Les provinces canadiennes de l’Alberta et de la Saskatchewan mettront fin au passeport de vaccination et aux restrictions liées à la COVID

VEUILLEZ PRENDRE EN NOTE : Au cas où je serais éventuellement banni du réseau Twitter (plus de 12 400 abonnés), je vous invite à vous inscrire sur la plateforme VKontakte (VK). Voici ma page personnelle (plus de 8 681 abonnés) : https://vk.com/guy.boulianne.

J'ai récemment créé un site Web miroir afin de contourner la censure éventuelle qui pourrait survenir de la part des autorités et des GAFAM. Je vous invite donc à visiter régulièrement mon « nouveau » site internet et à vous inscrire à ma nouvelle lettre d’information hébergée chez Follow.it, et ceci même si vous être déjà abonné à ma lettre d’information actuelle. >>> Lettre d’information: follow.it / Site Web: guyboulianne.info.

Il est de plus en plus évident que le château de carte de celles et ceux qui ont comploté contre l’ensemble des populations,— ceux qu’on appelle en général les globalistes —, est en train de s’écrouler comme peau de chagrin. Leur ancien narratif concernant la Covid-19 ne fonctionne plus et leurs mensonges compulsifs les étouffe comme le serpent qui s’enroule sinueusement autour du cou de sa victime. Tout le monde sait désormais que la « pandémie » est maintenant devenue une simple « maladie endémique » grâce au variant Omicron. Tous les scientifiques le disent, tel le Dr Stéphane Gayet, et les médias mainstream vont jusqu’à modifier leur narratif pour correspondre à cette unique vérité. Lorsqu’on lit que le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, pense « qu’on devrait élargir » l’utilisation du passeport vaccinal à un plus grand nombre de commerces afin d’encourager la vaccination contre la Covid-19, nous ne pouvons que constater que celui-ci est complètement déconnecté de la réalité : « le passeport vaccinal, je pense qu’on devrait l’élargir. Ce qu’on veut, c’est de trouver des façons d’encourager la vaccination. Le passeport vaccinal, c’est moins coercitif selon moi qu’une taxe aux non-vaccinés », dit-il dans une mêlée de presse à l’Assemblée nationale.

Les pays mettent fin aux mesures restrictives liées à la Covid et au passeport vaccinal : l’Angleterre, l’Espagne, Israël et bien d’autres, signifiant par là que la « crise sanitaire » est terminée. Or, il est d’une évidence qu’à peine une semaine après le début du « Convoi de la liberté » des camionneurs, les provinces canadiennes de l’Alberta et de la Saskatchewan ont décidé qu’elles mettraient fin elles aussi au passeport de vaccination et aux mesures coercitives. Pour sa part, l’Ontario dit qu’elle réévaluera ses mandats de vaccins dans « les semaines et les mois à venir ». Personne ne veut de ce diktat que les autorités ont souhaité imposer par des méthodes autoritaires et non-scientifiques, et comme je l’écrivais dans un autre article : « Les dirigeants qui persistent dans leurs plans d’extorsion, de coercition et de ségrégation devront faire face à la justice et en répondre criminellement devant les tribunaux ».

Celui qui fut le troisième premier ministre de Terre-Neuve (1979-1989), Brian Peckford, a prononcé un discours enflammé lors du « Convoi de la liberté » sur l’importance de la Charte canadienne des droits et libertés. D’ailleurs, celui qui est le dernier rédacteur vivant et signataire de la Charte canadienne,— qui est la plus haute loi du pays —, poursuit le gouvernement fédéral canadien pour son interdiction de voyager pour les non vaccinés. Âgé de 79 ans, il est le principal demandeur dans cette affaire intentée contre le gouvernement fédéral par le Centre de justice pour les libertés constitutionnelles (JCCF).

Le « Convoi de la liberté », une opération logistique militaire ?

Bien que les médias « grand public » et certains individus mal intentionnés aient tenté de diaboliser le « Convoi de la liberté » (Freedom Convoy), allant jusqu’à la paranoïa maladive et obsessionnelle, il est clair que ce mouvement organisé tire ses épingles du jeu et fait pression de façon stratégique sur le gouvernement fédéral. Prenant l’exemple sur nos camionneurs canadiens qui ont montré le chemin, des convois de la liberté s’organisent dans le monde entier et en Europe : France, Belgique, Allemagne, Autriche, Australie, Chypre, Danemark, Finlande, Hongrie, Italie, Lithuanie, Pays-Bas, Portugal, etc.

Concernant le premier ministre du Canada Justin Trudeau, le président du parti Union populaire républicaine, François Asselineau, nous rappelle dans sa dernière vidéo l’article du magazine français Valeurs actuelles dans lequel Grégory Roose écrit si justement : « Alors que des dizaines de milliers de camionneurs convergeaient samedi vers la capitale du Canada, Ottawa, dans un convoi de 20 km pour manifester leur colère en réponse aux nouvelles contraintes sanitaires imposées par le premier ministre Justin Trudeau, ce dernier a été courageusement exfiltré avec sa famille dans un endroit tenu secret pour des raisons de sécurité, selon Radio-Canada, un peu à la manière d’un dictateur africain en fin de règne. Il est toujours plus facile de soumettre un peuple par décrets que de répondre dignement à sa colère. »

Le 31 janvier dernier, l’auteure canadienne Hilary Whitees a fait des observations et des commentaires astucieux sur son fil Twitter. Elle s’émerveille devant l’organisation, le calme, la parfaite gestion d’un événement de grande envergure qui a mobilisé des milliers et des milliers de camions en vue de bloquer le centre d’Ottawa pour reconquérir les libertés ravies au Canadiens sous prétexte de lutter contre la “pandémie du COVID”. C’est un message d’espoir et aussi une leçon. La journaliste néerlandaise Jeanne Smits nous présente une traduction de ce passionnant « fil Twitter » signé Hilary White, comme toujours remarquable de clairvoyance. Voici ce qu’elle écrit au sujet du « Convoi de la liberté » :

« Ils savaient avec précision à quoi il fallait s’attendre de la part des gouvernements provinciaux, fédéraux et municipaux. Ils savaient à quoi s’attendre en détail de la part des médias et des agitateurs/contre-manifestants, ainsi que des personnes introduites dans la foule pour semer le trouble, et ils ont mis en place un protocole bien coordonné, clairement communiqué et strictement appliqué pour y faire face, qui exclut absolument tout affrontement personnel direct ; dès qu’une présence suspecte est identifiée, les manifestants authentiques créent un cordon autour de celle-ci, un espace qui isole cette personne, et UN interlocuteur désigné appelle le membre de la police d’Ottawa désigné comme agent de liaison. Nous avons vu cette méthode fonctionner avec le type qui était la seule personne présente avec une cagoule qui lui couvrait tout le visage, et portant le drapeau confédéré. »

« On m’a signalé que les camionneurs sont arrivés munis de nourriture, de moyens de communication, de fournitures médicales et d’autres types de fournitures de survie, selon une méthode identique à celle utilisée dans les zones de guerre par les casques bleus canadiens qui approvisionnaient les villes assiégées pendant la guerre des Balkans, entre autres. En d’autres termes, on peut voir ici à quoi ressemblaient les opérations logistiques militaires canadiennes à Sarajevo et à Mostar… »

Hilary White conclut : « Tout cela me porte à penser que – 1 – cette opération a été méticuleusement planifiée par des experts en logistique formés par des professionnels, mais c’est le genre de formation que l’on ne peut pas obtenir dans le secteur privé – les personnes qui s’occupent de cette opération sont d’anciens militaires – et – 2 – ils ont un plan plus ambitieux que de simplement garer un tas de camions le long de la rue Wellington en faisant #HonkHonk, et de faire une fête de rue pendant un week-end. Ils ont apporté assez de fournitures pour être là pendant des semaines. Ils ont installé des cantines et des services dans les rues qui ont été bloquées. Ce sont des gens qui savent vraiment ce qu’ils font. »

Est-ce à dire que les militaires canadiens sont derrière cette opération de grande envergure ? Il est difficile de le confirmer, mais c’est possible. Une chose est certaine, bien que la police d’Ottawa ait brièvement évoqué la possibilité d’une intervention militaire pour éliminer une résistance obstinée des camionneurs, les Forces armées canadiennes ont rapidement déclaré qu’elles ne feraient rien de tel. Daniel Minden, porte-parole du ministre de la Défense nationale, a déclaré jeudi au Wall Street Journal que « les Forces armées canadiennes ne sont pas actuellement impliquées dans l’application de la loi dans cette situation, et il n’y a aucun plan pour une telle implication des FAC ». (Lire ici)

Assistons-nous à un revirement de la situation nationale et internationale. Osons le croire !

Je vous invite à regarder ci-dessous le nouveau talk-show “Juste pour Savoir”, durant lequel l’animatrice Héloise reçoit trois scientifiques québécois qui ont des expertises en lien avec la pandémie : Dr Bernard Massie, Dr Christian Linard et Dr Patrick Provost. Après avoir regardé cet épisode, vous comprendrez mieux l’arnaque covidienne dans laquelle nous avons tous été plongés depuis plus de deux ans et qu’une majorité de la population a malheureusement été le cobaye d’une expérimentation à grande échelle, en dehors de tout consentement véritablement éclairé. Vous verrez aussi que la classe dirigeante a posé des actions criminelles et qu’elle devra en répondre devant les tribunaux.

L’Alberta et la Saskatchewan mettront fin aux restrictions

L’administrateur en chef de la santé publique du Canada a déclaré que les provinces devront trouver un équilibre entre contenir le virus avec des mesures de santé publique et revenir à un sentiment de normalité alors que la vague Omicron continue de croître. Plusieurs provinces ont signalé leur intention de supprimer certaines, sinon toutes, les restrictions sanitaires liées à la Covid-19.

Le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, a déclaré que son gouvernement annoncerait la semaine prochaine une date pour mettre fin au passeport de vaccination Covid-19 de l’Alberta, ainsi qu’une approche progressive pour mettre fin à presque toutes les restrictions sanitaires liées à la Covid-19 d’ici la fin du mois, à condition que la pression sur les hôpitaux continue à diminuer. « À mesure que la Covid change, notre réponse doit également changer », a déclaré Kenney aux Albertains. « C’est pourquoi au début de la semaine prochaine, l’Alberta annoncera une date ferme pour mettre fin au REP [Programme d’exemption des restrictions] et de le faire dans un avenir très proche. » Introduit en septembre dernier, le REP est la version albertaine d’un passeport vaccinal qui oblige toute personne utilisant des services non essentiels tels que les bars et les restaurants à présenter une preuve de vaccination. « Environ 40% des patients atteints de la Covid dans nos hôpitaux ne sont pas réellement là pour la Covid. Ils ont des infections accidentelles et c’est donc également un contexte important », a déclaré le Premier ministre.

Pendant ce temps, le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, a déclaré qu’il s’était engagé à mettre bientôt fin à toutes les restrictions liées à la Covid-19, même si les hospitalisations liées au Covid-19 sont à leur plus haut niveau depuis le début de la pandémie. Moe a déclaré dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux que la Covid-19 ne disparaît pas, mais que les gens en ont fini avec l’obligation de suivre les ordres de santé publique, donc « normaliser » le virus et apprendre à vivre avec est l’option réalisable.

Dans une déclaration samedi, Moe a soutenu le convoi de camions de partout au Canada qui est récemment arrivé à Ottawa pour demander la fin des mandats de vaccination. Cet appel a été repris par d’autres demandant l’élimination de toutes les restrictions de santé publique. Dans sa déclaration, Moe a affirmé que la vaccination n’avait pas réduit la transmission et qu’il était temps de mettre fin aux restrictions et que ses actions étaient influencées par les messages que lui et ses députés avaient entendus de « la plupart de leurs électeurs ». Il a dit que bien que la Covid-19 ne soit pas terminée, les gens la comprennent mieux. « Ils comprennent le risque et ils sont prêts à vivre avec ce risque plus qu’ils ne sont prêts à vivre avec l’intrusion continue du gouvernement dans leur vie », a déclaré Moe. Cet état de crise perpétuel a un impact néfaste sur tout le monde.

La province la plus orientale du Canada, Terre-Neuve-et-Labrador, doit assouplir les restrictions sur les entreprises et la taille des groupes lundi, bien que le premier ministre Andrew Furey, qui est également chirurgien orthopédiste, ait déclaré que tout changement doit être fait avec prudence.

Alors que les experts de la santé affirment que les vaccins préviennent considérablement les maladies graves, les hospitalisations et les décès, la directrice de la santé publique, le Dr Theresa Tam, a déclaré que deux doses offrent peu de protection contre l’infection par Omicron et que les rappels ne fonctionnent contre la transmission que pendant un certain temps. « Nous devons commencer à planifier le moment où cette vague particulière se retirera et être prêts », dit-elle. Des discussions de haut niveau sur les mandats de santé se déroulent dans le contexte de plusieurs manifestations anti-mandat qui se déroulent à travers le Canada.

L’Ontario réévaluera ses mandats de vaccins

Le médecin-hygiéniste en chef de l’Ontario, le Dr Kieran Moore, a fait écho à un sentiment similaire lorsqu’il a pris la parole lors d’une conférence de presse le 3 février, affirmant que le vaccin COVID-19 actuel « ne fournit pas l’immunité stérile » qu’il offrait contre la variante Delta. Deux doses d’un vaccin COVID-19 ne semblent pas limiter de manière significative la transmission d’Omicron, bien que trois doses réduisent le risque de transmission d’environ 60 %, a-t-il déclaré. « Le vaccin n’apporte pas d’avantage significatif à deux doses contre le risque de transmission, par rapport à une personne non vaccinée ». Moore a déclaré que mettre fin au système de preuve de vaccination COVID-19 serait finalement une décision du gouvernement.

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a déclaré qu’il n’envisageait pas de mettre à jour les certificats de vaccination en Ontario pour exiger trois doses pour le moment. Ford était à l’origine contre un système de certificat de vaccin, affirmant en juillet qu’il n’y avait jamais cru. « Nous ne le faisons pas, aussi simple que cela, car nous allons simplement aller de l’avant », a déclaré Ford. « La réponse est non, nous n’allons pas avoir une société divisée. »

Le Dr Kieran Moore a déclaré que, dans un proche avenir, l’Ontario devrait réévaluer la valeur de ses certificats de vaccination qui obligent les résidents à présenter une preuve de deux injections afin d’accéder à des lieux tels que des restaurants, des gymnases et des cinémas. « Je pense que ces discussions auront lieu dans les semaines et les mois à venir », a-t-il déclaré.

« Nous devons réévaluer certaines des mesures de santé publique que nous avons mises en place — réévaluer si nous maintenons un processus de certification de preuve de vaccination compte tenu de la diminution des avantages contre la transmission. »


RÉFÉRENCES :



« Merci pour tout ce bon travail de recherche, d’analyse et de rédaction. C’est malheureux de voir que les journalistes ne font plus leur travail et que vous êtes l’un des seuls à vous dévouer pour nous. »

Stephane Quesnel

« M. Boulianne, Merci de nous tenir informé et merci pour l’excellent travail que vous faites. »

Paule

« Tu fais un excellent travail, je suis très impressionnée par toutes tes recherches. Ceux qui te critiquent ne font rien d’autres que critiquer. Ils ne valent même pas la peine que l’on parle d’eux. »

Marie Claire Tellier

5 réflexions au sujet de « Les provinces canadiennes de l’Alberta et de la Saskatchewan mettront fin au passeport de vaccination et aux restrictions liées à la COVID »

  1. ils vont le faire dans un mois autrement dire jamais

    les promesses ne tiennent qu’à ceux qui les croient

    les mondialistes voulaient couper l’approvisionnement aux peuples pour fin janvier en plein hiver

    comme par hasard le mouvement des camionneurs a commencé pile à cette date

    d’où vient tout le fric pour financer le carburant des camionneurs?

    https://press.1001solutions.net/2022/01/14/lue-va-organiser-un-exercice-de-cyberattaque-a-grande-echelle-sur-les-chaines-dapprovisionnement/

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s