Vladimir Poutine s’est adressé aux Russes lors d’un grand meeting célébrant les huit ans de l’annexion de la Crimée dans le stade Luzhniki

Depuis le stade moscovite de Loujniki, Vladimir Poutine s’est exprimé ce vendredi 18 mars devant un public acquis à sa cause à l’occasion d’un rassemblement organisé pour fêter les 8 ans de l’annexion de la Crimée. Dans le plus grand stade de Russie, plein à craquer, le président de la fédération russe a continué de développer ses thèses concernant son “opération militaire” sur le sol ukrainien depuis le 24 février.

C’est une démonstration de force du président russe. En plein conflit avec l’Ukraine, Vladimir Poutine est venu vendredi fêter les huit ans de l’annexion de la Crimée dans le stade Luzhniki de Moscou. Ces images, diffusées en différé, sont saisissantes : la scène a été installée au milieu de la pelouse, des dizaines de milliers de Russes pro-Kremlin l’entourent, les tribunes paraissent bondées. Certains supporters ont les joues maquillées aux couleurs de la Russie, d’autres brandissent des drapeaux.

D’après le ministre de l’Intérieur, relayé par The Insider, en tout 203.000 soutiens à Vladimir Poutine étaient présents, dont 95.000 dans l’enceinte. Ce stade est celui qui a accueilli la finale de la Coupe du Monde de football en 2018, remportée par la France. À l’extérieur, la foule était immense, comme on peut le voir ci-contre avec ces images partagées par un journaliste polonais.

Une grande banderole contre le nazisme

Les images étaient diffusées en différé. Lors de son discours, le président de la Fédération de Russie a promis : « Certains ont dit que la Crimée était en péril. Mais ce n’était pas vrai. Nous savons comment aller de l’avant. Nous allons réaliser tous nos plans aujourd’hui. »

Vladimir Poutine est apparu sur la scène, dans un gros blouson et un col roulé beige, devant une banderole “Pour un monde sans nazisme” et “Pour la Russie” avec le signe distinctif “Z”  en majuscule. « Ceux qui vivent en Crimée ont eu raison de vouloir mette des barrières solides contre les nationalistes et contre le nazisme », a poursuivi le chef du Kremlin.

« Dans le Donbass, il y a eu des opérations militaires pour les encercler, des pilonnages constants dans cette région. C’est un génocide qui se passe. » Le président russe a salué « l’opération militaire spéciale » menée en Ukraine, une action “héroïque”. Vladimir Poutine n’a pas manqué de saluer les soldats de l’armée russe lors de cette prise de parole afin de galvaniser la foule :

« Nos troupes (…) se soutiennent. Elles se comportent comme des vrais frères de sang ensemble dans le combat. Cela fait longtemps que nous n’avions pas vu un tel comportement ».

Avant que la transmission vidéo ne s’arrête brusquement, Vladimir Poutine a clamé : « Je fais tout pour notre peuple. » Puis, tout à coup, le discours, s’est interrompu, comme on peut le voir avec la vidéo ci-dessous. Le stade est de nouveau en plein concert, avec le chanteur de variété très connu en Russie, Oleg Gazmanov.

« Panne technique »

Quinze minutes après, la télévision a repris la diffusion de l’intervention du président russe en différé. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a ensuite indiqué aux agences russes que la retransmission avait été interrompue à cause d’une « panne technique sur un serveur ».

D’après un journaliste du Wall Street Journal, le père d’un militaire russe tué en Ukraine s’est exprimé avant le discours du président Poutine. Il a déclaré, sous les applaudissements : « Nous devons terminer ce que nous avons commencé et libérer notre terre du fascisme ». Ce concert meeting était présenté par Dmitry Guberniev, le commentateur sportif le plus populaire de Russie. Il arborait lui aussi le symbole Z sur son blouson. Avant la prise de parole de Vladimir Poutine, plusieurs célébrités russes se sont succédés sur scène, comme le chanteur Grigory Leps ou la jeune chanteuse Polina Gagarina. Le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, était également sur place.

La transcription du discours

Vladimir Poutine : Nous, le peuple multinational de la Fédération de Russie, unis par un destin commun sur notre terre, sommes les premières lignes de la loi fondamentale du pays, la Constitution. Et chaque mot est rempli de sens profond, a une grande signification.

Sur leur propre terre, unis par un destin commun — c’est ce que les gens ont probablement pensé et guidé lorsqu’ils se sont rendus au référendum en Crimée et à Sébastopol le 18 mars 2014. Ils vivaient et vivent sur leur propre terre et voulaient vivre un destin commun avec leur patrie historique — avec la Russie. Ils avaient parfaitement le droit de le faire et ont atteint leur objectif. Tout d’abord, félicitons-les pour les vacances, ce sont leurs vacances. Toutes nos félicitations !

Pendant ce temps, la Russie a beaucoup fait pour soulever la Crimée et Sébastopol. Il fallait faire des choses qui ne sont pas immédiatement visibles à l’œil nu. Ils sont de nature fondamentale : fourniture de gaz, fourniture d’énergie, services communaux, restauration du réseau routier, construction de nouvelles routes, autoroutes et nouveaux ponts.

Il fallait sortir la Crimée de cette position humiliante, de cet État humiliant dans lequel la Crimée et Sébastopol étaient plongées lorsqu’elles faisaient partie d’un autre État qui finançait ces territoires selon le principe dit résiduel.

Mais il n’y a pas que ça. Le fait est que nous savons ce que nous devons faire ensuite, comment nous devons le faire ensuite et au détriment de quoi, et nous mettrons certainement en œuvre tous les plans que nous avons décrits.

Mais il n’y a pas que ces décisions. Le fait est que la Crimée et Sébastopol ont bien agi lorsqu’ils ont mis une barrière dure sur le chemin des néo-nazis et des nationalistes extrémistes. Car ce qui s’est passé dans d’autres territoires et qui se passe encore en est la meilleure confirmation.

Les personnes qui vivaient et vivent dans le Donbass n’étaient pas non plus d’accord avec ce coup d’État. Des opérations militaires punitives ont été immédiatement organisées contre eux, et pas une, ils ont été immédiatement plongés dans un blocus, soumis à des bombardements systématiques de canons, des frappes aériennes — c’est tout ce qu’on appelle « génocide ».

C’est sauver les gens de cette souffrance, de ce génocide — c’est la raison principale, le motif et le but de l’opération militaire que nous avons lancée dans le Donbass et en Ukraine, c’est précisément le but. Et là, vous savez, des paroles des Saintes Écritures me viennent à l’esprit : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. » Et nous voyons à quel point nos gars agissent et se battent héroïquement pendant cette opération.

Ces paroles sont tirées des Saintes Ecritures du Christianisme, de ce qui est cher à ceux qui professent cette religion. Mais l’essentiel est qu’il s’agit d’une valeur universelle pour tous les peuples et représentants de toutes les confessions en Russie, et spécifiquement pour notre peuple, principalement pour notre peuple. Et la meilleure confirmation de cela est la façon dont ils se battent, comment nos gars agissent pendant cette opération militaire : au coude à coude, ils s’entraident, se soutiennent, et si nécessaire, ils couvrent leur propre frère avec leurs corps d’une balle sur le champ de bataille. Nous n’avons pas eu une telle unité depuis longtemps.

Il se trouve que le début de l’opération a coïncidé — tout à fait par hasard — avec l’anniversaire de l’un de nos chefs militaires exceptionnels, les saints canonisés — Fiodor Ouchakov, qui, dans toute sa brillante carrière militaire, n’a pas perdu une seule bataille. Il a dit un jour que ces orages iraient à la gloire de la Russie. Il en était ainsi à l’époque, il en est ainsi aujourd’hui et il en sera toujours ainsi !

Merci!

VLADIMIR POUTINE


Voici le texte original du discours de Vladimir Poutine :

В.Путин: Мы, многонациональный народ Российской Федерации, объединённые общей судьбой на своей земле, – это первые строчки основного закона страны, Конституции. И каждое слово наполнено глубоким смыслом, имеет огромное значение.

На своей земле, объединённые общей судьбой, – так наверняка думали и этим руководствовались люди, когда шли на референдум в Крыму и Севастополе 18 марта 2014 года. Они жили и живут на своей земле и хотели жить общей судьбой со своей исторической Родиной – с Россией. Они имели на это полное право и достигли своей цели. Поздравим прежде всего их с праздником, это их праздник. Поздравляем!

За это время Россия немало сделала для того, чтобы поднять Крым и Севастополь. Нужно было сделать вещи, которые не видны сразу, невооружённым взглядом. Они носят фундаментальный характер: газоснабжение, энергоснабжение, коммуналка, восстановление дорожной сети, строительство новых дорог, магистралей и новых мостовых переходов.

Нужно было вытащить Крым из той унизительной позиции, из того унизительного состояния, в которое Крым и Севастополь были погружены, когда находились в составе другого государства, которое финансировало эти территории по так называемому остаточному принципу.

Но дело не только в этом. Дело в том, что мы знаем, что надо делать дальше, как надо делать дальше, за счёт чего, и мы обязательно реализуем все намеченные планы.

Но дело не только в этих решениях. Дело в том, что крымчане и севастопольцы поступили правильно, когда поставили жёсткий барьер на пути неонацистов и крайних националистов. Потому что то, что происходило на других территориях и происходит до сих пор, – лучшее тому подтверждение.

Люди, которые проживали и проживают на Донбассе, также не согласились с этим государственным переворотом. Против них тут же были организованы карательные военные операции, и не одна, их тут же погрузили в блокаду, подвергли систематическим обстрелам из пушек, наносили удары авиацией – это всё и есть то, что называется «геноцид».

Именно избавить людей от этих страданий, от этого геноцида, – это является основной, главной причиной, побудительным мотивом и целью военной операции, которую мы начали на Донбассе и на Украине, именно в этом цель. И здесь, вы знаете, мне приходят в голову слова из Священного Писания: нет больше любви, как если бы кто-то отдал душу свою за друзей своих. И мы видим, как героически действуют и воюют наши ребята в ходе этой операции.

Эти слова из Священного Писания христианства, из того, что дорого тем, кто исповедует эту религию. Но всё заключается в том, что это универсальная ценность для всех народов и представителей всех конфессий России и именно для нашего народа – в первую очередь для нашего народа. И лучшим подтверждением тому является то, как воюют, как действуют наши ребята в ходе этой военной операции: плечом к плечу, помогают, поддерживают друг друга, а если надо, то как родного брата прикрывают своим телом от пули на поле боя. Такого единения у нас давно не было.

Так получилось, что начало операции совпало – совершенно случайно совпало – с днём рождения одного из наших выдающихся военачальников, причисленных к лику святых, – Фёдора Ушакова, который за всю свою блестящую военную карьеру не проиграл ни одного сражения. Он как-то сказал, что грозы сии пойдут во славу России. Так было тогда, так сегодня и так будет всегда!

Спасибо!


« Vous êtes pertinent, lucide… merci… j’adore, j’adhère… Je vous souhaite de belles écritures et de penser à vous… Je vais faire de même pour le temps qu’il me reste. »

Martine

« Monsieur Boulianne, vos articles sont indispensables. Je vous encourage à continuer. Que Dieu vous bénisse. »

Lorraine Bernier

« Félicitations et honneur à vous Monsieur Boulianne pour ce titre dans le monde périlleux du vrai Grand journalisme tellement nécessaire et que nous apprécions. »

Paul Philippe