Justin Trudeau a déclaré l’état d’urgence pour les protestations contre les mandats de la COVID-19. Quatre premiers ministres sont en désaccord avec l’invocation de cette loi extrême

VEUILLEZ PRENDRE EN NOTE : Au cas où je serais éventuellement banni du réseau Twitter (plus de 12 500 abonnés), je vous invite à vous inscrire sur la plateforme VKontakte (VK). Voici ma page personnelle (plus de 9 073 abonnés) : https://vk.com/guy.boulianne.

J'ai récemment créé un site Web miroir afin de contourner la censure éventuelle qui pourrait survenir de la part des autorités et des GAFAM. Je vous invite donc à visiter régulièrement mon « nouveau » site internet et à vous inscrire à ma nouvelle lettre d’information hébergée chez Follow.it, et ceci même si vous être déjà abonné à ma lettre d’information actuelle. >>> Lettre d’information: follow.it / Site Web: guyboulianne.info.

Le gouvernement fédéral canadien a déclaré l’état d’urgence en raison des protestations en cours contre les mandats et les restrictions du COVID-19 par les camionneurs et leurs partisans. Lors d’une conférence de presse le 14 février, le premier ministre Justin Trudeau a déclaré que les manifestations n’étaient pas pacifiques et nuisaient à l’économie, alors que des mesures étaient nécessaires pour renforcer les forces de l’ordre. « Vendredi, l’Ontario a invoqué l’état d’urgence pour répondre aux blocages. C’était la chose responsable et nécessaire à faire. Aujourd’hui, pour continuer à bâtir sur ces efforts, le gouvernement fédéral est prêt à utiliser davantage d’outils à sa disposition pour maîtriser pleinement la situation », a-t-il déclaré.

Trudeau a déclaré que l’application de la Loi sur les mesures d’urgence sera limitée dans le temps et sera utilisée de manière ciblée et proportionnée. Il a ajouté que la loi sera utilisée pour protéger les infrastructures essentielles telles que les aéroports et les passages frontaliers.

La vice-première ministre Chrystia Freeland a annoncé un certain nombre de mesures visant à réduire le financement des manifestations. Il s’agit notamment d’élargir les mesures de lutte contre le blanchiment d’argent aux plateformes de financement participatif et aux monnaies numériques. Les banques pourront également geler les comptes des entités impliquées dans les manifestations. Freeland a également déclaré que pour les entreprises dont les camions sont utilisés dans les blocus, leurs comptes d’entreprise seront gelés et leur assurance suspendue.

Justin Trudeau est le premier premier ministre à invoquer la Loi sur les mesures d’urgence. En 1988, la Loi sur les mesures d’urgence a remplacé la Loi sur les mesures de guerre, que le père de Trudeau, alors premier ministre Pierre Elliott Trudeau, a utilisée en 1970 lors de la crise d’octobre lorsque des séparatistes québécois ont enlevé et tué le ministre du cabinet québécois Pierre Laporte.

Les premiers ministres de l’Alberta, de la Saskatchewan, du Manitoba et du Québec ont déclaré qu’ils n’appuyaient pas l’utilisation de la loi par le premier ministre.

« Ce matin, j’ai dit au premier ministre Trudeau que le gouvernement de l’Alberta s’oppose à l’invocation de la loi fédérale sur les mesures d’urgence. Nous disposons de tous les outils juridiques et de toutes les ressources opérationnelles nécessaires au maintien de l’ordre. La loi n’ajouterait aucun pouvoir ou ressource supplémentaire pertinent. J’ai également exprimé notre inquiétude quant au fait que l’invocation de la Loi fédérale sur les mesures d’urgence pourrait aggraver une situation tendue. », a écrit le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, sur Twitter le 14 février. « J’ai réitéré mon appel à Ottawa pour qu’il travaille avec l’administration Biden pour mettre fin au mandat de vaccination des camionneurs transfrontaliers, car il ne sert aucun objectif de santé publique utile », ajoute-t-il.

« Les barrages illégaux doivent cesser, mais la police dispose déjà d’outils suffisants pour faire respecter la loi et dégager les barrages, comme elle l’a fait ce week-end à Windsor. Par conséquent, la Saskatchewan n’appuie pas le gouvernement Trudeau qui invoque la Loi sur les mesures d’urgence. Si le gouvernement fédéral va de l’avant avec cette mesure, j’espère qu’elle ne sera invoquée que dans les provinces qui en font la demande, comme la loi le permet », a écrit pour sa part le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, sur son compte Twitter.

La première ministre du Manitoba, Heather Stefanson, a également écrit dans un tweet que l’invocation de tels pouvoirs n’est pas nécessaire dans sa province. « Je suis fière des responsables de l’application de la loi du Manitoba et j’ai entièrement confiance en eux pour protéger nos communautés. La proposition du gouvernement fédéral d’utiliser la Loi sur les mesures d’urgence n’aide pas la situation à la frontière d’Emerson. »

Le premier ministre du Québec, François Legault, a adopté une position similaire, affirmant qu’il ne voulait pas que la loi s’applique au Québec, car il s’agit d’une mesure inutile et source de division, a rapporté La Presse. « On n’en veut pas sur le territoire québécois », a-t-il martelé dans le cadre d’une conférence de presse, à Longueuil, en présence de la mairesse Catherine Fournier. « Je comprends qu’il y a un problème particulier en Ontario, en particulier à Ottawa. On est bien prêts à supporter ce qui est nécessaire d’être fait par l’Ontario et par le gouvernement fédéral, et évidemment par le gouvernement municipal de la Ville d’Ottawa. Mais on ne souhaite pas avoir l’état d’urgence au Québec pour deux raisons. D’abord, on ne pense pas que c’est nécessaire. On l’a vu à Québec, on l’a vu en fin de semaine à Montréal : les corps de police et la Sûreté du Québec arrivent à garder le contrôle. Deuxièmement, je pense que c’est le temps de rassembler les Québécois, ce n’est pas le temps de les diviser. »

Lors d’une conférence de presse plus tôt le 14 février, l’organisatrice du « Convoi de la liberté », Tamara Lich, a déclaré que les manifestants continueraient à manifester jusqu’à ce que leurs demandes soient satisfaites. « Nous resterons pacifiques, mais plantés sur la colline du Parlement jusqu’à ce que les mandats soient levés », a déclaré Lich.

Brian Peckford, ancien premier ministre de Terre-Neuve qui agit en tant que porte-parole du Freedom Convoy, a déclaré lors de la conférence de presse que la manifestation à Ottawa avait été pacifique et a remis en question la justification de la déclaration de l’état d’urgence. « En regardant la situation, surtout en ce qui concerne le convoi 2022, qui est ici à Ottawa… c’est paisible. Les rues sont propres [et] la criminalité est en baisse depuis l’arrivée des camionneurs », a déclaré Peckford.

Le Centre de justice pour les libertés constitutionnelles, qui fournit une représentation légale aux organisateurs, a déclaré dans un communiqué avant la déclaration qu’il « déposerait immédiatement une requête en justice visant à annuler une telle déclaration ».

« Le premier ministre Pierre Trudeau a utilisé la Loi sur les mesures de guerre en 1970 pour faire face à la violence, aux enlèvements et aux meurtres commis par des terroristes au Québec. Aujourd’hui, le premier ministre Justin Trudeau envisage d’utiliser la Loi sur les mesures d’urgence pour faire face aux châteaux gonflables et au hockey-balle », a déclaré le directeur du contentieux du Centre de justice, Jay Cameron, dans un communiqué.

« Les manifestants pacifiques qui nourrissent les sans-abri, déneigent, ramassent les ordures, dansent dans les rues, jouent au hockey de rue, agitent des drapeaux canadiens, chantent l’hymne national et installent des châteaux gonflables pour les enfants ne mettent pas sérieusement en danger la vie, la santé ou la sécurité des Canadiens », et ces activités pacifiques ne sont pas « d’une ampleur ou d’une nature telles qu’elles dépassent la capacité ou l’autorité d’une province à y faire face ».

La chef conservatrice par intérim, Candice Bergen, a déclaré que son parti examinerait ce que le gouvernement libéral propose et évaluerait la justification, puis déciderait de l’appuyer ou non. « A première vue, nous sommes très préoccupés par ce que nous voyons », a déclaré Bergen lors d’une conférence de presse le 14 février.


► Le dictateur du Canada, Justin Trudeau, commente la réponse fédérale aux manifestations — 14 février 2022



« Merci pour tout ce bon travail de recherche, d’analyse et de rédaction. C’est malheureux de voir que les journalistes ne font plus leur travail et que vous êtes l’un des seuls à vous dévouer pour nous. »

Stephane Quesnel

« M. Boulianne, Merci de nous tenir informé et merci pour l’excellent travail que vous faites. »

Paule

« Tu fais un excellent travail, je suis très impressionnée par toutes tes recherches. Ceux qui te critiquent ne font rien d’autres que critiquer. Ils ne valent même pas la peine que l’on parle d’eux. »

Marie Claire Tellier

Une réflexion au sujet de « Justin Trudeau a déclaré l’état d’urgence pour les protestations contre les mandats de la COVID-19. Quatre premiers ministres sont en désaccord avec l’invocation de cette loi extrême »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s