Le Patriarcat Catholique Byzantin répond à la question de savoir quelle attitude adopter face à la vaccination dangereuse par l’ARNm

J’ai reçu un nouveau message des évêques-secrétaires du Patriarcat Catholique Byzantin me demandant si je pouvais partager une autre de leurs publications, ce que je fais avec un très grand plaisir : « Laudetur Iesus Christus ! Nous vous envoyons notre vidéo-lettre, dans laquelle nous répondons à la question de savoir quelle attitude adopter face à la vaccination dangereuse par l’ARNm. Nous encourageons chacun à rechercher la vérité, et nous montrons ce qui attend une personne si elle est vaccinée et à quoi elle peut s’attendre si elle refuse de se faire vacciner. Nous aimerions vous demander de publier le matériel soumis. Avec gratitude. » Le Patriarcat Catholique Byzantin (PCB) est une communauté de moines, de prêtres et d’évêques vivant dans des monastères. Le PCB est dirigé par le patriarche Élie, en collaboration avec deux évêques secrétaires, Timothée et Méthode. Ce patriarcat est né de la nécessité de défendre les vérités chrétiennes fondamentales contre les hérésies et l’apostasie. Le PCB ne reconnaît pas le pseudo-pape Bergoglio, et ne lui est pas subordonné. Le Patriarcat Byzantin est actuellement en exil (Prague – Donetsk).

Citation d’une lettre provenant d’une croyante catholique :

« Je vis dans une incertitude constante. Je suppose que l’approbation d’une vaccination obligatoire sera bientôt effective. Quand je considère la situation en Autriche, ils prévoient des amendes pour non-respect à l’obligation vaccinale de 92.000 ou même jusqu’à 182.000 €, voire 4 mois de prison. On peut s’attendre à une situation similaire en République tchèque…

« Je ne veux pas finir par vivre quelque part sous les ponts, surtout si l’on considère ce que signifie vivre dans la rue. C’est pourquoi je crains d’être obligée de me faire vacciner contre mon gré. Si la punition consistait juste à purger une peine de prison, je n’hésiterais pas. Pourriez-vous s’il vous plaît m’indiquer comment je dois agir si tout cela se produit ? Je m’inquiète beaucoup de ce qui se passe et de ce que je ne veux pas, et je ne peux pas non plus trahir Dieu.

« La goutte d’eau qui fait déborder le vase fut une lettre pastorale de Son Eminence Dominik Duka, qui non seulement cite et est d’accord avec la lettre de Graubner, mais ajoute ses propres mots encourageant la vaccination »

Réponse à la question sur la vaccination :

Chère Madame, nous vous comprenons, et particulièrement le fait que la lettre pastorale du cardinal Duka, qui a rejoint l’appel de Graubner, ait été pour vous la dernière goutte qui a fait déborder le vase. Que pouvons-nous dire ? Nous croyons et prions afin que le cardinal Duka fasse pénitence publique. Cela signifie de retirer ses paroles, et de dire courageusement la vérité et, ainsi, s’opposer à tout ce système suicidaire.

Le pape Marcellin était dans son bureau pendant le règne de Dioclétien et Maximien, à l’époque de la persécution la plus cruelle des chrétiens. En trente jours, ils torturèrent de différentes manières 17.000 chrétiens, hommes et femmes, à Rome. Ils capturèrent le pape et l’amenèrent devant Dioclétien pour un interrogatoire. Il eut peur des terribles tortures, déposa de l’encens sur un autel d’idoles et apporta un sacrifice aux idoles païennes Vesta et Isis. L’empereur l’honora, le revêtit d’une coûteuse robe de cérémonie et l’appela « son ami ». Marcellin rentra à la maison, il pleura et pleura amèrement comme l’apôtre Pierre l’avait fait lorsqu’il avait renoncé au Christ. Il était en colère contre lui-même, car alors qu’il fortifiait tant d’autres dans la foi et les encourageait à l’héroïsme du martyre, il tomba lui-même de façon terrible. Il souffrit dans son cœur de façon indicible. Une assemblée de prêtres locaux se réunit dans la ville voisine de Sinuessa, en Campanie, à la même époque. Elle réunit des évêques et des prêtres, environ 180 personnes. Marcellin, vêtu d’un sac, répandit des cendres sur sa tête et, le chagrin au cœur, il vint voir les pères présents à ce rassemblement. Il se tint devant eux comme un condamné, confessa clairement son péché et versa de nombreuses larmes. Il pleura et les supplia de le juger. Ils lui dirent : « Juge-toi par ta propre bouche. Le péché est sorti de ta bouche, que le jugement en sorte aussi. Nous savons que saint Pierre a renié le Christ par peur, mais il a pleuré amèrement, et le Seigneur lui a accordé une grâce renouvelée ».

Le pape Marcellin prononça ce jugement sur lui-même : « Je m’exclus de l’état clérical comme en étant indigne. Que mon corps ne soit pas enterré à ma mort, comme il est de coutume, mais qu’il soit jeté aux chiens pour qu’ils le mangent. Celui qui tenterait de m’enterrer, sera maudit ».

Après le retour de l’assemblée à Rome, Marcellin prit la robe de cérémonie coûteuse qu’il avait reçue de Dioclétien, et se précipita chez lui. Il la jeta à ses pieds, il réprimanda l’empereur et maudit ses faux dieux. Il confessa son grave péché et pleura. L’empereur se mit en colère, le livra à la torture et le condamna à mort. Le pape Marcellin mourut en martyr.

Chère Madame, vous êtes certainement consciente que nous nous trouvons dans une période de violence sans précédent, où aucun droit et aucun principe moral ne sont pris en considération. Cela nous rappelle l’époque où les chrétiens étaient persécutés. En 304, l’empereur Dioclétien publia un édit dans lequel il ordonnait à tout le monde d’apporter des sacrifices aux dieux païens – des démons – et ceux qui refuseraient, devaient être torturés et tués. Cependant, le sang des martyrs avait coulé depuis l’époque de l’empereur Néron jusqu’à l’an 313, date à laquelle une liberté religieuse fut déclarée. Il fallut plusieurs millions de martyrs.

Les jours présents inaugurent des temps similaires à cette persécution sanglante. Chaque chrétien doit se rendre compte de la gravité de la situation, et doit être prêt à mourir. Contrairement à la première persécution, le but actuel est le dépeuplement, c’est-à-dire le génocide. Quelle que soit la façon dont chacun prend sa décision, il/elle ne peut pas sauver sa vie physique. Mais il s’agit de bien plus ; il s’agit du salut ou de la damnation éternelle de notre âme.

Chacun doit s’arrêter et chercher la vérité pendant que les temps sont encore calmes. Il faut être conscient que le problème avec cette affaire de covid n’a rien à voir avec la santé ; ce n’est pas une véritable pandémie et il ne s’agit pas d’un véritable vaccin, mais bien d’un système de mensonges, à la racine duquel se trouve le satanisme. Son objectif n’est pas seulement l’élimination physique de l’humanité, mais l’enlèvement massif des âmes dans la damnation de l’enfer, en les attirant dans le système de la vaccination. Une personne trompée pense qu’en faisant cela, l’infection sera terminée. Ceci, cependant, est une énorme fraude !

Tout le monde doit faire face à la vérité et prendre une décision ferme de vie ou de mort. Si les personnes souhaitaient prendre une décision une fois qu’elles ont été mises sous pression, elles prendraient la mauvaise décision. Elles seraient manipulées et forcées, ce qui signifie qu’elles voudraient, en pratique, être trompées afin d’éviter les problèmes. En réalité, ces problèmes ne peuvent être évités et elles connaîtraient une souffrance beaucoup plus grande. Il y aura d’autres soi-disant vaccins, d’autres virus synthétiques, et même un puçage qui transforme les gens en robots biologiques. L’homme, dépourvu de sa volonté, est également dépourvu de sa capacité à se repentir et à obtenir le salut, et se retrouvera dans l’étang de feu après sa mort. C’est pourquoi il faut savoir que ces personnes doivent refuser la vaccination, et prendre la bonne décision dès le début. Celles qui ont déjà reçu un vaccin doivent se repentir radicalement, sinon elles ne pourront pas sortir du système auto-génocidaire. Le pénitent ne doit pas recevoir d’autres vaccins.

Une fois qu’une personne comprend qu’il ne s’agit plus de santé, mais qu’il existe un système trompeur, elle doit examiner les faits pour être sûre de la bonne décision à prendre. Elle doit savoir ce que cela va vraiment lui en coûter si elle prend le vaccin, ou si elle ne le prend pas.

Si la personne prend le vaccin :

1) Elle peut mourir immédiatement après avoir pris ce vaccin expérimental à ARN messager ou, comme cela a été prédit par les spécialistes, dans les trois ans.

2) La vaccination avec un vaccin à ARNm qui utilise des tissus d’enfants à naître et assassinés avant leur naissance, représente un anti-baptême satanique, à savoir la soumission à l’autorité de satan.

3) Le vaccin à ARNm perturbe le génome, ce qui signifie qu’il provoque des réactions imprévues de l’organisme, telles que des maladies auto-immunes incurables, des maladies des vaisseaux sanguins, une inflammation du cœur, des reins, une paralysie, un cancer, des maladies du système nerveux central, des troubles mentaux, de la démence, des dépressions… cette personne devient martyr du système satanique.

4) Le vaccin à ARNm contient déjà des nanoparticules, et ce système continue d’augmenter le niveau d’esclavage. Son objectif est de transformer les gens en robots biologiques qui se retrouvent, finalement, dans l’étang de feu. Ceux qui entrent dans ce système commettent un suicide physique et spirituel progressif.

5) Chaque personne vaccinée soutient le système de l’avortement, et en est coresponsable.

Quel est le résumé des conséquences si la personne refuse le vaccin ?

1) Elle sera persécutée, mais ne deviendra pas esclave du système satanique, qui aboutit à la mort temporelle et éternelle ; elle doit être mentalement préparée à une persécution et à une mort physique.

2) La personne non-vaccinée a beaucoup plus d’espoir de survivre que celles qui ont participé au système de la vaccination et, qui plus est, elle sauvera son âme et vivra dans l’espoir de prolonger sa vie. Ceux qui succombent à ce système trompeur n’ont aucun espoir.

3) Dieu est du côté de ceux qui ne se sont pas soumis au système du mensonge, et refusent le vaccin. Si la personne se tourne vers Dieu, Dieu la protégera d’une trahison et d’autres choses, et la renforcera de la même manière dont Il l’a fait pour des millions de martyrs, dans le passé récent et lointain.

4) Par leur exemple, les non-vaccinés encourageront les autres et, de plus, ils feront l’expérience selon laquelle, s’ils se tournent vers Dieu dans des situations insolubles, Dieu leur fournit la solution. Lorsqu’une personne réussit une épreuve très difficile dans la vie, même si elle se termine par la mort après son martyre, elle recevra une couronne de gloire éternelle au Ciel.

Vous demandez : que dois-je faire ? Dans tous les cas, prenez votre temps et envisagez les deux scénarios. Chaque chrétien doit envisager une possibilité de persécution et une couronne de martyr, comme nous le faisons également. En d’autres termes, aujourd’hui, nous n’avons que deux options : l’une consiste à devenir un martyr pour le Christ, l’autre consiste à devenir un martyr pour satan.

D’ailleurs, vous savez bien que toute personne doit mourir de mort naturelle, mais mourir en martyr pour le Christ constitue un honneur extraordinaire. Selon l’enseignement de l’Église, un martyr est à l’abri des tourments du purgatoire, et va directement dans la gloire de Dieu. Si une personne ne se décide pas en faveur d’un martyre digne pour le Christ, elle sera entraînée dans un martyre pour satan par le système, et elle recevra la souffrance comme récompense dans cette vie, ainsi qu’une souffrance éternelle après sa mort.

Quant au scandale causé aux croyants par le cardinal Duka, que le repentir ardent du saint pape Marcellin soit un exemple pour lui.

Nous vous recommandons de lire un nouveau livre intitulé « Martyrs et autres saints » (ce livre n’est disponible qu’en tchèque et en ukrainien). Il constituera certainement un grand encouragement pour vous, et vous apportera lumière et espoir.

+ Élie
Patriarche du Patriarcat Catholique Byzantin
+ Méthode OSBMr / + Timothée OSBMr
Evêques secrétaires

Anthologie2020PUB007


« Merci en mon nom et de bien d’autres qui vous sont reconnaissants pour votre travail de sentinelle indéfectible… qui lui sauve des vies… pour de VRAI. »

Carole Lavoie

« Bonjour M Boulianne, merci pour votre travail qui m’a apporté la clefs que j’avais besoin pour comprendre tout ce que j’avais déjà lu, mais il me manquait la clefs pour voir. Grâce à votre ouvrage, tout est devenu clair. Merci. »

Sebastien Pauthier

« Bonjour monsieur Boulianne. Je tenais à vous remercier pour la pertinence de vos écrits. Voilà, merci encore pour votre excellent travail de ré-information. Au plaisir de vous lire. »

Karel Turcotte