Des armes à feu pourraient être placées à Ottawa pour discréditer une manifestation, préviennent les organisateurs du convoi

VEUILLEZ PRENDRE EN NOTE : Au cas où je serais éventuellement banni du réseau Twitter (plus de 12 500 abonnés), je vous invite à vous inscrire sur la plateforme VKontakte (VK). Voici ma page personnelle (plus de 9 088 abonnés) : https://vk.com/guy.boulianne.

J'ai récemment créé un site Web miroir afin de contourner la censure éventuelle qui pourrait survenir de la part des autorités et des GAFAM. Je vous invite donc à visiter régulièrement mon « nouveau » site internet et à vous inscrire à ma nouvelle lettre d’information hébergée chez Follow.it, et ceci même si vous être déjà abonné à ma lettre d’information actuelle. >>> Lettre d’information: follow.it / Site Web: guyboulianne.info.

Les organisateurs du « Convoi de la liberté » (Freedom Convoy) dans la capitale canadienne disent avoir informé la police après avoir appris que des «éléments néfastes» prévoyaient de planter des armes lors des manifestations du mandat COVID-19 d’Ottawa comme «prétexte pour expulser de force des manifestants pacifiques». Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux le 14 février, Daniel Bulford, un ancien officier de la GRC qui aide les organisateurs de la manifestation à assurer la sécurité, a déclaré avoir reçu des informations de sources qu’ils considèrent comme « fiables » selon lesquelles les armes pourraient être posées. Les informations, a déclaré Bulford, sont en corrélation avec les plus de 2 000 armes à feu qui ont été volées à Peterborough, en Ontario, le matin du 13 février.

Les agents du service de police de Peterborough avaient déclaré qu’ils enquêtaient sur l’incident concernant les armes à feu volées, qui ont été prises dans une cour de camionnage de la ville aux petites heures du matin. Le camion et la remorque transportaient plus de 2 000 armes à feu avec chargeurs. Les responsables ont déclaré qu’aucune munition n’avait été prise.

Daniel Bulford déclare dans la vidéo :

« Aujourd’hui, le 14 février, nous avons reçu des informations de plusieurs sources fiables et présumées selon lesquelles des armes à feu pourraient être placées à Ottawa, en particulier autour du Freedom Convey, pour discréditer la manifestation et servir de prétexte pour expulser de force des manifestants pacifiques », a déclaré Bulford, disant qu’il était superviseur des tireurs d’élite à la GRC, régulièrement chargé de protéger le premier ministre. Il a quitté la force car il ne voulait pas se faire vacciner contre le COVID-19.

« En raison de la nature de ces informations, nous avons estimé qu’il était prudent d’informer le public dans l’intérêt de sa sécurité. Ces renseignements privés sont en corrélation avec les quelque 2 000 armes à feu volées à Peterborough, en Ontario, le dimanche matin 13 février.

« Nos sources nous ont informés que ces armes pourraient être placées par des éléments néfastes et à ce stade, nous n’avons aucune autre information sur qui est derrière cet acte de sabotage.

« Dès que nous avons reçu cette information, nous avons avisé les autorités compétentes avec lesquelles nous collaborons, notamment le Service de police d’Ottawa, la Police provinciale de l’Ontario, la Gendarmerie royale du Canada et le Service de protection parlementaire. »

Une opération sous faux drapeau se prépare-t-elle au Canada ? Comme le précise Abraham Blondeau, la GRC a également été prise en flagrant délit de « fabrication de terrorisme » à plusieurs reprises.

Daniel Bulford a exhorté les manifestants à informer immédiatement la police s’ils sont témoins d’activités suspectes. Il a également demandé à la police de ne pas « agir de manière discriminatoire » envers les manifestants. « Nous affirmons expressément le principe selon lequel le changement ne peut se produire que dans le cadre du processus démocratique. Nous n’avons jamais, et n’avons jamais l’intention, de nous écarter de ce processus démocratique. La sécurité publique et policière demeure notre principale préoccupation », a-t-il déclaré.

Dans un communiqué de presse du 14 février, le service de police de Peterborough a déclaré qu’un camion transportant plus de 2 000 armes à feu avait été volé dans une cour de camionnage à Peterborough. Les armes à feu étaient de petit calibre avec les chargeurs attachés.

Les responsables ont déclaré qu’ils pensaient qu’il s’agissait d’un crime d’opportunité isolé plutôt que d’un incident ciblé. « On pense que les suspects sont entrés dans plusieurs autres chantiers commerciaux de la ville avant celui-ci, et qu’ils avaient tenté de prendre différents camions et remorques avant de partir avec la remorque recherchée dans cet incident », ont déclaré des responsables.

Le camion est un Freightliner New Cascadia 126 2019 blanc avec le nom de l’entreprise en rouge sur les portes et un numéro 97 rouge en rouge sur le côté du capot. La remorque était une remorque blanche Hyundai 2014 de 53 pieds pour le fret sec avec une ligne métallique argentée qui s’étend  horizontalement sur toute la longueur de la remorque, a indiqué la police. Les agents s’efforcent actuellement de localiser la remorque et son contenu et de reprendre les armes à feu volées dans la base de données nationale.

L’annonce de sécurité publique des organisateurs du « Convoi de la liberté » intervient après que la GRC a déclaré avoir arrêté 11 personnes lors de la manifestation au passage frontalier de Coutts dans le sud de l’Alberta et saisi 13 armes d’épaule ainsi que des armes de poing et une grande quantité de munitions. [Réf.: La Presse] Dans un communiqué de presse du 14 février, la GRC a déclaré avoir reçu des informations tôt le matin selon lesquelles un « petit groupe organisé » au sein de la plus grande manifestation de Coutts avait accès à une cache d’armes à feu et de munitions. « Le groupe aurait été disposé à utiliser la force contre la police si des tentatives étaient faites pour perturber le blocus », ont déclaré des responsables.

Les agents ont fouillé trois caravanes soupçonnées d’être liées au petit groupe et ont arrêté 11 personnes. Ils ont également saisi 13 armes d’épaule, des armes de poing, plusieurs ensembles de gilets pare-balles, une machette, une grande quantité de munitions et des chargeurs de grande capacité.

La manifestation au poste frontalier de Coutts a commencé le 29 janvier. Il s’agit de l’une des nombreuses manifestations qui ont commencé depuis que le « Convoi de la liberté » a campé à Ottawa pour manifester contre le mandat du gouvernement canadien concernant le vaccin COVID-19 pour les camionneurs transfrontaliers.

Lundi, le premier ministre Justin Trudeau a déclaré aux journalistes que le gouvernement invoquait pour la première fois la Loi sur les mesures d’urgence pour faire face à l’impact des protestations en cours contre les mandats et les restrictions de la COVID-19 par les camionneurs et leurs partisans.

Ceci est une mise à jour vidéo du sergent-détective d’état-major Michael Jackson sur le vol de plus de 2000 armes à feu le dimanche 13 février 2022.


« Merci pour tout ce bon travail de recherche, d’analyse et de rédaction. C’est malheureux de voir que les journalistes ne font plus leur travail et que vous êtes l’un des seuls à vous dévouer pour nous. »

Stephane Quesnel

« M. Boulianne, Merci de nous tenir informé et merci pour l’excellent travail que vous faites. »

Paule

« Tu fais un excellent travail, je suis très impressionnée par toutes tes recherches. Ceux qui te critiquent ne font rien d’autres que critiquer. Ils ne valent même pas la peine que l’on parle d’eux. »

Marie Claire Tellier

3 réflexions au sujet de « Des armes à feu pourraient être placées à Ottawa pour discréditer une manifestation, préviennent les organisateurs du convoi »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s