La célèbre citation de Edward Bulwer-Lytton, « la plume est plus forte que l’épée », devient le nouveau leitmotiv de mon site internet

J’ai décidé de faire de la plus célèbre citation du poète et dramaturge Edward Bulwer-Lytton, « la plume est plus forte que l’épée », le tout nouveau leitmotiv de mon site internet. Par métonymie, cela signifie que « les mots sont toujours plus forts que les armes. Le recours aux armes ne peut vaincre la liberté d’expression ». Il s’agit d’un cri de guerre puissant et inspirant qui est passé par les lèvres de nombreux journalistes, dirigeants et philosophes. Selon le très réputé dictionnaire de Cambridge (Cambridge English Dictionary), ce dicton est utilisé pour « souligner que la pensée et l’écriture ont plus d’influence sur les gens et les événements que l’usage de la force ou de la violence », Créée à l’origine en 1839, cette expression est toujours connue et utilisée 183 ans plus tard. Bien que peut-être les Tweets aient remplacé le stylo et les armes à feu aient remplacé l’épée.

Comment ce dicton a-t-il vieilli avec le temps ? Est-il encore applicable dans notre société aujourd’hui ? Ou la technologie moderne a-t-elle changé le monde au point de faire de cet adage un anachronisme littéraire ?

Pour explorer ces questions, appuyons-nous d’abord sur les origines de ce dicton.

Cet adage bien connu est attribué à l’écrivain anglais Edward Bulwer-Lytton dans sa pièce de 1839 : “Richelieu, ou La Conspiration”. Dans l’acte II, scène III, Richelieu découvre un complot visant à le tuer. En tant que prêtre incapable de prendre les armes, son page lui rappelle qu’il a d’autres armes à sa disposition. Sa réponse suit alors :

C'est vrai, ça ! —
Sous la domination des hommes entièrement grands
La plume est plus puissante que l'épée. Voici la
baguette de l'archi-enchanteur ! — lui-même n'est rien ! —
Mais prendre la sorcellerie de la main de maître
Pour paralyser les Césars, et frapper
La terre bruyante à bout de souffle ! — Otez l'épée —
Les États peuvent être sauvés sans elle !

« The pen is mightier than the sword. »

► (Extrait du site ICHI.PRO)

De nos jours, la portée des médias sociaux et la vitesse à laquelle les informations circulent dans le monde ont largement dépassé l’imagination des Anglais du XIXe siècle. Les célébrités et les influenceurs ont un public de millions à portée de main, et leurs mots, même avec seulement 280 caractères, ont un impact puissant. Le Tweet d’Elon Musk qui remettait en cause l’impact environnemental du Bitcoin a fait chuter la valeur de la crypto-monnaie de 15% en 24 heures. Le Tweet de Donald Trump du 6 janvier a peut-être ou non provoqué une émeute et une attaque contre le Capitole.

Et malgré tous nos progrès en matière de communication, nous avons réalisé des exploits tout aussi impressionnants en matière d’armement. Nous avons échangé des épées contre des armes à feu, la guillotine contre des armes biologiques et des canons contre des chars. Avec l’avènement des armes atomiques, nous avons le pouvoir de tuer pour littéralement anéantir la vie de la planète.

La plume et l’épée ont énormément progressé au fil du temps et restent donc tout aussi puissantes.

Une question de point de vue

« Si j’étais celui qui regarde dans le canon d’une arme à feu, j’aurais du mal à croire qu’un stylo puisse faire beaucoup pour moi à ce stade. Et pourtant, ma seule défense restante serait mes mots — ma capacité à convaincre mon agresseur de me laisser vivre et de me voir comme un être humain.

« Si j’étais simplement un visage dans la foule, mes paroles n’auraient aucun impact. Je n’aurais pas l’occasion de faire un appel final et ni la plume ni les plaidoyers à ce stade ne feront grand-chose pour moi. Si j’étais le chef d’une nation dos au mur — disons, la Grande-Bretagne face à l’invasion d’Hitler pendant la Seconde Guerre mondiale — l’histoire nous a appris que la puissance militaire doit être affrontée par la puissance militaire.

« Les tentatives de pacification de Neville Chamberlain ont été inefficaces. C’est l’esprit combatif de Winston Churchill — associé à des paroles habiles, des discours émouvants et de puissants actes de persuasion visant l’Amérique — qui a tenu l’Allemagne à distance suffisamment longtemps pour que l’Amérique ajoute sa puissance de feu, sa puissance militaire et ses bombes atomiques.

« Ou peut-être un exemple plus moderne pour illustrer que les mots peuvent être inefficaces face à la violence — le coup d’État militaire au Myanmar. Malgré les protestations de ses citoyens et la pression internationale généralisée, la puissance militaire prévaut toujours. »

David et Goliath

Malgré la force physique de la puissance militaire, de nombreux grands esprits ont depuis longtemps tenu compte du pouvoir des mots. Napoléon Bonaparte est célèbre pour avoir dit : « Quatre journaux hostiles sont plus à craindre que mille baïonnettes ». Notez le rapport 4:1000 et qu’il a vécu à la fin des années 1700 et au début des années 1800. De nos jours, si Napoléon pouvait voir à quelle vitesse les nouvelles peuvent se répandre dans le monde, imaginez quel ratio il appliquerait aujourd’hui.

Thomas Jefferson a conduit Thomas Paine en disant : « Continue donc à faire avec ta plume ce qu’en d’autres temps on faisait avec l’épée : montre que la réforme est plus praticable en agissant sur l’esprit que sur le corps de l’homme. » Il est difficile de douter du cerveau d’un père fondateur américain et de l’auteur de la déclaration d’indépendance. Sans aucun doute, il a consacré beaucoup de réflexion et d’attention aux nuances du pouvoir.

Alternativement, si l’écrit n’a pas besoin d’être craint, alors les prises de contrôle du gouvernement ne censureraient pas et réprimeraient aussi étroitement les médias, la presse et la liberté d’expression.

Prenez par exemple la loi sur la sécurité nationale de la Chine concernant Hong Kong. Les émeutes et les manifestations qui ont occupé le devant de la scène mondiale en 2020 ont depuis été réprimées et il y a toujours de la résistance. Malgré la pression internationale et les sanctions, la Chine a poursuivi son démantèlement de journaux pro-démocratie comme Apple Daily.

Pourquoi ? Parce que la force brute à elle seule n’a jamais été suffisante pour vraiment briser l’esprit et la volonté du peuple. Tant qu’il y aura un cri de ralliement pour que les gens se tiennent derrière, ils n’accepteront pas la défaite.

Le stylo est le plus puissant avec l’épée

C’est un point discutable de se demander si le stylo est plus puissant que l’épée, ce qui pourrait expliquer pourquoi c’est un sujet de débat si populaire. En fin de compte, la plume est la plus puissante avec l’épée et l’épée est la plus puissante avec la plume.

Les mots seuls sont faibles et inefficaces, incapables de rassembler l’élan et la puissance nécessaires pour évoquer le changement, même avec l’utilisation de la technologie et des médias sociaux par notre ère moderne pour étendre notre portée.

Mais les mots, comme des charbons qui couvent sous un feu qui n’est pas complètement éteint, ont le potentiel de devenir une force révolutionnaire. Cela peut devenir un cri de ralliement pour remonter le moral des plus abattus. La plume peut exploiter le pouvoir de mille épées pour agir comme une seule — et c’est cette force que tout chef militaire brillant craint.

La puissance militaire n’est pas à se moquer. L’histoire est écrite par les vainqueurs et le plus souvent, les vainqueurs avaient plus de puissance de feu, de main-d’œuvre et de prouesses tactiques avec juste ce qu’il fallait de chance au bon moment.

Mais une seule épée, bien que sans aucun doute plus puissante qu’un seul stylo, reste limitée en portée et en puissance. Même avec le pouvoir meurtrier généralisé que nous possédons aujourd’hui, il ne peut toujours pas gagner le cœur des gens. Il ne peut pas guérir les blessures, apaiser les blessures ou unir une nation brisée. Un millier d’épées qui ne bougent pas à l’unisson ne causent que chaos et destruction.

Peut-être que l’équilibre du pouvoir réside dans le fait que l’épée doit ouvrir la voie à l’épanouissement de la plume et que la plume jette les bases sur lesquelles règne l’épée.



« Merci pour tous vos bons ouvrages. Je trouve ça important de vous en faire part. Un bon travail mérite d’être reconnu et remercier. »

Marc André Garand

« Vos pensées rejoignent les miennes. Merci de si bien nous informer. Bravo à vous M. Boulianne. »

Robin Caron

« Bonjour M. Boulianne. Un mot pour vous dire que vos blogs sont très intéressants. Vous devez travaillez très fort dans ce grand combat et je vous en suis très reconnaissant. »

Jean Tardy