Le film de David Wnendt, “Er ist wieder da”, ou comment Hitler pourrait facilement être adulé si son esprit ou sa réincarnation réapparaissait

VEUILLEZ PRENDRE EN NOTE : Au cas où je serais éventuellement banni de Twitter (plus de 11 800 abonnés), je vous invite à vous inscrire sur la plateforme VKontakte (VK). Voici ma page personnelle (plus de 7 214 abonnés) : https://vk.com/guy.boulianne.

Il y a maintenant quelques années, j’avais pris grand soin de conserver une vidéo que j’avais vu passer sur les réseaux sociaux car je savais que celle-ci me servirait un jour à partager une impression de « déjà-vu ». Il s’agit d’un montage d’extraits du film du réalisateur et scénariste David Wnendt, “Er ist wieder da” (Il est de retour), sorti dans les salles de cinéma allemandes le 8 octobre 2015. Ce film, qui est une adaptation du roman du même titre écrit par Timur Vermes, démontre de façon surprenante comment la population pourrait facilement accepter le retour d’un personnage qui aura commis les crimes les plus atroces et tomber en pamoison devant lui. Avons-nous besoin de rappeler que Hitler est jugé de manière particulièrement négative par l’historiographie et la mémoire collective. Sa personne et son nom étant considérés comme des symboles du mal absolu.

Er ist wieder da, Timur Vermes

Alors, comment concevoir que les gens puissent se soumettre aussi aveuglément à une autorité qui leur est ou leur sera de toute évidence hostile ? Membre de l’Institut canadien de recherches avancées (ICRA) et directeur de la rédaction de la revue annuelle REACH, Kurt Kleiner écrivait à propos de l’expérience de Stanford : « Les chercheurs ont conclu que le risque de voir la tyrannie s’intensifier est plus grand quand des antécédents d’échecs dans le groupe font en sorte que les gens sont plus réceptifs à des solutions extrêmes et qu’une équipe dirigeante est là pour offrir ces solutions. Les chercheurs ont noté que cette analyse est conséquente avec ce qu’on sait de la montée du fascisme en Allemagne après la République de Weimar. » L’expérience de Stanford (parfois surnommée effet Lucifer) est une étude de psychologie sociale menée par Philip Zimbardo en 1971 sur les effets de la situation carcérale, ayant eu un très grand écho social et médiatique. (Wikipédia)

En 1576, Étienne de La Boétie écrivait dans son Discours de la servitude volontaire (ou le Contr’un) : « Il est incroyable de voir comme le peuple, dès qu’il est assujetti, tombe soudain dans un oubli si profond de sa liberté qu’il lui est impossible de se réveiller pour la reconquérir : il sert si bien, et si volontiers, qu’on dirait à le voir qu’il n’a pas seulement perdu sa liberté, mais bien gagné sa servitude. »

En 1963, l’expérience de Milgram évalua aussi le degré d’obéissance de la population devant une autorité qu’elle juge légitime et permit d’analyser le processus de soumission à l’autorité. Nous pouvons faire le parallèle avec ce que nous vivons aujourd’hui durant cette « plandémie » de Covid-19. Le 20 août 2021, j’écrivais dans un article intitulé “L’expérience de Milgram, ou pourquoi il est si facile pour les gens de se soumettre et d’obéir aveuglément à l’autorité d’un gouvernement” :

« Il est très facile pour un gouvernement de soumettre et de manipuler une grande partie de la population dans la direction qu’il souhaite la diriger. On le voit très bien aujourd’hui avec cette fameuse « crise covid » durant laquelle les gens se soumettent aux pires absurdités et aux plus dangereuses décisions qui leur soient imposées, comme par exemple les multiples injections d’un « vaccin à ARNm » qui n’a pas été suffisamment testé et dont on ne connaît pas du tout les conséquences sur le long terme. Il n’est pas rare maintenant de voir une personne marcher seule sur la trottoir ou dans un parc, masquée jusqu’aux oreilles, comme si elle avait peur qu’un fantôme lui transmette un virus quelconque. Pourtant le gouvernement ne lui a pas exigé cela… le travail de persuasion a tout simplement fait son œuvre. »

« Seules les personnes les plus fortes spirituellement, psychologiquement et intellectuellement résistent au diktat de ceux et celles qui prétendent vouloir diriger le peuple. Les autres sont malheureusement englouties. »


Regardez comment Hitler pourrait facilement être adulé si son esprit ou sa réincarnation réapparaissait de nos jours. Un comédien (Oliver Masucci) déguisé en Hitler se promène dans les rues près de la porte de Brandebourg (Brandenburger Tor), située à l’entrée de l’ancien Berlin.

Voici quelques suggestions de lecture connexe …


À propos du film de David Wnendt, « Er ist wieder da »

Er ist wieder da (DVD)

Le film “Er ist wieder da” (Il est de retour) est une comédie allemande du réalisateur David Wnendt de 2015. L’adaptation cinématographique littéraire est basée sur le roman à succès du même titre de l’auteur Timur Vermes. Le film a été présenté pour la première fois le 6 octobre 2015 à Berlin et a été diffusé dans les cinémas allemands le 8 octobre. Il a été vu par plus de 2,4 millions de cinéphiles. Le 10 juin 2018, la première télé gratuite a été diffusée sur ProSieben.

Adolf Hitler (Oliver Masucci) se réveille 69 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale en plein Berlin. Il ne sait pas où il est, pourquoi il est là et, surtout, comment il est arrivé là. Confus, il entreprend d’abord d’explorer son environnement. Mais ce qu’il voit l’irrite profondément. Qu’est-il arrivé à l’Allemagne entre-temps? Etrangers, démocratie et euros partout, l’ex-dictateur n’aime pas du tout ça. N’ayant pas trouvé son bunker, il s’installe provisoirement dans un kiosque à journaux.

Mais personne ne croit qu’il est vraiment revenu, tout le monde pense qu’il est un imitateur — un sacré farceur. Le propriétaire du kiosque (Lars Rudolph), qui héberge temporairement le sans-abri Hitler, le place avec les producteurs de télévision Sensenbrink (Christoph Maria Herbst) et Sawatzki (Fabian Busch). La patronne de la chaîne Bellini (Katja Riemann) est rapidement convaincue qu’elle a un potentiel d’or de la comédie devant elle. Hitler obtient un bureau, et peu de temps après que sa nouvelle secrétaire, Mlle Krömeier (Franziska Wulf) lui ait expliqué ce qu’est une souris d’ordinateur et comment accéder à « Internet », Hitler en sait déjà assez sur le présent pour avoir suffisamment de munitions pour ses apparitions sur scène. Cela ne prend pas longtemps et il est de retour…

Avec “Er ist wieder da”, le réalisateur David Wnendt parvient sans effort à l’équilibre entre comédie divertissante et satire mordante, qui fait rire le spectateur plus d’une fois. Le mélange de mises en scène et de matériel documentaire, dont certains ont été enregistrés avec une caméra cachée, crée une authenticité étonnante, qui est également due au travail de caméra très habile et à la sélection des protagonistes. Lorsque les « citoyens concernés », les fonctionnaires du parti de droite ou les révolutionnaires de table des habitués de toute l’Allemagne parlent au « dictateur réveillé », discutent de leurs inquiétudes et de leurs besoins ou même demandent un selfie ou une poignée de main avec une voix émerveillée, puis en tant que spectateur est à la fois amusant et horrifiant.

Oliver Masucci réussit à créer quelque chose d’aussi étonnant et impressionnant d’une figure comme Adolf Hitler, dont les gestes, les expressions faciales et l’apparence font depuis longtemps partie de la mémoire média-culturelle. Il n’incarne jamais Hitler comme une caricature, ne l’expose pas comme ridicule, mais il reste sérieux à chaque instant. C’est la seule façon de décrire la menace réelle que représente ce personnage, qui devient peu à peu le séducteur d’une masse malléable.

Er ist wieder da” est un film on ne peut plus actuel car il pose la question de savoir s’il est encore possible aujourd’hui qu’un pays entier succombe à la fascination d’un dictateur. La réponse que donne le film laisse le spectateur frissonnant et songeur. Dans un article paru le 7 octobre 2015, le Tages-Anzeiger soulignait : « Le film montre comment l’Allemagne d’aujourd’hui accepte à nouveau un Hitler, comment l’« âme du peuple » peut en parler confortablement : les préjugés, la xénophobie et le désenchantement à l’égard de la politique jaillissent. Une compilation montre quelques scènes du documentaire. Une jeune femme veut serrer la silhouette d’Hitler dans ses bras, un touriste la flatte en disant « J’aime Hitler », un groupe de fans de football allemands se laisse inciter par l’acteur déguisé à attaquer avec violence un prétendu punk (un acteur commissionné). » Comme le précise Oliver Masucci : « Bien sûr, on a provoqué pour voir si une telle situation pouvait dégénérer, si son incitation avait un effet – et malheureusement cela a fonctionné. » Les gens avaient vite oublié les caméras qui étaient toujours avec eux.


Comment se fait-il que tant de gens réagissent si positivement ?

Sceau du prédicat « particulièrement précieux », coloré

Dans le film, le spectateur ne sait souvent pas ce qui est réel et ce qui est mis en scène. Mais si le dicton sur le rire qui vous reste coincé dans la gorge a toujours sa place, alors c’est avec cette satire. « C’était important pour moi d’amener la réalité dans le film afin de dire quelque chose sur notre société d’aujourd’hui », explique le réalisateur Wnendt. A la fin, il s’est demandé « comment se fait-il que tant de gens réagissent si positivement à Hitler, l’acceptent ainsi », dit-il dans le “Tagesschau”.

Dans l’édition en ligne du Frankfurter Rundschau, Daniel Kothenschulte a écrit : « Rire d’Hitler ? Pourquoi pas, si c’est drôle… Ce qui agace dans l’adaptation du roman « Il est de retour » par David Wnendt, c’est le rapport ambivalent des cinéastes avec la satire. Bien sûr, cela devrait être drôle, mais si vous avez des doutes, il devrait être préférable de vous faire rire. Vous ne voulez pas contredire cela, car qui voudrait s’en tirer avec un film sur un Hitler ressuscité dans la République fédérale d’aujourd’hui sans aucune horreur ? Mais ce n’est pas si dramatique. Au début ce n’est pas vraiment drôle, et puis ce n’est pas assez douloureux. Cela dure 116 minutes, ce qui pour une satire inconfortable peut signifier une éternité. »

La façon dont les passants accordent leur confiance à cette fausse moustache fait davantage penser à des enfants qui se confient à une marionnette à main. Ce sont les scènes fantomatiques pour lesquelles nous aimons garder le rire dans la gorge. Ces gens n’auraient confié à aucun journaliste qu’ils étaient mécontents de la démocratie, mais ils ouvrent tout leur cœur à un faux Hitler. Lorsqu’il demande plus tard à un fonctionnaire du NPD s’il irait à la guerre pour lui, la personne interrogée demande d’arrêter les caméras. Sur l’enregistrement sonore qui continue, on entend clairement : « Si tu étais le vrai, oui. »

Pour sa part, Jörg Albrecht a écrit sur le site Deutschlandfunk : « En tant que satire médiatique, “Er ist wieder da” peut certainement tenir une bougie à “Schtonk”. Le rire pourrait aussi vite se taire quand on voit que la culture accueillante allemande s’applique aussi à Adolf Hitler. » Michael Hanfeld du Frankfurter Allgemeine a décrit l’adaptation cinématographique du roman comme un arrangement expérimental et un pamphlet : « Les marginalisés, les droitiers, lèvent naturellement les bras en guise de salutation. Quels idiots sont réels et quelles parties de la production ne nous sont pas sagement révélées par le producteur Oliver Berben, qui attache apparemment des qualités visionnaires au film qu’il a tourné l’automne dernier en vue de la crise actuelle des réfugiés. À la fin, il a déployé Pegida.  « Nous sommes le peuple! ». Nous les entendons rugir — eux que nous devrions tous être, que nous devrions être Hitler dans le film le plus stupide et le plus perfide qui soit dans les cinémas depuis longtemps. »

L’acteur Masucci en tire la conclusion que l’Allemagne doit faire attention à sa démocratie. L’évaluation allemande du film et des médias (FBW) a décerné au film le titre de « particulièrement précieux ».


« La morale de l’histoire n’est pas « il est de retour ». On y lit : Il n’est jamais parti, car il vit en nous, en chacun de nous. Adolf, le misanthrope et meurtrier de masse — nous le sommes tous. »

Michael Hanfeld, Chef de service en ligne, Frankfurter Allgemeine

Le film intégral de David Wnendt, « Er ist wieder da », sous-titré en anglais


RÉFÉRENCES :



« Un gros merci pour tout le travail que vous faites. J’ai réservé votre livre CERN que j’ai bien hâte de recevoir. Que Dieu vous bénisse monsieur Boulianne. »

Micheline Neault Lemieux

« Merci pour votre excellent travail, pour faire respecter nos droits et libertés. »

Guy Paradis

« Je vous remercie pour le travail que vous faites. Je mets certains de vos article sur mon site pour faire connaître votre site et votre travail. Très intéressé par le livre, je suis impatiente de le lire. »

Henry Véronique

3 réflexions au sujet de « Le film de David Wnendt, “Er ist wieder da”, ou comment Hitler pourrait facilement être adulé si son esprit ou sa réincarnation réapparaissait »

  1. Formidable! Judicieux, futé, pédagogique! Si quelqu’un ne saisit pas le message, c’est qu’il ne comprendra jamais. La plus grande intrigue de l’humanité est pourquoi l’humain n’apprend et ne comprend jamais et recommence les mêmes erreurs à perpétuité.

    Aimé par 1 personne

  2. la statue de la Bête de l’Apocalypse au siège de l’ONU à New York où ils veulent rendre la piqouze obligatoire
    https://nicolasbonnal.wordpress.com/2021/12/10/pourquoi-se-gener-lonu-vient-dinstaller-une-statue-geante-a-new-york-qui-ressemble-a-la-bete-decrite-dans-le-livre-de-lapocalypse-le-satanisme-apocalyptique-comme-religion-offi/

    ils préparent la fin du cash pour fusionner pass piqouze et carte bancaire, pour que nul ne puisse acheter et vendre sans être piqouzé même en télétravail

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s