Le Canada fait désormais partie de la liste des pays hostiles à la Russie qui fut approuvée par le gouvernement de Poutine le 5 mars 2022

Le gouvernement de la Fédération de Russie a approuvé une liste d’États et de territoires étrangers qui commettent des actions hostiles contre la Russie, ses entreprises et ses citoyens. Selon le service de presse du Cabinet des ministres, un arrêté correspondant a été signé. La liste comprend les États-Unis et le Canada, les États de l’UE, le Royaume-Uni (y compris Jersey, Anguilla, les îles Vierges britanniques, Gibraltar), l’Ukraine, le Monténégro, la Suisse, l’Albanie, Andorre, l’Islande, le Liechtenstein, Monaco, la Norvège, Saint-Marin, le Nord La Macédoine, mais aussi le Japon, la Corée du Sud, l’Australie, la Micronésie, la Nouvelle-Zélande, Singapour et Taïwan (considéré comme un territoire de la Chine, mais gouverné par sa propre administration depuis 1949). Il s’agit de la mise à jour d’une liste approuvée par arrêté du gouvernement de la Fédération de Russie le 13 mai 2021 n ° 1230-r. Le libellé de l’ordonnance se lit comme suit :

« La liste des États étrangers qui commettent des actions hostiles contre la Fédération de Russie, les citoyens de la Fédération de Russie ou les personnes morales russes, contre lesquels des mesures d’influence (contre-mesures) sont appliquées, établie par décret du président de la Fédération de Russie du 23 avril, 2021 n ° 243 «Sur l’application de mesures d’influence (contre-action) aux actions hostiles d’États étrangers», indiquant le nombre de personnes qui se trouvent sur le territoire de la Fédération de Russie et avec lesquelles des missions diplomatiques et des bureaux consulaires, des bureaux de représentation d’État les organes et institutions d’État de ces États peuvent conclure des contrats de travail, des contrats de mise à disposition de travailleurs (personnel) et d’autres contrats de droit civil sur la base desquels des relations de travail naissent avec des personnes situées sur le territoire de la Fédération de Russie. »

Le 23 avril, le président de la Russie a signé un décret « sur l’application de mesures d’influence (contre-action) aux actions hostiles d’États étrangers » (décret du 23 avril 2021 n ° 243). Le document limite la conclusion par les missions diplomatiques des pays dont les actions sont reconnues comme hostiles, des contrats de travail avec des individus en Russie. La liste de ces pays devait être déterminée plus tard, ce qui fut fait par le décret du gouvernement de la Fédération de Russie du 5 mars 2022 n° 430-r.

Les pays et territoires mentionnés précédemment ont imposé ou rejoint les sanctions contre la Russie après le début d’une opération militaire spéciale des forces armées RF en Ukraine. La liste a été approuvée dans le cadre du décret du président de la Fédération de Russie du 5 mars 2022 « Sur la procédure temporaire d’exécution des obligations envers certains créanciers étrangers ».

Comme indiqué dans le Cabinet, selon ce décret, les citoyens et entreprises russes, l’État lui-même, ses régions et municipalités qui ont des obligations en devises envers les créanciers étrangers de la liste des pays hostiles pourront les payer en roubles. « Pour ce faire, le débiteur peut demander à une banque russe de créer un compte spécial en rouble “C” au nom d’un créancier étranger et de lui transférer des paiements en équivalent rouble au taux de la Banque centrale le jour du paiement », indique le rapport. La nouvelle procédure temporaire s’applique aux paiements dépassant 10 millions de roubles par mois (ou un montant similaire en devise étrangère).


La liste des États et territoires étrangers ayant commis des actions hostiles contre la Fédération de Russie, les personnes morales et les personnes physiques russes :
RÉGIONPAYS
Union européenneAllemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Suède
Grande-BretagneComprenant l’île de Jersey (possession de la couronne britannique) et les territoires d’outre-mer contrôlés : Anguilla, Îles Vierges britanniques, Gibraltar
AmériqueCanada, États-Unis
OcéanieAustralie, Micronésie, Nouvelle-Zélande
AsieJapon, Singapour, Taïwan
Autres paysAlbanie, Andorre, Islande, Liechtenstein, La République de Corée, Macédoine du Nord, Monaco, Monténégro, Norvège, Saint Marin, Suisse, Ukraine


Transactions avec des sociétés étrangères

La Russie a approuvé une liste de pays hostiles. Selon le site Internet du Cabinet, l’ordre correspondant a été signé par le Premier ministre Mikhail Mishustin, établissant les règles des transactions avec les sociétés étrangères sous sanctions. « Le gouvernement a approuvé une liste d’États et de territoires étrangers qui commettent des actions hostiles contre la Russie, les entreprises et les citoyens russes », indique le site Internet du gouvernement.

« Toutes les transactions et opérations des entreprises russes avec des citoyens et des entreprises de pays hostiles à la Russie seront approuvées par la commission gouvernementale pour le contrôle des investissements étrangers », a déclaré le Cabinet des ministres. Il précise que, « selon le document, une société résidente russe ou une société étrangère figurant sur la liste des pays hostiles doit demander l’autorisation de traiter ». La demande « doit contenir des informations complètes sur le demandeur, y compris un document sur les bénéficiaires effectifs de la société ».

« Sur la base de l’analyse des documents reçus et de la nature du futur accord, une décision sera prise pour l’approuver ou le refuser de le mettre en œuvre. Parallèlement, une autorisation peut être délivrée pour effectuer une transaction avec les conditions de son exécution », a expliqué le service de presse.

Par une ordonnance distincte, Mishustin a élargi la composition de la commission gouvernementale de surveillance des investissements étrangers. Il comprend des représentants de la Banque centrale et de l’administration du président de la Fédération de Russie. Le service de presse du gouvernement a souligné que « l’objectif principal de ce travail est d’assurer la stabilité financière du pays face à la pression des sanctions extérieures ». La résolution a été adoptée pour mettre en œuvre le décret du président russe Vladimir Poutine « sur des mesures économiques temporaires supplémentaires pour assurer la stabilité financière de la Fédération de Russie ».

La mesure vise à empêcher le retrait de fonds de Russie et à maintenir la stabilité financière, a expliqué le représentant de la Banque centrale. Auparavant, les autorités avaient introduit d’autres barrières à la sortie de devises. Depuis le 1er mars, il est interdit aux Russes de créditer des devises étrangères sur leurs comptes et dépôts dans des banques étrangères. À partir du 2 mars, il est interdit de sortir du pays en espèces plus de 10 000 $ (par personne). Pour acheter des titres et des biens immobiliers à des résidents de pays qui ont imposé des sanctions, vous devez obtenir l’autorisation de la commission gouvernementale.

Le 24 février, la Russie a lancé une opération militaire en Ukraine. Le président Vladimir Poutine a appelé son objectif « la protection des personnes qui ont été victimes d’intimidation et de génocide par le régime de Kiev pendant huit ans ». Pour cela, selon lui, il est prévu de procéder à « la démilitarisation et la dénazification de l’Ukraine », de traduire en justice tous les criminels de guerre responsables de « crimes sanglants contre des civils » dans le Donbass. En réponse, l’Occident a imposé de nouvelles sanctions anti-russes. En particulier, plusieurs des plus grandes banques, dont Sberbank et VTB, en relevaient. L’Union européenne, les États-Unis, le Canada et un certain nombre d’autres pays ont fermé le ciel aux avions russes. Pour plusieurs entreprises publiques, la capacité d’attirer des capitaux étrangers était difficile. Des sanctions ont été imposées sur la fourniture de produits de haute technologie à la Russie.


La Russie interdit à Justin Trudeau d’entrer

MOSCOU, 15 mars. /TASS/. La Russie, en réponse aux sanctions canadiennes, a mis sur liste noire 313 citoyens canadiens depuis le 15 mars, dont le premier ministre Justin Trudeau et les ministres des Affaires étrangères et de la Défense Melanie Joly et Anita Anand. C’est ce qu’indique un communiqué publié mardi par le ministère russe des Affaires étrangères.

« En réponse à l’officiel fébrilement imposé d’Ottawa, qui rivalise dans une rage russophobe avec Washington, toutes les nouvelles sanctions qui ont été étendues aux hauts dirigeants de la Russie et à la quasi-totalité des députés russes, depuis le 15 mars, le Premier ministre a été inclus dans la liste noire des personnes interdites d’entrée en Fédération de Russie. Le ministre Justin Trudeau, les ministres des Affaires étrangères et de la Défense nationale Melanie Joly et Anita Anand. La plupart des membres de la Chambre des communes du Parlement canadien et des éléments agressifs pro-Bandera font également partie de ceux qui sont interdits », indique le document.

Il fournit une liste complète des citoyens canadiens inscrits sur la liste noire, qui comprend 313 noms.

Le ministère a souligné que cette mesure est forcée et prise en réaction aux « actions hostiles qui vont au-delà des limites de la décence du régime canadien actuel, qui a mis à l’épreuve la patience de la partie russe pendant si longtemps ». « Chaque attaque russophobe, qu’il s’agisse d’attaques contre des missions diplomatiques russes, de la fermeture de l’espace aérien ou de la rupture effective des liens économiques bilatéraux par Ottawa — au détriment des intérêts canadiens — recevra inévitablement une rebuffade décisive et pas nécessairement symétrique », a souligné le ministère.

À propos des sanctions canadiennes

Plus tôt mardi, les autorités canadiennes ont élargi leur liste de sanctions anti-russes en y ajoutant 15 autres personnes. En particulier, le chef du ministère du Développement économique de la Fédération de Russie Maxim Reshetnikov, le commandant en chef de la marine russe Nikolai Evmenov, son adjoint Vladimir Kasatonov, le commandant en chef des Forces aérospatiales Sergey Surovikin et son député Sergey Dronov, représentant officiel du ministère de la Défense de la Fédération de Russie, le général de division Igor Konashenkov, chef du Centre de contrôle de la défense nationale de la Fédération de Russie, est tombé sous le coup de mesures restrictives, le colonel général Mikhail Mizintsev.

Au total, il y a déjà 560 individus russes sur la liste canadienne. Auparavant, en raison d’une opération militaire spéciale en Ukraine, le président russe Vladimir Poutine, le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et d’autres membres du gouvernement, le secrétaire de presse présidentiel russe Dmitri Peskov, la rédactrice en chef de RT Margarita Simonyan, le présentateur de télévision Vladimir Solovyov, le PDG de Channel One, Konstantin Ernst, les hommes d’affaires Roman Abramovich, Oleg Deripaska et Alisher Usmanov.


RÉFÉRENCES :



« Merci en mon nom et de bien d’autres qui vous sont reconnaissants pour votre travail de sentinelle indéfectible… qui lui sauve des vies… pour de VRAI. »

Carole Lavoie

« Bonjour M Boulianne, merci pour votre travail qui m’a apporté la clefs que j’avais besoin pour comprendre tout ce que j’avais déjà lu, mais il me manquait la clefs pour voir. Grâce à votre ouvrage, tout est devenu clair. Merci. »

Sebastien Pauthier

« Bonjour monsieur Boulianne. Je tenais à vous remercier pour la pertinence de vos écrits. Voilà, merci encore pour votre excellent travail de ré-information. Au plaisir de vous lire. »

Karel Turcotte