce pic pourrait être.

Dr Anthony S. Fauci : Eh bien, encore une fois, si vous regardez la comparaison entre les personnes non vaccinées et les personnes vaccinées, il est très, très clair que le fardeau écrasant des infections, des hospitalisations et des décès pèse sur les non vaccinés. Même si, et je dirai, nous avons clairement des hospitalisations parmi les personnes vaccinées, en particulier à l’ère de la baisse de l’immunité, ce qui me ramène au temps que nous avons passé à discuter de ce que je pense des rappels.

Donc si vous êtes une personne vaccinée, que votre famille est vaccinée, et que vous êtes dans une situation où les personnes avec qui vous interagissez sont vaccinées, vous pouvez passer de très bonnes vacances. Vous pouvez profiter de la chaleur et de la camaraderie de votre famille à Thanksgiving. Vous pourriez faire la même chose à Noël.

Cependant, si vous faites partie des non vaccinés et que vous entrez en hiver, vous allez avoir du mal. Et je pense qu’il y a une possibilité que vous voyiez une légère augmentation dans les cas qui seront nés de manière disproportionnée comme un fardeau parmi les non vaccinés. Cependant, comme nous l’avons déjà dit, à mesure que cette augmentation se produit et que vous obtenez plus d’infections et plus de dynamique d’infection se propage dans la communauté, cela mettrait même les vaccinés plus à risque.

Michel Barbaro : Exact.

Dr Anthony S. Fauci : Parce que plus l’infection est dynamique, plus il est probable qu’une personne vaccinée, dont l’immunité diminue, plus il est probable que cette personne entre en contact avec quelqu’un qui propage l’infection.

Michel Barbaro : Exact. Donc dernière question. Est-ce que quelqu’un devrait voyager cette année, même avec des enfants non vaccinés, pour voir d’autres membres de sa famille ? Je sais que l’année dernière, vous n’avez pas pu voir vos filles parce que vous ne pensiez pas que ce genre de voyage avait du sens, était sûr. Vous étiez prudents. Allez-vous pouvoir le faire cette année et quelqu’un d’autre devrait-il le faire ?

Dr Anthony S. Fauci : Oui, bien sûr, c’est une situation différente cette année. Tout d’abord, je suis vacciné. L’une des raisons pour lesquelles mes enfants ne voulaient pas venir me rendre visite, parce que j’ai un âge qui a plus de chances d’avoir une issue grave si je suis infecté. Il semble que tout le monde connaisse mon âge maintenant. J’ai 80 ans. Je suis donc dans cette tranche d’âge.

Et numéro deux, ils sont tous vaccinés en ce moment. Et monter dans un avion n’est pas vraiment un risque. C’est tout le processus de voyager, d’interagir et de se mêler aux gens. Mais dans un avion, ce n’est pas nécessairement un risque élevé du tout. Donc je crois que les gens qui sont vaccinés, qui entrent à l’aéroport dans un cadre intérieur de rassemblement, ils suivent les recommandations du CDC et portent un masque, je pense que les gens peuvent et doivent voyager pendant les vacances.

Michel Barbaro : Même s’ils ont des petits-enfants non vaccinés parmi eux ?

Dr Anthony S. Fauci : Eh bien, encore une fois, lorsque vous avez des petits-enfants non vaccinés, la meilleure façon de protéger les petits-enfants non vaccinés est de les entourer de personnes vaccinées.

Michel Barbaro : Qui sont peu susceptibles de le leur transmettre.

Dr Anthony S. Fauci : Qui sont très peu susceptibles de le leur transmettre.

Michel Barbaro : D’accord. Passe une bonne journée.

Dr Anthony S. Fauci : Oui toi aussi. Merci beaucoup.

Michel Barbaro : Prends soin. Au revoir.

Dr Anthony S. Fauci : Au revoir.


Certains des plus importants comploteurs de l’élite globaliste étaient réunis lors de la première cérémonie de remise des médailles Andrew Carnegie de la philanthropie en 2001 (Carnegie Medal of Philanthropy). On y aperçoit George Soros, David Rockefeller, Bill Gates Sr., Brooke Astor, Ted Turner et Anthony Fauci.

CONCLUSION : « Je laisse les lecteurs réfléchir à ce qu’ils viennent de lire et à se forger leur propre opinion au sujet de cette entrevue avec le Dr Anthony Fauci. »

— Guy Boulianne


Anthologie2020PUB007


« Merci à vous d’exister, et pour toutes vos quêtes de vérité. Vous n’imaginez pas le nombre de personnes que vous aidez. »

Christiane

« Merci Monsieur Boulianne… J’ai lu la Société fabienne et je comprends maintenant beaucoup plus de choses en politique qu’avant. »

Robert Comeau

« Mes remerciements pour votre excellent travail. »

Mélanie Berthiaume