Manifestations des camionneurs : le problème le plus profond est la classe médiatique et politique enracinée et qui divise le Canada

Je reproduis ci-dessous la traduction française de l’excellent article d’opinion de Peter Stockland paru le 12 février dernier dans le quotidien The Epoch Times. Peter Stockland a fait partie de l’équipe Cardus pendant plus de 10 ans en tant que rédacteur principal et rédacteur en chef de Convivium. Avant de se joindre à Cardus, il était vice-président des magazines de langue anglaise pour Readers’ Digest Magazines Canada Ltd. Il est un ancien rédacteur en chef du journal The Gazette à Montréal, un ancien rédacteur en chef de la page éditoriale du journal Calgary Herald, et a travaillé comme journaliste partout au Canada au cours de sa carrière de 30 ans dans les médias.

Il dirige actuellement sa propre entreprise de communication, Prima Communication, à Montréal où il vit avec sa femme, Linda. Il a été nommé éditeur du Catholic Register au début de 2022. En plus de sa carrière de journaliste, il est également un écrivain de fiction qui a publié dans de nombreux magazines à travers le pays. Son recueil de nouvelles, If Only, a été publié en novembre 2011 par Siren Song Press.



« Manifestations des camionneurs : le problème le plus profond est la classe médiatique et politique enracinée et qui divise le Canada »

► Par Peter Stockland, 12 février 2022

Peter Stockland

Les signes abondent que la classe médiatique et politique du Canada perd, même temporairement, son esprit collectif. Les signes viennent quotidiennement, souvent toutes les heures. Ou pour reprendre les mots immortels du premier ministre de l’Ontario, Doug Ford : « Le fromage glisse du biscuit ». Ce serait le même Doug Ford qui vient de déclarer “l’état d’urgence” pour faire face à quelques centaines de gros camionneurs qui bloquent les principaux passages frontaliers entre le Canada et les États-Unis. Un peu de fromage. Un craquelin.

Ford, et les autres politiciens des médias qui craignent que la manifestation des camionneurs risque de « détruire l’économie », semblent être sous un sort quasi hallucinatoire qui fait des camionneurs qui manifestent la source du problème. En réalité, les camionneurs manifestent parce qu’ils ont un problème pour protester.

À moins d’une intervention psychiatrique de masse pour nos dirigeants qui approchent du décollage délirant, peut-être que ce dont nous avons besoin, c’est que le Bureau de la compréhension claire des causes et des effets rétablisse une distinction saine entre symptôme et maladie.

Oui, bien sûr, les blocus des camionneurs sont économiquement perturbateurs. Peut-être qu’ils sont même aussi dangereux que prévu. Nous pouvons convenir qu’ils doivent cesser. Mais sûrement, après deux ans de COVID non-stop, cela devrait être une seconde nature pour nous que les démangeaisons et les égratignures ne soient pas la maladie.

Ou sommes-nous si loin dans l’amnésie de la maladie sous-jacente qui a rendu les camionneurs assez fous pour traverser le pays en convoi ? Oublions-nous ce qui les a poussés à bloquer les rues d’Ottawa, les ponts de Windsor-Detroit et d’autres points de pression ? L’imposition par la cohorte médiatique et politique, et la justification de plus en plus imprudente, des politiques publiques pandémiques sont-elles perdues dans les brumes de la mémoire ? Avons-nous perdu le fil des citoyens libres souffrant sous des édits d’État insensés ?

Détruire l’économie, dites-vous ? Dans les mots immortels de Randy Newman : « Où sommes-nous ? Sur la Lune? »

Qui a dévasté les fermetures de la vie économique qui se sont abattues comme le talon de fer de bottes de deux tonnes sur les membres vulnérables de la classe ouvrière ? Qui a mis des millions de travailleurs des services au chômage ? Qui a poussé la dette fédérale et provinciale à la limite de la catastrophe en payant les travailleurs pour qu’ils restent à la maison plutôt que d’investir dans les soins de santé pour nous épargner des hôpitaux débordés ?

Indice : Ce n’étaient pas les camionneurs. Ils étaient trop occupés à traverser le Canada et ses frontières pour maintenir ouvertes les voies d’approvisionnement. Voici une liste partielle d’autres choses que les camionneurs n’ont pas faites :

  • Nous empêcher de nous rendre au chevet de nos proches âgés ou mourants ;
  • Nous interdire les funérailles, les mariages, les remises de diplômes, etc., d’êtres chers ;
  • Nous empêcher d’aller dans les lieux de culte pour chercher du réconfort dans la louange et la prière ;
  • Nous obliger à afficher des cartes de propreté mandatées par l’État pour effectuer les activités quotidiennes ;
  • Coller leurs klaxons dans nos maisons pour nous dire combien de personnes pourraient visiter.

Tout cela, et bien d’autres, était le fait de la classe politique. La classe médiatique a encouragé sans relâche de telles mesures tout en abandonnant sa fonction fondamentale de poser des questions. Et les camionneurs sont le problème ?

Non. Le « problème » des camionneurs a pu être résolu dès le premier jour par le premier ministre Trudeau qui a promis d’abandonner les mandats de vaccination transfrontaliers. L’air aurait disparu des pneus du convoi avec un calendrier indiquant quand les autres affronts à la liberté imposés par le gouvernement fédéral cesseront. Comme les députés libéraux ont protesté, le premier ministre a plutôt choisi de faire de la politique cynique. Son comportement calomnieux soutient l’affirmation de Conrad Black selon laquelle il est inapte à exercer ses fonctions.

Pourtant, concentrer toute l’attention sur lui est myope. Le problème le plus profond est un bol politico-bureaucratique-médiatique qui est enraciné et qui divise. Il agit à partir d’un sentiment de son droit de contrôler les hauteurs dominantes de l’argument juste, lui donnant la prérogative de décider des élus et des exclus. Dans les mots immortels du roi Lear sur son chemin vers l’endroit fou : « C’est ainsi que se trouve la folie. »

Étant un éternel optimiste, cependant, je crois aux restaurateurs. Politiquement, la prescription consiste en des vagues répétées de nettoyage électoral, parfois décrites dans le manuel politico-nostrum comme « jeter les bâtards dehors ». La clé consiste en des doses continues. La partisanerie de parti doit céder la place à la solution « un mandat et vous n’en avez plus » jusqu’à ce que nous rétablissions l’équilibre démocratique.

De même, il faut faire pression sur les administrations entrantes pour transformer les sinécures de la haute fonction publique en sièges éjectables. Les mandarins, étant une espèce de belette, craignent le plus le coup à la porte du bureau suivi de : « Voici une boîte de banquier pour vos affaires. L’escorte hors du bâtiment attend ».

Quant à l’egomania des médias hérités, eh bien, les pauvres chéris ont de toute façon les deux pieds dans la tombe, n’est-ce pas ? La patience pourrait s’avérer une vertu. Quand c’est le cas, rappelons-nous que le convertisseur catalytique était les camionneurs du Canada qui se promenaient, selon les mots immortels du grand Tom Waits, « soufflent dans leurs cornes à chaque fenêtre de la ville ».



Anthologie2020PUB007


« Merci pour tout ce bon travail de recherche, d’analyse et de rédaction. C’est malheureux de voir que les journalistes ne font plus leur travail et que vous êtes l’un des seuls à vous dévouer pour nous. »

Stephane Quesnel

« M. Boulianne, Merci de nous tenir informé et merci pour l’excellent travail que vous faites. »

Paule

« Tu fais un excellent travail, je suis très impressionnée par toutes tes recherches. Ceux qui te critiquent ne font rien d’autres que critiquer. Ils ne valent même pas la peine que l’on parle d’eux. »

Marie Claire Tellier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s