L’auteur et journaliste Ernst Wolff nous décrit le lexique du monde de la finance : l’état profond et le complexe numérique-financier

Depuis mars 2020, beaucoup d’entre nous se sont grattés la tête et se sont demandé comment « ils » ont pu mettre fin aux blocages mondiaux et coordonner le fascisme synchronisé de pratiquement tous les gouvernements du monde. L’économiste allemand Ernst Wolff a expliqué de manière très élégante et succincte comment cela a été réalisé dans cette vidéo de 11 minutes.

Ernst Wolff est un auteur allemand. Ses articles, souvent publiés dans des médias dits alternatifs, se concentrent sur la critique du secteur financier international. Wolff a grandi en Asie du Sud-Est et est allé à l’école en Allemagne. Selon son propre récit, il a dû quitter les États-Unis après avoir publié des articles critiquant la guerre du Vietnam. Il a exercé diverses professions, notamment en tant que journaliste, interprète et scénariste.

Ses livres, qui ont été principalement publiés par Tectum-Wissenschaftsverlag, traitent des relations mutuelles entre politique et économie, en particulier avec l’économie monétaire et financière et avec le Fonds monétaire international (FMI). World power IMF figurait sur la liste des best-sellers du Spiegel pour les livres dans le domaine de l’économie. Le tsunami financier était le best-seller numéro un dans le domaine de l’économie dans Manager Magazin.

Wolff publie des articles dans des magazines en ligne tels que telepolis et Rubikon ainsi que dans des blogs politiques. Il produit des programmes vidéo avec KenFM, comme la série The Wolff of Wall Street, avec Klagemauer.tv (kla.tv), nuoviso et d’autres chaînes YouTube. Il est également répertorié comme auteur sur Spoutnik News. Il publie également des articles dans Contra Magazin, sur goldseiten.de, dans Deutsche Wirtschaftsnachrichten.

État profond et complexe financier numérique

Nous sommes fin décembre 2021 et nous sommes dans une période de transition économique et sociale aux dimensions historiques. Depuis près de deux ans maintenant, presque tous les pays du monde — qu’il s’agisse de dictatures ou de démocraties parlementaires — suivent globalement le même programme.

Cette synchronisation mondiale montre qu’il existe une force qui a plus de pouvoir que n’importe lequel des quelque 200 gouvernements actuellement sur notre planète. Cette force a un nom : c’est le complexe digital-financier. A sa tête se trouvent les cinq plus grandes sociétés informatiques au monde côté numérique : Apple, Alphabet, Amazon, Microsoft et Meta, anciennement Facebook, et côté financier les plus grands gestionnaires d’actifs, BlackRock et Vanguard.

Mais comment exactement ce complexe a-t-il pu devenir si puissant et comment parvient-il à faire valoir ses intérêts dans le monde entier en même temps ?

Commençons par la première question. Pendant des siècles, le pouvoir reposait sur une seule base, l’argent. Celui qui avait de l’argent avait du pouvoir et celui qui avait beaucoup d’argent avait beaucoup de pouvoir.

Cela s’applique toujours, mais plus exclusivement. Depuis l’utilisation des ordinateurs et l’avancée triomphale d’Internet dans le cadre de la 3e révolution industrielle, il existe un second socle de pouvoir, celui des données. Celui qui a des données a le pouvoir et celui qui a de grandes quantités de données a beaucoup de pouvoir.

Cependant, quiconque, comme les entreprises informatiques, organise les flux de données de secteurs entiers et aussi ceux des gouvernements dans le contexte de la numérisation, obtient un aperçu supplémentaire de leur être le plus profond — et peut ainsi les rendre dépendants et ainsi soumis.

C’est précisément ce processus qui a fait en sorte que les grandes sociétés informatiques sont aujourd’hui bien au-dessus de toutes les autres entreprises et gouvernements dans le monde. Qu’il s’agisse de l’armement, de l’alimentation, de la pharmacie, de l’énergie ou des médias, toutes ces industries et toutes les institutions de l’État, y compris les services secrets, sont désormais sous le coup des entreprises numériques, qui ont également construit leur propre pouvoir médiatique mondial avec les réseaux sociaux.

L’industrie financière, quant à elle, toujours à l’affût de nouvelles opportunités d’investissement, a promu ce processus dès le départ et est désormais impliquée dans tous les grands groupes informatiques à travers ses représentants les plus puissants — les grandes sociétés de gestion d’actifs. Puisqu’elle en dépend aussi à la fois, les deux se confondent ainsi en une sorte de communauté d’intérêts.

BlackRock et Microsoft en fournissent un exemple particulièrement frappant : BlackRock a téléchargé son système d’analyse de données Aladdin, de loin la base de données la plus importante de la finance mondiale, sur le cloud Azure de Microsoft en avril 2020, il dépend donc désormais de Microsoft pour les données. Microsoft, à son tour, est une entreprise publique et donc dépendante de ses principaux actionnaires, et ceux-ci ne sont autres que Vanguard et BlackRock, Vanguard étant également le plus grand actionnaire de BlackRock.

Voilà pour l’émergence de la nouvelle puissance mondiale. Mais comment exactement le complexe numérique-financier fait-il valoir ses intérêts ? Quels mécanismes et quels canaux utilise-t-il ?

Le rôle stratégique le plus important est joué par les banques centrales, qui ont officiellement renoncé à leur indépendance au plus tard lors de la crise financière mondiale de 2007/08. Depuis, Blackrock conseille les deux plus grandes banques centrales du monde, la Banque centrale européenne (BCE) et la Réserve fédérale américaine. Blackrock a donc son mot à dire lorsqu’il s’agit de distribuer les énormes sommes d’argent nouvellement créées dans le secteur financier.

Du point de vue des banques centrales, il n’y a pas d’autre moyen de le faire. BlackRock, avec son actionnaire principal Vanguard, gère près de 17 000 milliards de dollars, ce qui correspond à peu près à la somme des bilans de la BCE et de la Fed, et avec Aladdin dispose d’un pool de données bien plus important que n’importe quelle banque centrale du monde et pourrait saboter facilement toute décision qui n’est pas prise dans son propre intérêt.

Le bon fonctionnement de l’utilisation des banques centrales a déjà été démontré en 2015 en Grèce : lorsque Syriza, force politique inacceptable pour le complexe numérique-financier, est arrivée au pouvoir, la BCE a coupé le pays de tout flux d’argent jusqu’à ce que le Syriza — Le le leadership a renversé et appliqué exactement le contraire de ce qu’il avait promis au peuple lors de la campagne électorale.

L’interaction entre les banques centrales est orchestrée par la Banque des règlements internationaux BRI à Bâle, en Suisse, qui compte un total de 63 banques centrales parmi ses membres.

Outre les banques centrales, le complexe numérique-financier avec son contrôle de l’argent et des données s’est également soumis à un autre réseau d’institutions extrêmement influentes. Il s’agit notamment d’universités, de groupes de réflexion, d’ONG, de nombreuses sous-organisations des Nations Unies, de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international, du FMI — et surtout de nombreuses fondations extrêmement puissantes.

L’efficacité de ce réseau est particulièrement visible dans la crise sanitaire actuelle. Voici quelques exemples : La faculté de médecine de l’Université Johns Hopkins, qui fournit des données médicales aux autorités du monde entier, s’appelle Bloomberg School of Medicine depuis 2014, car le milliardaire informatique Michael Bloomberg lui a fait don de plus de 3,5 milliards de dollars à ce jour. La faculté de médecine de l’Université Harvard est nommée TH Chan School of Medicine en l’honneur d’un milliardaire et donateur de Hong Kong.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS), fondée et financée par plusieurs pays après la Seconde Guerre mondiale, reçoit désormais plus de 80 % de son argent de donateurs. Le plus grand donateur est la Fondation Bill et Melinda Gates fondée par le milliardaire informatique Bill Gates, la fondation la plus riche au monde avec un actif de près de 50 milliards de dollars.

La Fondation Gates est très active depuis deux décennies dans la promotion des intérêts de son fondateur. En 2000, elle a fondé l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination GAVI, en 2012, elle a co-fondé et co-financé l’Alliance Better Than Cash pour la transition des espèces vers des paiements numériques, et distribue chaque année des millions aux sociétés de médias afin d’assurer des reportages bienveillants.

La fondation politique de loin la plus importante sera probablement le Forum économique mondial basé en Suisse sous la direction du professeur allemand Klaus Schwab. Le FEM n’a pas seulement rassemblé et mis en réseau les riches et les puissants du monde chaque année pendant un demi-siècle, il a également formé l’élite politique et corporative internationale depuis le début des années 1990.

Du côté politique, il s’agit d’Angela Merkel, Nicolas Sarkozy, Tony Blair, Emmanuel Macron ou Annalena Baerbock et Cem zdemir, du côté des entreprises, entre autres, Bill Gates, Jeff Bezos, Steve Balmer ou Jack Ma.

Il n’est donc pas étonnant que l’homme qui a fondé le FEM et réuni toutes ces personnes ait même écrit le scénario de la crise mondiale actuelle avec son œuvre « Covid-19 – Le grand changement ».

Toutes ces informations ne sont que des morceaux individuels de la mosaïque, mais elles montrent comment le complexe numérique et financier a pu soit détourner une toile d’araignée de plus en plus dense d’organisations sur 4 décennies, soit même la développer lui-même et ainsi exercer une influence via une grande variété de canaux pour exercer une influence et faire bouger les choses globalement dans la direction qu’il souhaite.

Le concept d’État profond, par lequel on entend l’ensemble des organisations puissantes, non légitimées démocratiquement, qui tirent les ficelles en arrière-plan au sein d’un pays, appartient donc au passé. Le complexe numérique et financier nous a donné une nouvelle puissance mondiale qui a depuis longtemps incorporé l’État profond de toutes les nations du monde et qui exerce désormais beaucoup plus d’influence que n’importe quel État profond n’aurait jamais pu le faire.

Et pourtant, le complexe numérique-financier est confronté à un problème insoluble à notre époque : son essor s’accompagne d’un processus de concentration de l’argent et du pouvoir entre de moins en moins de mains, qui l’oblige à agir de plus en plus autoritaire et dictatorial et donc — comme nous venons de le vivre au cours des deux dernières années — chaque pas supplémentaire entraîne inévitablement une contradiction de plus en plus aiguë avec la masse de la population.

Et c’est exactement ce qui sera finalement sa perte.



« Mille fois bravo pour ceux qui montent en premières lignes pour défendre une certaine idée de notre liberté physique et morale. Merci de me donner de l’espoir pour le temps qui me reste a vivre. »

Camille Duclot

« Je suis toujours autant étonné par vos écrits et surtout par leur contenu d’une justesse impressionnante. » (VK)

Louis-Rene Jacommos

« Monsieur. Votre travail est impressionnant et mes plus sincères félicitations et remerciements de votre présence. »

Michel J. Deschamps

Une réflexion au sujet de « L’auteur et journaliste Ernst Wolff nous décrit le lexique du monde de la finance : l’état profond et le complexe numérique-financier »

  1. Quand fin des années 1980 naissait l’ordinateur personnel que j’ai acquis et obtenu mon premier emploi à l’ordinateur environ à la même époque, je me suis réjouie de cette incroyable innovation. En convalescence et à la retraite, en 2010 je m’inscrivais à FB et j’y ai passé de plaisantes années jusqu’à tout récemment. Et maintenant, le désastre nous tombe dessus comme cela s’est souvent produit dans l’histoire. La technologie qui a propulsé les grands de ce monde vers les plus hauts sommets va aussi pulvériser leurs pieds d’argiles et les terrasser à nos dépends. Le seul espoir que l’on peut conserver est la dernière citation de la brillante et pertinente publication de M. Wolff : «Et c’est exactement ce qui sera finalement sa perte.» Toutefois, actuellement, le temps joue en leur faveur.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s