L’Alberta et la Saskatchewan ont annoncé leur intention de mettre fin aux restrictions liées au COVID-19 et aux passeports pour les vaccins

Comme je l’ai écrit dans mon article du 5 février dernier, il est de plus en plus évident que le château de carte de celles et ceux qui ont comploté contre l’ensemble des populations,— ceux qu’on appelle en général les globalistes —, est en train de s’écrouler comme peau de chagrin. Leur ancien narratif concernant la Covid-19 ne fonctionne plus et leurs mensonges compulsifs les étouffe comme le serpent qui s’enroule sinueusement autour du cou de sa victime. Tout le monde sait désormais que la « pandémie » est maintenant devenue une simple « maladie endémique » grâce au variant Omicron. Tous les scientifiques le disent. Les pays mettent fin aux mesures restrictives liées à la Covid et au passeport vaccinal : l’Angleterre, l’Espagne, Israël et bien d’autres, signifiant par là que la « crise sanitaire » est terminée. Or, il est d’une évidence que moins de deux semaines après le début du « Convoi de la liberté », les provinces canadiennes de l’Alberta et de la Saskatchewan ont décidé qu’elles mettraient fin elles aussi au passeport de vaccination et aux mesures coercitives. Pour sa part, l’Ontario dit qu’elle réévaluera ses mandats de vaccins dans « les semaines et les mois à venir ». Il est clair que personne ne veut de ce diktat que les autorités ont souhaité imposer par des méthodes autoritaires et non-scientifiques, et comme je l’écrivais dans un autre article : « Les dirigeants qui persistent dans leurs plans d’extorsion, de coercition et de ségrégation devront faire face à la justice et en répondre criminellement devant les tribunaux ».

Alors que la pression des manifestations du « Freedom Convoy » contre les mandats de la COVID-19 augmente, deux provinces canadiennes, l’Alberta et la Saskatchewan, ont annoncé qu’elles supprimaient certaines restrictions liées à la COVID-19 et n’exigeraient plus de preuve de vaccination. Le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, a annoncé qu’à partir d’aujourd’hui, sa province n’exigera plus de passeports vaccinaux dans le cadre d’une élimination progressive en trois étapes des mandats COVID-19: « Le moment est venu de lever les restrictions sanitaires liées au COVID-19 en Alberta et de commencer à revenir à la normale ». La nourriture et les boissons seront désormais autorisées dans les grandes salles, et le masquage obligatoire pour les enfants prendra fin le 13 février à 23h59, les limites de capacité prenant fin et toutes les exigences de masquage à l’intérieur ayant disparu le 1er mars.


La Saskatchewan annonce la fin du programme de passeport vaccinal – 8 février 2022

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, a également annoncé que sa province se débarrasserait de ses exigences en matière de preuve de vaccination ou de test négatif le 14 février : « Les avantages de la politique de preuve de vaccination ne l’emportent plus sur les coûts, cette politique a très certainement suivi son cours. Il est donc temps pour nous de prendre du recul dans la vie avec COVID et de faire tout notre possible pour ramener notre vie à la normale. » L’annonce de Moe fait suite à sa promesse le 30 janvier de mettre fin à la politique de preuve de test négatif ou de preuve de vaccination de la Saskatchewan lorsqu’il a publié une lettre de soutien aux camionneurs, affirmant que les mandats de vaccination constituaient un fardeau inutile pour l’économie.

Moe et Kenney ont tous deux déclaré que leur assouplissement des restrictions liées au COVID-19 intervient à un moment où les divisions sur les mandats de vaccination doivent cesser. « Il est temps pour nous aussi de guérir les divisions dans nos communautés au sujet de la vaccination », a déclaré Moe. « Ces divisions sont dans nos familles, oui, elles sont dans nos communautés, mais elles sont partout dans notre province et dans ce pays. »

« Il est maintenant temps de commencer à apprendre à vivre avec la COVID », a déclaré Kenney. « Ces restrictions ont conduit à une terrible division. » Le premier ministre de l’Alberta a ajouté qu’aucune des restrictions restant en place ne mettra fin au COVID-19. « Nous verrons probablement aussi des moments où il y aura une pression supplémentaire sur les hôpitaux », a déclaré Kenney. « Mais les restrictions, les mandats et ce genre d’interventions ne deviendront pas et ne doivent pas devenir une caractéristique permanente de nos vies. » Kenney a également appelé le Premier ministre canadien Justin Trudeau à mettre fin au mandat de vaccination pour les camionneurs. « Si le mandat de vaccination des camionneurs entre le Canada et les États-Unis n’était pas assez grave, Justin Trudeau veut maintenant imposer un mandat aux camionneurs qui se déplacent entre les provinces », a tweeté Kenney.

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante a écrit en faveur de la fin des mandats de vaccination. « La suppression des restrictions commerciales est une étape importante, mais seulement la première vers un plan de relance des petites entreprises », a déclaré le président de la FCEI, Dan Kelly. Les résidents de l’Ontario, où se déroulent les manifestations du « Convoi de la liberté », ont appelé leur gouvernement à mettre également fin aux restrictions.

Ci-dessous, le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, annonce un plan pour lever les restrictions lors du point de presse du mardi 8 février 2022 : https://youtu.be/DAZGRCNEEDE?t=1869.

► Transcription du point de presse de Jason Kenney :

Ah, bonsoir. Aujourd’hui, le comité du cabinet COVID a approuvé un certain nombre de mesures qui constituent un plan prudent pour supprimer les restrictions de santé publique de l’Alberta et passer d’une réponse pandémique généralisée pour ramener nos vies à la normale. Avant de partager ce plan avec vous, j’aimerais aborder certaines des considérations qui ont éclairé notre décision aujourd’hui.

Premièrement, il est clair que nous avons dépassé le pic des infections à Omicron il y a environ trois semaines et que nous voyons maintenant le résultat alors que les admissions à l’hôpital liées au COVID diminuent. C’est une bonne nouvelle et reflète largement l’expérience d’autres juridictions à travers le monde en ce qui concerne la variante Omicron. C’est pourquoi des pays comme l’Angleterre, l’Écosse, l’Irlande, le Danemark, la Suède, la Norvège, l’Afrique du Sud, la Finlande et bien d’autres ont levé toutes ou presque toutes les restrictions de santé publique ces dernières semaines. C’est aussi pourquoi un nombre croissant d’États à travers les États-Unis ont également annoncé la levée de la plupart des mesures de santé publique, y compris les mandats de masque tels que les États de Californie, du Connecticut, du Delaware et du New Jersey ces derniers jours.

Je remarque que les provinces de la Saskatchewan et du Québec ont emboîté le pas avec leurs propres annonces plus tôt aujourd’hui. Les cas actifs de l’Alberta et la moyenne mobile sur sept jours des nouveaux cas ont chuté régulièrement dans toute la province, passant d’environ 7 000 par jour à environ 2 000 par jour, le nombre total de cas actifs passant de 55 000 à environ 30 000 maintenant. Le taux de positivité, c’est-à-dire le pourcentage de tests PCR qui reviennent positifs, a également continué de baisser, et des mesures de pointe comme la surveillance des eaux usées ont montré une diminution générale dans la plupart des régions de la province. Et comme je l’ai dit, nous voyons de nouvelles admissions à l’hôpital COVID descendre, ce qui est un autre indicateur avancé important.

Il est également important de noter que parce qu’Omicron est plus transmissible que les variantes précédentes de COVID, il infecte plus de patients hospitalisés qui ne présentent pas réellement de symptômes graves de COVID. Ainsi, environ 40% des patients hospitalisés qui ont été testés positifs pour le COVID ne sont pas réellement traités pour le COVID. Ce sont ce qu’on appelle des cas fortuits. Maintenant, ils peuvent ajouter une pression supplémentaire au système. Mais pour mettre cela dans son contexte, avec environ 1500 patients COVID non-ICU au total, en fait seulement environ 900 d’entre eux sont traités pour le COVID ou le COVID comme condition secondaire.

L’approche du gouvernement est aussi et a toujours été de maintenir les mesures de santé publique en place aussi longtemps qu’elles sont absolument nécessaires pour protéger la santé publique et notre système de soins de santé. Tout au long de la pandémie, la réponse politique de l’Alberta a toujours cherché à éviter de submerger notre système de santé tout en minimisant l’impact néfaste des restrictions sur la santé plus large de notre société.

Plus tôt dans la pandémie, lorsque le taux de vaccination était beaucoup plus faible. D’autres traitements n’étaient pas disponibles et les tests étaient beaucoup plus difficiles à trouver. Des interventions gouvernementales plus drastiques ont donc été nécessaires pour assurer la sécurité des personnes. Et permettez-moi juste d’aborder ce qui s’est passé en Alberta pendant la vague Delta en août et septembre. La réalité est que nous n’avions tout simplement pas des taux de vaccination suffisamment élevés, pas plus que nos voisins de la Saskatchewan. C’est pourquoi nous avons été plus durement touchés. Mais tout cela a changé. Maintenant, neuf Albertains sur 10 âgés de plus de 12 ans ont un certain niveau de protection vaccinale. Des traitements médicamenteux antiviraux pour prévenir les maladies graves et les hospitalisations sont désormais disponibles, et d’autres seront mis en place tout au long de l’année à venir. En d’autres termes, avec ce que nous savons maintenant sur le virus et les outils, nous devons le combattre. La menace du COVID-19 pour la santé publique ne l’emporte plus sur l’impact extrêmement dommageable des restrictions sanitaires de notre société sur la santé mentale des gens, sur leur bien-être émotionnel, sur notre santé sociale plus large.

Il est donc temps de commencer à apprendre à vivre avec le COVID. Ces restrictions ont conduit à de terribles divisions, même parmi les familles et les amis, et ont parfois attisé les tensions dans nos communautés et nos quartiers. Ils ont perturbé et même détruit tant de moyens de subsistance. Nous ne saurons jamais. Nous ne pourrons jamais faire un compte rendu complet de l’étendue de la douleur et des difficultés que les restrictions ont causées. Mais nous savons certaines choses, nous savons que nous avons vu en Alberta et dans le monde développé une augmentation significative des problèmes de santé mentale et émotionnelle chez les enfants et les adolescents, par exemple. Nous avons vu une augmentation de la violence domestique. Nous avons vu la faillite de nombreuses entreprises et bien sûr, au début de la pandémie, un chômage record.

Et à une époque où le monde devrait être grand ouvert et plein de possibilités et d’espoir, le COVID et les restrictions qui y sont associées ont privé des milliers de jeunes enfants des joies simples d’être simplement un enfant. Je parlais l’autre jour à un jeune père qui m’a dit que sa fille de 10 ans avait passé 20% de sa vie sous les restrictions sanitaires du COVID. Nous ne pouvons pas rester indéfiniment dans un état d’urgence renforcé. Nous devons commencer à guérir. Ainsi, l’Alberta passera à autre chose, mais nous le ferons prudemment. Je le ferai prudemment. Nous ne le ferons que si cela ne menace pas la capacité de notre système de soins de santé.

Notre plan comportera donc trois étapes, en commençant par assouplir les restrictions sur les activités et les situations qui se sont avérées moins à risque tout au long de la pandémie. La première commence avec les enfants et les jeunes. La première étape supprimera presque toutes les restrictions affectant les enfants, y compris la suppression du mandat de masque pour tous les élèves de 12 ans à compter de ce week-end. En dehors du cadre scolaire, les enfants de 12 ans et moins seront désormais exemptés du mandat général de masque qui continuera de s’appliquer en milieu intérieur pendant environ trois semaines à venir. Comme je le dis depuis longtemps, les enfants ont été soumis à un fardeau lourd et, je pense, injuste tout au long de la pandémie. Et compte tenu de la très faible menace que représente le COVID-19 pour la santé des enfants, il n’est plus justifiable après deux longues années de continuer à perturber et à restreindre la vie normale des enfants. Il est temps de laisser les enfants être des enfants, et je suis déterminé à faire en sorte que si jamais nous devions revenir à toutes sortes de mesures à l’avenir, Dieu nous en préserve, nous n’affecterons pas le bien-être, la liberté et la vie normale des enfants. .

La première étape mettra également fin au programme d’exemption de restriction dans son intégralité, à compter de minuit ce soir. Maintenant, je voulais dire ceci au sujet du programme d’exemption de restriction. Nous avons introduit cela en septembre lorsque notre capacité de soins de santé était soumise à de très fortes pressions, en particulier aux soins intensifs. Et à l’époque, nous avons constaté que 90 % de nos nouvelles admissions aux soins intensifs concernaient des personnes non vaccinées et que la province était généralement sous-vaccinée par rapport au reste du Canada. Il fallait simplement faire quelque chose d’urgent pour éviter une catastrophe en réanimation et dans nos hôpitaux en général. Et nous devions faire quelque chose pour augmenter nos taux de vaccination. Nous avons donc choisi une mesure qui évitait la fermeture des entreprises et des lieux de culte, mais nous permettait de réduire la transmission, tout en constatant une augmentation significative des vaccinations. Nous sommes passés d’environ 75 % de taux de vaccination à maintenant 90 % à la première dose et à peu près, nous sommes passés de 68 % à 87 % de couverture de la deuxième dose. Cela a fait une énorme différence. Il a sauvé de nombreuses vies et en même temps, nous avons vu un changement dans la transmissibilité.

La réalité est qu’avec le niveau élevé d’infectiosité de la variante Omicron, plus la protection décroissante contre l’infection d’une deuxième dose, la plupart des Albertains ont reçu leur deuxième dose il y a huit, neuf ou 10 mois. Nous avons vu que les personnes vaccinées présentent toujours un risque élevé d’infection par Omicron, non pas de conséquences graves, ni de maladie grave, mais d’infection. Et donc le fait est simplement que le programme d’exemption de restriction a atteint son but utile. Il a fait son travail. Cela ne conduit plus à des taux de vaccination plus élevés. En fait, nous avons vu nos taux de vaccination effectivement gelés depuis début décembre. Et donc notre approche du COVID doit changer à mesure que la maladie évolue. Et je crois que c’est exactement pourquoi le médecin hygiéniste en chef du Canada, le Dr Tam, a recommandé plus tôt cette semaine que les provinces réexaminent les programmes comme leurs programmes de preuve de vaccination. C’est exactement ce que nous faisons avec cette décision.

Enfin, la première étape supprimera les limites de capacité pour tous, à l’exception des salles de grande capacité de plus de 500 personnes. Le ministre Copping fournira de plus amples détails sur ces mesures.

Maintenant, suite à ces mesures de phase un, nous prendrons trois semaines pour surveiller attentivement les tendances en mettant l’accent sur les hospitalisations. Si, et seulement si nous continuons à voir une tendance à la baisse des hospitalisations, nous passerons alors à la phase deux. Notre date cible actuelle pour la phase deux est le 1er mars, date à laquelle nous prévoyons de lever la plupart des restrictions restantes, y compris le mandat de masque intérieur, l’obligation de travailler à domicile et les limites de capacité restantes. Après cette étape, nous prendrons plus de temps pour surveiller à nouveau les tendances en mettant l’accent sur la pression météorologique dans notre système hospitalier qui est gérable. Lorsqu’il est sécuritaire de le faire, nous passerions alors à la troisième étape, qui consisterait à éliminer toutes les mesures de santé publique restantes à ce stade.

Permettez-moi donc d’ajouter une mise en garde importante. Si les tendances actuelles s’inversent et si nous constatons une augmentation significative et soutenue de la pression sur nos hôpitaux, nous devrons peut-être suspendre certaines de ces mesures. Mais nous sommes déterminés à ramener notre vie à la normale en veillant à ce qu’un lit d’hôpital soit disponible pour tous ceux qui en ont besoin. Et c’est pourquoi une grande partie du prochain budget provincial plus tard ce mois-ci portera sur l’augmentation de la capacité du système de soins de santé de l’Alberta. Parce que malgré les efforts parfois héroïques de nos fantastiques professionnels de la santé de première ligne au cours des deux dernières années difficiles, ces deux mêmes années ont mis en lumière de graves lacunes dans le système de santé canadien, auxquelles nous devons simplement remédier. En commençant par le gouvernement fédéral qui paie sa part d’un système de soins de santé moderne de plus en plus coûteux et complexe avec une population vieillissante.

J’espère donc vivement que l’optimisme tant attendu d’aujourd’hui et cette annonce donneront plutôt un sentiment d’optimisme et d’espoir aux Albertains. Je sais que certains diront que c’est trop de changements et que nous allons trop vite. Mais gardez à l’esprit que nous avons quelques semaines de retard sur d’autres juridictions comme le Royaume-Uni, et nous pouvons observer ce qui se passe lorsqu’ils retrouvent un mode de vie normal. Par exemple, en Grande-Bretagne, la plupart des restrictions ont été supprimées à mesure que la vague Onicron s’est calmée. Et à part se prélasser dans des environnements à haut risque tels que les soins aigus et l’isolement obligatoire pour les personnes atteintes de COVID, il n’y a pas d’autres mandats à l’échelle nationale en Grande-Bretagne. Les cas et les hospitalisations pour le COVID continuent de baisser là-bas, et dans tous les autres pays que j’ai mentionnés qui ont levé les mesures à l’exception du Danemark. Bien que nous surveillions de près ce que font les autres endroits et que nous n’ayons aucun doute, ne doutez pas que notre plan se concentre sur les données ici en Alberta. Cela garantit que nous resterons sûrs, toujours conscients de ce qui se passe dans notre propre système de santé et que nous maintiendrons les protections pour les personnes les plus à risque jusqu’à la toute fin de ce plan de retour à la normale.

Nous avançons donc prudemment. Nous avançons avec confiance alors que nous travaillons à la fin des mesures restrictives et des dommages qu’elles imposent. Je veux être clair, rien de tout cela n’est la fin de COVID-19. De nouvelles variantes arriveront et nous verrons encore des moments où les cas seront plus élevés dans la province. Nous verrons probablement aussi des moments où il y aura une pression supplémentaire sur les hôpitaux, mais les restrictions, les mandats et ce genre d’interventions ne deviendront pas et ne doivent pas devenir une caractéristique permanente de nos vies. Avec l’adoption généralisée des vaccins, comme je l’ai dit, près de 87 % de personnes entièrement vaccinées avec deux doses et près d’un million et demi d’Albertains ayant reçu leur troisième injection, nous sommes bien placés pour vivre avec ce virus, comme nous le faisons avec de nombreux autres maladies infectieuses.

Les vaccins font ce que nous avons toujours dit qu’ils feraient pour nous protéger contre les maladies graves et leurs conséquences. Les chiffres ne mentent pas. Au cours des trois derniers mois, le taux de décès par COVID-19 chez les personnes en bonne santé mais non vaccinées en Alberta est plus de sept fois supérieur à celui des personnes entièrement vaccinées. Lorsque ce groupe auparavant en bonne santé mais non vacciné est comparé à ceux qui ont été entièrement vaccinés et renforcés avec leur troisième injection, la comparaison s’élargit. Le taux de décès non vaccinés est environ 17 fois supérieur à celui des personnes qui ont été complètement vaccinées et ont reçu une troisième injection. Nous encourageons fortement les Albertains à se faire vacciner parce que nous savons que cela fonctionne et nous voulons assurer votre sécurité et celle de votre entourage. [Cet énoncé est discutable. —G.B.]

Alors maintenant que l’écrasante majorité des Albertains sont protégés, nous sommes convaincus que nous pouvons commencer à assouplir les restrictions tout en évitant une pression excessive sur notre système de soins de santé. Et nous ne revenons pas à la normale d’un coup. Alors, s’il vous plaît, continuez à faire preuve de discernement et à prendre des décisions intelligentes. Des décisions qui ont du sens pour vous et votre famille. Notre système de soins est toujours soumis à un véritable stress, et nous pourrions encore voir des vagues de COVID-19 aller et venir, comme je l’ai dit dans les mois à venir. Mais nous devrons toujours protéger les plus vulnérables et nous devrons peut-être nous adapter au début de cette transition. Le virus nous a certainement tous meurtris, mais nous ne sommes pas brisés. Nous, les Albertains, ne sommes jamais brisés. Nous sommes toujours résilients. Il est temps de faire appel à cette résilience alors que nous avançons sur la voie de la reprise.

Il est temps de supprimer ces mesures sanitaires contraignantes et dommageables. Il est temps pour nous d’apprendre à vivre avec le COVID du mieux que nous pouvons.

Merci. Et je vais maintenant inviter M. Copping à fournir plus de détails.


► Le député libéral Joël Lighbound critique la gestion des mesures sanitaires — 8 février 2022

Anthologie2020PUB007


« Bonjour Monsieur Boulianne ! Toute ma gratitude et chapeau bas pour vos articles exceptionnels. »

Myriam

« L’honnêteté intellectuelle de Monsieur Boulianne fait que justement il est crédible, et quand il avance un fait, c’est qu’il l’a vérifié lui-même. »

Jean Ronchiato

« Cher Monsieur Boulianne, je suis ébahi par la qualité de votre recherche, de vos textes, et l’immense charge de travail que vous assumez avec la foi et l’intégrité d’un honnête homme. »

Damien Tremblay