Le maire Jim Watson a fait l’éloge des pouvoirs d’urgence controversés du Premier ministre Justin Trudeau et a déclaré qu’il souhaitait vendre les véhicules saisis aux manifestants

VEUILLEZ PRENDRE EN NOTE : Au cas où je serais éventuellement banni du réseau Twitter, je vous invite à vous inscrire sur la plateforme VKontakte (VK) qui est à ce jour le réseau le plus libre sur internet. Voici ma page personnelle : https://vk.com/guy.boulianne.

Le Canada vit les heures les plus sombres de son histoire. La révolution du dictateur Justin Trudeau a reçu l’appui du parti communiste des néodémocrates qui a, du même coup, sauvé le gouvernement de ce qui avait toutes les allures d’un vote de confiance. La loi sur les mesures d’urgence (anciennement: Loi sur les mesures de guerre) a été approuvée hier soir par 185 députés, tandis que 151 s’y sont opposés. Les conservateurs et les bloquistes ont déjà affiché leur opposition à la motion, les premiers jugeant que le maintien de l’ordre était possible sans utiliser la Loi sur les mesures d’urgence, les seconds estimant que la situation passablement moins tendue au Québec ne requerrait pas son application sur le territoire québécois. Pour le chef bloquiste Yves-François Blanchet, le gouvernement « invoque la loi la plus contraignante de l’arsenal juridique, et parce qu’il a peur de se planter, il menace d’imposer la contrainte d’en faire un vote de confiance. C’est un constat d’échec et ce n’est certainement pas une preuve de courage. »

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi la mesure était toujours nécessaire maintenant que la police avait évacué les manifestants du centre-ville d’Ottawa et rouvert les passages frontaliers, le dictateur Trudeau a déclaré que l’état d’urgence n’était pas encore terminé. « Même si les blocages sont levés à travers les ouvertures de frontières en ce moment, même si les choses semblent très bien se résoudre à Ottawa, cet état d’urgence n’est pas terminé. Il continue d’y avoir de réelles inquiétudes pour les jours à venir. Mais nous continuerons d’évaluer chaque jour s’il est temps ou non et si nous sommes en mesure de lever l’état d’urgence », a-t-il déclaré. Ceci laisse la porte grande ouverte. Celles et ceux qui croient que les mesures d’urgence seront circonscrites à un territoire et à une période de temps limités se trompent amèrement. Nous en avons pourtant fait la douloureuse expérience avec ces multiples décrets qui se sont prolongés de semaine en semaine, de mois en mois depuis les deux dernières années.

J’ai écrit le 20 février dernier : « À mon avis, les mesures d’urgence invoquées par Justin Trudeau sont là pour rester… du moins assez longtemps pour faire des dommages irréparables. Seul un renversement de ce nouveau régime totalitaire pourrait rétablir ce qui a été déconstruit. » Évidemment j’espère faire erreur, mais pour le moment je conserve cette première impression. Le gouvernement a désormais les mains libres pour commettre toutes les forfaitures possibles. Il profitera certainement de cette période de crise pour accroître le contrôle du gouvernement sur l’Internet par le biais de trois nouveaux projets de loi qui seront présentés au Parlement avant mars 2022. (Lire cet article)

Alors que Trudeau a déclaré qu’il ne voulait pas maintenir les mesures d’urgence en place « un seul jour de plus que nécessaire », il avait précédemment déclaré qu’il présenterait des projets de loi pour rendre certaines des mesures permanentes, comme obliger les plateformes de financement participatif à s’inscrire auprès du Financial Transactions et Centre d’analyse des rapports du Canada.

Déjà, plusieurs mesures financières ont été introduites pour réduire le financement des manifestations, telles que l’élargissement de la réglementation anti-blanchiment pour englober les plateformes de financement participatif et les monnaies numériques. Les banques peuvent également geler les comptes des particuliers et des entreprises impliqués dans les manifestations sans ordonnance du tribunal. Quelque 206 actifs financiers — y compris des comptes bancaires et d’entreprises — ont été gelés et des informations sur 56 entités associées à des véhicules, des particuliers et des entreprises ont été divulguées, a déclaré Mike Duheme, sous-commissaire de la police fédérale de la GRC.

Les libertés civiles et les groupes de défense des droits constitutionnels ont lancé des contestations judiciaires contre l’utilisation par le gouvernement de la loi sur les mesures d’urgence face aux manifestations. « La déclaration d’urgence du gouvernement est sans précédent et porte gravement atteinte aux droits des Canadiens », a déclaré la directrice générale de l’Association canadienne des libertés civiles, Noa Mendelsohn Aviv, lors d’une conférence de presse le 17 février, après avoir annoncé que son organisation avait l’intention de poursuivre le gouvernement en justice pour son utilisation de l’acte. La Canadian Constitution Foundation (CCF) a également déclaré qu’elle intentait une action en justice contre le gouvernement pour son utilisation de la loi.

Le maire d’Ottawa veut vendre les camions confisqués du Convoi de la liberté

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, a salué la répression policière contre les manifestants anti-mandat du Convoi de la Liberté dans la capitale canadienne. Une fois les manifestations terminées, il a déclaré aux médias d’État que les camions, les caravanes et les véhicules saisis aux manifestants devraient être vendus, affirmant que les pouvoirs d’urgence controversés du premier ministre Justin Trudeau lui permettaient de le faire.

S’adressant à CBC samedi, Watson a félicité les policiers d’avoir évacué les manifestants du centre-ville d’Ottawa, où ils avaient campé pendant trois semaines pour protester contre les mandats de vaccination. Les manifestations ont été brisées par des agents de la police municipale et fédérale entre vendredi et samedi après que Trudeau a invoqué lundi la loi sur les mesures d’urgence.

Malgré des séquences vidéo montrant des scènes choquantes de brutalités policières, Watson a déclaré que les policiers avaient « fait un travail remarquable » et étaient « très mesurés dans leur réponse ». Au moins 170 manifestants ont été arrêtés, plus de 50 véhicules ont été saisis et le gouvernement a gelé les comptes bancaires d’au moins 76 manifestants et sympathisants.

« En vertu de la loi sur les urgences, j’ai demandé à notre avocat et à notre directeur municipal, “comment pouvons-nous garder les dépanneuses, les camping-cars, les camionnettes et tout ce que nous avons confisqué, et vendre ces équipements pour aider à récupérer une partie de les coûts que nos contribuables absorbent?” », a déclaré Watson à CBC. Watson a également cité les pertes des entreprises locales comme l’une des raisons pour lesquelles il tenterait de vendre des véhicules saisis.

Plus tôt samedi, la trésorière de la ville, Wendy Stephanson, a affirmé que la gestion de la manifestation coûtait à la ville environ 1 million de dollars canadiens (785 000 dollars) par jour, selon CTV News. « Nous devrions dénoncer ces personnes qui ont causé ce chaos », a déclaré Watson dans une interview séparée avec CTV samedi, faisant référence aux manifestants. On ne sait pas si le plan de Watson ira de l’avant et si la loi sur les mesures d’urgence permet réellement à la ville de vendre aux enchères les véhicules saisis. La Police d’Ottawa a précédemment déclaré que les véhicules saisis seraient retenus pendant sept jours, après quoi ils pourront être récupérés.

Le 14 février 2022, la vice-première ministre et ministre des Finances du Canada, Chrystia Freeland, a annoncé que le financement participatif pour les Canadiens qui manifestent pour la liberté sera considéré comme un financement du terrorisme. Tout ceci est extrêmement grave ! Le gouvernement compare les camionneurs et les manifestants pacifiques à des terroristes, ce qui lui permet d’exercer les répressions les plus inqualifiables. Le gouvernement communiste du Canada est en train de ruiner le pays sous de faux prétextes, ce qui lui permettra d’imposer sa mainmise sur l’ensemble de la population. Il s’agit bel et bien d’une révolution perpétrée par une élite criminelle et sans honneur. Il ne faut pas oublier qu’une opération sous faux drapeau n’est toujours par exclue, ce qui permettrait à cette même élite « de rendre les mesures d’urgence permanentes », c’est-à-dire l’établissement d’un État totalitaire.

En votant selon les lignes de parti, la Chambre des communes du Canada adopte la motion sur la Loi sur les mesures d’urgence du gouvernement libéral

En votant selon les lignes de parti, une majorité de députés à la Chambre des communes ont voté le 21 février pour approuver les mesures extraordinaires et temporaires de la Loi sur les mesures d’urgence invoquées par le premier ministre et dictateur Justin Trudeau. Les libéraux au pouvoir et le NPD communiste ont voté en faveur de la motion de confirmation de la déclaration d’urgence, tandis que les conservateurs et le Bloc québécois ont voté contre. La motion a été adoptée avec 185 députés votant pour et 151 votant contre.

Trudeau a invoqué la loi le 14 février pour faire face aux manifestations à Ottawa et ailleurs contre les mandats et les restrictions du COVID-19. Avant le vote du 21 février, Trudeau a insisté sur le fait que l’utilisation de la loi est toujours nécessaire même si les barrages frontaliers et la manifestation à Ottawa ont été effectivement éliminés. « Même si les blocages sont levés à travers les ouvertures de frontières en ce moment, même si les choses semblent très bien se résoudre à Ottawa, cet état d’urgence n’est pas terminé », a déclaré Trudeau lors d’une conférence de presse le matin du 21 février. « Il continue d’y avoir de réelles inquiétudes concernant les jours à venir. Mais nous continuerons d’évaluer chaque jour s’il est temps ou non et si nous sommes en mesure de lever l’état d’urgence. »

Trudeau a également laissé entendre que le vote sur la motion de déclaration d’urgence pourrait être un vote de confiance. « Quiconque vote non ce soir fait autre chose que d’indiquer qu’il ne fait pas confiance au gouvernement pour prendre des décisions incroyablement capitales et importantes à un moment très difficile », a déclaré Trudeau. Les conservateurs ont demandé des éclaircissements avant le vote s’il s’agissait d’un vote de confiance. Le leader du gouvernement libéral à la Chambre, Mark Holland, n’a pas répondu à la question, disant : « il est temps de voter ».

La chef du Parti conservateur par intérim, Candice Bergen, a déclaré après le vote que la situation actuelle ne justifiait pas l’utilisation de la Loi sur les mesures d’urgence. « Après des semaines de division, de stigmatisation et de coincement des Canadiens, le premier ministre a invoqué la Loi sur les mesures d’urgence », a déclaré Bergen dans un communiqué. « La loi sur les mesures d’urgence n’était pas nécessaire pour lever les blocages. Le gouvernement disposait déjà de tous les outils dont il avait besoin en vertu de la loi canadienne actuelle. »

Le député libéral Nathaniel Erskine-Smith avait déclaré avant le vote qu’il était convaincu que l’utilisation de la loi était justifiée, mais a déclaré qu’il voterait toujours selon la ligne du parti car « il s’agit désormais d’un vote de confiance ». Son collègue député libéral Joël Lightbound, qui avait rompu avec son parti plus tôt en février, critiquant la direction de son parti pour avoir politisé les politiques de pandémie, a déclaré avant le vote que la loi était « une pente glissante ». Les deux députés ont voté en faveur de la motion dans la soirée du 21 février.

Le Sénat doit maintenant également voter sur la demande du gouvernement d’utiliser des mesures en vertu de la Loi sur les mesures d’urgence. Si elles sont approuvées, les mesures seront en vigueur jusqu’à la mi-mars et pourront être prolongées.



« Merci pour tout ce bon travail de recherche, d’analyse et de rédaction. C’est malheureux de voir que les journalistes ne font plus leur travail et que vous êtes l’un des seuls à vous dévouer pour nous. »

Stephane Quesnel

« M. Boulianne, Merci de nous tenir informé et merci pour l’excellent travail que vous faites. »

Paule

« Tu fais un excellent travail, je suis très impressionnée par toutes tes recherches. Ceux qui te critiquent ne font rien d’autres que critiquer. Ils ne valent même pas la peine que l’on parle d’eux. »

Marie Claire Tellier

9 réflexions au sujet de « Le maire Jim Watson a fait l’éloge des pouvoirs d’urgence controversés du Premier ministre Justin Trudeau et a déclaré qu’il souhaitait vendre les véhicules saisis aux manifestants »

  1. Sputnik France — Le problème des « mesures discrétionnaires » de l’état d’urgence canadien (ATTENTION: ette émission a été enregistrée la veille de la levée des mesures d’urgence).

    J’aime

  2. Dans le livre de Klaus Schwab
    Mars 2022 : Chaos, loi martial (confinement forcé avec militaires sous prétexte de guerre avec la russie), monnaie numérique, piqouze obligatoire pour tous, Qrcode obligatoire pour tous, élimination des opposants

    mars 2022-septembre 2022: monnaie numérique, annulation de l’épargne et de la propriété individuelle

    Sources

    J’aime

  3. pire que violer les droits de l’homme, il devrait etre poursuivi pour génocide contre l’humanité

    il force les manifestants et gens se trouvant là par hasard à avoir leurs comptes bloqués et volés, leurs biens saisis et vendus aux enchères, donc tous ces gens vont se trouver dehors à crever en plein de froid dans les neiges du Canada

    quand je revois cette vidéo de ces manifestants prier prosternés dans la neige, j’ai mal au coeur

    faire crever les gens de froid, de faim,de soif au 21 ème siècle on a pas idée!

    et c’est fait par un type qui fait une dictature au nom du sanitaire

    je vous en foutrais du sanitaire, moi!

    Aimé par 1 personne

    1. le Pasteur Pawlesky a été arrêté https://lezarceleurs.blogspot.com/2022/02/canada-le-pasteur-arthur-pawlowski-ete.html et ses conditions de détention semblent mauvaises
      Essayons de répercuter le message de Dr Paul Alexander sur un maximum de réseaux sociaux quand nous avons au moins cela à notre portée .

      Le cyberterroriste qui a dénoncé les canadiens qui ont aidé les routiers s’est vanté de son exploit https://etouffoir.blogspot.com/2022/02/canada-piratage-de-givesendgo-un.html

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s