« Convoi de la liberté » — Tamara Lich et Brian Peckford ont tenu une conférence de presse en réponse à la déclaration de l’état d’urgence

VEUILLEZ PRENDRE EN NOTE : Au cas où je serais éventuellement banni du réseau Twitter (plus de 12 500 abonnés), je vous invite à vous inscrire sur la plateforme VKontakte (VK). Voici ma page personnelle (plus de 9 072 abonnés) : https://vk.com/guy.boulianne.

J'ai récemment créé un site Web miroir afin de contourner la censure éventuelle qui pourrait survenir de la part des autorités et des GAFAM. Je vous invite donc à visiter régulièrement mon « nouveau » site internet et à vous inscrire à ma nouvelle lettre d’information hébergée chez Follow.it, et ceci même si vous être déjà abonné à ma lettre d’information actuelle. >>> Lettre d’information: follow.it / Site Web: guyboulianne.info.

Le 14 février 2022, la co-organisatrice du « Convoi de la liberté », Tamara Lich, et l’ancien premier ministre de Terre-Neuve et dernier architecte survivant de la Charte canadienne des droits et libertés, Brian Peckford, ont tenu une conférence de presse peu de temps avant la déclaration de l’état d’urgence par le gouvernement fédéral du dictateur Justin Trudeau. Les organisateurs du Freedom Convoy affirment qu’ils continueront de manifester sur la Colline du Parlement malgré la déclaration de l’état d’urgence par le gouvernement fédéral. « Nous n’avons pas peur. En fait, chaque fois que le gouvernement décide de suspendre davantage nos libertés civiles, notre détermination se renforce et l’importance de notre mission devient plus claire », a déclaré la co-organisatrice Tamara Lich. « Nous resterons pacifiques, mais plantés sur la Colline du Parlement jusqu’à ce que les mandats Covid-19 soient définitivement terminés. Nous reconnaissons qu’il existe un processus démocratique au sein duquel le changement se produit. Nous ne sommes jamais sortis de ce processus et nous n’avons pas l’intention de le faire. »

Le dictateur Justin Trudeau est le premier premier ministre à utiliser la Loi sur les mesures d’urgence. La loi remplace la Loi sur les mesures de guerre, qui a été utilisée pour la dernière fois par le père de Trudeau, alors premier ministre Pierre Elliott Trudeau, en 1970 lors de la crise d’octobre, lorsque des séparatistes québécois ont enlevé et tué le ministre du cabinet québécois Pierre Laporte. La loi donne à l’État des pouvoirs supplémentaires pour faire face aux manifestations et aux blocages, tels que la fourniture d’outils juridiques pour réduire le financement des manifestants, ainsi que le gel des comptes des entreprises dont les camions sont utilisés dans les blocages et la suppression de leur assurance.

« La Loi sur les mesures d’urgence sera utilisée pour renforcer et soutenir les organismes d’application de la loi à tous les niveaux à travers le pays. Il s’agit d’assurer la sécurité des Canadiens, de protéger les emplois des gens et de rétablir la confiance dans nos institutions », a déclaré Trudeau. « La police recevra plus d’outils pour rétablir l’ordre dans les endroits où les rassemblements publics peuvent constituer des activités illégales et dangereuses telles que des blocages et des occupations comme on le voit à Ottawa, au pont Ambassador et ailleurs. »

Tamara Lich a déclaré que les Canadiens « devraient être surpris » qu’une telle « mesure extrême » soit utilisée contre des manifestants pacifiques. « Nous avons d’innombrables personnes vulnérables dans notre foule, y compris des enfants, des personnes âgées et des personnes handicapées, qui ne peuvent être combattues avec force par une véritable démocratie libérale. Le droit de manifester pacifiquement est sacro-saint pour notre nation. Si ce principe est abandonné, le gouvernement se révélera comme une véritable tyrannie et il perdra toute sa crédibilité », a-t-elle déclaré. S’adressant au Premier ministre, Lich a déclaré : « Peu importe ce que vous faites, nous tiendrons la ligne. Aucune menace ne nous effrayera. »

« Il s’agit encore une fois d’un gouvernement excessif. Nous ne faisons pas ce genre de choses au Canada. Nous engageons un dialogue », a déclaré Brian Peckford. « Je crois comprendre que le gouvernement du Canada n’a pas tendu la main aux camionneurs depuis qu’ils sont arrivés dans cette capitale. Je trouve cela très difficile à comprendre, car comment pouvez-vous justifier d’aller vers une mesure comme une urgence, des mesures où beaucoup de pouvoirs peuvent être imposés aux citoyens, alors que vous n’avez même pas vous-même pris des mesures pour vous engager. »

La transcription de la conférence :

Brian Peckford : Je m’appelle Brian Peckford et je suis ici en tant que porte-parole du « Convoi de la liberté » canadien 2022. Et nous voulons faire un certain nombre de déclarations cet après-midi en prévision de ce qui est susceptible de se produire dans cette capitale plus tard aujourd’hui.

Nous comprenons que c’est l’intention du premier ministre, plus tard aujourd’hui, d’invoquer la loi d’urgence, qui est je suppose la version moderne de la loi sur les mesures de guerre et d’imposer cette loi s’il obtient l’approbation parlementaire, à la nation en réponse à ce que les camionneurs ont fait pacifiquement et dans la désobéissance légale et civile, qui fait partie de notre démocratie.

Pour commencer, je vais demander à Tamara qui est bien sûr l’une des grandes dirigeantes du mouvement des camionneurs de faire une déclaration. Tamara.

Tamara Lich : Merci. Je suis honoré d’être assis à côté du dernier fondateur survivant de notre Charte des droits et libertés. Le document même qui est maintenant utilisé contre les personnes qu’il est censé protéger. Le gouvernement fédéral prévoit d’invoquer la Loi sur les mesures d’urgence jamais utilisée auparavant. Tout d’abord, nous n’avons pas peur, en effet chaque fois que le gouvernement décide de suspendre davantage nos libertés civiles, notre détermination se renforce et l’importance de notre mission se précise. Nous resterons pacifiques mais plantés sur la Colline du Parlement jusqu’à ce que les mandats soient définitivement terminés.

Nous reconnaissons qu’il existe un processus démocratique au sein duquel le changement se produit, nous ne sommes jamais sortis de ce processus et nous n’avons pas l’intention de le faire. Tous les Canadiens devraient être surpris, peu importe leurs opinions politiques, qu’une mesure aussi extrême puisse être utilisée contre une manifestation pacifique. Nous avons d’innombrables personnes vulnérables dans notre foule, y compris des enfants, des personnes âgées et des personnes handicapées, qui ne peuvent être combattues avec force par une véritable démocratie libérale. Le droit de manifester pacifiquement est sacro-saint pour notre nation. Si ce principe est abandonné, le gouvernement se révélera comme une véritable tyrannie et il perdra toute sa crédibilité.

Dans cette situation malheureuse, nous sommes convaincus que ces politiciens, ces policiers et ces militaires écouteront leur conscience. N’oubliez pas que « je ne fais que suivre les ordres » a toujours été une excuse utilisée par ceux qui ignorent leur intuition morale. Mais nous avons confiance en vous, Canada, pour faire ce qu’il faut. Ne laissez pas cela devenir un moment sombre de notre histoire.

Je veux maintenant m’adresser à tous les Canadiens, nous vous aimons tous. Certains d’entre vous peuvent s’opposer à nos griefs, mais les sociétés démocratiques connaîtront toujours des désaccords non triviaux et une dissidence juste. Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles nous nous opposons aux mandats, certains d’entre nous ont été maltraités par notre gouvernement, y compris bon nombre de nos communautés autochtones qui ont personnellement subi des fautes médicales. Certains d’entre nous veulent simplement l’autonomie corporelle et s’opposent aux mandats pour des raisons de principe. Quelles que soient nos raisons et nos opinions, c’est la façon dont le gouvernement répond à ses citoyens qui détermine le sort du pays. Écoutez vos cœurs Canadiens, la Loi d’urgence est-elle la bonne réponse à nos démonstrations d’amour et de liberté.

Maintenant, je veux m’adresser au Premier ministre, quoi que vous fassiez, NOUS GARDERONS LA LIGNE. Il n’y a aucune menace qui nous effrayera, NOUS GARDERONS LA LIGNE. Enfin, à nos camionneurs et amis de la colline parlementaire, ne cédez pas à la peur et aux menaces. Votre courage a déjà dépassé toutes nos attentes et inspiré un mouvement international. Soyez fort, faites preuve de gentillesse, l’amour vaincra toujours la haine.

RESTER EN LIGNE. Merci.

Brian Peckford : Merci Tamara. C’est un moment très, très étrange de notre histoire. Si ce que nous entendons est vrai, principalement des médias grand public cette fois, je suppose que le premier ministre et le gouvernement du Canada ont l’intention d’invoquer la Loi d’urgence. Comme l’a dit Tamara, ce sera la première fois qu’elle sera utilisée. C’est la version moderne de la Loi sur les mesures de guerre telle que je comprends que le père de Justin Trudeau l’a invoquée il y a plusieurs décennies et qui a bien sûr causé beaucoup de problèmes, car encore une fois, c’était une application très large d’une loi qui même à l’époque ne s’appliquait qu’à une province [le Québec].

Et nous sommes donc de nouveau ici en 2022, examinant une situation, notamment en ce qui concerne le convoi 2022 qui est ici à Ottawa et dans les environs d’Ottawa, qui est paisible, les rues sont propres, la criminalité est en baisse depuis l’arrivée des camionneurs. Et donc par conséquent, il appartient au gouvernement d’évaluer s’il va poursuivre ce mouvement d’invoquer cette loi et de prouver qu’il est vraiment nécessaire de l’appliquer à la capitale et à ce convoi.

Nous avons essayé et je parle au nom des camionneurs maintenant, nous avons essayé très fort de nous assurer que nous faisons les choses pacifiquement et que nous exerçons notre désobéissance civile et nos droits à notre désobéissance civile. Et même au cours des derniers jours, les représentants des camionneurs ont été impliqués avec la Ville d’Ottawa dans des tâches très sérieuses pour s’assurer que les citoyens sont le moins possible touchés négativement et je pense que vous êtes au courant de certaines des dernières actions à cet égard, pour que les camionneurs ne soient pas insensibles au fait qu’ils sont dans une ville, dans une ville où il y a des citoyens qui ont aussi des droits et des libertés et qu’il faut les respecter.

En même temps il faut respecter le droit des camionneurs. En même temps, l’autre chose que certains d’entre vous ne savent peut-être pas, en invoquant la Loi, la nouvelle Loi sur les mesures de guerre, le gouvernement doit aller au Parlement (dans les sept prochains jours je pense) pour présenter l’affaire au Parlement. Le Sénat et la Chambre des communes doivent voter à ce sujet après un débat au Parlement. Et selon ma compréhension de la loi, il n’y a pas de limite à la période de débat et, par conséquent, j’espère que le gouvernement respectera cela et n’essaiera pas d’introduire une sorte de mesure de clôture pour restreindre le débat au Parlement.

Ce seront les représentants des camionneurs qui diront très fort aux partis politiques qu’il s’agit d’une action inutile du gouvernement du Canada. Qu’il s’agit encore une fois d’un excès de pouvoir du gouvernement. Nous ne faisons pas ce genre de choses au Canada, nous engageons un dialogue et je crois comprendre que le gouvernement du Canada n’a pas tendu la main une seule fois aux camionneurs depuis qu’ils sont arrivés dans cette capitale. Je trouve cela très difficile à comprendre, car comment pouvez-vous justifier d’aller vers une mesure comme les mesures d’urgence où beaucoup de pouvoirs peuvent être imposés aux citoyens alors que vous n’avez même pas vous-même pris des mesures pour engager… d’abord le dialogue.

Oublions les négociations pendant une minute, juste un dialogue naturel pour tendre la main et dire pouvons-nous nous asseoir et avoir une discussion, voir où se situent les principaux problèmes et voir s’il y a un terrain d’entente et avancer aussi rapidement.

On est frappé par le fait qu’il y a quelques jours, la province de l’Ontario a émis une ordonnance d’urgence et que nous avons seulement quelques jours plus tard l’anticipation que le gouvernement fédéral le fait. Est-ce que tout est prévu ? Tout cela est-il orchestré pour tenter d’accroître la peur chez les Canadiens afin qu’ils pensent que tout cela est justifié ?

L’autre chose qui me dérange vraiment, non seulement en tant que Canadien, mais en tant que personne qui a contribué à l’élaboration de la Charte des droits et libertés ici même dans cette ville il y a un peu plus de quarante ans, qui était un document constitutionnel censé pouvoir être à l’épreuve du temps. L’un des principes de cette Charte est que si les gouvernements entreprennent des actions visant à porter atteinte à la liberté de religion, à la liberté de conscience, à la liberté de pensée ou à la liberté d’expression ou à la liberté de mouvement ou d’association ou de réunion ou la liberté de vivre, la liberté et la poursuite du bonheur et la sécurité de la personne, et essayer de restreindre les déplacements dans le pays, de ne pas pouvoir voyager pour n’importe quel citoyen, ou ils vont en quelque sorte outrepasser son égalité devant la loi. Même si l’article 1 s’applique, ce qui, selon moi, ne s’applique pas, ils doivent justifier leurs actions de façon démontrable.

C’est un fardeau assez lourd. Et dans l’affaire Oakes en 1986, un juge de la Cour suprême a indiqué à quel point les gouvernements devront atteindre la barre haute pour éliminer les libertés et les droits individuels des Canadiens contenus dans leur Charte. Donc, le grand fardeau qui incombe au gouvernement du Canada lorsqu’il commence à entreprendre ce genre d’actions, est qu’il doit démontrer qu’il est conforme à la Charte des droits et libertés dans toutes ses mesures.

Et rappelez-vous, la Charte des droits et libertés dit aussi que, alors que ce pays a été fondé sur les principes de la suprématie de Dieu et de la primauté du droit, cela doit également entrer en jeu. Et que la constitution de cette nation, pas la loi d’urgence, la constitution de cette nation est la loi suprême du Canada. Donc, dans ce contexte, en tant que citoyen et personne impliquée dans la création de la Charte des droits et libertés, je dois contester ce que je prévois être une action contre le peuple de ce pays par le biais de la loi d’urgence.

Il est totalement inutile de l’appliquer aux camionneurs et, comme je l’ai dit, parce que j’en ai été informé par les dirigeants des camionneurs, nous le ferons au cours des prochains jours et des prochaines semaines, si cette déclaration particulière est transmise à la Chambre des Communes et au Sénat, que nous nous opposerons activement à l’adoption d’une telle mesure par le Parlement du Canada. Et nous espérons que d’ici la fin de la journée, et ce sera dans deux ou trois semaines, nous l’espérons, parce que nous voulons un débat vigoureux et nous ne voulons pas que le gouvernement du Canada mette fin à ce dossier. Cela donnera du temps aux représentants non seulement des camionneurs, mais des représentants des Canadiens d’un océan à l’autre pour parler de cette mesure unilatérale, de ce genre de mesure que prend le gouvernement du Canada, tu sais « tuer une mouche avec un marteau ».

Ceci est complètement absolument inutile. J’ai aussi beaucoup d’espoir parce que je comprends que le premier ministre et le gouvernement du Canada ont consulté les deux ou du moins ont informé les partis d’opposition et ont informé les provinces ou les premiers ministres. J’espère qu’avant la fin de cette journée, que cette loi sera prise par le gouvernement, qu’il ira de l’avant avec son intention de présenter cette loi d’urgence, que les premiers ministres viendront dire, comme je le dis, que c’est complètement inutile, qu’ils prendront la parole. Espérons que les députés avant la fin de cette journée prendront la parole.

Nous voulons savoir où en est chaque membre, pas d’hésitation, pas de cette façon, pas de marge de manœuvre ici. Nous voulons entendre tous les membres du Parlement et les membres de l’Assemblée législative de partout au pays, tous les quatorze, quelle est votre position sur tout cela ? Et qu’elle soit claire car nous sommes à un moment très historique de notre histoire pour voir cette loi être invoquée pour la première fois contre les manifestations pacifiques et la désobéissance civile.

Donc, je suppose que ce que nous disons, c’est que nous mettons le premier ministre et le gouvernement du Canada en garde. S’ils vont de l’avant avec ce que nous comprenons de la presse, ce qu’ils vont faire plus tard aujourd’hui, de promulguer cette déclaration d’urgence et la porter au Parlement du Canada, nous resterons forts comme nous nous l’avons été jusqu’à présent et nous nous opposerons à ces mesures inutiles contre les libertés de chaque Canadien.

Journaliste #1 : La manifestation à Windsor s’est terminée assez pacifiquement, quelques arrestations et la plupart des gens sont partis en voiture ou à pied, est-ce que ce qui se passe, est-ce que cela pourrait se terminer de la même manière qu’à Windsor, les gens s’en vont simplement en fonction de l’arrivée de la police ?

Brian Peckford : Je ne sais pas ce qui s’est passé à Windsor, donc je ne suis pas au courant de cela, je sais ce qui s’est passé au cours des dernières heures ou peu importe.

Journaliste #1 : Ils sont tous partis assez paisiblement, quelques dizaines d’arrestations, ils sont partis, ils sont partis en voiture, est-ce que ça pourrait finir de la même façon que ça s’est terminé là-bas, vous croyez ?

Brian Peckford : Eh bien, si je comprends bien, si vous me dites si la police commence à intervenir et que tout le monde s’en va, écoutez ce que les camionneurs ont dit, comme Tamara l’a dit ici aujourd’hui : NOUS ALLONS TENIR LA LIGNE.

Journaliste #2 : Aujourd’hui à Coutts en Alberta, la GRC a arrêté 11 personnes qui ont été trouvées avec des armes à feu, des munitions, des gilets pare-balles dans leurs remorques sur les sites de bloquage. [Réf.: La Presse] Assurez-vous les gens de cette communauté qu’aucun des manifestants qui sont ici n’ont d’armes à feu dans leurs camions ou véhicules ?

Tamara Lich : Je ne crois pas qu’ils le fassent.

[Échange incompréhensible des journalistes.]

Brian Peckford : Comme nous le savons, la criminalité a diminué dans la ville depuis l’arrivée des camionneurs, donc ce que vous dites n’a aucune preuve.

[Suivi d’applaudissements.]


► Le dictateur du Canada, Justin Trudeau, commente la réponse fédérale aux manifestations — 14 février 2022



« Merci pour tout ce bon travail de recherche, d’analyse et de rédaction. C’est malheureux de voir que les journalistes ne font plus leur travail et que vous êtes l’un des seuls à vous dévouer pour nous. »

Stephane Quesnel

« M. Boulianne, Merci de nous tenir informé et merci pour l’excellent travail que vous faites. »

Paule

« Tu fais un excellent travail, je suis très impressionnée par toutes tes recherches. Ceux qui te critiquent ne font rien d’autres que critiquer. Ils ne valent même pas la peine que l’on parle d’eux. »

Marie Claire Tellier

Une réflexion au sujet de « « Convoi de la liberté » — Tamara Lich et Brian Peckford ont tenu une conférence de presse en réponse à la déclaration de l’état d’urgence »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s