Davos gèle Poutine et les oligarques russes — Le Forum économique mondial se range du côté de l’Ukraine et fait un trou dans son budget

Les jours du champagne et du caviar à Davos sont terminés. Ou du moins le caviar. Le Forum économique mondial a gelé ses relations avec la Russie, notamment ses partenariats stratégiques avec des conglomérats dirigés par des oligarques. Un centre de recherche soutenu par le Kremlin à Moscou et un conseil consultatif dirigé par le conseiller économique du président russe Vladimir Poutine ont également été torpillés.

« Nous ne nous engageons avec aucune personne sanctionnée et avons gelé toutes les relations avec les entités russes », a déclaré Amanda Russo, porte-parole du FEM, à Politico. Gelé peut-être, mais pas mort : le FEM laisse ouverte la possibilité de servir de pont entre la Russie et l’Ukraine une fois le conflit actif terminé. Le gorille de 800 livres du circuit d’élite des conférences mondiales marche sur la corde raide depuis des décennies lorsqu’il s’agit de la Russie : se prélassant dans l’attention du Kremlin tout en se recroquevillant sur les pitreries des oligarques.

Le fondateur du Forum, Klaus Schwab, se targue d’ouvrir son rendez-vous annuel à Davos à tous, y compris via une relation personnelle avec Poutine datant du début des années 1990.

Poutine et son prédécesseur à la présidence, Dmitri Medvedev, se sont adressés au FEM à cinq reprises de 2007 à 2021. Poutine a même été invité à prendre la parole en janvier 2015, au lendemain de l’invasion russe de la Crimée, mais il a décliné l’invitation.

Présentant Poutine à un rassemblement virtuel de Davos en janvier 2021, Schwab a qualifié la voix de Poutine d’« essentielle » dans les affaires mondiales, faisant écho à un commentaire de 2009 selon lequel il ne pouvait pas penser à un seul problème d’importance mondiale qui pourrait être résolu sans l’implication de la Russie. Le couple s’est rencontré pour la dernière fois à la mi-2021, lorsque Schwab a dit à Poutine « l’importance particulière » qu’il attache aux représentants russes participant aux événements de Davos.

Schwab, via un porte-parole, a choisi de ne pas commenter directement sa relation avec Poutine.

Mais le vent a tourné. Non seulement l’aspiration à Poutine est soudainement déclassée, mais le FEM est désormais contraint de se conformer aux sanctions américaines, européennes et suisses contre la Russie, ce qui signifie non seulement couper les liens avec les banques et les compagnies pétrolières russes, mais jongler avec les sensibilités du système international de transferts financiers SWIFT, basé en Belgique (un « partenaire » à six chiffres du FEM), dont les entités russes sont désormais interdites.

SWIFT n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Les ours dansants

Même avant la présidence de Poutine, Davos occupait une place importante dans l’esprit des élites russes. Une invitation au FEM était le sceau ultime de la légitimité mondiale pour les chefs d’entreprise post-soviétiques – et une chance de jeter leur poids et leurs euros.

Le tour de force de Gennady Zyuganov, le chef du Parti communiste russe, lors de la réunion annuelle du FEM de 1996, a incité des chefs d’entreprise russes, dont Mikhail Khodorkovsky et Boris Berezovsky, à former le « Pacte de Davos » — un plan pour financer la campagne présidentielle de Boris Eltsine, puis des sondages à un chiffre, pour empêcher les communistes de revenir au pouvoir.

Tout au long des années 90, les Russes ont fait la fête à Davos et la délégation russe a explosé. Au moment où Poutine et Medvedev ont commencé à parler sur scène, il était courant de trouver une douzaine ou plus d’oligarques milliardaires à Davos. Qu’ils nous manquent est une question ouverte, mais l’absence de Russes de la ville la plus élevée d’Europe sera certainement remarquée.

Les soirées oligarques à Davos étaient légendaires et notoires.

En 2008, les patineurs artistiques champions olympiques se sont produits sous un feu d’artifice. En 2016, le magnat minier Oleg Deripaska importait des danseurs cosaques costumés pour qu’ils se produisent devant ses invités, alors que des mannequins déguisés en hôtesses de l’air visitaient un chalet avec d’énormes bols de caviar noir : servis à la cuillère aux invités via une spatule, suivis de chasseurs de vodka. Les invités aux soirées de Deripaska allaient des PDG américains aux membres de la Chambre des Lords britannique. Des foules de jeunes femmes dépourvues de badges d’accréditation de Davos – le système de statut universel de la ville lors des réunions du WEF – se sont mélangées à la foule, prétendant être des traductrices.

En 2018, la fête de Deripaska avait attiré la colère des habitants et ses fêtes se sont déplacées des zones résidentielles vers les lieux publics. Il a répondu en organisant un concert d’Enrique Iglesias. Entre les soirées nocturnes, le point central des activités russes était la Maison de la Russie — une initiative de la Fondation Roscongress — qui occupait une place de choix sur la Promenade de Davos.

Plus de 2000 participants de 85 pays ont rejoint les événements sur le site en 2020, dont le gestionnaire de fonds spéculatifs milliardaire Ray Dalio et un ancien sous-secrétaire général des Nations Unies en disgrâce, Fabrizio Hochschild.

D’abord Covid, puis Kiev

Cela a déjà été une année difficile pour le WEF , la pandémie forçant l’organisation à traverser une sorte de crise. Le FEM s’est appuyé sur ses partenaires stratégiques, qui paient plus de 640 000 $ pour rejoindre le niveau de partenariat le plus élitiste du Forum. Ce groupe comprend un certain nombre de banques russes, qui ont contribué à représenter une partie des 70 % de son budget de 340 millions de dollars en 2021. Mais son incapacité à percevoir des frais pour la tenue d’événements en personne, comme sa réunion annuelle à Davos, a fait exploser un trou de 45 millions de dollars dans son budget.

Avec l’invasion de l’Ukraine par Moscou, le Forum, dont le siège est en Suisse, devra payer un chèque encore plus important : l’élimination des liens du Forum avec ses parties prenantes russes a été totale. Au moins six habitués de Davos font désormais l’objet de sanctions personnelles ou organisationnelles de la part des gouvernements occidentaux. Herman Gref – directeur général de Sberbank, qui a été sanctionné par les États-Unis, le Royaume-Uni et le Canada – n’est plus répertorié comme membre du conseil d’administration du FEM. Chrystia Freeland, vice-première ministre du Canada, siège au conseil d’administration du FEM et a dirigé les efforts pour éjecter les banques russes de SWIFT. Un porte-parole de Freeland a déclaré à Politico : « Le Canada continuera de travailler en étroite collaboration avec nos partenaires pour sanctionner le président Poutine et ses acolytes pour leur invasion non provoquée et barbare de l’Ukraine », ajoutant « nous encourageons les organisations internationales à faire tout leur possible pour soutenir ces efforts ».

Des partenariats stratégiques lucratifs avec des banques russes telles que Sberbank, qui est devenue partenaire du FEM en 2008 et qui a été partenaire fondateur du Centre du Forum économique mondial pour la cybersécurité, sont suspendus, a confirmé le FEM. Dans le domaine de l’énergie, les partenariats du FEM avec le conglomérat USM Holdings dirigé par Alisher Usmanov — le propriétaire sanctionné de Dilbar, le plus grand yacht du monde — et LUKOIL sont suspendus.

Ni USM ni LUKOIL n’ont répondu à la demande de commentaires de Politico.

Selon un document interne obtenu par Politico, les PDG russes sanctionnés inscrits pour assister à l’assemblée annuelle 2022 du FEM à Davos — et qui seront désormais interdits — comprennent Kirill Dmitriev (Fonds d’investissement direct russe), Sergei Ivanov (ancien chef de cabinet de Poutine, maintenant à Alrosa), et Alexei Yakovitsky (de la banque sanctionnée VTB Capital ). Parmi les autres PDG qui seront également absents figurent Alexander Dyukov (Gazprom Neft), Ivan Streshinsky (investissements USM), Aleksandr Shevelev (PAO Severstal) et Grigory Fedorishin (Novolipetsk Steel-NLMK). Leonid Mikhelson, fondateur et président du producteur de gaz naturel Novatek et homme le plus riche de Russie en 2016, devait également y assister. Mikhelson a jusqu’à présent échappé aux sanctions mais a perdu plus de 10 milliards de dollars au cours de la première semaine de l’invasion russe de l’Ukraine. Rustam Minnikhanov, président de la région russe du Tatarstan, était la personnalité politique la plus importante à avoir répondu.

Une branche moscovite du Centre pour la quatrième révolution industrielle du FEM, lancée en fanfare en octobre 2021, a récemment disparu du site Web du FEM. Hébergé par ANO Digital Economy, le centre s’est concentré sur les technologies émergentes dans les domaines de l’intelligence artificielle et de l’internet des objets, et a fonctionné grâce à un accord négocié avec le Kremlin et signé par le vice-Premier ministre Dmitry Chernyshenko.

Le Global Future Council du Forum économique mondial sur la Russie est également éliminé. Le Conseil était coprésidé par Maxim Oreshkin, ancien ministre du développement économique de la Russie, aujourd’hui conseiller de Poutine, et Igor Shuvalov, ancien membre du cabinet russe qui préside actuellement VEB.RF, l’institution de développement financier du pays, et fait l’objet à la fois de sanctions britanniques et de sanctions américaines.

Morale contre roubles

Ce n’est pas la première fois que le FEM est confronté à des vents contraires sur ses relations avec la Russie. Lorsque le Congrès a autorisé des sanctions étendues contre la Russie, en réponse à l’ingérence de Moscou dans les élections américaines de 2016 et l’annexion de la Crimée, le FEM a cherché à restreindre l’accès des oligarques à sa conférence de Davos en 2019. Sous la pression du Kremlin, cet accès a été rétabli à temps pour le rassemblement hivernal du FEM.

Les remerciements que Schwab a reçus : une non-présentation de Poutine.

Andrey Kostin, président de VTB Bank, et l’un des oligarques sanctionnés que le FEM a initialement évités, a critiqué le rassemblement pour « l’absence de discussion significative et la liste bien en vue des non-présentations ». Cette fois, la pression légale et morale sur le FEM est devenue trop forte. La Russie post-soviétique et le Forum économique mondial se sont levés ensemble : chacun voulait désespérément être considéré comme une grande puissance.

L’accord était relativement simple au début : Poutine a approuvé le FEM, les oligarques l’ont financé et, à son tour, le Forum a aidé à blanchir leur réputation. Appelez cela multipartenariat, appelez cela une transaction, appelez cela la vilaine vérité de la mondialisation. Comme Klaus Schwab et Vladimir Poutine, c’était autrefois le futur. Maintenant, leur seul espoir est la paix.

Schwab et le président du WEF, Børge Brende, ont déclaré dans un communiqué du 27 février qu’ils « condamnaient profondément l’agression de la Russie contre l’Ukraine, les attaques et les atrocités. Notre entière solidarité va au peuple ukrainien et à tous ceux qui souffrent innocemment de cette guerre totalement inacceptable ».

Le couple a ensuite promis de soutenir tous les efforts diplomatiques liés à la fin de la guerre, tout en exprimant l’espoir que « la raison prévaudra et que l’espace pour la construction de ponts et la réconciliation émergera une fois de plus ».



À propos de Ryan Heath

Ryan Heath est l’auteur de Global Translations, la newsletter et le podcast mondiaux de Politico, et a précédemment rédigé le “UN Playbook” de Politico, le “Brussels Playbook” et le “Davos Playbook”.

Ryan a animé le premier débat présidentiel des élections européennes de 2019, dans le cadre d’un séjour de cinq ans dans l’équipe de direction européenne de Politico. Il apparaît sur CNN, NBC et BBC et est l’auteur de deux livres sur la politique. Avant Politico, Ryan a écrit pour le Sydney Morning Herald en Australie et a travaillé pour la Commission européenne à Bruxelles en tant que rédacteur de discours présidentiel, puis en tant que porte-parole de la Commission pour les questions numériques.



« Merci pour tout ce bon travail de recherche, d’analyse et de rédaction. C’est malheureux de voir que les journalistes ne font plus leur travail et que vous êtes l’un des seuls à vous dévouer pour nous. »

Stephane Quesnel

« M. Boulianne, Merci de nous tenir informé et merci pour l’excellent travail que vous faites. »

Paule

« Tu fais un excellent travail, je suis très impressionnée par toutes tes recherches. Ceux qui te critiquent ne font rien d’autres que critiquer. Ils ne valent même pas la peine que l’on parle d’eux. »

Marie Claire Tellier

4 réflexions au sujet de « Davos gèle Poutine et les oligarques russes — Le Forum économique mondial se range du côté de l’Ukraine et fait un trou dans son budget »

  1. Article intéressant mais j’ai quelques réticences… l’ingérence de la Russie dans les élections américaines n’a pas, à ma connaissance, été prouvée. Trou dans les finances : il semblerait que la Confédération suisse ait fait la fine bouche pour son apport financier au WEF, argumentant que le pays, le canton et la commune (Davos) ont de gros frais pour la tenue de la rencontre annuelle (avec notamment toute la sécurité) et que les retombées ne sont pas au rendez-vous. Enfin, une question que je me pose : ne serait-ce pas plutôt Vladimir Poutine qui coupe les liens entre la Russie et la Cinquième Colonne ?…

    J’aime

  2. On ne commande bien à la nature qu’en lui obéissant et vous par votre journalisme sans concession vous nous montrez comment le mondialisme de la prétendue puissance s’auto censure à vouloir affirmer une puissance qui lui échappe désormais.

    Encore un peu de temp, ils auront cassé leur jouet dans les eaux troubles de perditions qui leurs sont chères, mais, vous serez toujours la bonne étoile qu’il convient d’écouter, et découvrir un ciel serein. Merci à vous.

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s