Le biologiste moléculaire américain, Robert W Malone, demande : Justin Trudeau vient-il de détruire la logique du système de crédit social ?

VEUILLEZ PRENDRE EN NOTE : Au cas où je serais éventuellement banni du réseau Twitter, je vous invite à vous inscrire sur la plateforme VKontakte (VK) qui est à ce jour le réseau le plus libre sur internet. Voici ma page personnelle : https://vk.com/guy.boulianne.

UN ARTICLE DU BIOLOGISTE MOLÉCULAIRE ROBERT W MALONE (rwmalonemd.com) « Si vous dites un mensonge assez gros et que vous le répétez sans cesse, les gens finiront par y croire. Le mensonge ne peut être maintenu que tant que l’État peut protéger le peuple des conséquences politiques, économiques et/ou militaires du mensonge. Il devient donc d’une importance vitale pour l’État d’utiliser tous ses pouvoirs pour réprimer la dissidence, car la vérité est l’ennemi mortel du mensonge, et donc par extension, la vérité est le plus grand ennemi de l’État. » — Joseph Goebbels (Principe de Goebbels, précédemment décrit par Platon comme « Le Noble Mensonge ».) Veuillez prendre un moment pour réfléchir à cela avec moi. Et laissez-moi savoir ce que vous en pensez. [Référence: « Uncle John’s Band »]

La vague d’événements pendant la crise Corona, l’étonnante préfiguration de l’événement 201 en 2019, l’obsession illogique de nombreux stagiaires du Forum économique mondial (FEM) de vacciner le monde à l’aide de vaccins à base d’ARNm s’est combinée pour amener beaucoup à conclure qu’il y a une arrière-pensée en jeu ici. Un qui transcende les simples préoccupations de santé publique. Cela remonte à la question « Big Why » soulevée par le Dr Bret Weinstein sur le podcast Darkhorse interdit par YouTube “Comment sauver le monde, en trois étapes faciles”.

Une hypothèse principale pour expliquer l’obsession de la « nation de la vaccination universelle » est que les passeports vaccinaux sont un portail stratégique pour atteindre un objectif clé du Forum économique mondial. Il s’agit du développement d’un système de notation de crédit social basé sur l’identité numérique qui permettra de gérer le comportement humain en militarisant les opérations bancaires et l’accès aux fonds en fonction du comportement et de la parole. L’hypothèse de base ici est que les gouvernements démocratiques occidentaux (qui, en temps normal, ont des contraintes de confidentialité personnelle) peuvent tirer parti de l’urgence pour imposer une identité numérique et une preuve de vaccination avec des codes QR associés et une recherche des contacts par téléphone portable dans l’intérêt de la « santé publique ». Ceci malgré le fait prouvé que les vaccins à ARNm SARS-CoV-2 non seulement n’arrêtent pas l’infection virale, la réplication et la transmission, mais peuvent même augmenter le risque d’infection. La logique est apparemment que les démocraties occidentales, qui agissent de plus en plus comme des États clients infiltrés du Forum économique mondial, peuvent bénéficier à la fois économiquement et politiquement de la mise en œuvre d’un système de crédit social universel semblable à celui qui a été lancé et progressivement mis en œuvre (pensez à la grenouille bouillante) en République populaire de Chine par le Parti communiste central. Pour en savoir plus sur ce sujet, voir ici et ici.

Et maintenant, grâce au fanboy du FEM du Canada (ou de Cuba?) Justin Trudeau et de sa directrice financière formée au FEM, Chrystia Freeland, nous avons un aperçu sous les couvertures, une sorte de préfiguration, sur les problèmes potentiels de retour de flamme avec toute la stratégie « manipuler les gens pour qu’ils fassent ce que vous voulez en utilisant les scores de crédit social et en militarisant l’accès aux services bancaires ». Il s’avère que les chéris du FEM, Justin et Chrystia, étaient censés être la pointe de la lance pour piloter le système d’identification numérique du FEM. Alors, face à la menace de camionneurs pacifiques occupant Ottawa et faisant comme des Bernaches du Canada avec leurs cornes, ils ont décidé d’aller jusqu’au bout et d’armer le système bancaire pour faire face à l’énorme menace à la sécurité nationale canadienne posée par les camionneurs. Eh bien, cela ne s’est pas passé comme prévu. Apparemment, lorsque ceux qui détenaient à la fois de grands et de petits comptes bancaires ont réalisé que la Banque TD et d’autres grandes banques canadiennes n’étaient plus une sphère de sécurité, ils ont décidé de retirer leurs fonds. Oups.

Je suppose que la directrice financière canadienne Chrystia Freeland, bien que fièrement répertoriée par le FEM comme une diplômée exemplaire du programme des jeunes leaders, n’a pas été formée en tant qu’économiste, mais plutôt en histoire et en littérature russes. Elle semble être encore un autre exemple du principe de Peter tel qu’il est pratiqué de manière abrutissante et répétée par le FEM.

Pour en revenir au sujet, il semble que la classe ouvrière ainsi que les personnes fortunées n’aiment vraiment pas la menace de se faire voler ou geler leur argent par les bureaucrates du gouvernement lors d’une croisade politique. Qui aurait deviné ? Alors, que faire lorsque ce que vous pensiez auparavant être un port sûr se révèle être en proie à des courants arbitraires et capricieux ? Sortez de là, illico. Alors, nous y sommes. Lorsque les génies du FEM se réuniront pour tirer les « leçons apprises » du bref choc brutal de Justin et Chrystia, que vont-ils conclure ? Vont-ils conclure que « La faute, cher Brutus, n’est pas dans nos étoiles, Mais en nous-mêmes ? » Très douteux. Je suppose qu’ils décideront que la faute réside dans le fait d’avoir bougé trop vite, et que les Overlords devraient dire à leurs apparatchiks de s’en tenir à la stratégie incrémentale de la « grenouille bouillante ».

Maintenant, y avait-il une préfiguration qui aurait pu les alerter de ce petit problème ? Eh bien, pour être franc, oui. Avez-vous remarqué à quel point les prix de l’immobilier bicoastal (et des terres agricoles) semblent vraiment gonflés ? Que se passe-t-il ici ? On peut faire valoir que ce qui se passe, c’est que les investisseurs étrangers — en particulier l’argent privé originaire de la République populaire de Chine (dont une grande partie a été garée au Canada), cherchent un abri sur les marchés immobiliers. Vous voyez, si vous êtes un milliardaire chinois (et il y en a beaucoup), vous avez un problème. A tout moment, le PRC peut décider que votre score de crédit social (ou celui de votre entreprise) est en défaut, et le Parti communiste central peut saisir vos fonds. Que doit faire une riche héritière ? Cherchez un abri au large. Même si vous prenez une décote de 50 % en raison d’un « ajustement » de l’évaluation de l’immobilier offshore gonflé, vous êtes toujours en avance sur le vol de tout votre argent par un bureaucrate arbitraire en mission pour impressionner les siens (oui, j’avais l’intention d’utiliser ce genre) supérieurs. Et quand votre gestionnaire de portefeuille découvre que le Canada est en pleine RPC en militarisant son système bancaire à des fins politiques ? Eh bien, que feriez-vous ? Je pense que “Sortez l’enfer hors de Dodge” est à peu près la réponse universelle. Résultant en une cascade de méchanceté économique qui menaçait de faire complètement s’effondrer le nouveau Canada totalitaire. Celui-là n’avait même pas besoin d’un diplôme du programme d’échange de Harvard en histoire russe et d’une formation en journalisme pour le comprendre.

Donc, nous l’avons. La doublure argentée dans tout ce shizashow est que le programme des jeunes leaders du FEM semble plus intéressé à former des fonctionnaires bureaucrates dociles que des intellects aiguisés et hautement qualifiés. Et comme Dieu m’en est témoin, Justin Trudeau et Chrystia Freeland rentrent certainement dans le moule. Remercions-nous de nous avoir alertés sur l’endroit où Klaus et ses sbires veulent tranquillement nous emmener. Maintenant, si vous vous souciez de votre liberté et de l’autonomie de votre nation, il est temps d’agir. Ou tais-toi pour toujours. Il n’y a pas de crise médicale. Il est temps de mettre fin à la suspension illégale des droits constitutionnels en utilisant une justification frauduleuse.

Et que ceux d’entre nous qui font réellement une journée de travail honnête pour gagner leur vie (comme les médecins, les agriculteurs et les camionneurs) se remettent au travail.


(ATTENTION: cette émission a été enregistrée la veille de la levée des mesures d’urgence.) SPUTNIK FRANCE — Sous prétexte de sécurité face au Convoi de la liberté, le gouvernement canadien s’était engagé dans une dérive autoritaire « choquante » avec l’application de la loi sur les mesures d’urgence. Même s’il a vite rétropédalé, les dispositions de cette mesure ont donné aux autorités une licence inédite, particulièrement sur les comptes bancaires des citoyens. Analyse de Samuel Bachand, avocat canadien spécialiste en droit constitutionnel et partenaire du Centre de justice pour les libertés constitutionnelles (JCCF), pour Le Désordre mondial.


« Bonjour Monsieur Boulianne ! Toute ma gratitude et chapeau bas pour vos articles exceptionnels. »

Myriam

« L’honnêteté intellectuelle de Monsieur Boulianne fait que justement il est crédible, et quand il avance un fait, c’est qu’il l’a vérifié lui-même. »

Jean Ronchiato

« Cher Monsieur Boulianne, je suis ébahi par la qualité de votre recherche, de vos textes, et l’immense charge de travail que vous assumez avec la foi et l’intégrité d’un honnête homme. »

Damien Tremblay